1. //
  2. //
  3. // Probable départ d'Anigo

Les 8 vies de José Anigo

Jeudi, José Anigo tiendra une conférence de presse pour (très probablement) annoncer son départ de l'OM après des années de service. Des années, au cours desquelles il aura endossé autant de rôles que pris de coups. Retour sur le parcours d'un Olympien pas comme les autres.

Modififié
4 31
1983 - 1984 : l'épopée des Minots

Cette année-là, les minots jouent pour la première fois. José Anigo ? Le public ne le connaît pas. Platini va ramasser l'Euro avec l'équipe de France. Quelle année, cette année-là ! Dans le groupe A de la deuxième division, l'Olympique de Marseille profite d'un mélange malin entre vieux briscards et jeunes loups (Anigo, Lopez, Pascal…) pour dégainer une saison folle : 22 victoires, 12 nuls, 2 défaites, 92 buts marqués pour 32 encaissés. Un exercice réussi qui a pourtant commencé par un nul face à Nice et une défaite à La Roche-sur-Yon. Entraînés par le jeune Roland Gransart et portés par l'immense Saar Boubacar, les coéquipiers d'un José Anigo chevelu et titulaire emmènent l'OM vers l'élite après quatre longues années passées dans l'antichambre du foot français. Sa vraie réussite sportive.

2001 : premier intérim comme entraîneur et il envoie chier Tapie

Au printemps 2001, l'OM est embourbé en championnat. Naviguant dangereusement avec la zone de relégation, Robert Louis Dreyfus en appelle à l'inénarrable Bernard Tapie, en qualité d'actionnaire associé en charge du sportif. Avec Tomislav Ivić dans ses bagages, Nanard évite de justesse la descente, mais est confronté aux problèmes de santé de l'entraîneur croate. Contraint de lui trouver un remplaçant pour préparer l'exercice 2001/2002, il convoque le responsable du centre de formation, un certain José Anigo, qui s'installe pour la première fois de sa carrière sur le banc de l'OM. L'intérim sera court (4 matchs), mais surtout marqué par les conflits. Face à un Tapie qui souhaite maîtriser jusqu'à la composition d'équipe, Anigo ne plie pas, refusant de diriger l'entraînement ou arguant du fait qu'il n'est pas « magicien » . Courroucé, Bernard agit : l'éphémère coach est licencié pour « n'avoir pas respecté ses consignes » .


2004 : il va en finale de la Coupe UEFA (et en costard)

15 janvier 2004. Alain Perrin est remercié et José Anigo entame le deuxième intérim de sa carrière phocéenne. Pas le plus dégueu. Décevant en championnat, cet OM va faire de la Coupe de l'UEFA sa chose. Avec une équipe de besogneux à son image, José fait sa révolution en costume sur les bancs du Vieux Continent. Marlet, Mido, Ecker, Dos Santos, Beye, Van Buyten, Flamini, N'Diaye et évidemment Drogba, auteur de 30 buts cette saison. Le casting vaut ce qu'il vaut et décroche une finale de C3 après avoir tapé Newcastle lors d'un soir dont le Vélodrome, qui enregistre alors son record d'affluence, se souviendra. Troisièmes d'une poule de C1 compliquée (Porto, Real Madrid, Partizan Belgrade), les hommes de José s'inclinent face au Valence de Benítez, à Göteborg. La faute à Pierluigi Collina, qui expulse Barthez et offre un penalty à Mista et compagnie. Une histoire de chauves dont ne se remettra pas José. Désormais, ce sera le jogging.

2004 : la démission après deux défaites contre Paris

Malgré ses bonnes performances, notamment européennes, pour sa deuxième expérience sur le banc, José Anigo va appréhender de la manière la plus sèche l'importance d'un Classico. Ou plutôt de deux. À l'hiver 2004, le hasard du calendrier fait qu'Olympiens et Parisiens se retrouvent en Ligue 1, puis en Coupe de la Ligue. Battu sur un but d'Édouard Cissé le 7 novembre 2004 en championnat (2-1), l'OM s'incline de nouveau au Vélodrome après avoir mené 2-0. Une 8e défaite consécutive face à l'ennemi qui sera fatale à José, démissionnaire dans la foulée et victime du talent aussi soudain qu'éphémère de Branko Bošković et Bernard Mendy.

Youtube

2006 : il revient à l'OM en tant que directeur sportif

Un intérim, un peu de boulot, puis une démission. On ne parle pas de la vie professionnelle d'un homme qui aime jouir des allocations chômage, mais de la trajectoire de José Anigo à l'Olympique de Marseille. Du genre à ne pas badiner lorsqu'il est impliqué, José fait un retour en fanfare au sein de son club de cœur. En dépit d'une cohabitation musclée avec Jean Fernandez, le néo-directeur sportif de l'OM participe au regain de forme du club. Les arrivées de Mandanda, Ribéry ou encore du crack Mamadou Samassa ne sont pas étrangères aux résultats en amélioration du club de la cité phocéenne. Cela étant, Jean Fernandez quittera le club en fin de saison. Certainement un hasard.

2012 : le clash avec Deschamps

« Il y a deux sortes de directeurs sportifs : ceux qui font l'intérêt du club et de l'entraîneur en poste ou ceux qui font leur propre intérêt. S'il a été à l'origine de mon départ ? Oui, c'est une différence profonde, voilà. Après, il y a aussi des intérêts qui sont différents. Ça peut arriver. Mais il y a des choses qui ont été dites, qui sont assez graves pour moi et qui ne m'étaient jamais arrivées depuis 25 ans que je suis dans le milieu pro. » Fin 2012, au micro de beIN Sports, Didier Deschamps règle ses comptes. Quelques mois après avoir délaissé le banc de l'OM, avec lequel il a rempli l'armoire à trophées, DD vise clairement son ennemi intime. José Anigo, directeur sportif aux attributions manifestement trop élargies au goût du coach, le pousse à déposer le feutre olympien pour s'en aller manier celui des Bleus. Et Élie Baup débarqua.


2013 : l'année galère

Une année en enfer. Cela aurait pu être le titre d'un film avec Bruce Willis qui se terminait bien, mais il s'agit là de la vraie vie. Le personnage principal s'appelle José Anigo et, cette fois, il n'y a pas de happy ending. Mis sur écoute, le directeur sportif est accusé en février d'avoir des liens avec le grand banditisme. Les médias parlent notamment de commissions sur certains transferts. En avril, il est accusé de propos terribles à l'encontre de Robert-Louis Dreyfus suite à la parution du livre Histoire secrète de l'OM. Enfin, le 5 septembre, Adrien, son fils, est abattu par balle en pleine rue à Marseille, alors qu'il sortait de sa voiture de location.

2014 : le dernier intérim

Anigo entraîneur : acte 3. Marqué par le zéro pointé en Ligue des champions et la frilosité affichée par Élie Baup, le public marseillais réclame du changement. Il n'aura que José Anigo. En décembre, l'éternel intérimaire s'installe sur le banc du Vélodrome, faute de meilleur remplaçant. Comme son prédécesseur, il peine à mettre en place une équipe type, bousculant les schémas sans pour autant chambouler les résultats. Ouvertement critiqué, il est rejoint par Albert Emon sans que l'OM ne trouve les ressources suffisantes pour aller tutoyer les places européennes. Une dernière pige pleine de souffrance pour un homme dont personne n'a jamais voulu, mais qui s'est si souvent immiscé sur le terrain. Avec l'arrivée prochaine de Marcelo Bielsa, José Anigo a annoncé «  vouloir sortir du contexte marseillais pour se reconstruire  » . Un énième aller-retour entre les projecteurs et les coulisses. Last but not least ?



Par Swann Borsellino et Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
En fait il en avait 9 comme les chats

Mais comme il a perdu celle de son fils...
Note : 9
Message posté par Scotch_OMsoccer
En fait il en avait 9 comme les chats

Mais comme il a perdu celle de son fils...


J'suis bien content qu'il quitte l'OM mais franchement quelle blague de mauvais gout...
Midnight_City Niveau : DHR
Malheureusement pour l'OM il en a eu autant que ça
Reste plus qu'à espérer que la prochaine soit la dernière, et définitivement loin du club
Mais faut pas rêver ...
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
Message posté par Janklod Pino


J'suis bien content qu'il quitte l'OM mais franchement quelle blague de mauvais gout...


c'est de l'humour noir

et José est pas le dernier à l'apprécier d'ailleurs : remember Mendoza, Sougou, etc...
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Alala ce fameux grand 8, la belle époque.

Mais bon, perdre sur un doublé de Boskovic et un but de Mendy, c'est chaud quand même.

Par contre Cissé est à mourir de rire quand il essaiye de récupérer le ballon sur le premier but Parisien.

Amis Marseillais, courage, plus que quelques mois à tenir avant son départ et le retour au premier plan de notre meilleur ennemie. (Parce que ouai, les ASM-PSG, c'est un peu tout pourrie quand même)
On ne peut "jouir des allocations chômage" quand on a démissionné.
Anigo va quitter Marseille et non l'OM nuance importante, il ne lachera jamais sa place telle une arapede sur son rocher et La brune ne peut pas le virer , on ne touche pas au Padrino come ca... On va se l'empeguer encore un moment , il va partir pour mieux revenir apres Bielsa qui partira en depression apres ses deux ans dans ce club de ouf... et la blague sur la mort de son fils meme pour faire de l'humour c'est franchement déplacé, on peut détester Anigo mais les morts c'est sacré
Que des photos qui le mettent en valeur... Pan pan pan j'lui mettrais bien une cartouche!
LeJusticier Niveau : Ligue 2
Note : 2
Champagne !
Moi ce qui me fait sourire c'est que le mec lambda qui roule à 56 km/h au lieu des 50, on va l'emmerder et le faire payer.

Mais des raclures comme ce mec sont toujours en place.
Je suis parisien, mais perso il va me manquer. Il avait formé un superbe duo comique avec dassier. Le faire démissionner après le grand 8, bordel ce que c'était bon.
Il s'est un peu calmé dernièrement mais il est encore capable de fulgurances démago, blabla seul contre tous, blabla le méchant pouvoir centralisé à paris, blablablabla.
Le genre de mec qui te rappelle que tu détestes marseille alors que depuis quelques temps la rivalité n'est plus ce qu'elle était.
Snaketartare Niveau : Loisir
Message posté par Rocco
Anigo va quitter Marseille et non l'OM nuance importante, il ne lachera jamais sa place telle une arapede sur son rocher et La brune ne peut pas le virer , on ne touche pas au Padrino come ca... On va se l'empeguer encore un moment , il va partir pour mieux revenir apres Bielsa qui partira en depression apres ses deux ans dans ce club de ouf... et la blague sur la mort de son fils meme pour faire de l'humour c'est franchement déplacé, on peut détester Anigo mais les morts c'est sacré


Je pleure pas les encu*lés qui font du mal aux autres...
Dégage, t nul mec
Message posté par kikette38
Moi ce qui me fait sourire c'est que le mec lambda qui roule à 56 km/h au lieu des 50, on va l'emmerder et le faire payer.

Mais des raclures comme ce mec sont toujours en place.



Là, il veut créer une association pour aider les jeunes. Pas dit qu'il se lance pas en politique sous peu, qui sait, on pourrait avoir un clash Anigo vs Guerini un de ces quatre.

Perso, je suis en train de me fatiguer de le haïr. Ce qui me stupéfie toujours autant par contre, c'est son incapacité à voir la réalité en face.
Là, il est en train de faire passer l'idée que c'est la faute des supporters si ça ne va pas en ce moment. Le public du Vel ne serait pas digne d'un grand club et devrait se ressaisir pour mettre Biesla dans des conditions. Le pire c'est qu'il donne l'impression d'y croire.

Son fils s'est fait flingué comme un voyou, "il a été aspiré par la face sombre de la ville". Pas de remise en cause de son rôle de père, de l'exemple qu'il a pu être pour lui. J'ai même pas besoin de préciser que je ne me réjouis pas de ce décès pour autant.
Message posté par Snaketartare


Je pleure pas les encu*lés qui font du mal aux autres...




A mon avis t'as pas d'enfant, un pere qui perd son fils doit etre un enfer a vivre...le plus grand des tueurs a un pere et une mere
Pars pars pars je t'en supplie pars tu fais tellement de mal à notre club !
Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera
comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.
Puisse Anigo aller se ressourcer en paix auprès des siens et surtout loin de l'Olympique de Marseille.
Anigo home
Yaat si le,grand 8 comme tu dis ta,fait marrer. J'espere pour toi que les minots au parc avec,un pauleta impuissant ton fait marrés.
The_Marlones Niveau : District
Message posté par Ricardo Tubbs


Son fils s'est fait flingué comme un voyou, "il a été aspiré par la face sombre de la ville". Pas de remise en cause de son rôle de père, de l'exemple qu'il a pu être pour lui. J'ai même pas besoin de préciser que je ne me réjouis pas de ce décès pour autant.


Loin d'être fan du José mais si je me souviens bien, dans une interview peu après le décès, il disait clairement avoir sa part de responsabilités dans cet événement, en particulier dû au fait qu'il n'avait pas été assez présent pour son fils, etc. Voila, voila.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 31