1. // Mondial féminin
  2. // Finale
  3. // USA/Japon (5-2)

Les Américaines championnes du monde !

Seize après leur dernier sacre, les Américaines sont à nouveau les reines du foobtall mondial. Au terme d'une rencontre prolifique (5-2), les Stars & Stripes se sont adjugé le troisième Mondial de leur histoire face à des Japonaises dépassées, mais vaillantes.

Modififié
8 9

États-Unis Japon : 5-2

Buts : Carli Lloyd (2e, 5e, 16e) et Lauren Holiday ( 14e) Tobin Heath (54e) pour les États-Unis // Yuki Ogimi (27e) et Julie Johnston (52e c.s.c) pour le Japon

De loser à héros, il n'y a parfois qu'un pas à faire. Carli Lloyd, elle, aura attendu quatre longues années pour l'effectuer. Lors de la finale du Mondial de 2011, la capitaine américaine avait loupé son penalty lors de la séance de tirs au but fatale aux USA. Depuis le 17 juillet 2011, ce cauchemar pourchasse la fille du New-Jersey. Mais cela a pris fin ce dimanche. Après avoir inscrit un doublé en moins de trois minutes, Lloyd a achevé sa route vers la rédemption. Sur une récupération et un grand-pont dont elle a le secret, la joueuse de Houston tente un lob sur la gardienne japonaise depuis le milieu de terrain. Cette géniale inspiration se termine dans les cages asiatiques. Cette réalisation permet aux États-Unis d'être à nouveau sacrés et de décrocher leur 3e étoile. Carli Lloyd, tu es pardonnée.

Un air de revanche


Défaits en finale lors de la Coupe du monde 2011 par la sélection asiatique, les États-Unis démarrent cette rencontre avec un goût de revanche dans la bouche. Et si elles n'étaient pas au courant, les Japonaises l'ont très vite compris. À leurs dépens. Après une petite minute de jeu, la Team USA obtient un corner. Morgan Rapinoe le frappe et trouve le pied de Carli Lloyd (2e), 1-0. À peine le temps de faire le dégagement, les Nadeshiko concèdent un coup franc. Rapinoe le botte à nouveau, et évidemment, le cuir atterrit sur Lloyd (5e). Déjà-vu. L'objectif japonais de maintenir le score de parité le plus longtemps possible est mort-né. Les Américaines se font plaisir, et les occasions s'enchaînent, tout comme les gestes de grande classe.



Après une très belle combinaison, Lauren Holiday aggrave la marque pour les siennes (14e). 3-0, le Japon peut passer la manette. Loin de se contenter de ce score, Carli Lloyd décide d'achever définitivement l'adversaire du jour. Suite à une récupération haute, la capitaine américaine frappe le ballon depuis le milieu de terrain. Ayumi Kaihori est loin de ses cages et se fait lober (16e). Incroyable. Avec ce premier triplé inscrit en finale du Mondial féminin, Lloyd entre dans l'histoire de la compétition, et ce, de la plus belle des manières. Le Japon crache ses tripes, mais Yuki Ogimi sauve l'honneur asiatique d'un bel enroulé (27e). La mi-temps est sifflée. Le match, quant à lui, est déjà terminé. Enfin presque.

Les vétérans sur la pelouse


Au retour des vestiaires, les Américaines redémarrent comme lors du premier acte. Agressives et entreprenantes, les Yanks recherchent leur cinquième pion. Mais à trop vouloir marquer, Julie Johnston confond les cages adverses avec les siennes et offre un joli contre-son-camp aux Japonaises (52e). Les Nadeshiko veulent croire à un retournement de situation incroyable, mais les États-Unis ne sont pas de cet avis. Sereine comme à son habitude, la Team USA se repose à nouveau sur les coups de pied arrêtés afin d'offrir à Tobin Heath le septième but de cette folle soirée (56e). Malgré la déroute façon Pearl Harbor, les Japonaises retrouvent leur vrai visage.

Enfin discipliné et concentré, le Japon fait parler sa technique et posent quelques soucis à la défense américaine. À plusieurs reprises, les coéquipières de la Lyonnaise Saki Kumagai frôlent la réduction du score (72e, 74e), mais Hope Solo ne laisse plus rien passer (76e). Le match perd finalement en intensité et les States en profitent pour faire entrer les immortels Abby Wambach et Christie Rampone, toutes les deux fêtées par le BC Place. La fin de match est finalement sifflée sur ce score de 5-2. Deux jours après l'Independance Day, la sélection américaine offre une autre journée historique aux États-Unis. Oh say, can you see…

Par Lhadi Messaouden
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 4
Enfin, une compétition enchanteresse qui nous change, en terme de jeu, de la sinistrissime Copa America.
Voilà ma contribution au trollage du jour.
L'organisation défensive des Japonaises, si efficace pendant tout le tournoi, a volé en éclat en moins de 10 minutes... Elles étaient affligeantes. Vaillantes certes, il ne restait que ça mais face à des Américaines supérieures dans tous les domaines, cette finale était quasiment terminée à la demi-heure de jeu.

Content pour cette folle furieuse de Hope Solo.
Message posté par tamanoir
Enfin, une compétition enchanteresse qui nous change, en terme de jeu, de la sinistrissime Copa America.
Voilà ma contribution au trollage du jour.


Ouais en + c'est bien, en foot féminin tout le monde peut gagner. Sur les 3 dernières compétitions mondiales (CDM-JO-CDM), on a jamais la même finale..
Superbe match, actions à 100 à l'heure, très bon niveau technique, engagement à fond des joueuses, moi qui d'habitude me fait chier devant les matches masculins, j'avais peur de rater un truc en allant pisser!
Si les matches/joueurs de L1 étaient seulement moitié aussi intéressants, techniques, rapides, j'aurais déjà mon abonnement à Bein et les droits TV de la L1 seraient supérieurs aux droits de la PL.
Dommage pour les japonaises, dépassées très rapidement sur des buts sur coups de pieds arrêtés joués au sol, ça allait trop vite pour elles. Bravo pour avoir marqué deux buts après avoir été menées 4-0, elles n'ont pas abandonné, et même après le 5e.
Marrant de voir que le score final st de 5-2, entre deux équipes fières de leurs défenses.
C'est kiffant le foot féminin en fait et ça risque de l'être de plus en plus.
D'accord pour dire qu'on a vu des matchs bien plus palpitants cette année que ce à quoi on a l'habitude dans le football masculin ou à peu près les trois quarts des matchs sont des purges, et c'est normal après tout.
Quant à l'équipe de france, elle aura été bien plus sympa à regarder que son pendant masculin.
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Effectivement,4-0 au bout d'un peu plus de vingt minutes alors qu'une finale est censée représenter la crème du haut niveau,c'est trop bien le foot féminin.Et puis quels buts...un corner à ras de terre et une reprise, un lob de 50 mètres (je sais que le ballon de la coupe du monde 2014 pesait 437 grammes, je suis curieux qu'il n'y ait pas de communication sur le poids du ballon chez les Féminines) des reprises dans la surface comme si on était dans le salon de son grand-père...

Une finale, ça doit être heurté,homogène,équilibré...qu'est-ce que c'est que ce cirque, cette orgie ? Je préfère la CFA 2 Masculine.
J_Vous_Lavezzi Niveau : Ligue 1
Merci Lhadi pour tous ces compte-rendus de la coupe du monde féminine !

T'es le seul à t'être occupé de ça, et tu t'es bien débrouillé avec un sujet dont personne parmi tes collègues ne voulait s'occuper (certainement plus intéressé à dénicher les photos de karim et ses rencontres...)

T'as permis de faire avancer le foot des filles, et ça c'est plutôt cool.

J'espère qu'il y aura d'autre occasions de foot féminin. Et des live de matchs important.

Et au fil des match les comm machistes ont fondus pour laisser place au foot ça aussi c'est cool.

Pour les mauvais coucheurs qui trouvent que les scores trop larges chez les filles révèlent un piètre niveau, révisez donc votre coupe du monde 2014, et les derniers tours de LdC pour voir...

Ce que j'apprécie vraiment dans les matches que j'ai pu voir, c'est que ça joue pour le jeu sans le formatage de jeu issu de centre de formation... Un peu comme Bammou qui essaie de poursuivre son action pour marquer alors qu'il est déséquilibré, alors qu'un type genre N'koudou serait tombé pour gratter une faute. (on peut remplacer les noms des joueurs bien sur).
Et ça respecte les arbitres aussi, c'est bien ça, si ça pouvait revenir chez les gars.
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Concernant les scores larges,je dis la même chose lorsque il s'agit du football Masculin.

Ca ne conteste pas les décisions...mais...je ne sais pas si c'est le hasard ou la malchance car il se trouve que lorsque je regarde une rencontre, il y a une triche caractérisée.Une défenseure Colombienne fait une main volontaire dans sa surface,la dénommée Claire Lavogez simule une faute sur sa personne pour obtenir un penalty.

Moi qui pensait qu'elles étaient dotées de toutes les qualités, qu'elles jouaient à 2000 à l'heure ; qu'elles sont très techniques ; enthousiastes; modestes; courageuses que si on les mettaient dans une équipe de foot Masculin elles partiraient depuis leur propre six mètres,dribbleraient tout leurs adversaires, effaceraient le gardien pour marquer dans le but vide; qu'elles ne trichent jamais...je suis déçu.

Mais que voulez-vous, je suis un mauvais coucheur, je dois accepter mon triste sort.Je n'ai pas la chance d'être béat d'admiration devant tant de qualités.Et ça ne se limite pas qu'au football d'ailleurs.Dans tout les autres corps de métiers,la supériorité des Femmes est évidente.Dans la vie en général même.

Je progresse ces derniers temps, je parviens à reconnaître leurs innombrables qualités mais le problème, c'est qu'elles sont tellement nombreuses que c'est une vie entière que je devrais consacrer pour chanter leurs louanges.Et parfois, je ne peux pas, car j'ai envie...



d'aller aux toilettes :sad: .
Jean Michel Assaule Niveau : Ligue 2
Note : 1
La France battue par l'Allemagne, l'Allemagne battue par les USA, qui finissent par écraser le Japon... C'est vraiment l'Histoire qui se répète !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
8 9