En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Équipe de France – Liste de Didier Deschamps

Bleus : Le périple jeune ?

Varane, Sakho, Pogba, Grenier. Contre l’Ukraine, ils n’étaient que quatre dans la liste de Didier Deschamps. Quatre à avoir 24 ans ou moins. Pourtant, à l’aube du Mondial et alors que Deschamps annoncera à 14h le groupe qui affrontera les Pays-Bas en match amical, nombreux sont les bambins qui frappent à la porte des Bleus et postulent à une place au Mondial.

Modififié
Non, Michel Polnareff, on n’ira pas tous au paradis. Même pas eux, non. Le soleil, le pays du football, les caïpirinhas, la Coupe du monde, ils n’y auront pas tous droit. Et parce que Saint-Pierre, déguisé en Didier Deschamps, est un homme qui doit faire des choix, Saint-Pierre est un homme qui se trompe. Certains cracks auront droit à l’enfer des vacances tandis que certains footballeurs du péché s’envoleront à Rio. Si aujourd’hui, un secteur comme le trident Cabaye - Matuidi – Pogba semble verrouillé, des incertitudes demeurent, notamment sur le plan offensif, où seul Ribéry a la garantie d’une place de titulaire à gauche. À droite, la porte est ouverte, et qui dit porte ouverte, dit jeunesse qui se faufile. Jeunesse dorée même. Tous ne seront pas de la partie, mais ils sont nombreux à être nés entre 1991 et 1993 à pouvoir postuler légitimement à une place dans la liste de Didier Deschamps. Au sélectionneur de trouver le juste équilibre entre talent et expérience, entre folie positive et lenteur maladive, entre trop tôt et à point.

Antoine Griezmann, l’évidence

Vous vous rappelez du cadeau de Noël que vous aviez trouvé en avance en fouillant dans un placard ? Oui, celui que vous attendiez patiemment pendant quelques jours en vous disant, «  ça se trouve, je ne vais pas l’avoir » . Cette surprise de qualité, c’est Antoine Griezmann. À 22 ans, l’attaquant polyvalent de la Real Sociedad est sans aucun doute le meilleur joueur français de la saison. Auteur de quinze buts en Liga cette saison – il est troisième au classement des buteurs derrière Ronaldo et Diego Costa – le natif de Mâcon est tout ce dont la France a besoin. De la vitesse, de la précision technique, de la polyvalence et de l’envie. Capable d’évoluer à tous les postes de l’attaque à trois de Didier Deschamps, « Grizi » est revanchard. Privé de sélection nationale jusqu’en début d’année suite à l’affaire des Espoirs, l’intéressé a toujours assumé sa connerie et a toujours clamé son envie de revenir plus fort chez les Bleus, même pour « remplacer Mickaël Landreau » . S’il a récemment rendu fou le Barça, sa saison ne doit et ne peut pas se résumer à cela. Énorme en Liga où il épate contre les gros et régale contre les petits, mais plus discret en Ligue des champions où son équipe n’a pas brillé, l’enfant d’Anoeta veut grandir. En somme, se priver de Griezmann serait se tirer une balle dans le pied. Bon, si c’est dans le pied de Dimitri Payet, ce n’est pas trop grave.

Florian Thauvin, le futur

Dire que Florian Thauvin était attendu au tournant est un euphémisme. Le Marseillais a passé l’été à défrayer la chronique, l’automne à se bâtir une condition physique et l’hiver à humilier ses adversaires. On peut penser ce que l’on veut du bonhomme, mais le joueur est indéniablement doué. Lui aussi polyvalent, même s’il apprécie particulièrement la liberté de l’axe, le gaucher de 21 ans est également un prétendant logique à une place sur le côté droit libre de l’équipe de France. Auteur de six buts et de trois passes décisifs en Ligue 1 cette saison, Thauvin, contrairement à Griezmann, n’est pas encore arrivé à maturité. S’il y a toujours des surprises dans une liste, son heure devrait être celle de beaucoup de mômes de sa promotion : l’Euro 2016.

Rémi Cabella, le vilain petit canard

C’est ce qu’on appelle un délit de sale gueule. Ou de petit club. Quand le bon Clément Grenier a déjà eu droit à son voyage à Clairefontaine et à trois sélections, Rémi Cabella, lui, monte une collection de pré-convocations. Pourtant, ce n’est pas faute d’essayer de se faire remarquer. Souvent critiqué pour sa dégaine, son amour du gri-gri ou son admiration pour Cristiano Ronaldo le poussant parfois au mimétisme, le Montpelliérain réalise une excellente saison. Auteur de dix buts et cinq passes décisives en Ligue 1, « RC10 » semble avoir passé un cap. Moins brouillon, moins foufou, plus précis et surtout plus décisif, le joueur de 23 ans a un profil très intéressant même si le dispositif favori de Didier Deschamps ne fait pas de lui un favori à la course au Mondial. L’Euro 2016, c’est aussi pour Rémi.

Alexandre Lacazette, la bonne surprise

Il marque autant qu’il tombe. Et ce n’est pas peu dire. À 22 ans, l’attaquant de l’Olympique lyonnais réalise une grosse saison. Avec 13 buts et 2 passes décisives en Ligue 1, le meilleur pote d’Antoine Griezmann crève l’écran depuis qu’il n’évolue plus sur un côté. Vrai joueur d’axe, mais également vrai joueur de 4-4-2, le Lyonnais devrait toutefois pâtir de la très bonne saison de Loïc Rémy, plus expérimenté et peut-être plus complet. Lacazette n’en demeure pas moins le deuxième meilleur buteur français dans les cinq grands championnats. Pas mal pour un type qui n’avait planté que quatre banderilles la saison passée.

Layvin Kurzawa, l’envie impossible

À 21 ans, Kurzawa réalise sa première saison complète au plus haut niveau. Résultat ? Cinq buts, deux passes décisives et des prestations souvent remarquables et remarquées. Une mobylette de couloir moderne, excellent offensivement et perfectible défensivement. L’archétype de la mauvaise idée, en somme. Le joueur qu’on a peur de cramer ou pire, dont on a peur qu’il soit un feu de paille. Mais pour que Kurzawa soit vraiment une mauvaise idée, il faudrait que ses concurrents directs ne s’appellent pas Patrice Évra et Gaël Clichy. Oui, l’équipe de France vit la même histoire avec ses latéraux que l’Olympique de Marseille. C’est l’enfer, du « par défaut » et du « faute du mieux » . Alors pourquoi par Kurzawa dès maintenant ? Pour ses griffes tatouées sur le torse ? Oui.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 9 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 20
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 60 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
À lire ensuite
Qui es-tu, l'enfer turc ?