1. // Féminines
  2. // France/Allemagne (2-4)

Les Bleues ont essayé

Logique respectée lors de ce dernier match du groupe A. Pour la première place, l'Allemagne a eu raison de la France au terme d'une rencontre intense et riche en buts. Les deux équipes, déjà qualifiées, affronteront respectivement le Japon et l'Angleterre en quarts.

0 7
France - Allemagne : 2-4


Buts : Garefrekes, Grings, Okoyino da Mbabi pour l'Allemagne. Delie et Georges pour la France.

Opposition culturelle. 1 000 000 de licenciées d'un côté, à peine 60 000 de l'autre, l'Allemagne et la France n'abordent pas vraiment le foot féminin de la même façon. Et, même si les Bleues s'étaient déclarées prêtes au combat, elles n'étaient pas aptes à lutter à armes égales contre les doubles championnes du monde en titre. Lors de ce dernier match de poule, les Allemandes ont donc dominé des Tricolores volontaires mais qui ont payé cash leurs errements défensifs. Un moindre mal, puisque les joueuses de Bruno Bini étaient d'ores et déjà qualifiées pour les quarts après leurs succès inauguraux contre le Nigéria et le Canada. Elles affronteront donc les Anglaises, premières leur groupe, pour un match au couteau qui promet.


54 000 personnes, le Borussia Park de Mönchengladbach est plein comme un œuf. La Mannschaft n'a pourtant pas séduit son public lors de ses deux premiers matchs. Birgit Prinz, la star de l'équipe, en fait d'ailleurs les frais : bam, sur le banc. Coté tricolore, Bini reste fidèle à son 4-2-3-1 qui lui a permis de dépecer le Canada et enregistre le retour en défense centrale de Wendy Renard. Le match débute bien pour des Bleues qui imposent d'entrée un pressing étouffant et obligent les allemandes à jouer long. Une tactique peu payante. Les Françaises, elles, s'en remettent à la vitesse de Thomis, sorte de Loïc Rémy en brassière, en pointe qui court sans répit. 20e minute : l'arbitre siffle un coup-franc à priori anodin au milieu de terrain en faveur des teutonnes. Telle une vulgaire boulette entre Apoula Edel et sa défense, Bérangère Sapowicz et Wendie Renard s'entendent mal sur le ballon tiré en profondeur. Du coup, c'est Garefrekes qui se retrouve seule à l'entrée des six mètres pour marquer de la tête. Reprise du jeu, les françaises accusent le coup et les allemandes essayent d'enfoncer le clou. Dribble à la Jay-Jay Okocha de Laudehr qui met le bouillon à Lepailleur sur le côté gauche et centre dans la foulée. Laura Georges est trop courte et Renard manque à nouveau de malice. Grings double la mise de la tête. C'est la 30e minute et le match semble déjà plié. Attention à la valise. Plus rien ne se passe dans le dernier quart d'heure, fort heureusement car les Bleues sont cuites. 2-0 à la mi-temps, l'Allemagne est en passe de réussir son opération séduction, dans les tribunes ça chante et sur le banc c'est Birgit Prinz qui fait la gueule.


Retour des vestiaires. Les françaises reviennent sur le pré avec de bien meilleures intentions et ça paye. Marie Laure Delie, rentrée à la mi-temps à la place de Thomis, claque une tête victorieuse sur un corner de Soubeyrand. Un but qui change tout : encore un et la France récupère sa première place. Espoir vite tué dans sa coquille. Quelques minutes plus tard, Sapowicz touche une allemande dans la surface : penalty et carton rouge, on appelle ça la double peine. Grings, encore elle, ne tremble pas et redonne de l'air à ses copines. A dix contre onze, ça sent bon la grosse revanche sur le traité de Versailles mais les Bleues refusent la reddition. Nouveau corner pour les Françaises et cette fois c'est Laura Georges qui surgit et catapulte le ballon. Quatre buts de la tête dans ce match, comme un parfum de Premier League dans les ficelles. La troupe de Bini y croit encore mais Delie, seule face au but, croise trop sa frappe. C'en est trop. Une dernière approximation de la défense française permet à Okoyno Da Mbabi de mettre définitivement fin au suspens. 4-2, le score ne bougera plus. Les Bleues terminent secondes de leur poule et devront donc se farcir l'Angleterre puis le Brésil avant d'espérer une revanche en finale contre leur adversaire du jour. Rendez-vous le 17 juillet ?


Ryad Ouslimani et Thomas Lecomte

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Un très beau match agréable à regarder. Le football féminin a vraiment progressé en seulement quelques années. Physiquement, les joueuses sont des athlètes de haut niveau et plus seulement des filles qui jouent au foot. Ca va vite, il y a beaucoup plus de contacts qu'avant, les passes sont relativement rapides et précises. Enfin c'est bien quoi.

Je ne sais pas si les gens ont vu l'interview d'après match de Bruno Bini, mais je pense qu'il doit être un cousin éloigné de Raymond Domenech. Le français noble dans la défaite par excellence :
- "L'arbitre sifflait tout le temps, on peut pas jouer au foot." C'était la même chose pour les deux équipes.
- "Juste au moment où on revenait dans le match, il y a ces faits de jeu qui rendent les choses compliqués".
- "Franchement à 3-2 les allemandes faisaient pas les malignes" Elles étaient déjà qualifiées et menaient au score avec un joueur de moins, elles n'ont pas vraiment donné l'impression de paniquer.

La journaliste ose quand même poser la question qui fâche : "Il y a une différence de niveau quand même ?" ( la réponse est oui évidemment ) Bini répond "Bah je sais pas, on faisait 3-2 à l'extérieur à la 90ème contre les championnes du monde."

Admirable.
General Delacroix, d'accord avec toi sur la premiere partie de ton commentaire, Cependant, sur l'interview de Bini (que je n'ai pas vue, je me base sur ta retranscription), je coince un peu avec ton analyse.

L'arbitrage, tout d'abord. Bon, c'est certes un peu exagere de dire que ca sifflait tout le temps, c'est pas l'impression que j'en ai eu, du moins effectivement, pas plus contre la France. Par contre, j'aimerais qu'on m'explique les cartons attribues a Georges et Renard... Ca nous a penalise beaucoup plus qu'il n'y parait, et j'en suis persuade, car quand ta defense centrale prend peur de mettre le pied, c'est pas bon signe. Je ne parle pas des repercussions sur la suite de la competition.

Je ne suis pas sur non plus qu'a 3-2, les Allemandes faisaient les fieres, il n'y avait qu'a regarder les visages de crispation des remplacantes apres le but de Georges. Apres, elles ne l'ont pas specialement montre sur le terrain, mais elles n'etaient certainement pas aussi detendues que tu as l'air de le dire.

Enfin, oui, il y a une difference de niveau entre ces deux equipes, c'est certain. D'ailleurs, la premiere mi-temps l'a prouve on ne peut mieux. Cependant, apres les entrees d'Abily et de Delie, l'ecart s'est considerablement retreci, et je suis vraiment curieux de savoir ce que cela aurait donne sans l'expulsion de Sapowicz. Je suis persuade qu'avec une egalite numerique tout du long, on aurait pu jouer le Japon samedi. Alors difference de niveau, oui, mais finalement, pas si enorme que ca. En d'autres termes, sur un match, c'est carrement jouable, et si les Bleues pouvaient arriver en finale pour le prouver, ce serait juste royal.
@ Pietro : En fait, j'ai relevé sa réaction parce que c'est vraiment le commentaire typique de l'athlète/entraineur français. Quelle que soit le sport et la compétition concernés, c'est pratiquement du copié/collé : "L'arbitre était pas avec nous" "C'est cher payé" "On méritait mieux" "Les autres était plus forts et plus costauds que nous" "On s'est bien battu" "Si il s'était passé ceci et cela les choses auraient été bien différentes". On peut continuer comme ça pendant une heure. C'est réellement valable pour tous les sports. Il suffit de voir Randy De Puniet en Moto GP cette saison qui n'arrive pas à terminer une course sans se mettre par terre au bout de 3 tours et qui avance toujours les mêmes excuses foireuses.

Je suis d'accord avec toi en ce qui concerne les cartons pour les défenseurs. Il est clair que ça les a pénalisé. Le carton que prend Renard est assez incompréhensible, c'est vrai, mais elles avaient déjà fait plusieurs fautes grossières avant ça, elles savaient bien que ça allait tomber.

En gros c'est pas vraiment le déroulement du match que je remets en question, c'est cette attitude pénible qui consiste à dire "si les choses s'était passées différemment, ça aurait été différent". L'équipe de France a vraiment progressé, et c'est très bien d'arriver à être compétitif contre la meilleure équipe du monde ( avec le Brésil ), mais bon la vérité c'est que la France a mis deux buts sur corner et a été quand même assez dominée. Sur l'action qui amène le penalty et sur le 4ème but, la défense fait deux erreurs de placement importantes, et ça c'est pas une question de cartons jaunes reçus avant.
Enfin, on verra bien ce week-end pour la suite.
D'accord, je saisis mieux. C'est vrai que c'est assez penible, mais cela doit etre une certaine forme d'encouragement pour son equipe. Son interview sur l'Equipe (http://www.lequipe.fr/Football/breves20 … -paye.html) est deja un peu plus coherente je trouve.
General Delacroix : Ayant vu le match sur ZDF avec donc en prime les itw en allemand, je peux me permettre de te dire que ce que tu considères comme francais d´attribuer les échecs à une cause externe à l´équipe n´est pas si frenchy. Je m´explique : Après le match, comme toujours interviews de quelques joueuses et de l´entraineur allemand. Et en substance, c´était : " on a bien géré, on s´est fait quelques frayeurs. À nous de tenir notre position, blabla..." En gros, ce que pourrait très bien dire un entraineur tricolore. Le fait de chercher une excuse et du même coup, expliquer une victoire par une raison inhérente à soi, n´est pas francais mais tout simplement... humain.

ps : J´ai remarqué que de manière générale, on aime dénigrer en France, mais plus que tout, nous aimons remettre en question pas mal de choses. Autrement dit on témoigne d´une certaine flexibilité contrairement aux allemands. Quand ils décrètent que telle chose est performante, aucune raison de la modifier.
tokouille

je suis completement d'accord avec toi. Pour avoir vu le match allemagne-nigeria sur chaine allemande, je rajouterai que le commentateur n'a cessé de critiquer l'arbitrage, très défavorbale selon lui à l'équipe d'allemagne. Apparemment les joueuses/l'entraineuse de l'allemagne ont par ailleurs également critiqué l'arbitrage. Perso, je trouvais qu'en effet l'arbitrage etait un peu dur mais completement exagéré de ne focaliser que la-dessus.

Hier j'ai trouvé l'arbitrage severe pour les françaises. La defaite est cependant logique, l'allemagne etait au-dessus, avec ou sans arbitrage favorable. Les erreurs de la defense française sont quand même grossieres et les 2 buts qu'on met sont beaux mais sortent un peu de nulle part...

Moi hier soir j'ai eu l'impression de voir une equipe tres agressive(dans le bon sens du terme - l'allemagne) et une equipe un peu naive (france). La difference du score est à chercher là. Il y a un écart entre les 2 equipes, physique, dans l'engagement, et dans la mentalité.

Enfin, c'est tellement français de toujours s'auto-critiquer (sans jamais le faire de manière constructive), se saborder, se fustiger...c'est saoulant.
Tokouille : Ca n'est pas le fait d'attribuer des causes extérieures que j'ai relevé, c'est le discours qui consiste à dire "On méritait mieux si il ne s'était pas passé ça et ça et puis ça aussi". En fait hier soir Bini disait "Si on avait fait une meilleure première période, et puis qu'on avait pas eu l'expulsion etc".

Enfin je ne suis pas là pour critiquer la France ou les français, peu importe. C'est juste que c'est exactement le même discours chaque fois que l'on perd et qu'on a pas vraiment envie de dire simplement "On a perdu parce qu'ils étaient meilleurs". Peut être que les autres le font aussi, je ne sais pas.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le Mexique mate les Bleus
0 7