Les Asturies retrouvent les cimes espagnoles

Ça y est. Trois ans après sa descente en seconde division, le Sporting Gijón retrouve l'élite du football espagnol. Une montée qui ravit les Asturies, région qui connaît également le retour au premier plan de son autre locomotive footballistique : le Real Oviedo.

Modififié
26 9
Les rues de Gijón affichent complet, mais restent muettes. Pour sûr, la victoire du Sporting sur la pelouse du leader sévillan ne suffit pas au bonheur de ses supporters. Une demi-heure après le coup de sifflet final, l'attente étouffante prend fin. Le Girona CF, potentiel promu en Liga, se prend les pieds dans le tapis face à Lugo dans le temps additionnel et délaisse sa place dans l'élite au club asturien. De suite, ses aficionados s'émeuvent et déclarent, s'il le fallait encore, leur amour inconditionnel envers Manolo Preciado, mythique coach des Sportinguistas décédé il y a tout juste trois ans. Trois ans, c'est également le temps qu'aura passé cette région du Nord-Ouest de la péninsule ibérique sans connaître la joie d'un match de Liga. Une éternité, pour ces Asturies qui respirent et transpirent l'amour du ballon rond. Comme un bonheur ne vient jamais seul, le Sporting de Gijón transmet sa place en Segunda Division à l'autre mastodonte oublié de la région, le Real Oviedo. Sauvés par leur aficion et pris en main par Carlos Slim, les Carbayones retrouvent eux aussi la lumière et le droit de rêver.

Le Real Oviedo et ses supporters hasta la muerte


L'histoire récente et chaotique des Asturies révèlent de nombreux parallèles avec ses clubs de football. Région martyrisée lors de la guerre civile, elle avait été le lieu de l'un des tournants de la victoire des forces franquistes. Ses mineurs, artificiers dévoués des forces vives républicaines, y avaient ainsi payé un lourd tribut. Idem, une fois l'ère belliqueuse terminée et la transition démocratique ouverte, les Asturies connaissent de graves crises économiques dans les années 90. Ses deux grands secteurs d'activité, la sidérurgie et les mines de charbon, sont en chute libre, et de nombreux emplois tombent aux oubliettes. Un constat des plus négatifs qui s'applique également au football asturien. Le Sporting de Gijón et le Real Oviedo, les deux locomotives régionales et antagonistes, enchaînent péripéties administratives et aléas sportifs. Le Sporting, mieux dans ses comptes, ne doit sa relégation au printemps 2012 qu'au rectangle vert. Une descente qui passe presque inaperçu, puisque Manuel Preciado, entraîneur à la moustache durant cinq saisons, décède quelques jours plus tard d'une crise cardiaque.

Du côté de la capitale de la Principauté, la donne diffère d'un iota. Fauchée comme pas deux, l'entité ovatense est tout proche de déposer le bilan au début du nouveau millénaire. Sa présidence de l'époque s'octroie alors quelques libertés : dette abyssale, falsification des comptes… Tant et si bien qu'en 2003, le Real d'Asturies est relégué au quatrième échelon national. Et ce, malgré un nombre incroyable de 13 000 socios et des affluences à plus de 30 000 spectateurs. À l'automne 2012, alors en Segunda B, soit le National espagnol, il encaisse un nouveau coup de bambou. Avec sa dette de 20 millions d'euros, il doit trouver fissa deux millions pour combler les pouvoirs publics, sous peine de disparaître des radars. Dans un élan de solidarité un peu fou, anonymes du monde entier, anciennes gloires de sa cantera et mastodontes nationaux comme le Real Madrid mettent la main à la poche et s'offrent des actions du club. Une levée de fonds qui revient aux oreilles de Carlos Slim, troisième fortune mondiale, qui décide de devenir actionnaire principale des Carbayones. De chimère, le rêve devient réalité.

De Villa à Luis Enrique, les Asturies sur le toit du monde


L'héritage du football asturien ne se limite pas à ces deux étendards. La profusion des talents qui sortent de cette région lègue également de grands et illustres joueurs. Premier grand artificier de la région, le Sportinguista Quini reste toujours aujourd'hui l'un des meilleurs buteurs de l'histoire de la Liga avec ses 219 pions inscrits sous les liquettes du Sporting, puis du FC Barcelone. Aujourd'hui encore, il reste le délégué de terrain de son club de toujours. De cette même cantera sont sortis Luis Enrique et David Villa qui, chacun en son temps, ont scruté l'Europe, puis le monde de tout là-haut. Du côté de la capitale régionale d'Oviedo, les talents sont également légion. Juan Mata, Santi Cazorla, Adrian ou encore Michu portent la marque azul. Une terre de talents et de ferveur qui retrouve avec joie les cimes du football espagnol pour le Sporting et le football professionnel pour le Real. Désormais, il n'est plus question de faire appel à des supporters bénévoles pour déneiger les terrains durant l'hiver ou de passer la balayette dans un stade inondé. Les Asturiens sont prêts à profiter.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Superbe région !
Geraldo Caribenho Niveau : CFA
ON y crève pas de chaud. Ils ont également de bons plats á base de fruits de mer et du cidre. Oviedo, ils peuvent rester lá oú ils sont.
 //  21:32  //  Passionné de la Libye
Bonne nouvelle pour les Asturies, je reste toutefois toujours triste face à la passivité des deux Castilles qui ne pondent pas grand chose alors que la Castille-y-Léon est entourée de régions de football, étonnant, si quelqu'un a une explication à ce sujet, je suis preneur !

Par contre, Gijon, c'est une ville dégueulasse (sauf pour ses cidrerias et pour l'Université qui y est sublime par contre). Oviedo est, elle, une petite perle, j'invite tout le monde à la visiter. Et buvez leur cidre, rien à voir avec le jus de pomme briton.
saddam_usain_bolt Niveau : CFA2
Incroyable l'effondrement de Girona quand même. Ils squattaient la 2e place depuis des semaines, et ils perdent la montée automatique dans les arrêts de jeu du dernier match de la saison contre une équipe qui n'a plus rien à jouer en championnat...
You'll never walk without gerrard Niveau : CFA2
Pas une région des plues connues le climat y est pas étouffant et ces clubs font partie de notre enfance... Je suis d'accord pour Gijon et les villes industrielles. Enfin, les paysages qui n'y sont pas aussi beau que dans le sud finissent de montrer une terre qui a beaucoup souffert des crises et de la fin du charbon (à l'image de saint Étienne)
Au moins y'a pas les touristes et ça reste sympa comme Oviedo par exemple.
Pas indispensable mais charmant
machete cortez Niveau : District
Message posté par Manalas
Bonne nouvelle pour les Asturies, je reste toutefois toujours triste face à la passivité des deux Castilles qui ne pondent pas grand chose alors que la Castille-y-Léon est entourée de régions de football, étonnant, si quelqu'un a une explication à ce sujet, je suis preneur !

Par contre, Gijon, c'est une ville dégueulasse (sauf pour ses cidrerias et pour l'Université qui y est sublime par contre). Oviedo est, elle, une petite perle, j'invite tout le monde à la visiter. Et buvez leur cidre, rien à voir avec le jus de pomme briton.


Gijon est loin d'être moche,le centre historique préservé est certes plus modeste mais c'est une ville tres vivante, ce qu'est moins oviedo qui reste figé en mode musé. Si je devais choisir pour vivre ce serai gijon.
Mais c'est une region, peu connue, que je conseil a tous et surtout aux allergiques de la cote du sud de l'Espagne. Les asturies c'est authentique, pas de paella ni de sangria, un tourisme encadré et dans sa grande majorité espagnol.
Il faut pas être en quête de grosse chaleur c'est sur mais pour un peu qu'on prenne du plaisir de passer de la montagne la plus paumée a la plage en 30 min ça vaut le coup (le parc national des pics d'europe, llanes, cudillero etc)

bon, PUXA SPORTING, en espérant qu'ils arrivent à se consolider en première malgré le manque de moyen et malgré la rivalité qu'on retrouve un derby asturien en primera au plus vite.
Région super cool, l'anti Costa Blanca. Les picos de europa sont fabuleux, les plages préservées, des petits villages sympas, les casadielles etc. Un des seuls points noirs de la région, ça reste la fabada, dégueulasse
MindTheGap Niveau : CFA
Message posté par pompidou
Un des seuls points noirs de la région, ça reste la fabada, dégueulasse


Je me sens obligé de montrer mon désaccord, voilà :)
Message posté par pompidou
Région super cool, l'anti Costa Blanca. Les picos de europa sont fabuleux, les plages préservées, des petits villages sympas, les casadielles etc. Un des seuls points noirs de la région, ça reste la fabada, dégueulasse


La fabada reste le meilleur moyen de lutter contre la constipation passagère.

Sinon, Oviedo c'est joli mais tu t'y fais rapidement chier. A Gijon, tu peux te prendre quelques vagues dans la gueule quand même. Et le Molinon est proche de la plage.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Tassotti, 35 ans putain
26 9