En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Amical
  2. // Angleterre/France

Les absents ont-ils tort ?

Laurent Blanc a tranché. Outre Benzema, l'attaque bleue flambera à Wembley avec du cru de L1, la défense avec deux types qui ne savent pas centrer et un Lillois au nom de jeu de société. Ça laisse forcément un paquet de types sur le bord de la route. Revue d'effectif des exclus.

La dernière fois, ils étaient 23. Avant d'affronter l'Angleterre, Laurent Blanc a décidé de ne coucher que 22 noms sur sa feuille. Question «  d'équilibre de groupe et d'équipe » dixit Lolo. Et puis il y a toujours cette foutue bourgade sud-africaine de Knysna, que tous les Français doivent désormais connaître, qui a joué son rôle dans les listes successives de Blanc. Aujourd'hui, à l'heure de dresser une liste des absents, ligne par ligne, une donnée est surtout à prendre en considération : le manque de concurrence.

Les défenseurs :

On écarte d'emblée le débat sur les défenseurs centraux. Laurent Blanc a décidé de faire confiance à Rami et Mexès et joue donc la carte de la patience pour que les deux travaillent leurs automatismes. Qu'on soit d'accord ou pas, cette décision implique pour le moment l'éviction des anciens Squilacci, Escudé ou encore William Gallas, pourtant titulaire à Tottenham, mais plus franchement au niveau international. Blanc a en plus positionné Mamadou Sakho en back-up. Koscielny doit encore s'aguerrir et multiplier les gros matches à Arsenal pour prétendre à une convocation. Sur les flancs de la ligne arrière, Aly Cissokho est hors de forme, reprenant tout juste l'entraînement à Lyon et Trémoulinas est clairement rentré dans le rang à Bordeaux. Abidal est lui enfin fixé à un poste, joue à Barcelone et est logiquement passé devant les jeunots dans l'actuelle hiérarchie. Faute de mieux est-on tenté de dire.

Sur le flanc droit, la compétition est aussi un peu faiblarde. Sagna n'est toujours pas indiscutable avec les Bleus. Certains regrettent dès lors l'absence d'un Christophe Jallet, d'un Mathieu Debuchy ou d'un Rod Fanni, qui est passé en un rien de temps de doublure officielle de Sagna à plus grand-chose. Le Rennais sort tout juste de l'infirmerie (retour effectué contre Lyon). Quant au Parisien et au Lillois, l'explication est finalement assez simple. De niveaux relativement équivalents selon les jugements, l'expérience des grands matches d'Anthony Réveillère a sans doute été privilégiée. Reste Hengbart, qui a éclaté le côté droit d'Auxerre, qui avait gagné sa pré-convocation, mais qui s'est blessé au mauvais moment (absent pour un mois en raison d'ischio-jambiers douloureux).



Les milieux :

Le plus déçu des exclus est un milieu offensif - certain diront attaquant, bref - et s'appelle officiellement depuis aujourd'hui Jérémy Ménez. Le Romain se décrit « dans la forme de [sa] vie » et est « très déçu » de ne pas figurer dans la liste pour affronter l'Angleterre. Mais Jérém' a sans doute oublié qu'il a vendangé l'opportunité de creuser son trou contre la Biélorussie, à l'inverse d'un Payet ou Valbuena, décisifs contre la Roumanie et en Bosnie. Dans l'axe, la liste des absents peut s'étendre de Lassana Diarra à Moussa Sissoko en passant éventuellement par Clément Chantôme. Lass ne joue plus au Real et a toujours la casserole norvégienne collée aux crampons, Sissoko n'est plus aussi décisif qu'auparavant avec le Téfécé, et l'ado Chantôme en est à son premier mois de régularité avec le PSG . Tout ça est un peu léger pour venir concurrencer la véritable première réussite de l'ère Laurent Blanc : un milieu axial quand même performant avec M'Vila, Alou Diarra. Diaby et Matuidi forfaits, Cabaye prend ainsi le premier strapontin des demis déf', le deuxième étant squizzé par Lolo qui souhaite donner un visage plus offensif de son entrejeu à Wembley. Cette explication raisonne aussi juste dans les oreilles de Toulalan, physiquement encore à des années lumières de l'année dernière, et honnêtement pas encore en réussite avec Lyon, ultra-fragile depuis le mois d'août.


Les attaquants :

C'est le deuxième chantier prioritaire des Bleus. Benzema, même sans jouer des masses au Real, est tranquille pour un moment. Laurent Blanc fait dans les mathématiques avec la Benz' : « le meilleur buteur des Bleus actuellement ; le plus expérimenté, celui qui a les meilleures stats » . Pour le reste, on fait dans la L1 avec Gameiro, Hoarau et Rémy. Mais Lolo a zappé Dédé Gignac, en souffrance avec ses stats en championnat, et surtout le Djib' qui claque toujours ses pions chez Hélène (en tête du classement des buteurs en Grèce avec 7 réalisations). On peut toujours en revenir au cas Louis Saha, joueur qu'apprécie particulièrement Laurent Blanc. Mais maudit sous le maillot des Bleus, l'ancien de MU collectionnait les bouts de matches avec Everton jusqu'à mercredi, enfin titulaire contre Bolton. Avec un zéro pointé au compteur-but, Louis n'a pas les stats pour lui pour inciter Lolo Blanc à le rappeler pour le combat de Wembley. Reste le cas Trézéguet. Qu'en penser ? Avec 5 buts en 8 rencontres de Liga, Trézégol serait tout à fait viable pour catapulter deux ou trois ballons qui trainent dans les buts de Joe Hart. Mais quid d'une attaque qui serait alors construite autour du roi David, 35 ans en 2012 ? Quid de sa complémentarité avec Benzema ? Et puis, quid des trajectoires de centres de Clichy ou Sagna...


Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 5 heures La double fracture de McCarthy 2 il y a 6 heures Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 il y a 6 heures Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9