Les 50 joueurs qui ont écrit l'histoire du Bayern Munich

Le Bayern Munich a vu passer les meilleurs joueurs allemands de l'histoire, de Müller à Beckenbauer, en passant par Philipp Lahm, Giovane Élber ou encore Oliver Kahn. Sofoot.com les a classés, de 50 à 1. Pas une mince affaire.

Modififié

#3: Philipp Lahm

La qualité première de Philipp Lahm est sans aucun doute l'anticipation. Avant d'atterrir au FC Bayern Munich, le natif du quartier de Gern (nord-ouest de la capitale bavaroise) a effectué un essai du côté de Munich 1860. Un essai concluant, bien entendu. Seulement, le jeune Philipp Lahm a refusé de poursuivre l'aventure. En effet, durant sa journée de test, le petit bonhomme d'une dizaine d'années avait jugé qu'il y avait beaucoup trop de trous dans les grillages derrière les buts, et que le terrain était à la limite du praticable. Visiblement, pas les bonnes conditions pour l'évolution d'un footballeur. Direction le Bayern Munich, donc, qui, après avoir réussi à chiper Beckenbauer et Müller à son rival local, aura de nouveau l'occasion de se frotter les mains. Au sein du FCB, Philipp Lahm fait ses gammes, avec beaucoup de discipline, et finit par arriver aux portes de l'équipe première. Mais la route est barrée par un certain Bixente Lizarazu, intouchable à ce moment-là. Lahm décide donc d'aller s'aguerrir du côté du VfB Stuttgart, entraîné par Felix Magath. Bien lui en a pris, puisqu'en l'espace de deux saisons, il montre toute l'étendue de son talent. En 2005, Lahm revient au FC Bayern, pour ne plus jamais le quitter. Milieu de formation, c'est en qualité de latéral gauche (puis droit) qu'il s'impose comme un élément indispensable de l' « Étoile du Sud » , gagnant ainsi du temps de jeu et de l'assurance.


Un leader moderne


L'autre qualité indéniable de Philipp Lahm est la détermination. Les années passent, et tout le monde trépasse devant le numéro 21. Du haut de son mètre 70, il tient tous ses adversaires en respect, quelles que soient leur taille, leur vitesse ou leur renommée. Philipp Lahm ne lâche jamais rien, et n'est jamais battu. Se débarrasser de lui est une chose quasiment impossible. Il est le genre de joueur à poursuivre son vis-à-vis jusque dans les douches, si tant est qu'il a le ballon entre les pieds. La constance est son maître-mot : grâce à une discipline de fer, le défenseur devient la référence numéro un à son poste. Personne ne se rappelle un mauvais match de Philipp Lahm sous le maillot du FC Bayern Munich. Là où d'autres latéraux peuvent se montrer spectaculaires, voire décisifs, mais également complètement à côté de la plaque, Lahm alterne lui entre le bon et le très bon. Il se fout complètement de ne pas être une star, ce qui l'intéresse, c'est d'être reconnu par son corps de métier comme étant le meilleur. C'est ce pourquoi il s'est levé tous les matins, c'est ce à quoi il a pensé en se rendant à la Säbener Strasse. Lahm n'est pas là pour amuser la galerie, il est là pour gagner des titres. Il sera justement récompensé, au niveau national notamment, avec huit titres de champion (record partagé avec Oliver Kahn, Mehmet Scholl et Bastian Schweinsteiger) et six Coupes d'Allemagne. À l'échelle continentale, la consécration viendra sur le tard, mais après une formidable preuve de détermination. Le FC Bayern a été battu lors de sa finale « dahoam » (à la maison, en bavarois) en 2012 ? Pas grave : l'année suivante, la bande de Jupp Heynckes offre l'un des plus beaux récitals jamais dictés en Ligue des champions. Une domination sans partage inspirée par le capitaine Lahm et son insatiable envie d'ajouter des lignes à son palmarès. Un leader qui n'hésite jamais à s'avancer en direction des micros et des caméras pour débriefer la rencontre qu'il vient de disputer, et ce, quel que soit le résultat. Que ce soit sur ou en dehors du terrain, Philipp Lahm a prouvé qu'il était l'un des joueurs les plus intelligents de ces dernières années. Un chef de bande qui a compris comment fonctionnait son époque. Un footballeur qui a fait entrer le FC Bayern Munich dans une nouvelle ère. « Dans le football d'aujourd'hui, il n'y aurait pas de place pour un type comme moi » , disait il y a quelques années Paul Breitner, mâle alpha par excellence. « Lahm et Schweinsteiger font exactement ce que les générations actuelles attendent d'eux. » Constamment orienté par la victoire, porté par une volonté de ne rien lâcher et horrifié par la défaite, Philipp Lahm avait toutes les qualités d'un leader du côté du FC Bayern Munich. Sans en avoir les défauts. AF
VanBaston Niveau : DHR
Soyons fous et osons Thomas Muller en premier !
3 réponses à ce commentaire.
Gerd Muller n°2 et Benckanbauer n°1
J'aurais dit l'inverse ;)
Le bomber sera 2eme. Beckenbauer est et restera encore pendant quelque temps le plus grand joueur allemand de l'histoire.
j'aimerai bien le bomber devant le kaizer mais j'ai comme un doute!
ce bon vieux philipp une machine de guerre un symbole de ce changement de perception du foot allemand (pour le grand public) plus "sexy" et spectaculaire
Bizarblex Niveau : DHR
"benckanbauer"?


quand même...
5 réponses à ce commentaire.
Coupe du monde 2006 : Allemagne - Costa Rica...
Tu m'as devancé, coquin...
1 réponse à ce commentaire.
Note : 1
Je me souviens de son but en 2006 avec la Mannschaft contre le Costa Rica et de l'enthousiasme face à cette nouvelle Allemagne du Football.

ça contrastait tellement avec les années de purge que j'avais dû supporter et Lahm était toute la représentation de ce changement.

Danke Philipp!
Note : 1
Très juste.
Malgré la finale de CM2002 (un joli trompe-l'oeil, avouons-le), entre 97 et 2005 ce fut une bien médiocre période pour la Mannschaft.
Et ce petit blond qui d'entrée balance une jolie mine (comme les glorieux anciens façon Brehme) pour ouvrir le score, c'était magique.
DixDier Super Niveau : DHR
Torsten en avait lâché une belle aussi ;-)
2 réponses à ce commentaire.
gaucherforever Niveau : CFA2
Joueur énorme...Hallucinant les legendes du bayern loupees par Munich 1860 .
Il y serait pas restè longtemps en meme temps au1860..
1 réponse à ce commentaire.
dommage qu'il ait stoppé la sélection à 29 ans puis sa carrière tout court à 32... "Le joueur le plus intelligent que j'aie entraîné..." dixit Pep.
Pour être un peu plus précis sur mon dernier post, il avait 30 ans au moment d'arrêter avec la NM.
Il me semble qu'il a déclaré qu'il voulait se consacrer au club car il avait plus autant d'énergie. Il aurait pu faire l'euro l'an dernier mais il préférait prendre des vacances pour etre au top pour ses dernières saisons.
Il part finalement qu'à 33 ans. Il préfère partir maintenant plutôt qu'être un poids pour son club.

Je suis dégoûté que les joueurs ne se sont pas plus appliqués cette saison pour lui offrir une meilleure sortie qu'un banal championnat...
De là à se poser la question pour les joueurs qui partent tôt dans leur carrière, plus près des 30 que des 40 ans...
Sagnol au Bayern était parti à 31 ans, Nesta a quitté la Nazionale à 30 à peine...
3 réponses à ce commentaire.
Vous croyez qu'Alou Diarra est dans le top 10 ?
 //  23:31  //  Amoureux de la Bolivie
Oui avec Valérien Ismaël.
1 réponse à ce commentaire.
Excellent joueur y a rien à redire... Par contre vous dites qu'il n'a jamais fait de mauvais match mais à la finale de l'euro 2008 c'est lui qui se fait manger par Torres sur le but...
Maillot NM =! Maillot BM
1 réponse à ce commentaire.
Ce qui est incroyable avec ce joueur c'est sa constance dans la qualité de jeu... Oui, j'ai toujours trouvé Lahm affuté et tranchant !