Les Bleus se refont la crise

L’avantage de passer deux ans après Knysna, c’est que n’importe quelle situation difficile paraît bien gérée. C’est le cas après les engueulades qui ont suivi la triste défaite de l’équipe de France contre la Suède, mardi soir.

Modififié
0 35
Le « fantôme de Knysna  » , les « vieux démons » de Malouda et des joueurs qui s’envoient des missiles dans le vestiaire. Merde alors : il aura suffi d’une première défaite en 24 matchs pour que l’équipe de France se retrouve à nouveau en pleine science-fiction. Avec l’échec sportif du match contre la Suède et les embrouilles de vestiaire étalées en Une de L’Équipe, on se croirait dans un nouveau Retour vers le Futur avec Laurent « Doc » Blanc et Florent « Marty » Malouda embarqués dans un bus DeLorean. On s’attendrait presque à voir Robert Duverne débarquer dans le vilain survêtement de Biff, sifflet à la main et bave aux lèvres. Dommage pour ceux qui n’étaient pas là il y a deux ans, cette suite n’est qu’un très mauvais remake. Un Knysna 1.5.

Nasri, le vilain petit canard

La numérotation n’est pas choisie au hasard, tout tourne autour du 1,5 depuis deux jours. Une heure et demie insipide à Kiev qui réduit en cendres les efforts d’une équipe qui avait fini par faire naître des espoirs encore plus grands que ses progrès. Une heure et demie de conférence de presse le lendemain pour que Blanc, puis Malouda (Koscielny était là aussi, mais, bizarrement, il a été moins cité) admettent que la défaite a porté le vestiaire à ébullition. Une page et demie (en comptant la Une) dans L’Équipe du lendemain pour raconter l’épisode avec un peu plus de détails. Pour ceux qui ont refusé de lâcher un euro ce jeudi, voilà un résumé de ce qui a crépité dans les portables surchauffés des journalistes du quotidien : Alou Diarra était le premier à s’énerver de la performance des joueurs offensifs, Hatem Ben Arfa a joué avec son portable avant de s’embrouiller avec Laurent Blanc, et Samir Nasri est la cible de toutes les critiques de ses coéquipiers.

«  Il vous faut toujours un vilain petit canard, de toute façon  » , souriait Alain Boghossian, venu avec la lance à incendie devant les journalistes ce jeudi matin à la Chambre de commerce et d’industrie de Donetsk. Encore un signe du côté science-fiction de la chose, au passage, parce l’adjoint du sélectionneur n’est pas vraiment du genre à faire dans l’allocution. « Le feu est éteint » , a ajouté le pompier tout en délivrant la vérité officielle. Non, il ne s’est pas engueulé avec Philippe Mexès, et lire cela l’a «  énormément surpris » car il n’a « aucun reproche à faire à Philippe » , ce qui, espérons-le, n’est que de la diplomatie. Non, la prise de bec entre le coach et Ben Arfa ne s’est pas mal terminée, « c’était une discussion, Laurent a remis tout à plat et ils se sont serrés la main » . Non, la façon dont décroche Karim Benzema «  n’est pas comparable avec Nicolas Anelka » en 2010. Non, non, non, un million de fois non, cette situation « n’est pas du tout comparable avec Knysna » , donc.

Une gestion normale

Et effectivement, il y a un paquet de différences avec l’Afsud, au-delà de la latitude. Pour Boghoss, celles-ci se situent dans le fait qu’au contraire des engueulades de Knysna, celles de Kiev sont bénéfiques pour la vie du groupe. «  C’est comme dans un couple, il faut se dire les choses. Les échanges dans les vestiaires sont normaux, ce serait un problème s’il n’y en avait pas. (…) Tout le monde parle, ce ne sont pas tous des Bernardo » Un peu court. Tout simplement parce que, si l’équipe de France déjoue et se prend une taule contre l’Espagne ce samedi, tout le monde oubliera assez vite les effets positifs du fight. On soufflera un coup sur la fine couche de poussière des vieux dossiers et on donnera à nouveau une explication morale à une déroute qui ne serait que sportive. Le vrai « détail » qui devrait faire de cet épisode un épiphénomène par rapport à celui de 2010, c’est la gestion de l’entourage des Bleus. Là où toute la fédération avait sauté du bateau en marche il y a deux ans, cette fois-ci les querelles de vestiaire sont traitées comme elles le méritent, c’est-à-dire comme un passage difficile mais obligé de la vie d’un effectif.

Après tout, Madrilènes et Barcelonais ne sont pas particulièrement potes au sein de la Roja, les Allemands sont des habitués des accrochages de vestiaire, Balotelli met son bordel habituel au milieu des Italiens, et les Three Lions ont récemment été un véritable nid de rivalités diverses. Pourtant, il y a un pourcentage non négligeable de chances pour que le futur vainqueur de l’Euro se trouve parmi ces équipes. Alors, quand Ben Arfa fait sa tête de con et conseille à Blanc de le renvoyer à la maison s’il n’est pas content, on le met au coin le temps qu’il se calme, là où Anelka avait été dégagé vitesse grand V sans avoir rien demandé. Attention, cela ne signifie pas que cette « crise » est spécialement bien gérée, elle l’est juste de façon normale alors que la dernière avait été un festival de conneries en tous genres. Cela ne signifie pas non plus que la France va tirer de cet épisode une force surhumaine lui permettant de marcher sur l’Espagne. Mais si ça peut au moins nous éviter d’entendre à nouveau Finkielkraut parler football, ce sera déjà ça de pris.


Thomas Pitrel, à Donetsk
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Paradis Aleatoire Niveau : District
Y a que les céfran pour foutre le bronx dans leur equipe d'une force pareille ... my god !

John Terry baise* la femme d un collégue ? Bhen on degage le cocu hin !
Ribery pete la gueule a Robben en plein vestiaire ? bah, ribbery donnera 3 jours de salaire hein !

En france ? bah des que tu fais un mauvais match, la presse fait TOUT pour faire un scandale ... Bah ouais, un victoire en 98 et en 2000, ca en faisait vendre du papier... Un 1/4 en 2012 c est pas top rentable ... allez on va foutre la merde un peu, et hop on a une Une bien croustillante pour tout les Footix reuni
" les Allemands sont des habitués des accrochages de vestiaires"
mais putain$ de bordel$ de merde$ quand ca donc ? A l'époque de tony schumacher ? il ne suffit pas de dire des conneries$ pour que ce soit vrai.
bon une fois l'énervement passé, j'argumente c'est mieux.
l'amour du maillot, en Allemagne, ou en Angleterre, c'est sacré. je ne connais pas suffisamment l'histoire des 3 lions, mais celle de la Mannschaft, plutot pas mal.
Si aujourd'hui cette selection est depuis Klinsi, hyper harmonieuse (par design), les séléctions allemande ont toujours été unies. Oui il y avait des fortes tetes, des conflits, mais ce genre de comportement dans un vestiaire n'est pas possible en schleuland. Effenberg avait fait un doigts a des supporters, dehors.
des joueurs boivent 3 bieres apres une élimination ? déhors.
alors raconté pas nawak svp
En France, on aime bien parler quand même.
Quand on est H24 avec les mêmes personnes, on ne peut que se résigner à un fait: Il y a, et aura toujours des clashs.
Le souci, c'est l'extrapolation des médias sur les fait.
Oui Nasri a été critiquer sèchement, mais pourquoi ne pas plutôt penser que les Bleus, en prenant en compte les erreurs du passé, on pu au final tirer profit de ce conflit.
Peut-être que contre l'Espagne nous verrons un Ben Arfa bien plus sérieux (bien qu'il ne jouera certainement pas) et un Nasri qui aura élevé son niveau de jeu.
Peut-être qu'on aura un Ribéry souverain, personne ne peut dire aujourd'hui si l'issue de ce conflit à été positive ou négative.

Si c'est tout le contraire j'aurai l'air bien con xD.
Euh je sais pas pourquoi la partie "Une Gestion Normale" ne s'est pas affiché chez moi.
Oubliez-donc mon commentaire ci-dessus.
C'est sûr, vous avez du talent pour trouver des photos !
J'aimerais juste qu'une fois au moins les médias arrêtent de critiquer notre équipe et se mettent à fond derrière... Au lieu de chercher des noises
ToxikCheese Niveau : Loisir
Bordel, comment j'aimerai une victoire contre l’Espagne 2-1 sur un but magique de Benzema et sur une action où Ben Arfa élimine 4 joueurs avant de faire une offrande à Nasri ...


Il dirait quoi là les médias ? Que l’équipe de France est a un niveau stratosphérique ??

Je citerai un philosophe français contemporain pour m'adresser aux journalistes footeux :

"Aaaah si tu pouvais fermez ta gueul-euuuh ! Sa nous f'rais des vacances ! Aaah si tu pouvait fermer ta geuuuul-eeeeuh ! sa f'rait du bien à la FRANCE !"

(chaud n’empêche comme Sebastien dis tout avec ce couplet !)
Les joueurs français se comportent comme des gamins pourris gâtés, des divas faisandées à trois balles. Ben Arfa aurait dû être jeté dans le premier bus quittant la ville, quelques heures à voir défiler le paysage lui aurait donné de quoi ruminer sa connerie. Pourquoi on supporte la dictature de petites frappes en EdF me dépasse, mais quand on en arrive là, on sait que c'est trop tard. Plus qu'à attendre le nouveau coup de balai.
C'est exactement ça : vendre du papier.
Partir de rien, en faire des tonnes, écrire des tas d'analyses pour tenter d'expliquer le futur proche de l'équipe de France. Bla-Bla-Bla.
On a été habitué a tout gagner pendant 3 ou 4 années consécutives et depuis on vit mal le moindre râté, on panique à la première défaite.
Même quand on sort de 23 matchs sans défaite on balance direct, pourtant qui aurait misé sur cette série après la défaite contre le Mexique en 2010?
Alors on aimerait tous que la France batte l'Espagne et dans la foulée remporte l'Euro, on voudrait tous être fiers de notre maillot, de notre coq et de notre étoile, mais il faudrait que certains journalistes arrête de faire des unes aux titres raccoleurs uniquement pour vendre, ça ferait du bien à tout le monde.
"Mais si ça peut au moins nous éviter d’entendre à nouveau Finkielkraut parler football, ce sera déjà ça de pris"

GrAve!! ;)
Faudrait leur fabriquer des bus qui ne s'ouvrent que de l'extérieur. Les fans seraient plus tranquilles aha ;)
ToxikCheese,
Le plus grave, c'est que si ton scénario se produisait (2-1), les journalistes trouveraient le moyen de dire que c'est grace à eux, que leurs critiques ont provoqué le déclic... C'est exactement ce qu'a fait Duluc sur TF1 après le ferme ta gu.eule de Nasri. Selon lui, c'était grâce à ses critiques que Nasri avait mis ce but décisif... Ils osent tout.
ToxikCheese,
Le plus grave, c'est que si ton scénario se produisait (2-1), les journalistes trouveraient le moyen de dire que c'est grace à eux, que leurs critiques ont provoqué le déclic... C'est exactement ce qu'a fait Duluc sur TF1 après le ferme ta gu.eule de Nasri. Selon lui, c'était grâce à ses critiques que Nasri avait mis ce but décisif... Ils osent tout.
Juste un petit message à caractère sociétal.
Je me demande si ces batailles d'égo qui traversent beaucoup d'équipes à l'heure actuelle ne sont pas dû tout simplement à l'époque ?
En effet nous sommes désormais dans un monde de communication non-stop (facebook, Twitter, smartphone et web) n'y a t-il pas un excès de tout cela.
Les joueurs doivent aujourd'hui répondre à toutes sortes de sollicitations. À l'époque(bénie) des Platini et consorts tout cela n'existait pas, il y avait moins "d'experts" au mètre carré, moins de vindicte en cas de défaite, moins d'hystérie, bref le foot restait à sa place.
Je crois que la furie des commentaires et des réactions correspond totalement à cette époque désenchantée ou tout le monde est blasé, et surexcité. Le foot remplace l'agora politique,
plus personne ne sait quoi dire et penser.
Ce n'est que du foot!! faut-il le répéter à
ces générations décérébrées par TF1 et aussi parfois par Internet.
Juste un petit message à caractère sociétal.
Je me demande si ces batailles d'égo qui traversent beaucoup d'équipes à l'heure actuelle ne sont pas dû tout simplement à l'époque ?
En effet nous sommes désormais dans un monde de communication non-stop (facebook, Twitter, smartphone et web) n'y a t-il pas un excès de tout cela.
Les joueurs doivent aujourd'hui répondre à toutes sortes de sollicitations. À l'époque(bénie) des Platini et consorts tout cela n'existait pas, il y avait moins "d'experts" au mètre carré, moins de vindicte en cas de défaite, moins d'hystérie, bref le foot restait à sa place.
Je crois que la furie des commentaires et des réactions correspond totalement à cette époque désenchantée ou tout le monde est blasé, et surexcité. Le foot remplace l'agora politique,
plus personne ne sait quoi dire et penser.
Ce n'est que du foot!! faut-il le répéter à
ces générations décérébrées par TF1 et aussi parfois par Internet.
Et puis à celui qui m'a mis que des moins sur les comms du bilan du premier tour, je t'.......
Je te repèrerais et te mettrais plein de -.
Ouais j'aime pas les - venant de branleurs.
Qui n'ont même pas le courage ou le talent pour répondre. Les vengeurs masqués sévissent ici.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 35