Les 50 joueurs qui ont écrit l'histoire de Manchester United (du 50e au 30e)

Dans l'histoire de Manchester United, il y a eu de sacrés numéros 7, mais pas seulement. De Brian Kidd à David Beckham, en passant par Paul Scholes, Duncan Edwards et Ruud Van Nistelrooy, plongée dans l'histoire des Red Devils.

Modififié

#50: Bebé

Dans la grisaille de l’automne 2010, Tiago Manuel Dias Correia a beau répéter à son interlocutaire son nom et son prénom, l’homme qui lui fait face en a un peu rien à faire. Pour Sir Alex Ferguson, ce sera Baby. Point barre. De toute manière, l’entraîneur écossais a déjà compris qu’il s’était fait rouler par celui qu’il considère alors comme « le meilleur agent » , Jorge Mendes. Une farce à neuf millions d’euros qui passera rapidement au-delà d’une histoire qui avait tout du beau roman : un gamin abandonné par ses parents, élevé en orphelinat, repéré dans un festival international de foot de rue destiné aux démunis et aux sans-abris organisé en Bosnie avant de rejoindre l’Estrela da Amadora en troisième division portugaise. Puis, il y a donc eu le Vitoria Guimarães et le début de la saga Bebé. Dans son autobiographie, Fergie reconnaîtra même n’avoir jamais vu jouer le jeune portugais avant de le recruter et lâchera même cette anecdote : « Nous avons vu Hazard mais nous avons recruté Bebé. » Au total, ça donnera sept apparitions en équipe première, une première journée où Ferguson lui demandera de se couper les cheveux et un petit pont glissé à Ryan Giggs. Assez pour voir le Gallois se retourner : « Vas-y, va dire à ta mère que t’as fait ça à Ryan Giggs. » MBr


#49: Adrian Doherty

D’aucuns parlent de lui comme d’une étoile filante. D’autres, d’un génie au talent incommensurable dont le destin a tragiquement basculé. Gary Neville, lui, affirmait qu’ « il était d’un autre monde » . Adrian Doherty n’a pas disputé le moindre match professionnel pour Manchester United mais son nom résonne encore aujourd’hui comme l’une des plus grandes promesses passées dans les catégories jeunes du club. À l’aube des 90’s, le gamin originaire de Strabane, en Irlande du Nord, est très vite annoncé comme le diamant tant attendu depuis George Best.

Vidéo

Signé par Ferguson après quinze minutes d’essai, celui qu’on surnomme le « Doc » s’engage à seulement quatorze ans. Réputé meilleur que Giggs et si véloce « qu'il pouvait attraper des pigeons » , il rejoint l’équipe première deux ans plus tard. Mais à quelques jours d’honorer sa première titularisation, Doherty se rompt les ligaments croisés. Une première fois avant une deuxième sept mois plus tard. Le sort s’acharne et le gamin fan de Bob Dylan et de guitare ne s’en remettra jamais. Au terme d’une vie d’errance, il chutera dans l’un des nombreux canaux d’Amsterdam dans des circonstances obscures bien des années plus tard. Et s’en ira la veille de ses vingt-sept ans. Forever young. HS


#48: Brian McClair

Brian McClair est presque une star sur YouTube. Sur les multiples vidéos du célèbre but d’Eric Cantona contre Sunderland en 1996 (la feuille morte dans la lucarne, Lionel Perez les bras ballants, Cantona en matador, vous voyez forcément), il apparaît furtivement, de dos, numéro 13. C’est lui qui fait le une-deux avec l’attaquant français. Quelques secondes après, c’est aussi le premier à venir féliciter Cantona, et à le sortir de son égotrip. Voilà ce qu’il reste, aujourd’hui, de la carrière de McClair à United. Pourtant, elle fut faste. Attaquant, puis milieu offensif, puis milieu relayeur, puis milieu remplaçant, il passera onze ans au club. Bilan : 126 buts. Et une passe décisive, donc. MB

Vidéo

#47: Lee Sharpe

« Je crois qu’il aimait me détester...  » Quand Lee Sharpe s’épanche aujourd’hui à propos d’Alex Ferguson, c’est avec une pointe de ressentiment et le poids d’une culpabilité jamais vraiment totalement assumée. L’élégant gaucher aurait pu être Ryan Giggs. Les mêmes courses folles, les dribbles déconcertants, une élégance et un style à part, des célébrations insolites aussi. Sauf que le destin a voulu qu’il noie sa carrière dans des excès en tous genres. Tout est parti vite, trop vite. Arrivé à United pour 180.000 £ (record pour un stagiaire à l’époque), Sharpe vit l’acmé de sa carrière lors de sa troisième saison (1990-1991) alors qu’il n’a que dix-neuf ans. Un hat-trick contre Arsenal en League Cup à une époque où la compétition signifiait encore quelque chose, un rôle majeur joué dans la Coupe des vainqueurs de Coupe (une talonnade magique contre Barcelone en demie), le titre de Young Player of the Year et une première sélection chez les Three Lions dans la foulée. Avant la chute. Les éclosions de Giggs et Beckham le réduisent progressivement au statut de joueur d’appoint. Rattrapé par son hygiène de vie et les beuveries, l’Anglais se brûle les ailes après un coup monté des tabloïds où il confesse dans un jacuzzi consommer du cannabis, de la cocaïne et autres substances illicites. La sortie de route de trop pour Fergie qui le cède lors de l’été 1996 après huit années de service. Non sans une once de regrets. HS

Vidéo

#46: Martin Buchan

La référence glissée à cet instant par le mythique John Motson est longtemps passée inaperçue. Alors que le capitaine du Manchester United de Tommy Docherty grimpe les marches de Wembley pour soulever la version 77 de la FA Cup après un succès contre Liverpool (2-1), le commentateur de la BBC lâche ces mots savoureux : « Qu’il est parfaitement approprié de voir un homme dont le nom est Buchan grimper ces trente-neuf marches pour récupérer le trophée. » Le clin d’oeil fait au roman de John Buchan ne pouvait pas mieux résumer qui était Martin Buchan. Tout simplement parce que Buchan à United, c’était l’élégance - aucune exclusion, cinq jaunes reçus en onze saisons (1972-83) -, une vision singulière de la fidélité en restant au club un an après son arrivée en provenance d’Aberdeen malgré la relégation en deuxième division, une image, une culture, un cerveau mais surtout le patron d’une époque où rien n’était simple mais où tout était une question de style. La preuve, l’histoire raconte que personne n’a jamais vu Martin Buchan en survêtement. Ou comment prendre la vie avec la classe aux chevilles. MBr

#45: Nicky Butt

Des membres de la fameuse « class of 92 » , Nicky Butt n’était pas le plus doué, pas le plus sexy, pas le plus célèbre. Mais il était le plus précoce, de loin. En novembre 92, deux ans avant les Beckham, Scholes ou frères Neville, il fit ses débuts en Premier League. Et dévoila d’emblée ses qualités. Coureur, accrocheur, tacleur, Butt ne fut jamais le véritable patron du milieu de terrain de Manchester, mais, aux côtés d’Ince, Keane ou Scholes, il fut un très bon N°2 et un superbe n°3. En vrai, c’est à la bagarre que Nicky était le N°1. Né à Gorton, quartier du nord Manchester, et dans une famille de durs à cuir, l’autre rouquin de United rentrait rarement à vide d’une virée au pub. Comme cette fois où des petits malins s’étaient aventuré à piquer la moto de son père...MB

#44: Paul McGrath

« Paul McGrath était plus fort que Tony Adams et John Terry réunis » dit récemment Ron Atkinson, l’homme qui fit venir l’Irlandais à Old Trafford en 1982. Et comment lui donner tort ? Sur le terrain, McGrath était une bête d’agressivité, d’explosivité, de ténacité, plus fin qu’il n’y paraissait avec le ballon. Hors du terrain, McGrath était le chaos. Plus retord que Terry. Plus alcoolisé qu’Adams. Abandonné par son père, placé à l’orphelinat par son mère, horrifiée que sa famille découvre qu’elle avait eu un enfant hors mariage, avec un homme de couleur qui plus est, McGrath rencontra l’alcool à l’âge de 18 ans et ce fut un coup de foudre. Entre 82 et 89, l’Irlandais était l’un des piliers de l’équipe, mais surtout le patron de la drinking culture qui habitait le club. Le cercle était vicieux. Plus McGrath buvait, plus il se blessait (au genou habituellement), plus il avait de temps pour boire. Et, quand il jouait, McGrath veillait à ne jamais crier trop fort. Histoire que ses partenaires et adversaires ne puissent sentir son haleine. Après de multitudes clashes et amendes, Ferguson finit par le vendre à Aston Villa en 89. Non sans regret. « Sans alcool, Dieu seul sait jusqu’où il serait allé ! » MB

#43: Robin van Persie

Entre Robin van Persie et Manchester United, l’amour a duré 3 ans. Mais la passion s’est éteinte au bout d’une saison. Arrivé à Old Trafford en mettant les formes - « le petit garçon en moi m’a crié de jouer pour Manchester United »  - et avec le numéro 20 dans le dos, le transfuge d’Arsenal a été le dernier héros de l’ère Ferguson. Celui qui a offert à l’iconique manager écossais son ultime couronne nationale.

Vidéo

Attaquant racé, pied gauche soyeux, déplacements exquis et efficacité clinique, l’esthète néerlandais a suspendu le temps à plusieurs reprises au cours de l’exercice 2012-2013. Comme ce soir d’avril 2013, face à Aston Villa, où d’une reprise de volée somptueuse, Sa Majesté Robin donna le vingtième titre de champion aux Red Devils. Une merveille. La suite, sous Moyes puis Van Gaal, sera moins étincelante. Mais les souvenirs sont éternels. HS


#42: Charlie Mitten

C’est loin, très loin, d’Old Trafford que Charlie Mitten devint un personnage du folklore mancunien. A l’été 1950, l’équipe, alors entraînée par Sir Matt Busby, embarque pour une tournée de douze matches en Amérique du Sud. Là-bas, les joueurs de United sont accueillis en héros et jouent dans des stades pleins à craquer. Mitten comprend alors l’impact global du football. Il réalise surtout que les limitations salariales imposées aux clubs européens par la FIFA (12 livres par semaine de salaire maximum) n’ont pas grand sens et qu’il y a de l’argent à se faire en jouant en Amérique du Sud. Alors pourquoi ne pas filer à l’anglaise ? Mitten ne prendra jamais l’avion de retour vers Manchester et s’engagera en douce en avec l’Independiente de Santa Fa à Bogota, contre une prime à la signature de 5000 livres et un salaire hebdomadaire de 40 livres. Au final, l’escapade durera une saison. Assez pour devenir The Bogota Bandit, le tout premier footballeur mercenaire. Assez aussi pour que Manchester United réalise que ce Mitten avait quand même un joli talent de buteur (50 buts en 142 matches). Et qu’il aurait bien mérité une petite augment’. MB

#41: Jack Rowley

Il ne l’a pas choisi, mais le tort de Jack Rowley est d’avoir brillé à la mauvaise époque. Celle de l’ère pré-moderne de Manchester United où Matt Busby s’est évertué après la Seconde Guerre mondiale a posé les fondations de ce que deviendra son club chéri. Arrivé en 1937 dans le nord de l’Angleterre, Rowley aide les Red Devils lors de sa première saison complète à retrouver la First Division pour la première fois depuis 1931. Le championnat étant arrêté durant la guerre mondiale, il se fait remarquer pour sa participation au fameux jour du débarquement en Normandie en juin 1945. D’abord ailier gauche, le Britannique se mue progressivement en un redoutable finisseur quand la compétition reprend. Surnommé « Gunner » (l’artilleur) en raison des caramels qu’il envoie de sa patte gauche, il se montre décisif lors de la FA Cup remportée contre le Blackpool de Stanley Matthews en 1948 et du titre de champion raflé quatre ans plus tard où il forme un duo prolifique avec l’Écossais Jimmy Delaney. Au total, Rowley claquera 211 buts en 424 rencontres. De quoi mériter une place de choix dans l’histoire. HS

#40: Steve Bruce

Steve Bruce, c’est d’abord un physique, hautement improbable. Au milieu du visage, un nez tordu, écrasé, un nez de rugbyman sur un corps de footballeur amateur, entretenu à la meat-pie et au porridge. Mais c’est surtout un but. Ou plutôt deux. Deux buts marqués de la tête, contre Sheffield Wednesday, en avril 1993, alors que le titre de champion était, une nouvelle fois, en train de s’échapper. Ce jour là, Steve Bruce, défenseur de devoir, sans relance, sans aucune sélection en équipe d’Angleterre (scandale incommensurable) mais avec un coeur comme ça, inventa le Fergie Time. Ce jour là, il mit surtout Manchester United sur la route de son premier titre de champion depuis 1967, le premier de l’ère Ferguson. Un titre magnifique. Avec un nez tout tordu. MB

Seve Bruce Goal Against Sheffield Wednesday

#39: Gary Pallister

Qu’il soit à côté de Steve Bruce dans ce classement est une évidence. Qu’il soit juste devant lui, aussi. Dans cet attelage improbable mais sympathique, qui incarna Manchester United pendant de longues saisons, au début des 90’s, Gary Pallister était sans doute le moins lent, le moins pataud, le moins moche. En vrai Gary Pallister avait même un peu du talent. La preuve, Ferguson n’hésita pas à investir 2,3 millions de livres, record pour un transfert entre clubs anglais, pour l’arracher à Middlesborough en 1989. La preuve encore, Gary Pallister fut élu joueur de l’année en Angleterre en 1992. Encore besoin d’une preuve? A Anfield, en avril 1997, Pallister marqua deux buts de la tête dans un match de championnat décisif. Ca ne vous rappelle personne ? MB

#38: Darren Fletcher

Se souvenir de Darren Fletcher, c’est avant tout l’écouter : « J’aime le fait de jouer contre les meilleurs joueurs du monde et il y en a beaucoup en Premier League. Je vois combien ils sont bons, mais quand nous les jouons, je me dis : "Bon, je vais voir à quel point vous l’êtes vraiment. Fàbregas, Lampard et Gerrard, je vais vous défier et voir si vous allez aimer ça. Quand vous n’aurez pas le ballon, je serai derrière vous et verrai si vous allez apprécier ça. Je vais vous demande : voulez-vous vivre ça ? Aimez-vous prendre des coups ? Aimez-vous le fait que je vais être sur votre dos pendant 90 minutes ? Dès que vous aurez la balle, je serai face à vous." » L’histoire entre l’international écossais et Manchester United aura duré vingt ans. Vingt ans durant lesquels Fletcher se sera appliqué à être à part. Au fond, on se dit que c’est ce qu’il voulait : vivre dans le silence, combattre à l’ombre et effacer le un pour faire briller le tout. Alors, on gardera sa saison 2008-09 au bout de laquelle il manquera cruellement la finale de la Ligue des Champions mais aussi le soutien appuyé de Ferguson au moment où une rectocolite hémorragique le coupera dans l’élan qu’il avait pris avec Michael Carrick. Terrible mais éternel. MBr


#37: Jaap Stam

Trois ans, c’est court. Mais trois ans, c’est aussi la durée moyenne d’une romance. Jaap Stam, c'était la musique et les images, le regard et les actes. L’objectif de son recrutement était simple : remplacer Gary Pallister et repartir pour une décennie avec un défenseur impérial en dernière ligne. Il était grand, imposant, international et aimait défendre mieux que personne. Comment marquer son territoire ? Simple, en réalisant un triplé au bout de sa première saison, en remportant trois titres de champion d’Angleterre en trois ans et une Coupe intercontinentale à Tokyo. Puis, un jour, Sir Alex Ferguson a pensé qu’il était sur le déclin sans se rendre compte que Stam était simplement en train d’évoluer. « Il s’agit de l’une de mes plus grandes erreurs en tant que manager. Heureusement, je n’en ai pas fait beaucoup mais celle-ci en fait partie » , confie Fergie dans son autobiographie. Jaap Stam est donc parti à la Lazio en 2001 sans profiter d’adieux qu’il aurait, lui aussi, mérité. La relation s’est arrêtée sur le parking d’une station-service, après une conversation avec un Ferguson qui n’aurait pas apprécié la sortie de l’autobiographie Head to Head de Stam. Brutal. MBr

#36: Brian Kidd

C’est surtout en tant qu’entraîneur adjoint d’Alex Ferguson, en charge d’animer les séances d’entraînement, de cajoler les remplaçants et susceptible d’aller célébrer un but à genoux au beau milieu de la pelouse d’Old Trafford, comme ce jour d’avril 1993, que l’on se souvient généralement de Brian Kidd. Pourtant, l’enfant eut une belle carrière de joueur. Né à Manchester, formé à United, Brian Kidd, attaquant racé, capable de faire le dribbleur sur un côté, était titulaire à 19 ans en finale de la Coupe d’Europe 1968, aux côtés de George Best. Ce soir là, en prolongations, il inscrivit même le dernier but d’United (4-1, contre Benfica), d’une jolie double tête. Ce qui nous oblige à poser la question suivante: bordel, Brian, qu’est-ce que tu fous dans le staff de Guardiola à Manchester City ? MB

Sir Alex Ferguson and Brian Kidd celebration against Sheffield Wednesday

#35: Shay Brennan

De la formidable épopée européenne victorieuse en 1968, l’histoire retient avant tout Matt Busby et son éclatante « Saint Trinité » emmenée par Best-Charlton-Law. La lumière étant déjà accaparée, d’autres à l’instar de Shay Brennan ont endossé les costumes des hommes de l’ombre. Un défenseur unanimement apprécié pour sa longévité et sa régularité durant treize ans à Old Trafford. Formé à Manchester, homme de confiance et joueur de devoir par excellence, le « Busby Babe » a surtout étrenné le maillot mancunien avec les pros lors du premier match du club après la tragédie de Munich., contre Sheffield Wednesday en FA Cup (19 février 1958). Une nuit à la saveur particulière, chargée émotionnellement, au cours de laquelle l’Irlandais marque à deux reprises. Le reste, c’est 355 matches au compteur, deux championnats glanés et deux FA Charity Shields. Sans oublier que Brennan est devenu le premier joueur de l’histoire de United à percevoir une pension de la part du club une fois sa carrière terminée. HS

Vidéo

#34: Dennis Viollet

Dennis Viollet n’aura eu que le silence pour réponse. À ses côtés, quelques minutes plus tôt, il y avait Bobby Charlton. La suite est connue : une aile d’avion qui embrasse un réservoir de pétrole, la grisaille, la faible lumière, les mots de Matt Busby qui espérait une fin rapide sur son lit d’hôpital, les huit morts, le 6 février 1958… Dennis Viollet n’est pas mort lors de la catastrophe de Munich. Alors, il s’est relevé, a repris la route et aura marqué, encore marqué, toujours marqué. Comme lors de la saison 1959-60 où il deviendra le meilleur buteur du club sur une saison. 32 buts en 36 matches. Au moment de citer les meilleurs attaquants de l’histoire de Manchester United, Viollet est trop souvent oublié, injustement. Sa fille, Rachel, a donc fait un film sur sa vie - Dennis Viollet - A United Man (2016) -, histoire de lui redonner la place qu’il mérite aux côtés de Law, Van Nistelrooy et des autres. MBr

#33: Ruud van Nistelrooy

Il y a plusieurs manières de résumer le passage de Ruud Van Nistelrooy à Manchester United. Les chiffres d’abord, qui témoignent de l’insatiable soif de but du crevard d’Oss. 150 buts en cinq saisons. Il y a aussi ce duel à distance avec Thierry Henry. Le tout à une époque où le Français marchait sur la Premier League, Van Nistelrooy semblait souvent être le seul à pouvoir lui tenir la dragée haute. Moins esthète, mais tout aussi létal, Van Nistelrooy semblait vivre pour le but plutôt que pour le beau geste. Et si ce duel est resté dans les mémoires, c’est que Ruud symbolisait avant tout un Manchester United qui refuse d’abdiquer face à des Gunners quasi-intouchables. 24 octobre 2004, un an après s’être fait chahuter par les hommes de Wenger après avoir raté un penalty à la dernière minute de la célèbre Battle of Old Trafford, Van Nistelrooy a l’occasion de se faire justice lui-même. Il ne tremble pas, puis exulte, en criant, à genoux. L’invincibilité des Gunners aura duré 49 matches. Et pas un de plus. « J’ai revu les images de ma célébration après le match, et j’étais un peu embarrassé. Mais cela montre à quel point cela comptait pour moi. » Et pour tous les supporters des Red Devils. PP

#32: Patrice Evra

« Si vous n’êtes pas intéressé par l’histoire de ce club, vous ne pouvez pas comprendre l’importance de porter ce maillot » . Si Patrice Évra a longtemps entretenu une relation tourmentée avec la tunique bleue, il n’en a rien été sous celle écarlate de United. De son baptême du feu brutal lors d’un derby de Manchester en janvier 2006 jusqu’à son départ, le Frenchy a vécu huit années immaculées avec un principe fondamental martelé sans relâche : faire honneur à ce maillot qui avait fini par être cousu sur son corps. Un écusson embrassé fièrement à 379 reprises, faisant de lui le joueur tricolore le plus capé dans l’histoire du club mancunien et un cadre immuable au point de devenir vice-capitaine.

Vidéo

Complément idéal de Cristiano Ronaldo lors de ses années en tant qu’ailier virevoltant, la grande gueule de Patrice a participé activement à la dernière page glorieuse des Red Devils avec treize trophées majeurs dont cinq championnats d'Angleterre et une Ligue des champions. Élu meilleur latéral gauche du monde en 2009, il a surtout marqué de son empreinte Manchester par sa loyauté indéfectible, son franc-parler, ses facéties ou encore ses punchlines contre Arsenal. Fergie disait souvent que «  les arrières gauches sont comme les oiseaux rares  » . À Old Trafford, Evra était de ceux-là. HS

#31: Norman Whiteside

Jusqu’où aurait-il pu aller? Comme tous les joueurs de talent plombés par les blessures, Norman Whiteside a suscité pendant des années les regrets les plus fous. Encore aujourd’hui, certains fantasment. Mais comment ne pas les comprendre? Gamin de Belfast, comme Best, repéré par le dénommé Joe Brown, comme Best, Whiteside avait la technique, l’instinct du buteur, la classe et la vitesse. Mais il avait aussi la poisse. A 15 ans, un kiné barbare le blessa pour toujours à l’aine en lui infligeant des massages trop violents. A 16 ans, il se brisa les ligaments du genou dans un match amical. Mais Whiteside s’accrocha. Quelques jours avant son dix-septième anniversaire, il fit ses débuts en équipe première, puis enchaîna les titres honorifiques. Plus jeune buteur de l’histoire du club. Plus jeune buteur en finale de Coupe de la Ligue. Plus jeune buteur en finale de la FA Cup. Plus jeune titulaire en Coupe du Monde, avec l’Irlande du Nord. Plus jeune joueur, aussi, sans doute, à refuser à pont d’or du Milan AC. Mais la poisse finit par revenir. A 22 ans, alors qu’il venait déjà de disputer sa deuxième coupe du monde, Whiteside se blessa à nouveau grièvement au genou. Plus lent, plus torturé, plus fêtard aussi, il recula au milieu de terrain, continua à étaler la classe folle qui fit un jour dire à Alex Ferguson qu’il fallait le classer «  dans la catégorie des génies » , mais il ne revint jamais vraiment à son niveau. A 24 ans, Whiteside signa pour Everton. Deux ans plus tard, game over. MB

#30: Nemanja Vidic

Ah, la poésie. « Nemanja, woah-oh, Nemanja, woah-oh. He comes from Serbia, he’ll fucking murder ya...  » La Stretford End a souvent eu l’art de jouer avec les rythmes et les mots. Nemanja Vidić, lui, avait aussi son registre : les tacles glissés, ses dents cassées, ses coups de coude et sa gueule de tueur que même la chapka installée sur sa tête lors de la finale de C1 2008 ne parviendra pas à adoucir. C’était un guerrier naturel, un fils de l’ex-Yougoslavie, un mec qui aura demandé un jour à Ferguson de partir au Kosovo et qui soulèvera le dernier titre remporté par Sir Alex en 2013. Car oui, Vidić était aussi un patron aux côtés de Rio Ferdinand et devant Edwin Van der Sar. Le premier jour, pourtant, le Serbe s’était fait bouger dans tous les sens à Blackburn (3-4) avant de tuer l’ensemble de son été 2006 dans les salles de Carrington. La suite appartient à la légende. Et aux grosses lames, forcément. MBr


Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Si SO FOOT nous met Cantona devant les Beckham, Keane, Scholes, Cristiano, Rooney & Co; va falloir boire beaucoup d'alcool pour oublier.
mara donna des frissons Niveau : CFA
Ronaldo devant Cantona ?
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Si c'est sur le charisme, l'aura, Cantona est numéro 1
Sur le foot, même si c'était un joueur génial, il est pas top 20.
LOL, c'est une vraie question?
mara donna des frissons Niveau : CFA
Oui, pourquoi ?
L'un n'a jamais rien fait en Coupe d'Europe, et ne doit sa réputation que pour son charisme.
L'autre a marché sur le foot pendant trois saisons, écrasé la LDC et atteint un niveau qui le place top 3 du club si on juge sur une saison à MU (2007-08).
Le Cristiano 2007-09, il est à niveau que les Giggs, Robson et j'en passe n'ont jamais approché.
Cantona, à aucun moment tu te dis qu'il est injouable. Jamais.
mara donna des frissons Niveau : CFA
Ok.
Je connais mal l'histoire de United.
Je me souviens juste d'une interview de Ferguson qui m'avait marquée.
En gros, il disait que c'est grâce à Cantona que toutes les jeunes pousses de Manchester ont pu grandir sereinement et s'épanouir, Cantona prenait toute la pression et l'enjeu pour lui, s'il avait pu bosser aussi tranquillement comme entraîneur c'était grâce à lui.
Je parle pas de classement TOP machin là, juste d'apport d'un joueur .
Ce commentaire a été modifié.
paul scholes Niveau : DHR
Toi tu dois mieux savoir que Ferguson:

« Je ne veux dénigrer ou critiquer aucun des plus grands footballeurs qui ont joué pour moi durant mes 26 ans de carrière à United, mais il n’y en a eu que quatre de classe mondiale : Cantona, Giggs, Ronaldo et Scholes. Et des quatre, Cristiano était comme l’ornement au sommet d’un sapin de Noël. »

Même si il y va un peu fort, de la à classer Canto 20ième, c'est que tu l'as jamais vu jouer, à l'époque, et pas aujourd'hui sur Youtube.

Ou alors, tu es du genre à croire la presse française de l'époque ;)

ps: mara donna des frissons tu as mon +1 journalier.
Si tes arguments sont une citation et le célèbre "t'as pas vu les matchs", trace ton chemin man. Le débat, ce n'est pas pour toi.
MathySmith Niveau : CFA
Je suis déçu qu'il n'ait pas mis Rooney dans la liste...
im Herzen von Europa Niveau : DHR
En meme temps Franz tu parles à un mec qui jouait avec lui. T'as beau gagner la coupe du monde en tant qu'entraineur en 90, avec Paul Scholes tu peux pas test.
Ez Aime
Tu te trompes sur tellement de choses. La légende d'un club ne s'écrit pas sur une saison tonitruante au niveau des stades ou pas seulement sur le nombre de titres grapillés. Est-ce que la légende gardera plus de souvenirs de Raphael Varane que de Ronaldo "Il Fenomeno" au Real Madrid? Ton sens de l'interprétation tendrait à dire que oui, alors que je pense le contraire.

Oui, Ronaldo a eu deux saisons absolument extraordinaires à Manchester. En tant que supporter de United, jamais je n'affirmerais le contraire. Mais sa légende ne s'est pas dessiné à Old Trafford, celle de Cantona, si. Il a marqué les supporters plus qu'aucun autre et a représenté Manchester United et la ville mieux que Ronaldo ne l'a jamais fait.

Et comment est-ce possible de mettre Ronaldo et Giggs sur la même échelle à United??? Comment??? Un joueur qui a joué 30 au club, qui n'a jamais porté d'autres couleurs, qui a remporté plus de titres que n'importe qui d'autres avec ce club, qui a joué plus de matchs que n'importe qui d'autres. Le seul qui peut avoir une parole dans cette conversation avec Ryan Giggs s'appelle Paul Scholes. Rooney sera classé avant Ronaldo, au même titre je l'espère que Gary Neville, George Best, Rio Ferdinand, Bobby Charlton ou, et désolé de ta décevoir, Eric Cantona.

La légende n'est pas qu'une question de statistiques et de titres, elle est une marque que l'on laisse dans l'histoire et l'âme d'un club.
D'accord avec Franz, la personnalité de l'homme et le contexte de l'époque ont masqué les limites du joueur.
Mais je sais pas pourquoi, j'ai l'impression d'avoir eu droit une centaine de fois à ce débat!
Existe t'il un joueur plus clivant (mon dieu je déteste ce mot) que Cantona?
im Herzen von Europa Niveau : DHR
Haha pourquoi -1?

Soit quelqu'un n'a pas compris que c'était de l'humour, du second degrés, soit quelqu'un ne m'a pas trouvé drôle la-dessus.

En soit je m'en fout, c'est pas ca qui va me bloquer, mais je penche plutôt pour la première option.
Ce commentaire a été modifié.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Je suis d'accord pour Cantona, et pourtant, les supporters du club, peu suspectés d'être des footix l'avaient désigné joueur du siécle.
Normal, il est arrivé pil poil au bon moment (début de Premier League), MU revient sur la carte (ils sont déjà là sans lui, C2 en 1991) et surtout il a le côté du frenchie qui n'aime pas la France qui a tant plus aux Anglais.
Au niveau charisme, il envoyait énormément.
Mais footballistiquement, il n'y a pas grand chose si on compare aux légendes du club. Il est jamais dans le gratin du club.
Probablement le joueur le plus surcôté de l'histoire, du moins dans le top 5 à coup sûr.
Il était bon, mais pas décisif pour un sous en coupe d'europe (vs Galatasaray, Dortmund en 1997, c'est LOL). Il se barre, MU l'a remporte après un an d'adaptation.
J'en mets facile 20 devant lui
Disons qu'il était décisif en premier league, ce qui était très important à l'époque puisque seul le 1er jouait la C1, ne lui enlevons quand même pas ce mérite.
VanBaston Niveau : DHR
"When the seagulls follow the trawler, it is because they think sardines will be thrown into the sea" ... Ceci dit je suis plutôt d'accord avec @Franz. Mark Hugues par exemple a un Cantona dans chaque sourcil.
On a toujours survendu Cantona en France.
Ça commence à Leeds où on nous a fait croire qu'il est déterminant dans le titre de 1992 alors qu'il est plus remplaçant que titulaire et débarque en février quand Leeds est déjà en haut du classement.
Après, c'est à MU où il est entouré de patrons ou de joueurs d'expériences (Irvwin, Schmeichel, Pallister, Bruce, Ince, Mclair, Hughes), qui avait déjà du vécu sans lui.
Enfin, il bénéficie de la génération dorée (Beckham, Giggs, Scholes, les Neville).
Alors oui, il a eu ses coups d'éclats, son but en finale de la Cup vs Liverpool par exemple. Mais il a bénéficié de circonstances plus que favorables et la meilleure saison de l'époque, elle a lieu sans lui en 1998-99.
Echange Ginola et Cantona, pas sûr que Newcastle et Tottenham auraient gagné au change (j'en suis même convaincu).

Si les Twitter, Facebook et autres consultants avaient existé à l'époque, il serait critiqué de partout pour ses piètres performances dans les gros rendez-vous (et son attitude).
Heureusement les copains genre Roustan, Bielderman & co ont bien bossé.
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Il faut pas oublier qu'au début des années 90, Manchester United était déjà solide certes, mais il manquait de la folie dans son jeu malheureusement prévisible et mécanique. Canto la lui a apporté et ManU est devenu le rouleau compresseur du foot anglais des années 90 - début 2000 seulement à l'arrivée de Canto durant le mercato hivernal 1993 en provenance de Leeds et ça s'est bien goupillé, tant mieux pour Canto et le club.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
"Heureusement les copains genre Roustan, Bielderman & co ont bien bossé".
Le 3ème du trio étant Bernard Morlino, que j'aime bien au demeurant, comme les 2 autres, mais qui perd parfois (ou souvent) toute objectivité.
Piètre performance ? t'es sérieux un peu bonhomme ?
C'est vrai que le but pour son retour de suspension tu mets ça tous les WE en PH...
Son but contre les Reds en retour de suspension, c'est un pénalty. Je suppose que tu dois parler d'une autre action.

A noter qu'il fait aussi une assist sur Nicky Butt dans ce match mais l'homme de ce match est Fowler il me semble avec 2 buts somptueux pour le 2-2.
TheFlyingDutchman Niveau : Loisir
Ca m etonnerait, ils avaient meme pas mis Cantona dans leurs 100 plus grands joueurs de l histoire
toi il va fallopir que t'arrête l'alcool alors. Cantona est loin devant ceux que t'as cité (à part peut être Giggs).
C'est pas le KING pour rien. Il sera si logique dans le top 3. Numéro 1 Mr Georges !
Revoir la tête et les mots de Ferguson quand Cantona a arrêté. Sa décision d'arrêter est aussi une superbe déclaration d'amour pour le club alors qu'il aurait pu aller se gaver quelques saisons ailleurs. Si l'on ajoute l'impact auprès du public et les titres, ça nous fait normalement un Top 3 avec Giggs et Best.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  16:01  //  Aficionado de l'Argentine
N'oublie pas Charlton, incontournable pour le podium (je le mettrais 1er ou 2e mais pas en dessous) ! ;)
Ah oui, bein sûr, Charlton, la carrière, l'avion, le frère, le drame, la CM 66. Merci du recadrage ;-)
27 réponses à ce commentaire.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
RVN 33ème?
Bon, allez vous acheter une culture foot.....
Je pense qu'il paye le manque de résultats de MU en Coupe d'Europe à son époque, bavure en 2002 vs Leverkusen et 2004 vs Porto
Dès qu'il part, MU squatte les derniers carrés et fait deux finales.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
@Franz
Dans ce cas, Cantona faut le dégager complètement alors.
C'est pour ça que je parle de culture foot, ils ont regardé les résultats européens et l'ont descendu mais celui qui se souvient du quart perdu contre le Real, sait que c'était quasi le seul à être un galactique.
Sa saison 2002-2003, c'est juste de la légende, de la vraie histoire du foot.
J'ai pas dit que je validais hein, j'essaye juste d'expliquer sa place au classement.
Pour Cantona, lis mon commentaire et tu auras mon avis.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
1000 fois d'accord sur Canto.
Mais il est très important dans l'histoire de MU.
Cantona atteint quand même les demis de la C1 en 1997, seul exploit européen de Canto avec ManU.
Pas décisif et tilteur face à la Juve en poule.
En demi, il est maladroit à l'aller et juste mauvais au retour. MU était favori et il avait grandement déçu avant de pleurnicher dans la presse sur l'arbitrage.
Bref, rien de très fracassant désolé.
La marge germanique du borussia était trop haute en demi c'est vrai, mais contre Porto en quarts je le trouve très bon, où ManU laisse les portugais faire le jeu avec les Red Devils faisant des contres assassins avec un Giggs de feu !
D'ailleurs, il marque le 2e but. Score final 4-0:

La jolie bourde du défenseur, haha!
Mais c'est vrai qu'en 2e partie de saison 96-97, tu le sens au bout du rouleau physiquement et mentalement. Il a déjà envie d'arrêter le foot pro ...
Merci de me rappeler le tout premier match de Manchester United que j'ai vu. Ce jour là j'ai découvert le coup de foudre, et 20 ans plus tard la flamme est toujours vive
Oui la saison 02/03 de Van Nistelrooy est le sommet de sa carrière, et on peut dire de façon globale que dans la période 2002/2004 c'est l'un des tout meilleurs joueurs du monde
Carton Rouge Niveau : Loisir
Merci ! J'étais abasourdi en voyant ça !
Merci pour ce spoil ... Bon après quelle idée de lire les commentaires avant de voir le classement en entier
11 réponses à ce commentaire.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Je vois que Maxime Brigand est dans le coup, logique.
Qu'il est nul, ce gars....
Le meilleur journaliste de SF.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Sucer les boules, c'est mal!
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Pourtant tu t'autosuces presque autant que franz
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Parce que j'y arrive et que j'ai matière à m'auto-sucer, ce qui n'est pas ton cas!
Tu triches, t'as la nuque en chewing-gum !
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Plutôt de l'autre coté que ça se passe!
Si t'as la bite en forme de Malabar, je te crois. Mais seulement si tu nous montre comment tu fais des bulles.
7 réponses à ce commentaire.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Sans être un supporter mancunien, ou un spécialiste de la Premier League, on peut s'avancer un peu, en disant que le Top 10 se trouve parmi eux:
Ryan Giggs, Bobby Charlton, Denis Law, George Best, Paul Scholes, Bill Foulkes, Wayne Rooney, Gary Neville, Duncan Edwards, Eric Cantona, David Beckam, Edwin Van der Sar, Peter Schmeichel, Roy Keane,
Erm ... Bryan Robson ?
Pour ma part, j'incrusterai bien un Rio Ferdinand là dedans mais c'est un top de 10 de belle facture.
3 réponses à ce commentaire.
VanBaston Niveau : DHR
Je me rappelle de Sharpe, j'avais sa fiche Onze Mondial.
Pantxi Silex Niveau : DHR
ah mais oui! Lee Sharpe! l'ailier super rapide quand il avait pas une guibole en vrac ou qu'il se faisait pas des demis au pub du coin!
1 réponse à ce commentaire.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
1-Charlton
2-Best
3-Rooney
4-Scholes
5-Giggs
6-Ronaldo
7-RVN
8-Beckham
9-Rio
10-Vidic

im Herzen von Europa Niveau : DHR
J'y connais rien à l'histoire de ManU. mais a part Charlton et Best ca fait très 90s-00s ton classement
Note : 3
RVN 2 PL et une carling cup. Tu veux pas le mettre top 3?

Sinon denis law tu connais?
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Le mec qui a relégué MU avec City?
Ta culture foot, on la connait, c'est pas à moi que tu vas la faire.
Passe ton chemin.
PS; Sucer les boules, c'est mal!
J'aime bien ton classement mais je mettrai Canto dans le Top10.
On cherche pas à trouver les meilleurs joueurs (cf. Bébé dans le top) mais les joueurs qui ont beaucoup influencé le club et le foot en général.
Canto est une idole à Manchester. Il ressemble au club et à la ville.
Et en plus c'est lui qui m'a fait kiffer le foot et ce club.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Ca me choquerait pas du tout de le mettre, LeGlen.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Disons qu'un top 5 aurait été plus judicieux avec Robson, Law, Keane, et Hughes qui a été très important dans le retour du club sur le devant de la scène.
Le truc c'est qu'avec ce type de TOP 5, les critères "intangibles" sont absents.
C'est pas une critique et je comprends pourquoi tu cites ces 5 mecs mais selon le point de vue SoFoot et société "au sens large", ManU est aussi ce qu'il est grâce à des mecs pour ce qu'ils sont hors du terrain. C'est pour ça que des Best, Canto et Becks risquent d'y figurer pour la représentation qu'ils sont de ce club dans l'imaginaire collectif.

Encore une fois, je critique pas, parce que de base, j'aurais une tendance à être très proche de ton top 5.

Si tu ne prends QUE l'apport footballistique et la marque laissée sur le club (donc pas dans la "pop culture"), Robson, Keane, Giggs, Charlton et ensuite il y aurait match entre Law et Rooney, ça devrait ressembler à un truc comme ça.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Sauf que je voulais écrire Top 15
:)
Alors là, ça me va ^^
Caribou West Niveau : CFA
Sinon, on t'as dit que MU existait entre Best et les années 2000 ?
Parce que j'adore RVN, qui a fait des choses incroyables en 5 ans, mais pas de là à être le 7ème joueur le plus important de l'histoire du club (de toute manière, cette place sera réservée à un numéro 7, sûrement Beckham). Tu peux pas donner 8 places dans les 10 premières à des joueurs qui ont évolué sur une période de 15 ans (surtout dans un club chargé d'histoire comme MU).
Et puis en terme d'image et d'empreinte laissée dans la mémoire collective, Cantona est au-dessus de RVN à MU.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Tu voulais que je fasse un savant mélange en dépit de mon appréciation personnelle?
Désolé mais j'ai pris des critères footballistiques mais ça me choque pas du tout qu'on mette Canto au dessus pour les raisons citées plus haut.
Tu crois vraiment que Beckham a eu plus d'impact footballistiquement que RVN?
Je crois pas!
Qu'on le mette 7ème, 8ème, 11 ou 12 ème, ce n'est pas grave mais 33ème, mec, c'est juste impossible de lui donner un classement au delà de la 15ème place quand tu connais un minimum MU ou même le football.
Ce commentaire a été modifié.
Mais si tu devais mettre des joueurs de l'époque post-Busby et pré-Beckham, tu mettrais qui ?

Steve Coppell ? Lou Macari ? Norman Whiteside? Frank Stapleton ? Bryan Robson ? Mark Hughes ? Paul McGrath ?
Je demande une place de choix pour l'Inénarrable, le Grandiose, le Cultissime, que dis-je le Marvellous Massimo Taïbi !
Caribou West Niveau : CFA
Dans un club comme MU, c'est délicat de mettre en Top 10 un joueur qui n'est resté que 5 ans au club, a fortiori sachant que même si ce sont 5 très belles années, ce ne sont pas les plus fastes pour autant.

Je pense que dans 20 ans, on se souviendra davantage de Solskjaer ou du duo Yorke-Cole que de RVN aussi bon soit-il.

Pour répondre à ta comparaison Becks/RVN, Beckham est un enfant du club, à l'impact international dépassant le cadre du foot, dans la tradition des 7 de légende, resté plus longtemps que le néerlandais au club et auteur de deux passes déc' lors de la première victoire en LDC depuis 30 ans.

Le mettre 7ème (outre le symbole) ne serait pas choquant.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Oui, sauf qu'en C1, il était stratosphérique malgré le manque de résultats.
Et de ce que je vois sur les sites, forums et réseaux sociaux, RVN est toujours présent, notamment parce qu'il a brisé l'hégémonie naissante d'Arsenal en gagnant le titre quasi à lui tout seul en inscrivant un but sur je ne sais combien de matchs successifs permettant à MU de remonter un déficit de 8 ou 10 points sur Arsenal.
Je ne sais pas si tu as vécu cette saison là de MU, c'était monumental.
Caribou West Niveau : CFA
Effectivement, RVN tenait tête aux invincibles à lui tout seul, enfin j'abuse mais c'est LE joueur marquant de MU entre 2001 et 2004.

C'est délicat de parler de joueur stratosphérique malgré le manque de résultats, c'est pas le Stade rennais, c'est MU. Club qui a gagné la LDC 2 ans avant son arrivée, et 2 ans après son départ (finaliste en 2009 et 2011 également). En 5 ans, RVN a remporté un seul championnat.
Son palmarès collectif à MU fera sûrement partie des 10 les moins garnis de ce top.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Ratio but par match de 75% que ce soit en PL ou en C1, sachant le nombre de retours de blessures qu'il a eu, c'est immense.
Même sur les matchs perdus par MU en C1, il marque quand même.

En sélection aussi, l'équipe fait demie de CDM 2 ans avant son arrivée et finale 2 ans après, pas pour autant que je mets RVP devant lui.
En passant, j'en profite pour faire connaitre le nord-irlandais Norman Whiteside, l'une des meilleures pattes gauche du championnat anglais des années 80 (avec Kevin Sheedy, Arnold Muhren, sans oublier John Barnes évidemment), très sous-estimé en France, pour ne pas dire quasi-inconnu:




Et son but le plus célèbre, empêchant Everton de faire le triplé en 1985, c'est le seul de la finale de FA Cup, en prolongation:
Quasi inconnu sauf pour tous ceux qui avaient découvert ce gamin au Mundial espagnol et notamment contre les Bleus ! après à part les journaux comme FF ou de temps à autre voir ses buts dans la séquence des buts étrangers à Stade2 c'était difficile de suivre ses exploits chez les Red Devils !
Merci pour les vidéos laissées ;)
Ce commentaire a été modifié.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 1
Note : 1
Merci pour ces images de Witheside. Le gamin avait tout pour lui, technique, rugueux, grosse qualité de frappe. Son seul point faible, de l'aveu même de Ferguson, était sa pointe de vitesse. Et un physique qui ne l'aura jamais laissé tranquille.

En revanche, contrairement à ce que dit l'article, il me semble que l'homme à féliciter pour son transfert, c'est encore ce bon vieux Bob Bishop, le scout d'United qui a découvert Best, McIIlroy et tant de beaux joueurs nord-irlandais.

Pour l'anecdote, au début des années 60, Bishop avait aussi repéré un jeune gardien fantastique qu'il avait signalé à son board. La cellule de recrutement de MU s'était déplacée au complet, et ces génies ont réussi à se planter de match. Ils n'ont pas observé le bon gardien et se sont opposés à sa signature (3000£).

Un an plus tard, le gars était transféré pour 27000£ à Tottenham. Il s'appelait Pat Jennings.
Waouh, louper Pat Jennings, ça c'est con !
Un peu comme Trevor Francis qui loupe lui aussi Canto en le laissant filer vers Leeds...
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  02:54  //  Aficionado de l'Argentine
Merde Norman Whiteside, c'était le prochain joueur que j'avais prévu de proposer dans le quizz, va falloir que j'en trouve un autre...^^
Je l'avais découvert à la CDM 86 mais il restera aussi dans l'histoire pour avoir été le plus jeune joueur à avoir participé à une Coupe du monde (en l'occurence le Mondial 82) ! Je ne sais pas si ce record a été battu depuis mais il a tenu pendant longtemps.
Tu connais sûrement bien mieux l'Histoire de Man U que moi mais n'est-ce pas intriguant de mettre Vidic dans le top 10 quand des mecs comme Denis Law ou Schmeichel n'y sont pas ?
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Mos, tu te rends pas compte de ce qu' a été Vidic.
Perso, je trouve ça scandaleux que Vidic ne soit pas dans le top 10.
Aucun défenseur, et je dis bien AUCUN défenseur n'a apporté à ManU ce que Vidic a apporté.

S'il n'y a pas de défenseur dans le top 10, soit, mais s'il y en a un, c'est n'importe quoi que ce ne soit pas Vidic !

Après, chacun son point de vue.
En terme d'apport au club, je placerai Ferdinand devant lui.
Pour tout ce qu'il fait en dehors du terrain. Il est hyper présent auprès des jeunes et ouvre plus sa gueule dans les médias.
Je pense que l'impact médiatique des joueurs est important dans ce classement.

Après, chacun son point de vue.
27 réponses à ce commentaire.
Darren Fletcher, quel putain de joueur, un milieu super complet avec une mentalité parfaite.
dommage qu'il ait saigné du cul...
Ce commentaire a été modifié.
Note : 1
Bon, il y a un soucis sur les classements de RVN, Fletcher et SURTOUT Vidic !

RVN déjà parceque bah ... franchement, 33ème les gars, merde ...
Fletcher ensuite (voir Butt) parce qu'on néglige son impact hors terrain lorsqu'il ne jouait pas (s'applique encore plus à Butt) mais surtout au fait qu'il était d'une nullité absolue au début avant d'être le meilleur joueur du monde à son poste, de louper cette fameuse finale de C1 où il aurait tant pesé (parce que le match bascule sur ce décalage d'un Iniesta qu'il avait au marquage et qu'il avait broyé la saison d'avant) puis vint la maladie ...

Enfin, Vidic dont on sous-estime systématiquement l'impact dans l'équipe en "favorisant" Ferdinant, parce qu'il est anglais ? Ou plus esthétique ?
Vidic était LE patron derrière, pas Ferdinand, Vidic a rendu Ferdinand meilleur, pas l'inverse, enfin, Vidic c'est la régularité incarnée avant de se faire les croisés. Probablement un des meilleurs défenseurs qui aient jamais joué en PL où un seul joueur lui a mis le bouillon, un Nino, lorsqu'il était au top. Tous les autres, ont fini dans sa poche, des Henry, Drogba, Shevchenko et compagnie, le Serbe d'Acier les a tous mangé.

Rien que pour ça, ce classement est une vaste blague.
Caribou West Niveau : CFA
Henry a quitté la PL alors que Vidic s'installait à peine, j'ai pas le souvenir qu'il l'ait mis dans sa poche.
Note : 1
L'année où ManU gagne la C1 (2008), la double confrontation ManU-Barça.
Vidic a fermé la boutique comme t'as jamais vu. Henry, Eto'o, Messi, Iniesta, il a mis tout le monde dans sa poche.
En 2008, c'était son sommet. Et si Vidic a éteint tout le monde comme ça, c'était certes, de par son association avec Ferdinand, mais aussi du mec devant eux, lui aussi au top du top, un certains Darren F.
MightyMagyars06 Niveau : District
Euh cette saison la, Fletcher n'est titulaire que 6 fois en PL et ne joue que 14 minutes à partir des quarts de finale de C1. Disons que "top du top" est un peu usurpé comme qualificatif.
cobja1000 Niveau : DHR
Complètement d'accord, j'ai vu Niño mettre le bouillon comme pas possible à Ferdinand-Vidic en 2009, c'était fou!
Ce commentaire a été modifié.
Veni Vidic Vici Niveau : CFA2
Vidic paye aussi ses matchs contre Liverpool (plusieurs fois dans les matchs les plus regardés de l'année). Torres en faisait systématiquement sa chose. Pour de nombreux spectateurs qui ne voyez que 3-4 matchs de PL par an, Vidic paraissait pas vraiment à son avantage.

Sinon je te rejoins dans ta déclaration d'amour, quel joueur, quel parcours! Le mec arrive taillé comme une arbalète, limite plus technique que physique et se transforme en homme de fer. Il était pas malhabile du tout, juste en retrait par rapport à Ferdinand. J'ai pas envie de les comparer, c'est comme dire qui tu préfères de papa ou maman. Une paire indissociable pour le fan de United que je suis. Complètement absurde de les séparer dans le classement. Comme séparer Yorke et Cole (ha merde, ils vont le faire...). Ma paire de centraux préférées de mon histoire de spectateur de foot.
5 réponses à ce commentaire.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Donc, le GAG de la semaine, c'est le dénommé BEBE !
Alain, vite un top avec:
Néné, Bébé, Pépé, Dédé, Didi, Kaka, Dodo, Vava, Dada, etc.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  03:22  //  Aficionado de l'Argentine
Héhé Fred, je sais déjà qui serait le premier de ce top !^^ Il s'agirait bien sûr du maestro Didi (sans aucune discussion), devant Vava, Pepe (l'ailier gauche de Santos) et Kaka...

Sinon le vrai Dudu a bien existé : superbe milieu offensif du grand Palmeiras des années 60-70, coéquipier des Ademir da Guia, Luis Pereira, Leão, Leivinha, Cesar...
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Je ne savais pas qu'un dénommé "Dudu" existait. Et Pipi et Popo, ça existe ?
Dudu me fait immanquablement penser à "Dudule".

"Le site officiel du CS Sedan Ardennes rappelle que c’est d’abord "Dudule" qui a joué les mascottes à la fin des années 50 : «Le 27 mai 1956, l'UAST dispute sa première finale de Coupe de France face au voisin Troyen. Les Ardennes se mobilisent pour soutenir leur équipe et les supporters montent en masse sur Colombes. Dudule, le sanglier fétiche fait son entrée sur la pelouse de Colombes et le public explose de bonheur.»
Après « Dudule », c’est « Dora », I et II, qui ont pris le relais, puis Césarine.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  16:26  //  Aficionado de l'Argentine
Si si, Dudu a bien existé et formait même un duo de créateurs magnifique avec l'immense Ademir da Guia, fabuleux meneur de jeu injustement méconnu de ce côté-ci de l'Atlantique (en grande partie à cause de sa non-convocation au Mondial 70) mais qui serait pourtant certainement le n°1 d'un top Palmeiras.
Et le Dudu du Stade Rennais ?
Pipi il a existé, c'était le surnom de Leandor Romagnoli, un mec annoncé un moment futur crack argentin (un parmi 1000). Qui a fait une carrière honnête notamment au Sporting.
Malheureusement il n'aurait jamais joué avec Kaka.
Et popo il y a eu un brésilien de l'avant guerre.

Le foot et la scatophilie mes deux passions.
Ce commentaire a été modifié.
Voilà après une recherche je viens d'apprendre que Kaka et Popo ont tous les deux débutés au Colon avant de finir leur carrière à Lanus. Alors que Pipi a joué dans un club du Rhin (Strasbourg ou Arnehm) Avant de passer à Utrecht et Gand...

Je me souviens encore de leur confrontation dans la cuvette de feyenoord.
8 réponses à ce commentaire.
Quel kiff les célébrations de Lee Sharpe.
Alessandro_Nesta Niveau : Loisir
Quand on y pense,Zlatan se fait régulièrement massacrer ici pour son manque de résultats en C1 mais quand on regarde le parcours de Van Nistelrooy c'est un peu du même acabit vu qu'il n'a jamais dépassé les quarts de LDC avec MU
Mountains made of steam Niveau : Loisir
62 buts en C1, 4ème plus grand buteur de l'histoire, meilleur ratio derrière Messi et CR7, c'est comme Zlatan donc?
Il a pas joué les derniers tours mais le job, il l'a plus que fait, c'est pas chez lui que tu trouveras les causes de cet échec.
Veni Vidic Vici Niveau : CFA2
Non mais RVN nous a vraiment fait vibré. C'est à prendre en compte, il a joué durant une disette européeene, mais toutes les semaines, il régalait.
VonPersie aussi est pour moi au dessus de Zlatan, qu'importe l'absence de titre européen.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Non justement, Van persie est l'équivalent de Zlatan en C1, c'est à dire, rien du tout.
RVN, c'est 35 buts en 47 matchs de C1, 3 buts tous les 4 matchs.
Veni Vidic Vici Niveau : CFA2
Encore une fois, je m'en tape des stats. RvP nous a régalé un an, mais vraiment. Et en C1 on passe pas loin, je jurerai toute ma vie que Nani voit pas le mec sur l'action du carton rouge et ce magnifique salopard de Modric qui sort de sa boite juste contre nous...
Définitivement le passage éclair du traitre beau gosse RvP m'a plus séduit que celui de Zlatan.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Bah RVP gagne le championnat de manière incroyable mais en C1, il fait un match monumental au Bernabeu mais au retour, il est risible.
Non mais Zlatan, c'est absolument rien dans l'histoire de MU, 6ème place!
Veni Vidic Vici Niveau : CFA2
Bah disons que c'est le mec d'une saison comme RvP. Après, je suis d'accord, y'a même pas lieu de perler de Zlatan dans ce top.
RVN a porté MU jusqu'en 1/2 finale de C1 en 2002, presque tout seul
C'est vraiment le dernier joueur à blâmer si on a rien gagné en Europe entre 2001 et 2006
7 réponses à ce commentaire.
Alvaro_Recoba Niveau : CFA2
En football pur, c'est sûr que Canto n'est pas le meilleur joueur de l'histoire de Manchester United, mais je trouverais tout à fait normal qu'il soit le numéro 1 de ce Top.

Je pense qu'en France on ne se rend pas compte de ce que représente Cantona à Manchester.
Il faut y être déjà allé pour mesurer l'adoration que les supporters de ce club continuent d'avoir pour lui.

Ce qui m'avait surpris c'est que même des jeunes de 18-20 ans qui ne l'ont pas vu jouer en live en parlaient avec intensité.
cobja1000 Niveau : DHR
C'est exactement ça, les Anglais t'en parlent avec la même lueur que les parisiens qui te parlent de Ronaldinho. Imagine si Ronaldinho avait fait de nouveau gagner des titres à Paris (ok Ferguson/fernandez ça commence pareil mais c'est tout)
1 réponse à ce commentaire.
cobja1000 Niveau : DHR
Pour moi :
1.Best (quand tu vois l'influence sur un forum comme so foot 50 après, ça te pose le bonhomme)
1bis. Charlton (Sir quoi, y a match avec Best)
3.Giggs : 900 combien déjà
4.Cantona : on parle bien de joueurs qui ont MARQUE l'histoire de United et là on a quelques coups d'éclats (les mouettes, premier titre de champion depuis 25ans - 2eme d'affilée pour lui, le kung fu kick, le lob de l'empereur, le seul championnat perdu c'est l'ann&e de sa suspension et merde! la marseillaise chantée par des anglais bordel!!!)
5.Kanchelskis : bon ok là je déconne mais j'adorais ce joueur avec sa façon de courir bras écartés comme dans les dessins animés, et j'avais peur qu'il ne soit pas du tout cité

Mention spéciale pour le Great Dane qui est avec Van Der Sar, le seul gardien qui a réussi à United ces 30 dernières années
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
D'accord avec toi pour les trois premiers: il ne devrait y avoir aucune contestation.
En revanche, pas d'accord pour Cantona 4ème !
cobja1000 Niveau : DHR
il y a peut être un peu d'affect dans mon jugement mais l'empreinte qu'il a laissée au club est très forte. et puis il est parti au sommet là-bas sans jamais jouer pour un autre club ou clamer son envie d'ailleurs, ce qui laisse une certaine image sur les supporters mancuniens. J'essaie de me mettre de leur point de vue
VanBaston Niveau : DHR
Oui mais bon à ce barème là Scholes devrait être largement devant. Ils étaient au pub les supporters avec Trainspotting à l'écran, au moment de voter Cantona joueur du siècle. Concrètement il a enfumé son monde là bas de manière assez impressionnante, dû à ses qualités d'acteur, sûrement ...
Ah oui les mouettes ! énormissime me souviens bien de sa citation
Quand les sardines suivent les mouettes..non merde quand un chalutier pense qu'une mouette...nan c'est pas ça...quand les mouettes vont jeter un chalutier...p'tain j'abandonne. Trop fort le Canto !!
4 réponses à ce commentaire.
 //  16:09  //  Passionné de l'Ukraine
N'ayant qu'une connaissance limité de l'histoire de Manchester, j'ai dès lors une question toute bête. Est ce que SoFoot va intégrer les joueurs du crash de Munich je crois, comme un seul joueur où il y en avait dans le lot des Busby's Babes qui en dehors de Charlton sortait du lot?
Ce commentaire a été modifié.
C'est simple, au moment du crash de Munich en 1958, c'est la meilleure équipe anglaise du moment, champion d'Angleterre 1956 et 1957. Duncan Edwards, qui était le plus jeune (avec Eddie Colman, tous les deux 21 ans, décédé aussi) et le plus doué, sera haut dans le classement. Denis Viollet, qui a survécu au crash, est 34e du classement.

Oui, il y avait de sacrés joueurs, comme les défenseurs Roger Byrne et Mark Jones, David Pegg l'ailier gauche ou les buteurs Tommy Taylor et Billy Whelan, tous les 5 décédés.
Dans les survivants, il y avait Albert Scanlon, le gardien de but Ray Wood et surtout le défenseur Bill Foulkes, vainqueur de la C1 1968, qui sera dans le classement aussi.
Sans oublier donc Bobby Charlton qui en 1958 commençait à peine à se faire une place de titulaire à part entière.

Ce commentaire a été modifié.
L'attaquant inter droit Johnny Berry a survécu aussi mais rejouer au plus haut niveau était fini.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
On a oublié Harry Gregg.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
A part Bobby Charlton, il y aura Roger Byrne le capitaine, Bill Foulkes et surtout Duncan Edwards, qui de l'avis général, était destiné à devenir l'un des plus grands milieux de terrain de l'histoire.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Du coup, le post de Zizou, commencé avant le mien, mais édité après l'a ringardisé.
 //  17:00  //  Passionné de l'Ukraine
Note : 1
Merci Zizou et Fred pour les précisions.
Je savais que la génération était prometteuse, mais je voulais plutôt savoir si c'était prometteuse version Paganelli (gros potentiel mais on verra pas plus) ou si ils avaient confirmé un peu avant le crash.
Et donc si je comprends bien sans ce crash, Manchester marchait sur l'Angleterre pour au moins 10 ans?
Et l’Angleterre n'aurait peut être pas qu'une coupe du monde à son actif.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Et peut-être que l'histoire de la Coupe d'Europe aurait divergé !
Ce commentaire a été modifié.
C'est sûr, ça aurait accéléré le niveau du foot anglais sur le plan européen. Quand ManU se crache, elle s'était qualifiée pour la 2e année consécutive pour les demis de la C1, en allant faire un nul sur le terrain de l'étoile rouge de Belgrade.
A cette époque, le concurrent direct de Man United est l'équipe de Wolverampton, entrainé par le légendaire Stan Cullis. Et au début de la saison 58-59, 2 entraineurs innovants prennent la tête de 2 clubs qui deviendront des cadors au début des années 60: Bill Nicholson à Tottenham et Harry Potts à Burnley.

Auquel tu peux ajouter au milieu des années 60 Harry Catterick à Everton, Bill Shankly à Liverpool, Don Revie à Leeds, ça aurait été épique !

Mais ce ne sont que des suppositions ...
Ce commentaire a été modifié.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Liste des victimes du crash

Nom complet Poste

Geoff Bent Défenseur central
Roger Byrne Défenseur central
Eddie Colman Wing Half
Duncan Edwards Milieu gauche Survit au crash mais meurt quinze jours plus tard à l'hôpital.
Mark Jones Mileu de terrain
David Pegg Ailier gauche
Tommy Taylor Avant-centre
Liam Whelan Milieu offensif

Liste des survivants du crash

Johnny Berry N'a jamais rejoué après le crash. Meurt en 1994.
Jackie Blanchflowe N'a jamais rejoué après le crash. Meurt en 1998.
Dennis Viollet Meurt en 1999.
Ray Wood Meurt en 2002.
Bobby Charlton
Bill Foulkes Meurt en 2013.
Harry Gregg
Kenny Morgans Meurt en 2012.
Albert Scanlon Meurt en 2009.
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  17:29  //  Aficionado de l'Argentine
@ garagnas : "Et l’Angleterre n'aurait peut être pas qu'une coupe du monde à son actif."

C'est toujours difficile de faire du foot-fiction mais je pense que ça n'aurait pas changé grand chose... L'Angleterre a gagné la seule CDM qu'elle aurait pu gagner, en 66, mais pour les éditions 58, 62 et 70, le Brésil était hors de portée et au-dessus de la concurrence !
La seule équipe qui aurait pu titiller le Brésil lors de l'une de ces trois CDM, c'est l'Argentine en 58 si elle avait pu garder l'ossature de l'équipe des "Carasucias", flamboyant vainqueur de la Copa America 57. Mais Sivori, Maschio et Angelillo décidèrent de partir en Italie au lendemain de ce sacre continental, ce qui les rendit non-sélectionnables en vertu du règlement (absurde) de la Fédé argentine et priva l'Albiceleste de l'intégralité de son trio offensif axial (il restait bien Corbatta, le génial ailier droit du Racing, mais beaucoup trop seul pour peser devant, Ernesto Grillo commençant quant à lui à sentir le poids des années).
10 réponses à ce commentaire.
Claude le Gentil Niveau : National
Patou n'est pas assez haut, non ?
Patxikudelatxams Niveau : District
Ya un truc qui semble réunir toutes ces icones mancuniennes des années 70/80... C'est les pubs et la bière!
Ceux qui aimait Cantona à MU ne comprennent rien aux foot, ceux qui pense que Messi a marqué l'histoire du Barça n'ont jamais regardé un match avant 95, ceux qui disent que le PSG d'Ibra est le plus fort n'ont jamais connu le PSG 80, ….
Je prépare mon diplôme d'expert en foot, et apparemment le mieux c'est de descendre les plus grandes figures des clubs et citer des joueurs des année 70-80, ça fait vachement expert en foot.
Avec ce genre de propos, on verra jamais que j'ai jamais touché un ballon de ma vie.
Mountains made of steam Niveau : Loisir
Tu es touchant de débilité...
1 réponse à ce commentaire.
Mon classement :
1-Best
2-Charlton
3-Beckam
4-Cantona
5-CR7
Pour moi, le premier devrait être Bobby Charlton car aucun joueur n'a autant marqué l'histoire selon moi.

Son record de buts (alors qu'il n'était pas attaquant) aura duré malgré tous les grands attaquants qui sont passés ici. Il est l'emblème des Busby Barbes, brisés dans leur élan et le fait que malgré ce drame il arrive à se relever et partir tout gagner (CdM+LdC+BO) représente parfaitement les valeurs de pugnacité et d'abnégation du club

Et puis une tribune porte son nom en plus de sa statue à l'entrée du stade, sans compter le rôle qu'il entretient toujours ici et son titre de Sira
Charlton en 1, c'est déjà aquis, comme Di Stefano au Real, ce genre de top, sur SoFoot, on connait toujours le No 1 avant d'y arriver, c'est toujours le top 5/10 qui est délicat ^^
Ce commentaire a été modifié.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Pas toujours: Boniperti 1er devant Platini, demie surprise, Muller devant Beckenbauer, pour moi grosse surprise.

Où il ne devrait pas y avoir de surprise: Barça, Lazio, Roma, Inter, Torino, Napoli, Fiorentina, Cagliari, Dynamo Kiev, Dynamo Moscou, Torpedo Moscou, Spartak Moscou, Honved, Austria Vienne, Hambourg SV, Ferencvaros, Santos FC, Botafogo, Blackpool FC, Stade de Reims, AS Nancy, etc.
Un peu plus compliqué (peut-être): Arsenal, Chelsea, Milan, Nice, Lille, Atlético Madrid, Strasbourg, Lens, Auxerre,etc, etc..
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  20:00  //  Aficionado de l'Argentine
Tout à fait, Boniperti pour la Juve et Gerd Müller pour le Bayern, au détriment de Platini et Beckenbauer, c'était de vraies surprises pour moi ! Idem pour le FC Nantes où j'attendais plutôt Henri Michel.

Sinon Fred, ok pour Barça (Messi), Lazio (Chinaglia), Roma (Totti), Napoli (Maradona), Torino (Mazzola), Cagliari (Riva), Santos (Pelé), Botafogo (Garrincha), Reims (Kopa), Dynamo Moscou (Yachine), Austria Vienne (Sindelar), Honved (Puskas), voire Dynamo Kiev (Blokhine, malgré la concurrence de Belanov et Sheva)...
Des clubs auxquels on pourrait ajouter le Real (Di Stefano), l'Ajax (Cruyff), Liverpool (Gerrard), Benfica (Eusebio) et l'OL (Juninho) déjà passés, ainsi que le Celtic (Johnstone), Toulouse (Beto Marcico), Flamengo (Zico), Cruzeiro (Tostão), l'Atletico Mineiro (Reinaldo) ou Independiente (Bochini).

Mais dans ta liste, tous ne sont pas si évidents.
- L'Inter d'abord : mon favori serait Facchetti mais Zanetti et Meazza feraient également des n°1 tout à fait légitimes, tandis que Luis Suarez, Sandro Mazzola ou Bergomi ne manquent pas d'arguments.
- La Fiorentina ensuite : pour moi, il y a match entre Batistuta, Antognoni et Julinho pour la première place, avec Baggio, Hamrin et Rui Costa en embuscade.
- Enfin Hambourg : je ne suis pas spécialiste de foot allemand mais j'aurais bien du mal à trancher entre Seeler, Keegan, Magath, Hrubesch et Kaltz.

Sinon il y a plein d'autres clubs où le choix du n°1 est loin d'être simple. En vrac, on peut citer :

AC Milan : Baresi, Rivera, Maldini ou Van Basten
Sampdoria : Mancini ou Vialli
Parma : Veron ou Crespo
Valence : Kempes ou Mendieta
Deportivo : Valeron, Djalminha, Rivaldo, Fran ou Bebeto
Villarreal : Riquelme, Senna ou Forlan
Gladbach : Netzer, Vogts, Simonsen ou Heynckes
Cologne : Schäfer, Overath ou Podolski
Arsenal : Bergkamp, Henry, Wright ou Brady
Chelsea : Lampard, Osgood ou Drogba
Anderlecht : Van Himst ou Rensenbrink
Etoile Rouge : Dzajic, Savicevic ou Stojkovic
Bordeaux : Giresse ou Tigana
Sainté : Keita, Larqué, Rocheteau, Piazza, Revelli ou Mekhloufi (oui je mets pas Platini en potentiel n°1)
Boca : Riquelme ou Maradona
River : Moreno, Pedernera, Labruna, Beto Alonso ou Francescoli
San Lorenzo : Sanfilippo, Martino ou Pontoni
Estudiantes : Veron père, Veron fils ou Bilardo
Rosario Central : Kempes ou Aldo Poy
Peñarol : Alberto Spencer, Schiaffino, Piendibene ou Pedro Rocha
Corinthians : Socrates ou Rivelino
Internacional : Falcao ou Figueroa
Vasco : Roberto Dinamite, Ademir, Danilo Alvim, Romario ou Edmundo

Et plein d'autres encore...
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Beau travail, Alain !
D'autant plus délicat, comme exercice, qu'il faut essayer de se mettre à la place de So Foot !
Un des plus difficiles: l'Atlético. Pour St Etienne, ils ont intérêt à mettre Keita, car j'ai "préparé" une longue introduction sur lui, sinon je passe pour un guignol ! (surtout avec N'Doram devant Michel, ça ressemble fort à Keita devant Herbin ou Larqué). Si on prend comme critère premier le palmarès, par ex: pour Lille c'est 45-55 (Baratte) ou la team Garcia (Hazard), Nice, ce sont les 50s'.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Ils sont cinq à être Etoile de l'Etoile rouge de Belgrade: : Dzajic, Mitic, Petrovic, Sekularac, et Stojkovic: en plus tu rajoutes Savicevic, bon courage pour les départager !
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  23:26  //  Aficionado de l'Argentine
Ah oui j'ai zappé Sekularac et Petrovic pour l'Etoile Rouge et on pourrait aussi ajouter Prosinecki comme candidat potentiel, au moins au podium. Par contre, Mitic, je ne connais pas : je suppose que c'est la génération d'avant les Dzajic, Petrovic et Acimovic, mais je connais mal le foot yougoslave pré-70's.

Sinon tu as raison concernant l'Atletico, l'un des clubs où le n°1 serait le plus difficile à pronostiquer ! Je vois bien ce bon vieux Luis Aragones quand même (peut-être le Colchonero le plus emblématique avec El Niño) mais personne ne se détache vraiment et ce ne sont pas les autres candidats qui manquent : Adelardo, Peiro, Luis Pereira, Schuster, Futre, Simeone, Kiko, Torres, Forlan, Agüero, Falcao, Godin, Gabi...

Un autre club où ce serait assez compliqué, c'est River Plate. J'ai donné cinq noms mais si je voulais être vraiment exhaustif sur les prétendants crédibles à la première place ou en tout cas au podium, la liste serait plus que fournie ! Par ordre chronologique : Peucelle, Ferreyra, Moreno (mon favori perso), Pedernera, Labruna, Carrizo, Onega, Mas, Beto Alonso, Passarella, Ramon Diaz, Francescoli, Ortega, Crespo... Bon courage pour établir le top 10 River et départager tous ceux-là !
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  23:43  //  Aficionado de l'Argentine
Pour compléter mon propos sur l'Atletico, tout dépend quels sont les critères retenus (qui visiblement varient selon les tops) : si on prend en compte, en plus de leur carrière de joueur, une éventuelle après-carrière dans l'encadrement ou la direction du club (comme avec Boniperti pour la Juve), dans ce cas-là il y aurait vraiment match entre Aragones et Simeone ! Et "El Cholo" serait sans doute pas loin de la 1ère place...

Sinon petite précision pour Boca : à Maradona et Riquelme, il faudrait ajouter la troisième idole générationnelle boquense, Angel Clemente Rojas alias "Rojitas", l'attaquant légendaire du Boca des 60's. Après, perso je miserais sur (et je choisirais) Riquelme.

Dernière remarque : j'ai peut-être été un peu trop définitif pour Flamengo en zappant Zizinho, qui serait un lauréat tout à fait légitime. Ceci dit, j'aurais du mal à imaginer So Foot ne pas mettre Zico (qui serait aussi mon choix car leader de la plus belle équipe de Flamengo de tous les temps, selon moi).
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  00:13  //  Aficionado de l'Argentine
Et avant de me faire reprendre par les supporters de Chelsea, j'ai peut-être oublié des légendes des Blues comme Ron Harris ou Ray Wilkins (toutes mes excuses, j'ai quelques lacunes en foot anglais d'avant les 80's).
8 réponses à ce commentaire.
Sinon on dirait que Carrick ne sera pas dans le top 50 (vu que je vois mal So foot le mettre devant RvN, Vidic ou Evra) c'est limite scandaleux tant le joueur a apporté au club surtout quand on voit un Bebe (je sais c'est pour le symbole mais alors pourquoi lui et pas Morrison ou quoi qu'on voyait très loin également..) dans le top
Veni Vidic Vici Niveau : CFA2
Ca m'étonnerait quand même beaucoup, mais si c'était pour faire la blague Bébé, ça me ferait un peu chier. Limite j'aurais mis John O'Shea pour symboliser le soldat fergusonnien.
Hölderlin Niveau : CFA2
Complètement d'accord avec toi. C'est un scandale si Carrick ne figure pas dans le top.

Le mec a tenu l'équipe tellement de fois. Je me souviendrais toujours de cette statistique complètement folle le concernant pour la saison 2014/2015 si je ne me trompe pas : MU gagne 75% de ses matchs lorsqu'il est titulaire.

l'équipe végétait hors du top 5 (lorsqu’il était blessé en première moitié de saison) et remonte à la 2ème place quand il revient de blessure pour être titulaire avec pour apex cette magnifique victoire face a City ou il plante un But et lâche une ou deux passe dèce....

Sauf qu'il se reblesse dans le même match et MU termine la saison en dehors tu top trois dès qu'il est de nouveau absent.


UN SCANDALE si il n'est pas dans ce top 50 !!!!!
Ca ne me surprendrait pas de le voir top 30. J'imagine mal SoFoot mettre Fletcher en oubliant Carrick; d'autant plus que le bougre a une sacré longévité dans le club.
3 réponses à ce commentaire.