En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // France/Serbie (2-1)

Les Bleus et Matuidi régalent le Matmut Atlantique !

Un Blaise Matuidi des grands soirs n'aura mis que 25 minutes pour mettre la Serbie à terre (2-1). Une belle victoire que ne reflète pas vraiment le tableau d'affichage.

Modififié

France - Serbie
(2-1)

B. Matuidi (9'), B. Matuidi (25') pour France , A. Mitrović (40') pour Serbie.


Si Blaise Matuidi a pris la bonne habitude de marquer sous les couleurs du PSG, il a aussi pris le même pli avec le maillot des Bleus. Mieux encore, pour les honneurs nationaux, il y met la manière. Au rebond à l'entrée de la surface de réparation serbe, après un corner repoussé, le Parisien offre son meilleur équilibre et une volée d'une perfection rare, qui va beaucoup trop vite pour le portier serbe. 2-0 en 25 minutes de jeu et un doublé de Blaise, de plus en plus indispensable dans le onze de Didier Deschamps. Ce but de fou a donné le ton d'une partie placée sous le signe de l'envie, et du récital technique, même si les nombreux changements inhérents aux matchs amicaux ont brouillé la copie à mesure que la fin approche.

Des Serbes désorientés


Parce que oui, les Bleus ont régalé la chique, en première période. À tel point qu'au bout de quelques minutes, on s'est même demandé si l'addition n'allait pas être trop lourde pour des Serbes assez vite désorientés. Les joueurs de Didier Deschamps impriment d'emblée leur patte sur le jeu. Construire tranquille, proprement les actions, et favoriser le jeu court, dans des petits espaces, semblent être le leitmotiv de la bande à Lloris. Bon, il faut dire que la tête victorieuse et rageuse de Matuidi aide bien à se mettre dans les meilleures conditions, dès la 9e minute. Sur un centre de Sagna qui plus est. Tout semble réuni. Mais au-delà de ça, ce sont bien les combinaisons collectives et la maîtrise technique des Français qui enflamment le public bordelais. En même temps, après 21 ans de disette tricolore officielle en Gironde (France-République tchèque de 1994, à Lescure), il pouvait difficilement en être autrement. Mais le Matmut Atlantique, rempli à l'amiable (42 000 spectateurs), ne boude pas son plaisir de voir enfin du football sur sa pelouse. Parce qu'il y en a !

Les mobylettes, ça décoiffe !


Les mobylettes Trémoulinas-Valbuena à la baguette, sur l'aile gauche, et ça décoiffe sévère. Les régionaux de l'étape donnent du fil à retordre à Ivanović et consorts. Et du taf à Giroud, lequel ne saisit pas sa chance face à la cage de Rajković (24e et 45e). Trop c'est trop, le Gunner est sifflé par un public très capricieux. Mais l'essentiel est ailleurs. Les Serbes ne touchent quasiment pas le cuir. Hormis sur l'une de leurs rares contre-attaques, et le tir de Gudelj, que Lloris repousse avec détermination (18e). Pourtant, après un coup de billard Marković/Mitrović, Lloris ira bien chercher le ballon au fond (39e). Mais, à la ramasse complet, malgré ce sursaut de fierté, les Rouges subissent. Il faut dire que le trio Griezmann-Pogba-Matuidi fait tourner en bourrique Matić et ses collègues. Dès que les Bleus attaquent, ces derniers ont le frisson dans le dos…


Et si la deuxième période débute sur les mêmes bases théoriques, le rythme n'est pas vraiment identique. On constate qu'il y a moins de petits ponts pour Griezmann, moins de passements de jambe pour Pogba, et toujours autant de sifflets pour Giroud… bientôt remplacé par Benzema (62e). Les débats sont désormais plus équilibrés. Les Français lèvent le pied, les Serbes le mettent. Mais c'est dans l'esprit. Bon, Griezmann tente le petit ballon malin au sol, mais le poteau le lui renvoie (52e)… Avec super Blaise sur le banc et remplacé par Kondogbia à la pause, les transmissions sont moins fluides, les Serbes jouent plus haut dans le camp d'en face, et Radovan Ćurčić fait tourner son effectif. Il ne se passe plus grand-chose sur la pelouse et on s'endort en tribune… Petrović, nouvel entrant, tente bien de réveiller tout le monde, mais sa fusée termine dans la Garonne (86e). Bref, l'équipe de France, elle, termine sa semaine internationale en beauté. Elle a certes perdu Fekir, mais elle s'est définitivement trouvé un milieu pour marquer. Régulièrement. On prend.

À lire : les notes du match

Par Laurent Brun, au Matmut Atlantique de Bordeaux
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 19:11 Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner Hier à 12:38 Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis !
Hier à 12:17 Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 Hier à 10:05 Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mercredi 21 février Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 90 mercredi 21 février Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 20 mercredi 21 février 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 mercredi 21 février BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1