1. //
  2. // Naples/Chelsea

Les Blues à quitte ou double

Largué en Championnat, en ballotage défavorable en Coupe, Chelsea n’a plus guère que la Ligue des champions pour sauver sa saison. Pas simple car Naples n’est pas exactement l’adversaire idéal pour se refaire la cerise. Et surtout, les Londoniens n’ont jamais été aussi navrants dans le jeu. La fin d’une époque ?

Modififié
0 3
En éruption. On ne parle pas ici de la fournaise du Stade San Paolo, ni même du Vésuve à quelques kilomètres de Naples, mais bel et bien de l’atmosphère qui règne à Chelsea. Jamais depuis la présidence de Roman Abramovitch, le club londonien ne s’est retrouvé en aussi mauvaise posture. Largué dans la course au titre, en grand danger pour la simple accession en C1 via le tour préliminaire avec une modeste quatrième place en Premier League actuellement, il ne reste guère que la Ligue des champions pour espérer encore que ce cru 2011-2012 ne sera pas le plus pourri depuis près de quinze ans. La FA Cup ? Face à Birmingham City, tâcheron de Championship (D2 anglaise), Chelsea a trouvé le moyen de s’infliger un replay après un triste nul (1-1). Et de toute façon, on doute que cela suffise à combler le potentat russe. Évidemment, à la lecture de ce désastre qui se dessine chaque semaine davantage, tous les regards se braquent vers un homme, un seul : André Villas-Boas. Recruté à grands coups de millions l’été dernier (quinze patates), AVB a plongé tout droit dans ce qui ne pouvait être qu’un piège. Car bien entendu, un Portugais jeune, polyglotte, charmeur, auteur d’un triplé avec Porto avant de signer à Chelsea, ça rappelle forcément quelqu’un. Et passer après José Mourinho, c’est un peu comme se taper une gonzesse après qu’elle se soit donnée au meilleur coup de la planète : il y a de très grandes chances de décevoir. Et fatalement, Villas-Boas a déçu.

Villas-Boas, un manque de sens politique

Pourtant, l’ancien sélectionneur des Iles Vierges britanniques (si, si) ne s’est pas contenté de chausser les godasses du Special One. Le bougre a débarqué avec des idées… et peut-être même un peu trop. Soit un ambitieux projet de jeu visant à donner le contrôle des opérations à ses boys en les faisant monter haut dans le camp adverse et en cherchant la possession de balle. Une belle philosophie à condition d’avoir les joueurs idoines (comme dirait Pape Diouf). Le début des emmerdes en vérité. Car demander à John Terry and co de défendre à quarante mètres de leur but revenait à envoyer des invits aux attaquants adverses à venir besogner le pauvre Petr Cech. Sans oublier que hormis le seul Juan Mata, cette équipe de Chelsea n’est pas du tout gaulée pour faire tourner la chique indéfiniment. Enfin, AVB a fait preuve de naïveté en sous-estimant l’importance politique d’un vestiaire aussi prestigieux, à des années-lumières de ce qu’il a pu connaître chez les Dragons. En écartant régulièrement Frank Lampard, en laissant plusieurs fois Didier Drogba regarder du banc l’énigme Fernando Torres accumuler les heures de vol sans le moindre but (plus de vingt, série en cours), Villas-Boas s’est coupé d’une partie des cadres dont le seul orgueil, même sans toutes leurs jambes, pourrait lui rendre de fiers services. Au fond, Villas-Boas n’est pas fondamentalement un mauvais choix mais une grosse erreur de timing car non, Chelsea n’était pas encore prêt pour opérer sa révolution culturelle. Alors, la situation est-elle foutue pour Chelsea ? Probablement oui… sauf si l’on considère que cette Champions est la seule compétition qui s’est toujours refusée aux Blues, dont plusieurs savent qu’ils vont brûler leurs derniers feux cette saison. Une raison suffisante pour oublier les incompréhensions et peut-être même les fâcheries. Au moins l’espace de cette double confrontation avec Naples. Et, qui sait, peut-être un peu au-delà, si affinités…

Par Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dave Appadoo, en manque d'inspiration pour le titre pour prendre celui de l'Equipe ?
aswinning_11 Niveau : Ligue 2
Au revoir Ligue des Champs, au revoir AVB, au revoir Torres.
Terry est out, peut-être mm pour 2 mois.
Le special two a du souci à se faire...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 3