1. // Euro 2012
  2. // Groupe D
  3. // France/Ukraine

Les Bleus à la conquête de l’Est

Cet après-midi (18h), l’équipe de France doit impérativement battre l’Ukraine si elle veut maîtriser le destin d’une qualification lors du troisième match face à la Suède. Mais le pays organisateur est redoutablement préparé pour ce rendez-vous. Oui, il va falloir sacrément hausser son niveau pour faire chuter Sheva & co. Flippant, mais bandant !

Modififié
0 20
C’est un charme suranné dont on se serait peut-être passé, mais c’est un charme quand même. À l’heure du football mondialisé, observé sous toutes ses coutures, où l’on pense tout connaître du ballon rond où qu’il se joue, le rendez-vous avec l’Ukraine renvoie à quelques schémas anciens. Quand l’équipe de France se rendait dans les pays de l’Est sans tout savoir de son adversaire, quand elle n’en connaissait carrément rien pour en revenir la plupart du temps avec une bonne fessée et les résonnances d’un Thierry Roland traitant l’arbitre de « salaud » . Pour ce second match du groupe D, c’est un peu une idée voisine qui resurgit. Car ces Ukrainiens recèlent une part de mystère.
Non pas que tous les noms qui composent cette équipe soient inconnus, loin de là, car qui peut ignorer l’incroyable pedigree d’Andrei Chevtchenko, attaquant majuscule des années 2000.

Mais même le Ballon d’Or 2004 propose sa dose de secret(s), lui dont la performance lors du premier match face à la Suède (2-1, doublé de Sheva) semble surgie de nulle part après quelques années en hibernation complète et une saison quasi-blanche. Au vrai, c’est toute l’escouade de Blokhine qui semble métamorphosée, sans aucune comparaison possible avec celle qui avait pris une dérouillée par la France, il y a presqu’un an jour pour jour, un soir où un débutant nommé Marvin Martin (deux buts) avait ressuscité quelque chose des débuts de Zidane. Oui, ce soir, il faudra oublier ces quelques repères et s’apprêter à vivre un choc intense, étouffant, face à une équipe totalement transformée, préparée comme aucune autre équipe de cette phase finale, « à l’ancienne » comme dirait Guy Roux sur le plateau du « Grand Journal » , et c’est forcément un paramètre qu’il faudra prendre en compte pour des Bleus qui joueront une seconde fois à 18h et dans la fournaise qui va avec.

Muscler le coaching

Mais avant de se préoccuper de cet adversaire dont on sait qu’il faut surveiller le jeu dans les couloirs, surtout à droite, et qu’il faut aller chercher au niveau de sa défense centrale plus en vrac que la nôtre, il faut se pencher sur le jeu des Bleus. Et chercher une solution pour sortir de l’impression mitigée qu’a laissée le premier match face à l’Angleterre (1-1). D’ailleurs, c’est comme si Laurent Blanc, plutôt satisfait dans un premier temps, avait pris le temps de visionner la rencontre et s’était rendu compte de la trop grande prudence de la bande à Lloris, pourtant largement soulignée un peu partout. « Les joueurs offensifs doivent faire la différence, mais il n'y a pas qu'eux. Sur le match contre l'Ukraine, il faut que les joueurs se lâchent. On ne peut pas rééditer les trente premières minutes de lundi. Donc, quel que soit le secteur, on leur dit : Lâchez-vous !  » Vrai. Il faudra dépasser sa simple fonction pour aller chercher cette victoire, seul résultat qui permettrait de garder son destin en main.

Provoquer davantage et occuper un peu plus la boîte. Car, face aux Anglais, tout le monde y est allé de son petit décrochage (d’aucuns diraient de dézonage) sans jamais aller se frotter à Lescott et Terry. Une faiblesse des attaquants tricolores, bien entendu, mais aussi de Blanc dont le manque d’audace dans le coaching, en laissant Giroud sur le banc, a peut-être été la plus grande faillite lundi. Mais c’est un sacré dilemme qui se pose face au Président, un équilibre savant, mais fragile, à trouver entre maîtrise collective et force de percussion, entre récupération renforcée (M’vila seul ou associé à Diarra, en sortant Malouda ?) et capacité d’accélération (Nasri sur la touche pour Ben Arfa ou Menez ?). Autant de problématiques qu’il va tout de même falloir régler avec culot pour en finir avec ces huit matches sans victoire en phase finale internationale, depuis la demie du Mondial 2006 face au Portugal (1-0). Une série comme une nuit noire dont les Bleus seraient bien inspirés de sortir sous le soleil ukrainien. En espérant que celui-ci ne s’appelle pas Chevtchenko.

Par Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

ReynaldPedros Niveau : DHR
Alleeeeeeeeeeeeeeeeeez !!!

Trop envie de voir un gros match des bleus... Cahuètes, bières, shots (pour les buts), vocalises, on est prêts là !

Jouez messieurs, et battez-vous comme des morts de faim.
RahXephon Niveau : CFA
Hop, un match avec de l'intensité et une victoire à la clé pour les Bleus, j'y crois.
Allez les gars ! Faites nous kiffer.
Une victoire qu'on n'aille pas jouer en se chiant au froc contre la Suède !
reggie miller Niveau : District
De l'audace lolo de l'audace ! a moins que blanc projette de faire 3 match nul pour sortir des poule i va falloir prendre des risque est surtout aligner giroud
Pourquoi je lis dans pas mal d'articles "Chevtchenko" alors que sur ses maillons y'a écrit "schevtchenko"?!

C'est pareil pour le bayern munich, de temps en temps y'a écrit "FC hollywood" à la place?

Quelqu'un peut-il m'éclairer ?
RahXephon Niveau : CFA
Note : 1
Orthographe française. Pour prendre un autre exemple, les français écrivent "Chostakovitch", les allemands "Schostakowitsch" et les anglais "Shostakovich". Ben c'est pareil pour Chevtchenko.

En fait, il faudrait écrire Шевченко (je croise les doigts pour que les caractères passent). Mais bon, ce serait un peu compliqué.
@Ginove:

Cela s'écrit pas dans cet alphabet de toute façon, donc tu fais un peu comme tu veux.

Je crois que la traduction veut que ce soit Chevtchenko, mais que comme il était arrivé en Italie ou le "Ch" se prononce "K", ils ont préféré mettre "Sh" pour que les tifosi prononcent bien.

Sinon effectivement c'est sympa une équipe à l'ancienne, qui ne maitrise pas grand chose mais qui joue à la solidarité et avec beaucoup de générosité dans l'effort. Peut-être l'équipe idéale pour "décoincer" les bleus, comme le voudrait Lolo Blanc.
Ah, j'ai été devancé...

Le "Sh" est en vigueur en Italie et en Angleterre alors...
Bazibouzouk Niveau : CFA2
"Shevchenko" est la translittération du cyrillique ukrainien vers l'anglais tandis que "Chevtchenko" est sa translittération en français.

Par exemple en allemand c'est : Schewtschenko
Bafetimbite Gomis Niveau : District
Au fait quelqu'un a retrouvé la queue de cheval Voronine? Je sens qu'après Sheva contre les vikings, c'est lui qui va frapper un grand coup.
zac l'arnaque Niveau : DHR
voila mon pronostic
3-1 pour la france
doublé de Benz (deux frappes en dehors de la surface)
et un but de ribery
contre un but de sheva sur une penalty provoqué par mexès ( remplacé à 75eme par Kosc)
Plasil Power Niveau : CFA
Et en mandarin, ça s'écrit comment ChefChefKo?
Sinon, allez les bleus pour cet aprem, en espérant qu'ils confirment les signes encourageants qu'on a pu voir depuis quelques temps tout en se sortant les doigts comme le suggère poliment Blanc. On est meilleur que les ukrainiens, mais encore faut-il être à la hauteur de l'évènement qui nous attend...
PaysanSansVaches Eindhoven Niveau : District
Tant que Shevshenko, ça s'écrit en 10 lettres, Arielle Boulin et Bertrand Renard like this.

Bon sinon également hâte de voir le match (et j'espère + de cynisme et de réalisme de l'EDF) mais curieusement, je n'ai aucune angoisse particulière en cas de défaite voire de quasi élimination.
C'est grave?
Plasil Power Niveau : CFA
Ukraine : Pyatov - Gusev, Mykhalyk, Khacheridi, Selin - Yarmolenko, Tymoshchuk, Nazarenko, Konoplyanka - Voronin, Shevchenko.

France : Lloris - Debuchy, Rami, Mexès, Clichy - Nasri, Diarra, Cabaye - Ménez, Benzema, Ribéry.

----
2 changements quand même! Bon Diarra risque d'avoir un sacré taf avec toutes les tripoteuses de ballon devant lui + 2 arrières latéraux qui ne se privent pas trop de monter (pour centrer pour personne?). Si les joueurs respectent les consignes (supposées) du coach (à commencer par Benz à qui on a dû dire, arrête de dézonner et n'oublie pas que tu es attaquant) ça peut faire mal. Ca peut aussi être un joyeux bordel où tout le monde se marche sur les pieds de manière bien plus grave que ce qu'on a vu contre les rosbeefs...
Bref, pas fan de cette compo mais on jugera à 20h00...
Pierre du Bayern Niveau : CFA2
Si les bleus ne nous sortent pas un gros match, c'est fini je lache pied, Nasri s'il marque à intérêt à se réjouir pour lui d'accord, mais surtout pour ses potes, l'équipe et la France, sinon c'est décidé, je deviens fan 100% de la Mannschaft...

Sans déconner, et sans vouloir être méchant avec le pays organisateur, crevez les !!! 13-0 BOOOOOM !
Denoueix-touch Niveau : DHR
"Rain over me" en son dans les sonos de Ukraine- France, ils sont réactifs les dj ukrainiens.
Il n'y a pluie qu'à patienter...
Les notes du match quand même.
Lloris (8) : Ex-cel-lent, comme d'habitude, même s'il doit sa place à un orteil récalcitrant de Mandanda (9). A bien , euh non, a ma-gni-fi-que-ment négocié la passe appuyée de Mexès, première occasion des Ukrainiens.
Clichy (10) : parce qu'Evra verra.
Mexès (10) : parce que 10% de MG
Rami (10) : pas de jaloux
Arrière droit non noté (pas vu sous la pluie)
Menez non noté (s'est engouffré à droite puis a renoncé)
Nasri non noté : il essayait juste de repérer le journaliste de l'Equipe dans les tribunes pour son hommage en langues des signes 1ère année.
Ribery (9) : pour sa course après Ménez, battu.
Benzema (10) : a été tenté de jouer plus bas, mais a renoncé en voyant Laurent Blanc.
Giroux (10) : quoi il n'était pas titulaire ? Pour quand il rentrera alors.
Diarra (11) : déjà impeccable.
Pour patienter, je me repasse "Forza Bastia 78" de Tati (merci So Foot), avec sa célèbre séquence sur la pelouse inondée de Furiani, qui devrait inspirer les responsables du stade de Donetsk
Des changements tactiques audacieux et pragmatiques, une température qui baisse, une pelouse bien arrosée mais pas trop, le tonnerre, l'orage, une suspension, la reprise; ok, c'est bon! On va les niquer! lol

Impossible n'est pas Français!

Allez les Bleus!
Bon, je mets les notes à jour (de rien).
Lloris (10) : Etait déjà sur la trajectoire, fait un arrêt "é-nor-me", ben ouais.
Mexès/Rami : un zéro, un seul, à se partager, c'est la crise.
Clichy (10) : 8 + la note d'Evra
Debuchy (10) : parce que losc on est bon, on est bon.
Diarra (10) : -1 (mais qu'est-ce qu'il assure, le joueur ideal pour jouer 10 match par an).
Menez : si ça continue comme ça, les vendanges et les cartons, il risque d'être vendu au Milan AC.
Ribery (10) : il y croit.
Nasri (10) : respecte avec zèle les consignes de Laurent Blanc.
Benzema (5) : si il continue comme ça, il va être vendu au PSG.
J'ai encore oublié Cabaye. mais j'ai préféré laissé Mandanda (12) en doublure derrière Lloris.
Valbuena (pas noté) va rentrer mettre un peu de logique dans tout ça.
Même si dix matches par an ce n'est pas beaucoup, je corrige et mets donc le pluriel aux allumettes.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 20