En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // JO 2012
  2. // Petite finale
  3. // France/Canada (0-1)

Les Bleues perdent le bronze

La France a dominé, la France aurait dû l’emporter. Mais si le football se résumait au nombre d’occasions, ce serait trop simple. Les Canadiennes ont donc attendu, et réalisé le hold-up à la dernière minute (0-1). Les Bleues terminent 4e, comme aux derniers Mondiaux.

Modififié
France – Canada : 0-1 (0-0)

Buteur : Matheson (91e)

Ce sont deux équipes traumatisées qui se sont affrontées cet après-midi pour une médaille de bronze. Deux équipes cruellement éliminées en demies, qui ne s’en étaient pas encore remises. Avec de tels états d’esprit, un mix de déception et de peur de perdre, le Canada et la France ont joué un match fermé. Les Bleues ont su puiser dans leurs ressources, pas les Rouges. Et pourtant, ce sont les attentistes Canadiennes qui ont profité de leur seule occasion pour monter sur la 3e marche de ces Jeux. Une leçon de réalisme que les Françaises pourront retenir.

Encore un match fermé

C’est la tête dans le cul que les deux équipes entrent sur le terrain. Encore sonnées par leurs éliminations respectives, les filles ont du mal à se mettre dans le rythme. Et comme (trop) souvent, la rencontre est rythmée par les erreurs techniques. Davantage du côté français que canadien, au départ. Sur les premières offensives des Rouges, on sent bien que le trio Bompastor – Franco – Bouhaddi (qui nous gratifie d’une superbe glissade) n’y est pas du tout. Comme d’habitude. Pas pour rien que la paire Sinclair – Tancredi, la plus prolifique du tournoi, cherche constamment à passer sur les côtés… Mais si la tactique est en place, il faut attendre les occasions.

En gros, pour les adeptes de sensations, ce match est un cours de yoga. Même quand Thomis s’échappe sur la droite pour un face-à-face avec Higlander (26e), c’est mou du genou. Mieux vaut ne pas s’en plaindre, car cette occasion sera la seule d’une première période inexistante. Le Canada attend la contre-attaque, la France tricote sans trouver la faille. Un remake du match contre le Japon, en somme. Un match fermé, sans rythme et sans folie. Dur.

Prise de conscience


Malgré les difficultés de la première période, les filles semblent remotivées à leur retour des vestiaires. Bruno Bini a visiblement fait son taf, les Bleues sont bien plus entreprenantes et cherchent davantage la profondeur. Élodie Thomis, jusque-là bien prise par la défense canadienne, retrouve son rôle en débordement, et offre de belles occasions à Necib (48e) et surtout Thiney qui tape le montant (61e). La Lyonnaise frappera elle-même la barre quelques instants plus tard (62e). On commence vraiment à voir du football. Pas trop tôt. Les Françaises ont enfin pris conscience qu’il y a une médaille au bout, et se souviennent sans doute de leur 4e place aux derniers Mondiaux. Peur ou envie, on ne sait pas trop, mais les Bleues tiennent le bon bout. Malheureusement, la finition fait toujours défaut : Thiney tente, Franco et Le Sommer se loupent. Quand c’est cadré, il y a toujours un pied canadien pour détourner la trajectoire.

La malchance des Françaises fait le bonheur des autres, fidèles à leur tactique attentiste. Elles ne tentent rien. Ou du moins, elles se contentent des miettes laissées par l’adversaire. Et alors que la prolongation se profile, les Bleues laissent justement un peu d’espace. Assez pour que Matheson vienne crucifier Bouhaddi, à 30 secondes du terme (1-0, 91e). Clap de fin, la France est battue. Battue en ayant tiré 25 fois au but, alors que les Rouges n’auront tenté que 4 fois. Comme contre le Japon, le réalisme a fait défaut. L’issue est la même : malgré leur domination, les filles de Bruno Bini ont perdu. Ainsi, c'est le Canada, qui n’avait pas récolté la moindre médaille dans un sport collectif depuis 1936, qui rafle la mise. Comme l’année dernière, la France termine à la place du con.


Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9