1. // CAN 2012
  2. // Gr.C
  3. // Niger/Tunisie(1-2)

Les Aigles s'envolent vers les quarts

La Tunisie a réussi à se défaire difficilement du Niger grâce à un but de Jemaa en toute fin de rencontre. Presque qualifiés, les Aigles de Carthage ont tout de même galéré face à des Nigériens bien faiblards, mais emmenés par un Moussa Maazou capable du meilleur comme du pire.

Modififié
0 4
Niger - Tunisie : 1-2
Buts: W.Ngounou (9e) pour le Niger. Y.Msakni (4e) et I.Jemaa (90e) pour la Tunisie

Victorieux surprises de leurs vieux amis marocains lundi dernier lors du premier match de poule (2-1), les Tunisiens avaient démarré de la meilleure des manières la Coupe d'Afrique des Nations en maîtrisant sans dominer l'un des favoris de la compétition. La victoire contre le Niger cet après-midi aura été du même acabit, sauf qu'elle permet aux Aigles de Carthage de pratiquement rejoindre les Éléphants ivoiriens et la Guinée équatoriale en quart de finale de la CAN. Un scénario prévisible avant le match. Pas forcément au vu de la rencontre. Pourquoi? Car les Nigériens ont donné du fil à retordre aux Tunisiens. Preuve en est : ce but finalement anecdotique qui aura signé la révolte nigérienne en première période. On joue la 9e minute. Mathlouthi tente de récupérer un haut ballon dégueulasse dans sa surface. Pas vraiment du goût de Moussa Maazou, qui arrive comme une furie et tente de mettre la main. Gêné, « Balbouli » dégage comme il peut, et trouve la tête de Ngounou. L'attaquant des Menas n'a plus qu'à pousser la gonfle dans le but vide. L'arbitre n'y voit que du feu et accorde la réalisation, malgré un geste clair d'anti-jeu de l'ancien Monégasque.

Les contrôles de Moussa Maazou

Pourtant, tout se passait plutôt bien pour les Tunisiens qui étaient parfaitement rentrés dans leur partie. Msakni, auteur du second but contre les Lions de l'Atlas, s'enfonce dans la défense nigérienne et claque un plat du pied que Daouda ne peut qu'effleurer (4e). Le joueur de l'Espérance de Tunis justifie sa titularisation et prouve qu'il suffit de tracer sa route tout droit pour tromper la défense nigerienne. Tout est dans la feinte de la feinte. Déjà 1 à 0 pour des Tunisiens qui ont bien compris qu'il faudrait montrer autre chose pour accrocher la qualif' dès aujourd'hui. Ce même Msakni, chaud comme la braise, aura l'occasion d'assurer le billet pour les quarts à la 16e et 18e minute, mais ses deux intérieurs du pied ne trouveront pas le cadre. Plus rapides et techniques que leurs adversaires, les Aigles de Carthage tiennent le ballon, tentent de construire mais ça reste trop faible pour passer face à des Nigériens qui tiennent la baraque derrière. Et leur point du match nul. Devant en revanche, le Niger a du mal à aligner trois passes. Du coup, on se contente de lancer des longs ballons devant. Malheureusement pour eux, quand ça passe, c'est Moussa Maazou qui est à la réception. Florilège: 2e minute, il hérite d'un ballon au dessus de la défense, effectue un contrôle dégueulasse du genou dont profite Mathlouthi. 17e, il rate de nouveau son contrôle, s'excentre sur la droite et envoie le ballon dans les nuages.

Coach Courbis va pouvoir de nouveau sévir

La mi-temps sert à faire rentrer le meilleur buteur tunisien Jemaa. Le stade s'est à peine rempli, et la rencontre est toujours aussi débridée. La Tunisie tente, sans réussite, mais le Niger peut à tout moment accélérer et mettre à mal la défense adverse. Les Aigles de Carthage bénéficient tout de même des meilleures occasions, toujours par ce diable de Msakni qui enroule trop sa frappe à la 60e. Abdennour, le défenseur toulousain, traverse tout le terrain et envoie le ballon sur le poteau de Daouda (64e). Le Niger répond du tac-o-tac. Sur l'action qui suit, Maazou reçoit un long ballon. Le Ballon de plomb se débarrasse du défenseur et file jusqu'au but mais trouve sur son chemin Balbouli qui sort parfaitement. Deux minutes de folie qui ont le mérite de réveiller le stade, relativement muet jusqu'ici. On s'attend alors à ce que la rencontre s'emballe. Que nenni. Les errances techniques empêchent le jeu de se développer correctement. C'est au moment où le partage des points semble inévitable que Jemaa surgit. Le meilleur scoreur de la sélection s'infiltre dans la surface, profite des rebonds hasardeux de la pelouse et arrache la qualif'. Darragi aurait même pu donner plus d'ampleur avec une barre transversale dans le temps additionnel. Pas grave, les Tunisiens se contenteront de cette courte victoire obtenue face à un faible Niger. Roland Courbis rentre à la maison retrouver les micros de RMC. Comme le Sénégal et le Burkina Faso. On se rassure comme on peut.

Par Arthur Scherer
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Très bon résumé. C'est Darragi et non Dharragi ;)
Comme d’habitude cette équipe de Tunisie est encore présente et ce, depuis presque 20 ans, dans les différentes compétitions.

Ce qui est incroyable pour une équipe qui n'est jamais citée, ni en favori, ni en outsider.

Cela dit la qualification n'est pas acquise, mais en bonne voie.
pazzzo_bianconero Niveau : District
rien que voir les tronches de gerets et rohr lorsque issa met le deuxiéme c'est juste jouissif :D sinon msekni est enorme, darragi nul a chier, et dire qu'on a laissé iheb msekni (le frére du buteur) a la maison alors qu'il est 100 fois plus fort que darragi..allez les aigles <3
Eric Cantona Niveau : Loisir
La Tunisie n'est pas qualifiée. Si le Maroc bat le Gabon et le Niger et que le Gabon bat la Tunisie, on a trois équipes à six points et cela se joue au goal-average après les confrontations individuelles...

Ce n'est pas un scenario improbable non plus, messieurs de So Foot!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 4