Les Bleus pâles de Blanc...

Tout à son chantier de reconstruction de l'équipe de France, Lolo Blanc doit encaisser subitement quelques coups durs et s'embarrasser de nouvelles interrogations sur quelques éléments importants du Groupe France. A titres divers, Mexès, Ribéry, Gourcuff, Ménez et Benzema sont en difficulté... Heureusement que Nasri revient fort.

Modififié
0 3
Paradoxe habituel, l'un des joueurs français qui cartonnent le plus actuellement, c'est Niko Anelka... Un début de saison en boulet de canon avec les Blues. Déjà deux buts en cinq journées de championnat, un doublé contre Zilina en C1. Un nouveau doublé hier soir, en Coupe de la Ligue contre Newcastle, alors qu'il était entré en jeu. Malgré l'élimination 3-4 à Stamford Bridge, c'est l'incroyable facilité avec laquelle il a marqué : une reprise du plat du pied poteau opposé et un péno à ras du pilonne. A cela, quelques passes décisives en sus, notamment à Malouda, en pleine bourre toujours. Un talent de buteur intact d'autant plus énervant qu'avec Chelsea, Anelka marque souvent comme un vrai attaquant de pointe alors qu'avec l'équipe de France, il dézonait systématiquement et créait la confusion dans le jeu offensif... A Chelsea, Niko obéit, avec les Bleus, il n'en faisait qu'à sa tête. Faut dire que les Bleus, c'est loin derrière pour lui, vu qu'il a mis un terme à sa carrière internationale. Et le geste provocateur des “menottes” pour célébrer son but à Zilina n'était que le bras d'honneur final en direction de la FFF... et des Bleus ! Signe que les ponts sont définitivement coupés, mais ça on le savait déjà après sa suspension de 18 matchs, c'était pas la peine d'en rajouter.


Mexès craque...

Drame hier soir à Brescia, lors de la 4ème journée du Calcio. Philippe Mexès a été expulsé à la 63ème minute, après avoir provoqué un penalty et chopé un second avertissement pour une faute sur Eder (à la limite de la surface de réparation). L'international français a pété les plombs en s'en prenant à l'arbitre assistant, M. Ayroldi, ce qui devrait lui valoir plusieurs rencontres de suspension. Ses coéquipiers ont même dû intervenir pour le calmer. En quittant le terrain en larmes, il a aussi invectivé le quatrième arbitre, M. Romeo, puis shooté dans les protections en mousse d'une caméra TV. Ouf ! La cata absolue, alors qu'il avait déjà été à la peine tout au long de la rencontre et surtout il l'avait été aussi le week-end dernier contre Bologne. La Roma est 18ème et Mexès à la rue, sous le coup d'une lourde sanction et sûr de manquer le sommet contre l'Inter samedi à San Siro... Le moins qu'on puise dire, c'est qu'il n'a pas profité de la suspension de Burdisso pour briller à nouveau aux yeux de Ranieri, qui ne comptait déjà pas beaucoup pour lui. En fin de contrat avec l'AS Rome en juin prochain, Philippe Mexès intéresserait le FC Séville, après le départ de Sébastien Squillaci, parti à Arsenal. Séville espérait squeezer la concurrence (le Milan et la Juve, aussi intéressés) et faire signer Mexès, sans indemnité de transfert, dès janvier 2011. Or, prendre Mexès implique aujourd'hui des risques certains. Sale passe pour Mexès...

Sale passe et gros problème pour Laurent Blanc qui avait rebâti sa défense axiale autour de lui et de Rami. A l'évidence, un joueur aussi perméable à la pression, que ce soit avec la Roma ou bien autrefois avec les Bleus (cf. le calamiteux Autriche-France , 1-3) n'augure rien de bon pour l'avenir. Et puis Mexès n'est plus un jeunot : à 28 ans, il est censé apporter calme et sérénité dans un secteur de jeu crucial. A ce propos, Domenech a été constamment attaqué pour ses paires axiales sans cesse changées et rechangées. Or, avec Laurent Blanc, le hic demeure à fixer une bonne fois pour toutes un duo solide en défense centrale... Parce que désormais, Mexès chez les Bleus, ça devient difficilement jouable. Imaginons les Bleus à l'Euro 2012, voire même éventuellement en barrages : des matchs couperets où Mexès pourrait craquer à nouveau... Conclusion : Lolo Blanc va devoir poursuivre le chantier, un autre chantier pour stabiliser ce secteur. On connaît les noms des postulants : Planus, Delpierre, Squillaci, Sakho, Ciani, etc. Reste plus qu'à les essayer.


Gourcuff et Benzema dans le flou...

Tant qu'on est à la Roma, difficile de ne pas évoquer aussi le cas de Jérémy Ménez, lui aussi pas très flamboyant dans une équipe traversée il est vrai par une crise à la fois sportive et “structurelle” (le club hyper mal classé est à vendre). Mais, bon, Ménez n'entre pas vraiment chez les “prioritaires” en Bleu. On passe aussi sur le cas Ribéry (voir l'article d'hier, Ribéry : 2010, annus horribilis) dont on connaît mieux l'indisponibilité à la suite de sa blessure à la cheville : 2 mois minimum, guérison + reprise progressive. Voilà qui devrait ramener Francky en sélection soit le 17 novembre contre l'Angleterre, mais plus sûrement le 9 février 2010 contre le Brésil. Reste à savoir si Blanc l'appellera... Un boulevard s'ouvre alors pour Malouda, qui n'en souhaitait pas tant, côté gauche. Un boulevard s'ouvre également pour Samir Nasri, auteur depuis son retour de blessure d'une très bonne série : trois matchs en une semaine physiquement bien maîtrisés, deux pénos contre Tottenham en prolongation (donc 120 minutes dans les pattes), ainsi que le brassard de capitaine, toujours contre les Spurs... En plus, Wenger-le-malin le désigne, avec Gourcuff, comme le « joueur d'avenir et du renouveau de l'équipe de France » . Merci, coach ! A 23 ans, la place de meneur entrevue favorablement à Oslo contre la Norvège se précise ?...

Elle se préciserait d'autant plus que Yoann Gourcuff ne retrouve toujours pas avec Lyon la magie bordelaise d'il y a encore 6, 7 mois... Résultat : Nasri tient la pole. Ceci dit, on verra déjà si Blanc rappelle au moins Yoann dans le groupe pour le prochain match des Bleus, le France-Roumanie du 9 octobre ! Enfin, quelques mots sur le cas particulier de Benzema. Karim, très apprécié du sélectionneur et qui s'impose en 9 chez les Bleus, pourrait être victime, à terme, des critères de sélection de Laurent Blanc : être titulaire en club. Problème : Benz joue très peu, barré en attaque par Christ Ronaldo et l'impayable Higuain qui plante mécaniquement... Situation bizarre : il a marqué un but super rusé contre l'Espanyol, mardi soir au Bernabeu. Le but du 3-0, score final, son premier but de la saison pour le club, alors qu'il venait de remplacer Higuain (buteur lui aussi). Du coup, Karim jouerait titulaire samedi soir conte Levante, Higuain étant préservé, lui, pour le déplacement de mardi prochain à Auxerre, en C1... Benz apparaît clairement comme un second choix, même s'il affirme bénéficier de la totale confiance de Mourinho. Laurent Blanc aimerait sûrement en avoir le cœur net en voyant son buteur providentiel plus souvent debout sur la pelouse qu'assis sur le banc...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Et le petit Koscielny alors ? Hein ? C'est quand même mieux que Sakho nan ?
On en revient à dire que, malgré toute la médiocrité étalée de Raymond D., la génération actuelle n'est pas si bonne que ça et que l'équipe de France va avoir toutes les peines du monde à redevenir une terreur internationale, même bien coachée.

Nasri, Sagna, Rami, Mexès, Valbuena, Rémy, Gignac... autant de joueurs qui ont le niveau pour jouer en équipe de France actuellement, mais qu'on voit mal emmener l'équipe à un titre.
Mr le Shérif, avez vous vu le match de la Roma contre Brescia ?
Si le niveau de l'adversaire, est loin du niveau internationnal, dire que Mexès fut à la rue tout le match, c'est ne pas l'avoir vu. Il fit parti des meilleurs dans ce match, et fut expulsé à tort.

Sa réaction, elle inquiète sur son niveau de nervosité, mais footballistiquement, il retrouve peu à peu son vrai niveau.

Il va falloir regarder les matchs les gars, pas faire des articles sur du résumé youtube.

@lucky, bien sûr qu'on surcote beaucoup trop nos joueurs !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Kagawa Mania
0 3