1. // Euro 2012
  2. // France/Bosnie

Les Bleus pour boucler la boucle

Demain, contre la Bosnie, les Bleus disputent leur dernier match de qualification pour l’Euro 2012. Un point leur suffit pour passer l’hiver au chaud.

Modififié
0 0
Il s’agit de la fin d’un cycle, mais surtout d’une question d’avenir. Demain, contre la Bosnie-Herzégovine, dans leur enceinte du Stade de France, les Bleus disputeront leur dernier match de qualification pour l’Euro 2012. Une victoire ou un nul, et c’est la qualification directe ; une défaite, et il faudra passer par des barrages compliqués, forcément compliqués.

Demain, si tout va bien, ce sera donc la dernière équipe-type alignée par Laurent Blanc en match officiel qui compte avant quelque temps. Il reste quelques incertitudes, notamment dues aux états de forme des uns et des autres, d’Abidal et d’Evra en particulier, mais il semble que la France prendra cette forme : Lloris aux bois - Rami et Abidal ou Kaboul en charnière - Evra de retour à son poste d’arrière gauche, avec Reveillère, auteur d’une Pastore à l’aller (mais ce n’est pas pour autant qu’il sera vendu 42 millions au PSG lors du prochain mercato) en doublure au cas où le Mancunien serait trop juste - Debuchy, dont on se dit, surtout quand on pense à Sagna, qu’il aurait pu être sélectionné depuis longtemps - M’Vila, devenu indispensable, au milieu - Cabaye qui a bien fait tourner l’équipe lors du match contre l’Albanie, même s’il a une légère tendance à jouer un poil trop long, période d’acclimatation à l’Angleterre oblige - et ensuite, c’est là que ça se complique… Car si la défense est maintenant bien défini - même si Debuchy pourrait bien coiffer Sagna (et Reveillère) sur le poteau, même s’il restera tout de même à voir comment Blanc gérera la cas Kaboul une fois Méxès de retour dans le groupe, retour qui devrait à nouveau mettre Abidal, définitivement pas serein au poste de défenseur central, en concurrence avec Evra à gauche - le chantier reste important au milieu de terrain.

Retour à la simplicité


Pour compléter sa doublette Cabaye - M’Vila, la Touilette a le choix, selon ses intentions, entre Alou Diarra et Samir Nasri. Ce qui n’est sensiblement pas la même chose. Soit il veut bétonner, assurer le coup, ralentir le jeu et éventuellement redonner à son ancien capitaine qui n’est pas vraiment revenu au top de sa forme donc de son jeu. Soit il confie logiquement mais du même doup définitivement les clés du camion au joueur de City, avec qui il a entretenu des relations un peu chien-chat pendant les qualifications. Début juin, après ce nul navrant concédé en Biélorussie (1-1), puis ses deux matchs amicaux contre l’Ukraine (4-1) et en Pologne (1-0), il avait demandé à Samir d’être « plus performant en Equipe de France » . Puis, suite à l’amical contre le Chili (1-1) du 10 aout dernier, il avait annoncé : « J’attends beaucoup plus de lui » . Aujourd’hui, après son match, il faut bien l’avouer brillant, contre l’Albanie, Nasri a définitivement gagné sa place et sera de toute façon titulaire. Mais reste à savoir où ? Meneur de jeu, comme un prince, ou à droite, comme un ouvrier spécialisé.


Honnêtement, on pensait, en l’absence de Benzéma, que Gomis méritait d’être revu, surtout pour placer à nouveau Rémy à droite et Nasri en meneur, une animation qui a très bien marché contre l’Albanie, mais Laurent Blanc semble avoir d’autres plans, abandonnant effectivement tout ce qui ressemble, de près ou de loin, à un 4-4-2 dans un match de très haut niveau; et titularisant Rémy en pointe et sans doute Valbuena à droite. Pourquoi pas. Et tant pis pour Martin, qui débutera sur le banc, mais dont l’association et les redoublements de passes avec Nasri et, depuis le déclin de Gourcuff, représentent la plus belle promesse vue dans l’animation des Bleus.

Du match des siens contre l’Albanie, outre les Martin pour Nasri pour Martin, les appels de Rémy et les trois buts, notre sélectionneur, Lolo, doit surtout retenir le fait que son équipe, sans certains cadres, a retrouvé une certaine simplicité aussi bienvenue que rafraîchissante. Une envie visible de jouer pour l’Equipe de France, et de la qualifier. Cela faisait longtemps qu’autant d’enthousiasme, et oui l’ovation pour Cissé en fait partie, n’avait pas entouré les Bleus. Et franchement, ça fait du bien. Pour boucler la boucle et partir avec le sentiment du devoir accompli, ce serait une bonne idée de continuer sur cette lancée. Alors, on remet ça ?


Par Simon Capelli-Welter
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0