Les ambitions de Mihajlović

Modififié
0 5
Siniša Mihajlović rêve plus grand.

Le Torino, qui a tenu en échec la Lazio dimanche dernier, pointe à la cinquième place de la Serie A. Un excellent début de saison qui appelle à de plus grandes choses dans les mois à venir pour Mihajlović : « Aujourd'hui, le Torino est à 50% de ses possibilités. Ventura a fait un excellent travail pendant plusieurs années ici, mais quand vous reprenez une équipe, vous repartez de zéro. Ils avaient déjà acquis l'intensité à l'entraînement, une mentalité de gagnant et les principes de jeux nécessaires. Maintenant, nous travaillons sur l’âme et l'esprit du Toro, mais nous n'avons accompli que 50% de ce que nous voulons faire. Par exemple, nous devons nous améliorer dans certains aspects précis : accélérer ou ralentir le jeu, la gestion des efforts... Ceux qui pensent que ce que nous voyons aujourd'hui est le Torino ont tort, parce que nous devons devenir beaucoup plus forts. »

Siniša et le Toro peuvent donc bomber le torse à la veille d'affronter l'Inter mercredi, une équipe qui se paie une crise XXL après un début de saison complètement moisi. AC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

touchefresh Niveau : CFA
J'aime bien ces équipes ambitieuses qui bousculent les codes de notre bon vieux football: Leicester en Angleterre (même s'ils ont du mal à confirmer), Torino en Italie, Nice en France, Seville ou Villareal en Espagne, Leipzig ou Mönchengladbach en Allemagne.

Je trouve ça hyper intéressant, ça donne quelques leçons de vertue au foot business actuel

*: Ok Leipzig ça reste un peu du foot business
**: Ok je supporte le PSG ...
Gunner's Dude Niveau : DHR
Il faut arrêter de croire que le "foot business" se résume aux plus grands clubs. Ce serait comme faire d'une PME, une structure anticapitaliste, au prétexte que la production est moindre que dans une grande entreprise.
Les "petits" clubs génèrent certes moins d'argent mais ils ont les mêmes impératifs de rentabilité que les gros clubs. Regarde tout le marketing auquel on a eu le droit avec Vardy, Mahrez & Co : c'est pas du "business", ça?
touchefresh Niveau : CFA
La différence selon moi, c'est que Leicester a attiré le marketing grâce à son football et à sa success story, pas l'inverse. Cette réussite ne s'est pas créé grâce au Marketing (encore une fois, c'est un peu moins vrai pour Leipzig).

Après oui, dès qu'il y a transfert, départ, sponsors, ça devient du business, je te (vous) l'accorde.

Si vous voulez, je remplace "foot business" par "foot des gros sous avec objectif de résultat immédiat". J'aime ce renforcement lent et intelligent de clubs (oui j'aime la méthode Kaisen), leur permettant de s'installer à moyen terme en tant que place forte et stable du football. C'est pas que j'aime les surprises, j'aime l'idée d'un foot un peu plus homogène où le dicton "tout est possible dans le football" soit réellement vrai et ne se manifeste pas uniquement par des épiphénomènes
2 réponses à ce commentaire.
T'aime les surprises quoi.
Je vois d'ailleurs pas en quoi elles bousculent le foot business. Ces équipes pour la plupart y participent largement.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 5