En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Luxembourg/France

Les Bleus ont un match

Vampirisée par le retour de Franck Ribéry et Patrice Evra, la semaine bleue nous ferait presque oublier que l'équipe de France a un match à jouer au Luxembourg, qui n'est « un match à la con » que pour les cons. Alors pas de blague, hein.

Modififié
On ne sait pas s'il y avait de bon moment parce qu'on n'a pas la certitude que c'était une bonne idée. Mais si le retour des deux derniers bannis de l'équipe de France (mettons de côté le cas quasi définitif d'Anelka), Franck Ribéry et Patrice Evra, devait se faire, alors mieux vaut que ce soit dans un match avec un danger minime et loin du public français de préférence. Il n'empêche, comme on l'imaginait, ces deux come-back ont réveillé les souvenirs obscurs de Knysna, ceux que Laurent Blanc s'est soigneusement appliqué à planquer sous le tapis tricolore depuis sa prise de fonction il y près de neuf mois, sans s'en débarrasser vraiment. Et cette troisième semaine de mars, qui a célébré le printemps, a aussi imposé le ménage qui va avec. Oui, il était l'heure de soulever le tapis pour exhumer les traces enfouies du naufrage humain de la dernière Coupe du monde. Ou comment une parenthèse internationale qui aurait dû être d'un ennui profond entre un déplacement au Luxembourg et un amical face à la Croatie, a été la plus scrutée depuis le Mondial. On ne sait pas s'il faut s'en réjouir ou le regretter...

Une préparation folklo

Car le danger lié aux convocations d'Evra et Ribéry est de bouleverser l'équilibre nouveau et donc fragile trouvé par les Bleus. Après, c'est le coup du verre à moitié vide ou à moitié plein suivant que l'on estime que le retour des « meneurs » (capitaine et vice-capitaine en Afrique du Sud) est de nature à bousiller le travail fait, faute de consolidations suffisantes, ou que l'on considère que c'est justement le bon moment de réintégrer deux individualités majeures de deux grands clubs à un moment où l'aventure « Euro 2012 » est bien lancée pas encore totalement verrouillée. Comme souvent en football, un sport qui se constate plus qu'il ne s'analyse, c'est la réussite ou l'échec de ce double choix de Laurent Blanc qui le valideront. En revanche, ce que l'on peut craindre, en toute neutralité par rapport à cette décision polémique, c'est qu'elle n'ait bouffé une énergie dingue à l'équipe de France. Entre les deux conférences de presse assez surréalistes des deux revenants, l'entrevue entre Ribéry et Gourcuff (sous l'œil de Jean-Louis Gasset, sans que l'on sache s'il s'agissait d'être là en tant que témoin ou en tant que protecteur de l'un des deux joueurs), les signes ostensibles, et un tantinet surjoués, de bonne humeur et de bonne entente (le check Ribéry-Gourcuff est déjà dans la légende), on doute que ça ait été la préparation idéale pour un match de qualification.

Méfiance les gars, méfiance...

Evidemment, on entend déjà les arguments quant à ces réserves : ce n'est que le Luxembourg en face. Pas faux. Mais dire ça c'est aussi dire que les joueurs du Grand Duché n'ont pas paumé chez eux depuis trois matches, une série inédite depuis quinze ans et pas établie face à des peintres qui plus est : deux mondialistes (Algérie 0-0 et Slovaquie 2-1) et le tombeur des Bleus au Stade de France (0-0 face à la Biélorussie). Et beaucoup ont oublié que la France n'avait collé qu'un tout petit 2-0 à Jeff Strasser et ses potes. En clair, il faudra quand même faire le job. Et bien, tant qu'à faire. Car dans l'idée d'une reconstruction en bonne et due forme, après une constance installée et une solidité à peu près retrouvée dans les pas d'une charnière Mexès-Rami de plus en plus complémentaire, il faut désormais du jeu. Il y a eu de belles choses face au Brésil en février ? Oui mais seulement à onze contre dix, alors qu'à égalité numérique, Robinho and Co avaient gentiment promené les Bleus. Et puis forcément dans le prolongement des interrogations que l'on a sur cette vie de groupe, on guettera avec attention les comportements individuels, et éventuellement la relation technique, des deux ex-bannis et de ceux que leur retour pourrait perturber, suivez notre regard.


Gourcuff (aussi) dans l'œil du cyclone

Car il ne faut pas se cacher derrière son petit doigts : si Ribéry et Evra seront scrutés soigneusement, il en va de même pour un Yoann Gourcuff, très décevant depuis vingt mois, et désormais lui aussi soumis à une exigence de performance. Probablement repositionné en tant que numéro 8, aux côtés de M'Vila, le Lyonnais a le volume, le sens du sacrifice et la technique pour bonifier cette fonction inhabituelle, mais plus suffisamment de confiance et de charisme pour assurer son rôle naturel, meneur de jeu, désormais confié à Samir Nasri qui a de plus en plus la gueule d'un futur capitaine de la sélection. Et peut-être même dès le rendez-vous luxembourgeois, en atteste la présence de l'ancien Marseillais en conférence de presse la veille du match, traditionnellement dévolue au porteur du brassard. C'est une émergence légitime, au regard de la dimension prise par le Gunner cette saison et de son goût pour le leadership, et des insuffisances sportives d'Alou Diarra, le skipper nommé par Blanc sur les dernières sorties. Et pourquoi ne pas le dire, une émergence souhaitable pour juguler le poids du retour de celui qui aspirait publiquement à l'être et celui qui n'avait rien demandé mais à qui on l'a confié quand même. Pour des comportements que tout le monde connaît. Oui, quel que soit le bout par lequel on prend ce Luxembourg-France, on y revient encore et toujours.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 52 minutes Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 2
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom