1. // Bundesliga -10e journée

Les arbitres allemands dans la tourmente

Depuis plusieurs semaines, la colère monte en Bundesliga. Joueurs, dirigeants, journalistes, supporters, tous se sont trouvés un ennemi en commun: le corps arbitral. Il se trouve que les directeurs de jeu agacent par certaines de leurs décisions ou de leurs comportements. Il va peut-être falloir trouver une solution rapide; faudrait pas que ça dégénère non plus.

2 1
«  Schiri, du Arschloch! Schiri, du Arschloch!  » . Tel est l’équivalent du très français «  Arbitre, enculé ! Arbitre, enculé  » dans les stades allemands. Le problème, c’est que cette saison, les spectateurs ont de plus en plus l’occasion de prononcer cette phrase. Les arbitres font certes la loi sur le pré, mais par moments, il semble que le pouvoir qui leur est conféré leur monte à la tête. Les sanctions pleuvent, mais beaucoup prêtent à discussion.

27 août 2011, 4e journée de championnat. Le Bayer Leverkusen reçoit le Borussia Dortmund. 77e minute, Mario Götze conduit la balle, et ne voit pas Hanno Balitsch qui arrive derrière lui. Emporté par son élan, Balitsch accroche légèrement Götze, qui perd le ballon. Dégoûté, Super Mario crache par terre. L’arbitre Wolfgang Stark siffle, et colle direct un carton rouge au petit prodige. Comme ça, boum, sans prévenir. Même pas de deuxième jaune (Götze avait été averti quelques minutes plus tôt), rien. « Glattrot » , comme on dit là-bas. Le petit Mario ne comprend pas ce qui lui arrive. Son vis-à-vis, Balitsch, ne comprend pas non plus. Pour lui, il n’y a ni faute, ni intention de la part de Götze de lui cracher dessus. Il essaye de parler à l’arbitre pour qu’il revienne sur sa décision, il tente de lui expliquer que c’est injuste pour le joueur de Dortmund, mais tout ce qu’il récoltera comme réponse, c’est un carton jaune. A l’antenne, Norbert Dickel fulmine : l’ancienne légende du BVB, aujourd’hui commentateur pour la radio internet du club, traite l’arbitre « d’aveugle » et d’ « Arschloch » . Il écopera d’une amende de 2500 euros. Justifiée, quelque part. Tout aussi compréhensible, les deux matchs de suspension dont écopera Sebastian Kehl pour avoir poussé le quatrième arbitre. Ce qui l’est moins, en revanche, ce sont les deux matchs de suspension et les 10 000 euros d’amende dont écopera Mario Götze.

10 000 euros d'amende pour Völler

Trois semaines plus tard, Leverkusen est à nouveau le théâtre de scènes louches impliquant le corps arbitral. Louches, car l’arbitre se permet d’intervenir, et donc d'attiser la colère de ses interlocuteurs. Lors du derby du Rhin entre le Bayer et Cologne, Podolski découpe violemment Schürrle sous les yeux du juge de ligne, en fin de première mi-temps. Coup franc, pas de sanction. En fin de match, Schürrle découpe à son tour Riether et prend un rouge cash. Au-delà de l’amère défaite 4-1 à domicile face à l’ennemi, c’est le traitement réservé à son joueur qui énerve Rudi Völler. Du moins, le directeur sportif du Bayer estime que Podolski aurait dû être sévèrement sanctionné; s’il avait rejoint les vestiaires plus tôt, il n’aurait peut-être pas été l’auteur d’une performance exceptionnelle (deux buts, une passe déc) cet après-midi là. Völler alpague donc l’arbitre Günter Perl en gesticulant. Perl répond: « Monsieur Völler, pourquoi est-ce que vous ne me dites pas ça dans le vestiaire ? » . Réponse de l’intéressé: « Parce que sinon, personne ne captera, personne ne le saura  » . Bim. La sanction tombe un mois plus tard: 10 000 euros d’amende pour l’ancien renard de l’OM.

Petit à petit, il se dit en Allemagne que les arbitres commencent à prendre sérieusement la confiance. Pas étonnant quand on voit la double affaire qui a eu lieu la semaine dernière. Sans surprise, elle a eu lieu à Gelsenkirchen, car, comme chacun sait, il se passe toujours quelque chose d’énorme quand Schalke est dans la place. Samedi 18h30, le S04 reçoit Kaiserslautern dans l’affiche de la journée. Les visiteurs mettent un peu trop de temps à sortir du vestiaire. Pour l’arbitre Peter Sippel, c’est trop. Il tape à leur porte et crie: «  Allez, sortez! A moins que vous n’ayez la frousse ? » (l’expression allemande est: « die Hose voll haben » , qui signifie « avoir le pantalon plein » ). Le show Sippel continue sur le terrain, puisqu’il exclut injustement Ralf Fährmann, le portier de Schalke qui, bien qu’il soit sorti n’importe comment dans les pieds de Dorge Kouemaha, n’a aucune intention de faire faute. Double sanction: rouge et pénalty. Triple pour Fährmann, même: il se blesse au genou et sera indisponible pour plusieurs mois. Sippel ne s’arrête pas en si bon chemin. En seconde période, il colle un carton rouge à Rodnei pour une faute sur Jurado. Là encore, carton rouge et pénalty. Or, on voit bien que c’est Jurado qui vient faire faute et qui se laisse tomber. Mais ça, personne ne l’a vu, ni l’arbitre central, ni ses juges de touche, ni le quatrième arbitre. En fait, il n’y a qu’un seul arbitre qui l’a vu, et c’est Herbert Fandel, ancien arbitre devenu président de la commission d’arbitrage. Mais lui a triché, il avait la vidéo.

Il est un autre ex-arbitre présent au stade qui a dû voir cette action, mais qui ne s’est pas exprimé dessus, ayant sûrement d’autres chats à fouetter: il s’agit de Doktor Markus Merk, qui selon le peuple de Schalke est responsable de leur malheur depuis dix ans. En mai 2001, Schalke s’impose 5-3 face à Unterhaching et le Meisterschale semblait revenir à Gelsenkirchen après 43 ans d’attente. Mais il fallait encore attendre le résultat du match entre Hambourg et le Bayern, dirigé par Markus Merk. Hambourg mène 1-0, on est dans le temps additionnel depuis de longues minutes, Merk ne siffle toujours pas la fin du match, et accorde un coup franc indirect étonnant au Bayern. Patrik Andersson marque, Merk siffle la fin du match, le Bayern est champion grâce à ce match nul. La Bavière est en joie, Gelsenkirchen n’est que larmes et évanouissements. Depuis cette date, Merk n’avait plus le droit de venir arbitrer à Schalke, pour des raisons de sécurité. Il est revenu la semaine dernière en tant qu’expert pour Sky (la chaîne en pay-per-view) et a été bravement accueilli: fumigènes jetés en sa direction, pintes de bière, et même une boule de billard. Si Merk suscite autant d’engouement à Schalke, et si la situation continue à se dégrader, pas sûr qu’on en reste à de simples « Schiri, Arschloch! » …



Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Il y a eu des affaires de corruption d'arbitres, en Allemagne, ces derniers temps. Vu l'évolution du football, ce ne serait pas étonnant que cela ait continué.


Bon, après, faire un article pour taper sur les arbitres allemands en général car il y eu trois matchs qui se sont mal déroulés depuis le début de la saison, c'est pousser le bouchon un peu loin, je trouve.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2 1