En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. //
  4. // France (0-0)

Les Bleus sans idées au Plat Pays

Sans imagination, les joueurs de l'équipe de France ont décroché un match nul moyen (0-0) sur la pelouse du stade du Roi Baudoin face à des Belges aussi intéressants que peu efficaces. Il faudra se montrer plus créatif contre la Géorgie.

Modififié
14 août en France, le calendrier ne ment pas : c’est les vacances d’été. Sur la pelouse du stade du Roi Baudoin, l’équipe de France de football est au Club Med. L’horloge affiche 21h20 à Bruxelles et apparemment, Didier Deschamps, gentil organisateur, a pris le micro. « Salut les loulous, il est bientôt la demi, rendez vous au milieu de la pelouse pour l’activité passe latérale à deux mètres. Deux cocktails à gagner » . Nouveaux venus dans le camp de vacances, Guilavogui et Kondogbia s’exécutent. Ça s’en va et ça revient, c’est fait de tout petits riens, et ça ressemble à du handball, sans frappe, à 50 mètres du but belge. Non, l’équipe de France, opposée à une sexy Belgique, n’a pas fait que ça de sa soirée, mais cette hypothermie symptomatique des Bleus version Deschamps fait toujours tache. Comme souvent, tout n’est pas à jeter. Mais comme souvent, les Bleus n’ont pas séduit. Pire, ils n’ont pas pris de risques, n’ont pas osé. Les Belges eux, ne se sont pas privés, mais ont manqué d’efficacité. Comme Karim Benzema, qui poursuit sa traversée du désert avec 1155 minutes sans but en Bleu. Le Grand Canyon n’est plus loin.

Sexy Belgium

Devant un stade archi-comble, les hommes de Wilmots démarrent fort. À l’aise techniquement mais meilleurs en contres qu’en attaques placées, les Belges profitent des pertes de balle du milieu de terrain français pour semer la pagaille dans la défense des Bleus. Peu à son aise ce soir, c’est Gaël Clichy qui doit sauver les siens sur un improbable cinq contre deux emmené par Eden Hazard. Pendant que Vincent Kompany passe son début de soirée à taquiner Mathieu Valbuena et que Kevin De Bruyne fait danser Clichy, les Bleus tentent de sortir un peu. L’occasion pour Karim Benzema de montrer que renouveau capillaire ne signifie pas renouveau professionnel. Toujours loin de sa surface, le joueur du Real Madrid ne combine qu’avec le bon Franck Ribéry qui tente de multiplier les débordements comme il peut. Le temps passe, Hazard s’ennuie, tente un lob du milieu de terrain, puis invite les siens à se mettre véritablement en place. Et force est de constater que si l’équipe belge est devenue un phénomène de mode, à l’instar du Shakthar la saison passée, lorsque la machine se met en route, elle devient presque irrésistible. Avec Fellaini à la baguette pour ressortir les ballons, De Bruyne et Hazard pour allumer les mèches, les hommes du Plat Pays ont de quoi emmerder le gratin mondial. Dommage que devant ces hommes de talents – et on ne compte pas Mertens, Dembélé ou Benteke – se trouve Romelu Lukaku, dont les déplacements et les percées ne respirent pas l’intelligence. Le pauvre attaquant de Chelsea n’a pas été franchement aidé par la très bonne forme de la charnière Abidal – Koscielny. Très à son avantage ce soir, le défenseur d’Arsenal a marqué des points. C’est d’ailleurs suite à un dégagement dangereux mais nécessaire de l’ancien lorientais que Kevin De Bruyne, d’une frappe croisée, inquiète Lloris. Un ultime bon débordement de Ribéry ne donne rien. C’est la pause, la Belgique mène aux points et au sex-appeal. Mais c’est tout.

Les Bleus un peu mieux, Nasri de retour


Plus d’occasions à se mettre sous la dent en seconde période. C’est d’ailleurs sur une patate non cadrée d’Eden Hazard que démarre le deuxième acte. Trop souvent hors-jeu, Romelu Lukaku prouve, si c’était encore nécessaire, que les neurones servent plus que les cuisses, pendant que Ribéry empile les débordements sur son côté gauche. C’est sur un centre de Mathieu Valbuena que Karim Benzema se procure la première opportunité française depuis le retour des vestiaires mais la reprise du Madrilène est contrée par Kompany sans que l’arbitre ne bronche. Omniprésent, le Prince Harry modèle réduit, Kevin de Bruyne, dans la surface, cherche Lukaku dans l’axe, mais le Belge est trop court. Le match devient un peu fou, moment choisi par Didier Deschamps pour faire entrer Olivier Giroud à la place de Karim Benzema. L’ancien lyonnais qui porte son record d’inefficacité à 1155 minutes, le temps de Marc Planus au 100 mètres. Les changements défilent, Nasri fait son retour en bleu, Grenier entre également, Mertens et Benteke aussi. Mais ça, De Bruyne s’en fiche. Alors remplaçant ou pas, il sert Kevin Mirallas, qui manque de peu d’ouvrir le score juste après son entrée en jeu. Sur le banc de touche, Karim Benzema regarde Koscielny découper un Belge, prend un jaune, puis se marre avec Eliaquim Mangala. Plus loin sur la touche, on ne peut distinguer les mini-dents de Didier Deschamps. Il faut dire qu'avec un nouveau match sans victoire et quelques difficultés, en attaque et au milieu de terrain notamment, l'ancien coach de l'OM a du pain sur la planche. Et tant pis pour l'aquagym à 8h00 du matin avec les cougars.

Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 8 heures 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 il y a 8 heures BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
il y a 4 heures Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 11
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:15 Lamine Sané signe à Orlando 8 Hier à 09:47 Ronaldinho se lance dans la musique 12
À lire ensuite
L'Argentine mate l'Italie