1. //
  2. //
  3. // Lazio-Torino

Les années Lazio de Marcelo Salas

Ce lundi soir, Marcelo Salas sera au stadio Olimpico pour assister à Lazio-Torino. L'occasion de revenir sur ses années à Rome.

Modififié
Lors de la saison 1996-97, le phénomène Ronaldo déferle sur l'Europe. Le Brésilien illumine les pelouses d'Espagne avec le FC Barcelone, au point de s'attirer les convoitises de tous les grands clubs italiens. C'est la Lazio de Sergio Cragnotti qui semble devancer tout le monde sur le dossier. Le club romain a l'accord du joueur et du Barça. Mais au dernier moment, un blitz de Massimo Moratti permet à l'Inter de passer devant les Biancocelesti et de recruter la star brésilienne. Vexé, le président de la Lazio rumine, mais place ses pions pour la saison suivante. Et en cours de saison, il signe un attaquant chilien qui fait des merveilles avec River Plate : Marcelo Salas. Le grand public le découvre le 11 juin 1998, jour où le Matador inscrit un fabuleux doublé face à l'Italie (2-2), en ouverture de la Coupe du monde française. À tel point que les supporters de la Lazio décident d'écrire un chant en l'honneur de leur nouveau buteur : « Che ce frega de Ronaldo noi c'avemo er Matador  » . En français : « Qu'est-ce qu'on en a à foutre de Ronaldo, nous on a le Matador. »

Salas-Vieri, quel duo


Entre la Lazio et Marcelo Salas, c'est un amour au premier regard. D'autant qu'en toute fin de mercato 1998, les Biancocelesti signent aussi Christian Vieri, pour l'une des doublettes les plus prometteuses de la Serie A. Dans un premier temps, le Chilien doit toutefois composer sans Bobo, qui se blesse dès son premier match officiel et doit rester éloigné des terrains pendant quatre mois.


Buteur en Coupe d'Italie et en Coupe des coupes, Salas inscrit son premier but en Serie A le 2 octobre, sur la pelouse de San Siro, face à l'Inter de Ronaldo. Dès lors, le Chilien prend sur ses épaules l'attaque romaine, et se met à planter pratiquement à chaque match. Et après chaque but, le même rituel, « l'inchino » , à savoir mettre un genou à terre et un doigt vers le ciel. Son premier but décisif, il l'inscrit le 6 décembre sur le terrain de la Juventus championne en titre. Un but aussi technique que renardesque, planté à la 81e minute pour une victoire 1-0.

Vidéo

Mais les meilleurs mois de Salas à la Lazio auront lieu de janvier à mai 1999. Son partenaire Vieri revient en effet de blessure pour le premier match de l'année 1999, et le duo se met à faire des merveilles. Première illustration, ce but incroyable inscrit contre la Fiorentina, alors leader de Serie A : passe de Vieri, talonnade de Salas, frappe de Vieri. Un délice. Lors de la phase retour, la doublette Vieri-Salas inscrit 17 buts en 17 journées. La Lazio, longtemps en tête du classement, finit par se faire doubler par l'AC Milan à l'avant-dernière journée, mais remporte en contrepartie la dernière Coupe des coupes de l'histoire.

Coup de casque et Manchester United


Pour sa deuxième saison à Rome, Salas doit composer sans son binôme Vieri, parti à l'Inter pour une somme record à l'époque. Bobo est remplacé par Simone Inzaghi, mais c'est clairement le Chilien qui s'impose comme le véritable leader de l'attaque. Il est d'ailleurs majestueux lors du match nul 4-4 face à l'AC Milan : un doublé dont un coup de casque monumental (sur un centre de Sergio Conceição), qui confirme qu'il est alors, avec son pote Zamorano, le meilleur joueur de tête au monde.

Le but à 2'45
Vidéo


Cette saison 1999-00 est celle de la consécration pour Salas, qui enchaîne les buts aussi bien en Serie A qu'en Ligue des champions. C'est aussi lui qui marque le seul but du match lors de la Supercoupe d'Europe face à Manchester United (1-0).

Le but à 0'48
Vidéo

À la fin de la saison, la Lazio est sacrée championne d'Italie après une folle remontée sur la Juventus. Salas est alors l'un des emblèmes de l'équipe coachée par Eriksson, l'un de ceux qui a permis à l'équipe romaine d'atteindre une autre dimension, au même titre que Nedvěd, Veron, Nesta et Simeone.

Le départ à Turin, le retour à Formello


Pendant l'été 2000, la question se pose : Salas va-t-il rester à Rome ? Idolâtré par les tifosi, le Matador voit deux concurrents de poids débarquer à Rome : Claudio López et Hernán Crespo. Les deux Argentins lui piquent la vedette, même si le Piojo se fait rapidement les croisés et laissent donc à Salas l'occasion de reprendre sa place de titulaire. Mais le joueur n'est plus indiscutable. Souvent blessé, moins décisif, il vit une saison plutôt anonyme, même si l'arrivée sur le banc de Dino Zoff au mois de janvier va le relancer. Zoff croit en lui et lui redonne confiance. Salas se remet à marquer, et participe à nouveau à la remontée des Biancocelesti, qui terminent finalement troisièmes de Serie A. Après trois saisons et 48 buts inscrits toutes compétitions confondues, il met les voiles pour rejoindre la Juventus. Mais son expérience à Turin va s'avérer être un véritable flop. Lui continue de jurer amour à la Lazio, et ce, même après son départ de Turin pour River Plate.

À Rome, encore aujourd'hui, il demeure l'un des attaquants les plus aimés de l'histoire, au même titre que Giorgio Chinaglia, Giuliano Fiorini, Giuseppe Signori, Gigi Casiraghi et Alen Bokšić. Ce week-end, Salas est donc revenu à Formello, près de seize ans après son départ. Après avoir embrassé Simone Inzaghi (le duo d'attaque du Scudetto 2000), il a posé avec l'aigle Aquila.


Ce lundi soir, il sera au stadio Olimpico pour assister à Lazio-Torino. Ironie de l'histoire, c'est justement face au Toro, le 19 septembre 1999, que Salas avait inscrit ce qui est considéré comme son plus beau but sous le maillot biancoceleste. Ou du moins le plus improbable. Ciro Immobile tentera d'être à la hauteur.

Le but à 0'27
Vidéo


Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Ce commentaire a été modifié.
Totti Chianti Niveau : Ligue 2
 //  14:29  //  Tifoso della AS Rome
Y a pas à dire, y en a eu des grands joueurs chez les cousins aussi...

Sympa l'anecdote sur la chanson.
D'ailleurs, de notre côté, on avait une réponse à cela :

"Che ce frega der Cileno, noi c'avemo Totti gol."
En français : "Qu'est-ce qu'on s'en fout du Chilien, nous on a Totti goal."

Ah, le bon vieux temps...
(pour nos deux clubs d'ailleurs)
Note : 2
La fameuse ère des 7 soeurs des années 90... On peut louer la competitivité de la Liga et de la PL, mais quel bonheur d'avoir connu cette periode. Le top du top de l'histoire des ligues de foot.
Allez, mon top 3 des buts de la Lazio de cette époque:

Mihajlovic vs Atalanta


Almeyda vs Parme


Claudio Lopez vs Anderlecht
C'est Stankovic le corner direct?
Dans le doute j'ai vérifié et c'est bien El Piojo Claudio López, l'autre buteur était Roberto Baronio.
Le but de veron contre Valencia en quart de C1 n'etait pas degueu si je me souviens bien..
Almeyda contre Parme intouchable
Nedved en plantait des magnifiques aussi:

Contre la Fiorentina


Contre Arsenal:


Contre Tenerife:
Carrément! Je m'en souviens de ce chant.
A la même époque y'avait aussi "Cafu, Cafu, accendi il pendolino".
Ce commentaire a été modifié.
Totti Chianti Niveau : Ligue 2
 //  11:44  //  Tifoso della AS Rome
Note : 2
Puisqu'on parle de Cafu et de Nedved, je ne peux pas m'en empêcher :

9 réponses à ce commentaire.
C'est bien Gwendal ...
Jed mosly Niveau : CFA2
Ah putain j'suis bien content de pas être le seul à avoir la référence ahah
Normal, baby doll !
euh... j'ai pas compris la reference a gwendal ?
5 réponses à ce commentaire.
La Lazio 99/00 probablement l'une des plus belles équipes de club de l'histoire
Une équipe de malade, des internationaux a tous les postes. Et surtout Veron, bordel quel milieu de terrain il était en Italie! La série A de ces années-la était ultra-bandante!
Ah oui ce milieu Veron/Nedved,ca valait largement un Kroos/Modric . Des internationaux de tout premier plan mais c'était en plus un jeu éblouissant . Ce fut surtout l'équipe d'une saison -a l'image de Salas- le club s'étant fait piller par la suite.
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : CFA2
Veron, Nedved, Almeyda, Conceiçao, Simeone, Stankovic, Lombardo rien que pour le milieu de terrain!
Ah oui, il y a ce but qui me revient aussi, l'ouverture millimétrée vers le coté gauche de Veron, remise en demi-volée instantanée de Mancini pour la tête de Salas:

Et celui-là:

Le pressing d'un attaquant est toujours important !
Quelqu'un s'est permis de te faire un -1 pour ce commentaire pourtant vrai? surement un ado qui suit le foot depuis CR7 et Messi...
6 réponses à ce commentaire.
LesSeinsDeRomaneBohringer Niveau : CFA
 //  14:51  //  Amoureux du Qatar
Cette tête de tenancier de kebab.
Luis suarez Niveau : DHR
Ah le Calcio des 90's, un championnat unique. Rarement un championnat aura eu autant de talent réparti sur quasiment toutes les équipes. Quand tu vois la PL, c'est disputé mais le niveau n'est pas transcendant comparé à ce calcio.
AlvaradoRecoba Niveau : DHR
C'est exactement ce que je me disais, on peut allonger la période jusqu'à début 2000..

Ce championnat avait vraiment de la gueule et était tres compétitif..
Avec le recul c'était vraiment une période délirante a tous niveaux mais surtout au niveau financier. Le calcio avait perdu les pédales avec des masses salariales et indemnités de transferts colossales, sans aucun objectif de rentabilité. Ils le paient toujours aujourd'hui.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  16:16  //  Aficionado de l'Argentine
Note : 1
Oui plus largement, on peut étendre cette période de 1989 (victoires du Milan en C1 et du Napoli en C3 + finale de C2 pour la Samp) à 2003 (finale Juve-Milan en C1).
La grande époque des "sette sorelle" (Milan, Juve, Inter, Lazio, Roma, Parma et Fiorentina) auxquelles il faut ajouter, sur le début de la période, la Sampdoria de Vialli et Mancini (Scudetto 91, C2 90, finale de C1 92, finale de C2 89) et le Napoli de Maradona et Careca (Scudetti 97 et 90, C3 89).
Putain ça me rend nostalgique tout ça...
Note : 1
Pfff.. quand tu vois que mais Udinese avait Bieroff en attaque, que Pise arrivait à attirer quelques futurs joueurs de classe mondiale, que Brescia avait Baggio, Bologne Signori. Jamais on reviendra à un niveau aussi haut
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : CFA2
Scudetto 87 l'ami pour le Napoli! (faute de frappe je sais!)

Le Napoli était en pleine crise à la fin des années 1990 (en série B entre 98 et 2000).

Quelle période en tout cas!!!! Je veux pas faire le vieux con surtout que je le suis pas trop (vieux ^^) mais c'était pas loin d'être mieux avant. Argh...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  22:14  //  Aficionado de l'Argentine
Ah oui évidemment, Scudetto 87 et non 97 pour le Napoli : c'était bien sûr une faute de frappe, j'espère que personne ne m'a pris pour un inculte à ce point-là ! ;)
6 réponses à ce commentaire.
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : CFA2
Aaaahh Eric Maggiori! Fan de la Lazio mais des articles toujours au top!

Merci pour cet article. Salas un joueur que j'adore car un joueur de souvenirs d'enfance.

En 1998 je suis allé voir mon premier match à Geoffroy-Guichard, un Saint-Etienne - Louhans Cuiseaux. Quelques semaines plus tard mon père m'y amenait une nouvelle fois, pour voir Chili - Autriche avec Salas-Zamorano d'un côté et Vastic de l'autre. Un partout. J'avais 10 ans. Putains de bons souvenirs!

Chile chichichi lelele Viva Chile!!!!

Et je rejoins mes camardes sur la valeur du Calcio des années 90 et du début des années 2000. c'était une pure folie. Dommage que le Napoli ait été en pleine crise à ce moment.
dard et décès Niveau : District
je me permets une parenthèse en m'éloignant du sujet mais je voulais juste souligner le fait que notre cher Eric Maggiori a depuis toutes ces années toujours su mettre de côté son penchant laziale et a toujours utilisé un ton impartial quant à sa rédaction d'articles sur les autres équipes de la botte et rien que pour ça chapeau bas!
d'ailleurs sa plume se fait bien trop rare sur SoFoot...

Sinon oui quelle sublime équipe cette Lazio avec les Salas Simeone Mihajlovic Nesta Nedved et consorts ça envoyait du lourd la série A
à cette époque!!
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : CFA2
Oh oui ce n'était en aucun cas une critique!!! Juste un petit chambrage! D'ailleurs je ne l'avais jamais deviné moi-même qu'il était pro-Lazio ce qui signifie bien qu'il est impartial!

Je te rejoins sur le fait que sa plume se fait de plus en plus rare ici.
2 réponses à ce commentaire.
karamba120
:) <iframe frameborder="0" width="2" height="0,5" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x5enic5_tir-na-drodze_auto?autoPlay=1&mute=1" allowfullscreen></iframe>
Peppino_Prisco Niveau : DHR
Traitez-moi de fou si vous le voulez, mais la Serie A de mon adolescence (96-2003) c'est une des plus belles choses que j'ai pu voir. C'était quelque chose ... Ronaldo, Vieri, Recoba, Djorkaeff, Baggio, Blanc, Pagliuca, Zanetti, Roberto Carlos, Winter, Zidane, Davids, Del Piero, Cordoba, Stankovic, Nedved, Inzaghi, Cafu, Batistuta, Montella, Crespo, Nesta, Cannavaro, Maldini, Costacurta, Hubner, Signori, Toldo, Rui Costa, Pirlo, Gattuso, Ambrosini, Mihaljovic, Totti, Thuram, Trezeguet, Zamorano, Salas, Simeone, Sensini, Chiesa, Moriero, Di Biagio, Shevchenko, Bierhoff, Peruzzi, West, Balotta, Deschamps, Conte, Guardiola, Piojo Lopez, Delvecchio, Mancini, Marcio Amoroso, Tudor ... Je dois en oublier des dizaines et des dizaines. Sur le plan quantitatif et qualitatif, on a jamais vu un championnat qui regorgeait d'autant de talents.
Peppino_Prisco Niveau : DHR
Comment j'ai pu oublier Juan Sébastian Veron ... Honte à moi, ce mec est mon milieu de terrain favori toutes époques confondues. La classe et l'élégance. Jamais vu un joueur maitriser aussi bien le jeu long que la Brujita.

Juan Sébastian, je t'aime.
Cafu cremes Niveau : CFA2
Les meilleurs etrangers de la planete et une tripotee de grands joueurs italiens evoluant dans des top clubs et des sub top. L'age d'or?
PAULOMALDINI3 Niveau : DHR
Weah Albertini Boban c'est du poulet ??? Sans être fataliste je ne crois pas qu'on pourra revivre une époque pareil, avec autant de grands voir d'immenses joueurs dans le même championnat ..
4 réponses à ce commentaire.
Je n'ai jamais compris l'engouement malsain de SF pour la Lazio. EM a des demi-molles dès qu'il écrit sur le club romain.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  16:18  //  Aficionado de l'Argentine
Ben Eric Maggiori a toujours été un supporter de la Lazio donc rien d'étonnant à cela... Et c'est un amoureux de la Roma qui le dit ! ;)
Sans jouer les naïfs ou les redresseurs de torts, comment peut-on supporter un tel club voire pire en faire son apologie
engouement malsain ? La Lazio est un grand club italien et européen, c'est tout à fait normal de s'y intéresser. Tu dois avoir des penchants gauchistes non pour y voir un côté malsain à commenter une de plus belles pages de son histoire avec Salas et ce scudetto historique. Je suis Juventino mais mon pseudo porte aussi une trace d'un grand attaquant Laziale parti de la Juve chez les "cousins" romains, (les vrais d'ailleurs haha pas cette mascarade de l'AS Roma).
Cafu crème Niveau : Ligue 2
Note : 2
Eric Maggiori est fan de la Lazio, il s'est déjà exprimé la dessus que ce soit en interview papier ou radio (pas sur pour la radio).

Tu peux ne pas apprécier le club je le conçois mais c'est la même chose que pour ta femme, pas comme ton boulot.

Ton boulot tu le choisis et quand ça te saoule tu cherches autre chose. Ton club c'est comme ta femme, quand tu tombes amoureux ça prévient pas et même si tes potes la trouvent relou bah tu restes avec.

Lazio/Roma ou les 2 Milan etc, les maillots sont différents et les passions exactement similiaires.
read my nullitay Niveau : CFA2
C'est le club qui te choisit.
5 réponses à ce commentaire.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  16:21  //  Aficionado de l'Argentine
A-t-on déjà vu duo d'attaquants plus fort de la tête que la doublette Salas-Zamorano avec le Chili ??!
Totti Chianti Niveau : Ligue 2
 //  17:27  //  Tifoso della AS Rome
Pas forcément les plus grands en taille mais attention ça décollait!
LesSeinsDeRomaneBohringer Niveau : CFA
 //  17:28  //  Amoureux du Qatar
Note : 1
Yorke - Cole, c'était pas mal aussi.
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : CFA2
Il y a eu une belle génération d'attaquants (même s'ils ne sont pas tous de la même génération je crois, mais ils ont fréquenté peu ou proue la sélection au même moment (sélection de 82 ou juste après) avec Letelier, Caszely et Aravena.

Mais ce n'est certainement pas à toi que je vais l'apprendre ^^

Je pense pas qu'un duo d'attaquants ait été aussi fort que Salas / Zamorano avec le Chili.

D'ailleurs si le Chili avait ces avant-centres aujourd'hui, avec le milieu qu'il y a...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  23:00  //  Aficionado de l'Argentine
On s'est mal compris, je ne parlais pas qu'au Chili mais dans le monde entier (j'aurais dû dire "que la doublette chilienne Salas-Zamorano"). ;)
Mais tu as raison : un tel duo avec un milieu Vidal-Aranguiz-Valdivia (et Alexis Sanchez en dynamiteur) pour leur donner les ballons, mamma mia !
Je garde en mémoire le duo Brolin-Asprilla à l'époque du grand Parme. Souvenir adolescent donc je crains de manquer d'objectivité
Dans les duos d'attaquants aux forts jeu de tête, il y avait Gullit-van Basten, Raúl-Morientes, Klinsmann-Bierhoff, Yorke-Cole, Shearer-Sutton, Sharpe-Andy Gray puis Lineker du grand Everton au milieu des anneés 80, Hrubesch-Milewski du HSV au début des années 80, Keegan-Toshack du Liverpool des années 70 ...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  23:13  //  Aficionado de l'Argentine
Oui je valide tous vos coms (par contre lufc, je me souvenais pas que Brolin était particulièrement fort de la tête, mais je peux me tromper).

Sinon dans les grands duos d'attaquants forts de la tête, on pourrait aussi citer le mythique tandem de Santos Pelé-Coutinho (tous deux faisaient pourtant moins d'1,75 m mais ils avaient une détente monstrueuse)... ou encore le duo argentino-uruguayen Mario Kempes-Fernando Morena pour le Valencia 80-81.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  23:28  //  Aficionado de l'Argentine
Makaay-Diego Tristan avec le Depor, c'était pas mal non plus (sachant que Pandiani avait lui aussi un bon jeu de tête).
Le duo suédois Dahlin - Andersson au mondial 94.
Et Hateley - Mc Coist aux Rangers toujours à la même époque.

La maitrise des airs était la marque de fabrique de ces deux équipes.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  15:57  //  Aficionado de l'Argentine
D'ailleurs le fameux Rangers-OM disputé sous des trombes d'eau à Ibrox (C1 93) reste l'un de mes plus grands souvenirs de supporter marseillais des 90's ! Ils nous avaient fait trembler ce soir-là...
10 réponses à ce commentaire.
Un artisan aussi de la victoire en coupe d"Italie de la Lazio en 2000 contre l'Inter.
Joseph Marx Niveau : Loisir
D'accord mais quid des MINUTES Lazio de Marcelo Bielsa ?
Rakamlerouge Niveau : National
Les 7 soeurs sont bien mal en point aujourd'hui, les 90's étaient un âge d'or... bâti sur du sable financièrement mais putain ca envoyait... rien que l'effectif de Parme ou de la Fio rivalisaient avec les meilleurs anglais et espagnols sans souci.
Oui il faut toujours mettre en parrallèle cette décénnie italienne avec le modèle financier qui la permettait .Un endettement délirant couplé a des magouilles ( Lazio,Parme,Juve..).Mais oui on a pris un sacré pied et on ne reverra jamais plus ca.
A comparé quand and tu vois comment les anglais dépensent leur fortune ! Les vrais grands joueurs sont en Espagne et Allemagne
On attend de voir ce qu'il adviendra du modèle financier espagnol actuel.
2 réponses à ce commentaire.
Mouais... un peu surcoté Salas... Il n'était pas au niveau de son compatriote Zamorano ou des laziale Vieri et Signori.
Il est vrai que c'était un excellent joueur de tête.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  22:35  //  Aficionado de l'Argentine
Note : 1
Salas surcoté ?
Perso, je préfère Zamorano (question de goût) mais hormis son échec à la Juve, Salas a été excellent partout : à la Lazio et avec le Chili bien sûr, mais aussi lors de ses débuts en Amérique du Sud, à la U puis à River Plate où il avait la lourde tâche de succéder à Hernan Crespo, alors goleador attitré du fameux River 96 (sans doute la dernière grande équipe des Millonarios, qui comptait également les Ortega, Francescoli, Sorin, Almeyda, Gallardo, Ayala, etc...) ! Et le moins qu'on puisse dire, c'est que le Chilien ne s'est pas manqué là-bas...
1 réponse à ce commentaire.
Je ne dis pas qu'il était mauvais. Il était bon mais pas au niveau des meilleurs de la serie A. Il n'a pas mis énormément de buts à la Lazio (biens moins que Signori par exemple) et il y a fini sur le banc.
A la Juve, il s'est planté. Bref, il était bon mais pas top top...
Faut dire qu'à l'époque le niveau de la serie A était stratosphérique.
MariannaLi
Tu veux trouver une fille pour la nuit? Bienvenue sur le meilleur site de rencontres http://goo.gl/AgaNLU
Je réfléchissais justement avant Lazio Torino au fait que ce soit deux anciens joueurs de la Lazio les entraineurs et quand on y pense comme anciens joueurs de la Lazio époque Cragnotti, on a quand même Mihajlovic, Inzaghi, Conceicao et Simeone qui sont devenus des coaches "à succès".
Hier à 09:55 Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 4
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 09:16 Neymar claque un doublé contre la Juve 30 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 29 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 7 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 24 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 10
samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 14 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 10 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13