1. // JO 2012
  2. // Femmes
  3. // 1/4 Finale
  4. // Suède/France

Les Bleues iront à Wembley

Les Françaises sont enfin parvenues à rendre une belle copie sur 90 minutes. Ça tombe bien, ça leur permet de gagner face à la Suède (2-1) et de voguer, pleines d’espoir, vers une demi-finale.

Modififié
4 24
Suède - France : 1-2

Buts : Fischer pour la Suède. Renard et Georges pour la France

Un France-Suède en quarts de finale des JO, ça sentait bon la grosse opposition. Et surtout, pour les Bleues, ce match avait des airs de revanche, puisqu’avant la compétition, les Suédoises étaient les dernières à les avoir battues, lors du match pour la troisième place au dernier Mondial (2-1, après quoi les Françaises avaient enchaîné 17 victoires de rang). Le remake d’un match à enjeu, et surtout l’étape cruciale à passer pour un espoir de médaille. Au regard des dernières rencontres françaises, on avait quelques doutes sur leur capacité à élever leur niveau de jeu. Les filles de Bruno Bini ont pourtant su le faire, et de belle manière, pour prendre une revanche sur la Suède (2-1, boom), et se hisser au stade des demies.

Une histoire de coups de pied arrêtés

Le début de match laisse augurer une rencontre équilibrée. De fait, les deux équipes jouent exactement de la même manière, à chercher sans cesse la profondeur, sans pour autant trouver la faille. On ne va pas se le cacher, c’est souvent par maladresse. Du moins, et contrairement aux derniers matchs des Bleues, on ne se plaindra (pas trop) de la qualité technique de la rencontre. Pour la bonne raison qu’il y a de l’intensité. Mais courir dans le vide ne sert pas à grand-chose dans cette configuration, et ce sont les coups de pied arrêtés qui débloquent la situation. Ce que les Suédoises comprennent vite, puisque c’est sur corner qu’elles vont faire plier la défense tricolore. Une première fois en semant le trouble dans la surface, et sur l’action suivante, avec le but de la capitaine Nilla Fischer, qui claque son épaule au premier poteau (18e, 0-1).

Marquer sur corner, bonne idée, tiens. Après quelques grands coups de savate devant, la France imite la réussite suédoise, en inscrivant aussi un but sur coup de pied de coin. C’est Laura Georges qui met sa tête, bien aidée, il faut le dire, par la gardienne adverse qui se troue comme il faut (28e, 1-1). Bon, et si on continuait ? Histoire de varier, les Bleues testent le danger sur coup-franc. Et bien ça marche, Soubeyrand envoie dans la surface, Georges remise, Renard met une praline (39e, 2-1). Bon, les Krisprolls ont mal à la tronche en rentrant aux vestiaires. Pas les Françaises qui se sont servi de leur tête, justement, pour prendre l’avantage.

Gestion béton

Devant au score, les Bleues pouvaient laisser filer, et confier la gonfle aux adversaires. Au contraire, les Tricolores mettent direct le pied sur le ballon. Histoire de mettre un coup de grâce, sans doute. Et si le but est bien entendu de désespérer les Suédoises dès la reprise, celles-ci vont être regonflées à bloc après une occasion de Sembrant… sur corner. Dès lors, les Blågult reprennent l’initiative, et les Françaises de douter. Il est clairement temps de gérer, ce qui signifie couper les offensives à grands coups de pompe devant, et tenter de garder le ballon un maximum. Ce qui marche plutôt pas mal, les Bleues faisant preuve d’application, avec un bon repli défensif. Dans ce cas-là, inutile d’espérer voir des occasions. Pour ainsi dire, jusqu’à la 70e, il n’y en a pas. Après quoi, Necib manque une tête à bout portant (70e) et Fischer fait peur (71e). De quoi emballer la fin de match, mais à l’avantage des Bleues. Un signe qui ne trompe pas quant à la supériorité française. La volonté, aussi, est du côté des filles de Bruno Bini.

Pour la première fois depuis le début des JO, on ne ressort pas d’un match de l’EDF mitigé. Pour la première fois, les Françaises ont réalisé une prestation aboutie. Elles n’ont pas bossé qu'une mi-temps, comme contre la Corée ou la Colombie. Non, elles ont joué leurs 90 minutes. De quoi prendre une revanche, ok, mais surtout un billet pour Londres. Les Bleues disputeront ce lundi une demi-finale, à Wembley, contre le vainqueur de Japon-Brésil. Soit les récentes championnes du monde, soit l’équipe de la star Marta. Qu’importe, si proche d’un podium, tous les rêves sont permis.

Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

brokengenoux Niveau : District
Au risque de passer pour un mysogine, le foot féminin est vraiment un sous-foot, lent peu technique plein de fautes... mais en ce moment c'est la mode, on en parle dans les discussions de hipsters pour faire plaisir à ces dames et les décomplexer face au foot, "ce sport de beaufs".
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 3
Bon match je trouve. Par contre, le fléau du foot féminin porte un nom: gardienne de but ! Autant certaine joueuses mon impressionnée techniquement, autant depuis le début de la compétition, les gardiennes c'est une catastrophe (pour la plupart).
Oui, parce que c'est vrai que le foot féminin avec son siècle de professionalisme, tout l'argent qui y passe, le soutien incomparable des masses, devrait avoir le même niveau que le football masculin, c'est clair. Si ça te plait pas, brokengenoux, faut pas regarder. C'est aussi simple que ça. Et comme ca tu passeras pas pour un beauf avec tes commentaires.
@brokegenoux
Je te rejoins sur le fait que le foot féminin soit lent et plein d'approximations techniques, mais il n'est pas pour autant dénué d'intérêt... Les femmes n'ont pas les capacités physiques des hommes, mais c'est pas non plus une purge à regarder.
Brokengenoux, effet de mode, pendant que l'EDF masculine piétine ;)
bien sur que t es mysogine et en plus t y comprends rien! c est un foot different c est tout et au niveau du mental ca nous change un peu de ces bouffons analphabetes meme pas foutus de se qualifier pour les JO (ca paye pas assez)
et contre la suede en plus qui en feminin n a pas le meme niveau. souvenirs...
bien l bonjour des feminines
En tout cas quel opportunisme sur le deuxième but, un vrai but de Renard! Désolé...
Justement, au vu des qualités physiques des femmes par rapport aux hommes, une adaptation des règles ne serai-t-elle pas bénéfique à un foot féminin en plein essor? Comme le 110m haies en athlé qui devient le 100m haies pour les femmes.

Propositions en vrac: réduire le temps de jeu à 80min et/ou raccourcir le terrain d'une dizaine/vingtaine de mètres
Bravo les filles !
PS : Louisa je t'aime :S
Je veux pas pinailler, mais si tu n'aimes pas les femmes, t'es misogyne. Myso- ça veut dire sale, en gros. Pas que ça ne s'applique pas ici ou quoi.
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Louisa et Gaetane je vous aime !!
Jean-Thierry Niveau : District
Je n'ai jamais vraiment compris le besoin de certains de dénigrer systématiquement le foot féminin en le comparant au foot masculin. Comparer les sports entre eux n'a strictement aucun sens, sinon bêtement polémique. Dire que le foot masculin c'est mieux que le foot féminin me semble aussi inepte que de soutenir la supériorité du foot sur le basket ou sur le curling. Je n'ai pas le sentiment de voir ma virilité amoindrie par le fait que des femmes puissent jouer au foot. Et en l'occurence mieux que moi. Et heureusement pour les joueuses françaises qu'elles sont dans l'ensemble plutôt mignonnes, sinon j'imagine que certains auraient porté le "débat" sur le terrain du gender : si une femme joue mieux au foot que moi, c'est parce qu'en fait, c'est un homme.
Non mais son message c'était pour pouvoir caler "hipsters" "décomplexer ces dames" etc..Il nous l'a joue sociologue en fait
HogOfMontreal Niveau : District
Dites les mecs, les vrais, les avec des couilles-grosses-comme-des ballons et de la testostérone à revendre, c'est moi ou cette phrase de l'article "Une première fois en semant le trouble dans la surface, et sur l’action suivante, avec le but de la capitaine Nilla Fischer, qui claque son épaule au premier poteau" évoque Cuir Chaînes et Dentelles Magazine.
Tout comme Jean-Thierry, je ne comprends pas pourquoi vous voulez comparer le foot féminin et le foot masculin. Le qualifier de "sous foot" et juger ses supporters comme de pauvres moutons suivant la "hype", c'est faire preuve d'une arrogance et d'une étroitesse d'esprit qui me répugne.
brokengenoux Niveau : District
Bon, que les choses soient claires: plein de sports sont aussi intéressants côté féminin que masculin, mais pas le foot. Ce n'est pas pour jouer le sociologue ou faire preuve de mon étroitesse d'esprit mais juste pour donner une opinion. Chacun ses spécialités, mais à tous ceux qui viennent placer leur science du foot féminin, je serais curieux de savoir jusqu'à quel point ils s'y intéressent vraiment.
Jean-Thierry Niveau : District
"chacun ses spécialités"? Tu veux dire les hommes à la tondeuse et les femmes aux fourneaux, les portugais dans le carrelage et les feujs dans la confection?
En tant qu'entraîneur d'une équipe féminine, j'ai appris à ne plus faire de comparaisons avec le foot des mecs. Malgré le fait que l'on parle du même sport, la manière de l'aborder est totalement différente.
Mon point de vue est subjectif mais j'ai du mal à accepter les critiques envers les filles. Passionnées, intelligentes, volontaires, pour la plupart à l'aise techniquement et quoi qu'on en dise parfois très rapides avec ou sans ballon, je prends un plaisir immense à les entraîner (sans sous-entendu bien sûr).
Comme celà a été souligné dans vos posts, les filles ont 100 ans de retard sur le foot masculin, avec ses inconvénients (techniques, tactiques) mais aussi ses avantages (peu de melons surdimensionnés, soif d'apprendre et d'évoluer, à l'écoute).
Bref c'était long mais ça avait besoin de sortir ;)
Par contre les contrôles poitrines au foot féminin c'est mieux que chez les mecs.
Arsène Holmes Niveau : DHR
Coubertin disait, je cite: « les olympiades femelles sont inintéressantes, inesthétiques et incorrectes. Aux Jeux olympiques, leur rôle devrait être surtout, comme aux anciens tournois, de couronner les vainqueurs »23 car « le seul véritable héros olympique est le mâle individuel, une olympiade femelle est impensable, elle serait impraticable ... »

Bah visiblement, cent ans après, certains le pensent encore...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 24