1. // Top 50
  2. //

Mon Juninho

Ancien entraîneur, anciens partenaires, quelques témoins du passage de Juninho à Lyon nous raconte leur vision du Brésilien.

Modififié

Gérard Houllier

(entraîneur de Lyon de 2005 à 2007)

« Le souvenir que j’ai de lui, c’est non seulement qu’il était un formidable joueur, mais que c’était une personne fabuleuse. Quand vous vous souvenez de vos joueurs après, parfois le côté joueur est plus marquant que d’autres aspects, mais lui, il avait une personnalité avec un charisme tout à fait différent des autres. C’était un leader technique sur le terrain plutôt réservé qui ne parlait pas beaucoup, ça n’était pas un aboyeur, mais quand il disait des choses, c’était toujours bien pesé. À Lyon, il y avait un groupe de leaders, il en faisait partie, c’était le capitaine sur le terrain. La qualité de son professionnalisme, de son jeu et de sa contribution au reste de l’équipe faisait qu’il s’imposait naturellement. C’est un joueur qui avait une grande humilité. Un habile mélange d’ambition et d’humilité. Il était facile à gérer puisque c’était un grand professionnel et un énorme travailleur. Les coups francs, c’étaient des heures de répétition. C’est quelqu’un de gentil, de généreux, d’accessible, un vrai modèle pour le pro d’aujourd’hui. On n’oublie pas un joueur comme Juninho, on n’oublie jamais. Je pense que le club ne l’oubliera jamais non plus. »


Rémy Vercoutre

(gardien à Lyon de 2002 à 2014)

« Mon premier souvenir de Juninho, c'est un match contre Lyon avec Montpellier. Ils doivent nous battre pour pouvoir espérer être champions, nous on lutte pour notre maintien et je sors un gros match. À la fin du match, Juni est en colère, mais vient me féliciter. Quelques semaines après, quand je signe à l'OL, il n'a pas oublié et vient me saluer en me disant : "J'espère que maintenant que tu es avec nous, tu vas être aussi bon que quand tu étais contre nous." Les entraînements spécifiques sur coups francs, cela s'est fait naturellement. Greg Coupet devait préparer les matchs du week-end, donc il n'avait pas à faire ça, je me suis logiquement proposé. Juni n'était pas dans une logique de travailler jusqu'à épuisement, ce n'était pas son genre. Il ne claquait pas 200 coups francs, mais plutôt une trentaine, avec le souci du détail, de la qualité. Mais cela ne concerne pas que les coups francs, ce dont on se souvient le plus aujourd'hui. Juninho, c'était un travailleur méticuleux, précis, qui faisait ce qui devait être fait. Il a ainsi fait un gros travail de mise à niveau physique à son arrivée en Europe. C'était aussi un joueur qui apportait énormément dans le jeu. Il ne se perdait pas dans des actions susceptibles de lui faire perdre de l'énergie pour les matchs. C'est pour cela qu'il s'adressait à moi pour aller recadrer les joueurs qui ne suivaient pas les règles du groupe. Mais quand il fallait prendre ses responsabilités pour défendre le groupe face à l'entraîneur, régler des problèmes d'équipe, il s'en chargeait. Bernard Lacombe a pleuré au moment de son départ, mais le manque, on l'a ressenti à l'échelle du club, il n'y a pas que Bernard qui a été touché. On perdait un superbe joueur, mais on perdait surtout un superbe mec. »


Jean-Marc Chanelet

(défenseur à Lyon de 2000 à 2003)

« La première image que j’ai, c’est Juninho qui nous rejoint en stage de préparation à Tignes, au mois de juin 2001. Il n’avait pas joué depuis un bout de temps, il lui manquait de la compétition, donc il n’était vraiment pas en jambes. On était en plein travail foncier et j’ai cette image de lui, tout penaud, sur le terrain en train de participer à un petit jeu sans être dans le rythme. Il était très à l’écoute, très concentré. On voyait qu’il avait une très bonne technique, mais la vivacité, la répétition des efforts n’était pas là. On nous avait dit que c’était un grand talent, mais à part Edmilson et Caçapa, on le découvrait tous. Il ne parlait pas un mot, mais il avait toujours le pouce levé pour dire "Ça va, ça va !" Sonny, Edmi et Caçapa l’ont bien entouré lors de ses débuts, ce qui a bien facilité son intégration. Il a vite pris des cours de français pour arriver à comprendre et se faire comprendre. Il aimait bien recevoir chez lui avec sa famille, à la brésilienne. Je me souviens que ma femme avait sympathisé avec la sienne, donc on était allé deux trois fois chez eux. Mais Juni, il avait aussi ce caractère un petit peu casanier, ça n’était pas quelqu’un qui sortait beaucoup, qui aimait se montrer. Il était là pour travailler et pour réussir. »


Jérémie Bréchet

(défenseur de Lyon de 1998 à 2003)

« C’était vraiment un compétiteur hors norme. Que ce soit en match ou à l’entraînement, il voulait tout le temps gagner, quitte à être parfois un peu mauvais joueur. À ses débuts à l’OL, je me souviens d’une ou deux fois où il n’avait pas été titulaire et il avait bien fait comprendre que ça l’énervait. Pas parce que c’est un mauvais mec, juste parce qu’il aime trop la compétition. Sinon, c’était vraiment un mec très gentil. Un bon gars de vestiaire, toujours avec le sourire. Quelqu’un de tolérant, qui n’hésitait pas à donner des conseils aux jeunes. Mais il était tout de même très exigeant avec tout le monde, ce qui est logique tellement il l’était avec lui-même. Ce qui m’a le plus marqué ? Ses coups francs, forcément. Il mettait une minutie exceptionnelle à les préparer. Et il faisait pareil à l’entraînement, hein. Il prenait le temps qu’il fallait et généralement ça finissait dans la lucarne de Rémy (Vercoutre, ndlr) (rires). Il y a un autre truc qui me vient immédiatement en tête c’est sur les coups d’envoi. À chaque fois, il prenait le ballon, il fixait un mec, partait sur la droite, toujours, et filait tout droit jusqu’à ce qu’il soit bloqué, alors il faisait demi-tour et une passe en retrait. Mais c’était systématique. Et je crois que c’est le seul joueur que j’ai vu faire ça dans toute ma carrière. Je pense qu’il le faisait pour enflammer les supporters et montrer à l’autre équipe qu’on venait vraiment pour mettre la pression. »


Éric Carrière

(milieu de terrain à Lyon de 2001 à 2004)

« Tout le monde se souvient de ses coups francs, bien sûr, mais moi, je me rappelle surtout de sa faculté à garder le ballon et à être précis techniquement. Puis il s’est mis à être de plus en plus décisif dans les matchs. Surtout au fil des années. D’ailleurs, je pense qu’il était vraiment au top lors des saisons 2004-2005 et 2005-2006. Le coup franc qui m’a le plus marqué, c’est celui contre le Bayern de Munich. À quarante mètres, on voit qu’il s’apprête à le tirer direct. Là, dans ma tête, je me dis : " Non, mais attends, tu t’enflammes Juni, c’est quand même Oliver Kahn en face, hein !" Et puis non, en fait, il ne s’enflamme pas du tout, il te met une lucarne, merci, au revoir (rires). Le truc qui me faisait rire, c’était Joël Bats, à chaque fois que Juni allait frapper, il gueulait : " But !" Puis il nous regardait et il disait : "Vous voyez, je vous l’avais dit", ça nous faisait marrer. Il y a des gars, ils font leur match, ils sont bons tant mieux, ils sont nuls tant pis. Juni, lui, il était vachement impacté par ses performances. C’est quelque chose qui lui tenait à cœur. Juni, il avait une combativité énorme, que ce soit à l’entraînement ou en match, il était à fond. Et ça, c’est une grande qualité chez un footballeur. C’était vraiment un grand compétiteur, il allait toujours au bout des choses, il était toujours professionnel. En plus, Juni, c’est quelqu’un qui est très intelligent, donc ça aide pas mal déjà (rires). J’aime bien regarder les joueurs en dehors du cadre sportif, et Juni, il a toujours été super gentil avec les supporters, il était vachement accessible. Et en plus, tu sentais que c’était naturel, qu’il ne se forçait pas à faire ça. »


Florent Balmont

(milieu de terrain formé à Lyon puis professionnel de 2002 à 2004)

« La première image qui me vient à l'esprit, ce sont ses coups francs. Il s'entraînait 2 ou 3 fois par semaine, pas forcément longtemps, mais à chaque fois avec un perfectionnisme impressionnant. C'était souvent Rémy Vercoutre dans les buts, et sur les 15 coups francs qu'il allait tirer, Juninho en plantait facilement 8-9, ce qui est impressionnant. Aucun des jeunes qui essayait de l'imiter n'arrivait à se rapprocher de son niveau, tous très loin. C'est à l'image de Juninho, pas forcément un fanatique de travail, ni un grand bavard, mais quelqu'un qui cherchait à faire les choses parfaitement, avec le souci du détail. Un très grand professionnel. Le joueur le plus talentueux avec qui j'ai été amené à jouer, c'est Eden Hazard, à Lille. Mais le plus grand joueur, c'est probablement Juninho par rapport à son impact à Lyon. Être aussi constant dans la performance, sur une période aussi longue, c'est extraordinaire, le signe d'un professionnalisme et d'une force de caractère immenses. Il a marqué son époque. »


Frédéric Née

(attaquant de Lyon de 2001 à 2003)

« Forcément, je me souviens de ses séances d'entraînement aux coups francs, Rémy Vercoutre prenait cher. Il tirait une dizaine de coups francs, en cadrait au moins les trois quarts, et finalement en marquait la moitié. Pour des coups francs, c'est juste énorme. Mais Juninho, ce n'était pas que cela. C'était surtout un superbe joueur et pour un attaquant comme moi, un régal. Comme Éric Carrière, il savait trouver des passes "cachées", et pour les défenseurs, c'était difficile à défendre. C'était le joueur qui ne perdait quasiment jamais un ballon, au contraire il bonifiait ceux qu'on lui donnait, et surtout, il ne passait pas souvent au travers des matchs. Pourtant au départ, à son arrivée il était en déficit physique, il lui a fallu du temps pour se mettre au niveau physique européen. Mais progressivement il l'a fait et a pris une influence incroyable. Pouvoir être performant aussi longtemps et avec autant de régularité, c'est exceptionnel. Il est arrivé la même année que Ronaldinho au PSG. Il était moins spectaculaire, mais sûrement plus utile à une équipe, pas le genre à privilégier le spectaculaire, mais plutôt l'efficace. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est le meilleur joueur avec qui j'ai joué dans ma carrière, mais il fait partie des meilleurs. »


Frédéric Piquionne

(attaquant de Lyon de 2008 à 2009)

« Je ne l’ai pas côtoyé longtemps, seulement une saison. Donc je ne suis peut-être pas le mieux placé pour en parler, mais d’après ce que j’ai vu cette année-là, c’était un mec généreux, qui aimait vraiment le club, et qui était prêt à tout donner pour lui, justement. Dans la vie de tous les jours, c’est un mec plutôt cool, très souriant. À la brésilienne, quoi. Ce qui était frappant, c’est sa capacité à toujours se donner à fond, il voulait toujours gagner. Peu importe le match ou le petit jeu à l’entraînement, il voulait gagner. Il était toujours à 100%. C’est vrai qu’on parle beaucoup de ses coups francs, mais techniquement c’était un très grand joueur, il n’est pas allé en équipe nationale du Brésil pour rien, hein. À mon avis, l’OL a eu de la chance de le garder si longtemps, car je pense qu’il a dû recevoir des propositions d’autres clubs européens, quand même. Après à cette époque, l’OL jouait chaque année la Ligue des champions, il y avait une belle équipe, donc c’était plus facile pour convaincre un joueur de rester. Et puis la vie lyonnaise est très agréable, donc quand tout se passe bien, tu n’as pas vraiment de raisons de changer. Bien sûr que je me souviens de ses coups francs. En même temps, il les préparait tellement tout le temps, que tu le voyais forcément faire. Les gardiens ne restaient pas toujours à la fin de la séance, et bah même quand il n’y en avait pas, il restait et il prenait le temps de tirer quelques coups francs, juste avec un mur. »



Propos recueillis par Gaspard Manet, Maxime Feuillet et Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 3
Fred Née ne peut pas décemment dire que Juninho était le meilleur joueur avec qui il ait joué après avoir partagé la pointe avec Pierre-Yves André.

On te comprends mon pote !
TheGoatKeeper Niveau : Ligue 1
Ne te moque ps! Cetait une super doublette a lepoque!

Frederique Nee. Un si beau patronyme
Psychedelic Train Niveau : CFA2
Même réaction! Enfin, j'ai cliqué sur Née, car je ne me rappelais plus de ce nom. Et là, je vois les clubs où il est passé... C'est de la fierté mal placée, ou bien?
2 réponses à ce commentaire.
Article rédigé par Patricia Kaas ?
Je dis Oui
Même si c'est beaucoup plus que ça, je me rappelle surtout des frissons en Ligue des Champions quand il y avait coup franc : Bayern, Real, Barça etc. ...

"C'est comme un penalty pour lui"
TheGoatKeeper Niveau : Ligue 1
Cool article. Mais ca aurait ete encore mieux davoir la vision dadversaire et de joueurs / coachs internationaux (genre Oliver Khan?:))
GovouLegend Niveau : CFA
 //  19:21  //  Supporter de Lyon
Née et Balmont disent une chose qui est vraie. Juninho n'était pas un joueur incroyablement talentueux, mais il a su devenir le plus grand joueur du club. Et puis qu'est ce qu'il était décisif !
Hier à 16:29 Will Ferrell veut Chicharito au Los Angeles FC 17 Hier à 14:21 Lampard entraîneur d'Oxford United ? 2
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 10:32 Le superbe but d'Independiente 4 Hier à 08:40 Malouda va jouer la Gold Cup avec la Guyane 24 Hier à 08:35 Des matchs de C1 sur Facebook 11 mardi 27 juin Shrewsbury et le retour d'une tribune « debout » en Angleterre 15 mardi 27 juin Le monde du foot rend hommage à Stéphane Paille 20 mardi 27 juin Jorge Mendes mis en examen pour délit fiscal 43 mardi 27 juin Stéphane Paille est décédé 37
mardi 27 juin La Ligue des champions reprend ce soir ! 27 mardi 27 juin Lugano prolonge à São Paulo 5 mardi 27 juin Falcao s'essaye au baseball 3 mardi 27 juin Sow, Cabaye et Hazard actionnaires d'un futur club de D2 américaine 12 lundi 26 juin FIFA : Bild ouvre le rapport Garcia 67 lundi 26 juin Boca et le souvenir de la D2 7 lundi 26 juin Danny Newton, le nouveau Jamie Vardy ? (via BRUT SPORT) lundi 26 juin Le logo d'Oxford United à l'intérieur du maillot de Bristol City 7 lundi 26 juin Bagarre générale lors d'un match de charité 35 lundi 26 juin La simulation grotesque d'un défenseur de Bahia 10 dimanche 25 juin Sergio Ramos acrobate en vacances 4 dimanche 25 juin Pogba marque en dabant 60 dimanche 25 juin Le central de Kansas met une bicyclette 7 dimanche 25 juin Crivelli à Angers 14 samedi 24 juin City remporte le derby de New York 9 samedi 24 juin Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 11 vendredi 23 juin La douceur de Bruma 11 vendredi 23 juin Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 vendredi 23 juin Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 vendredi 23 juin Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 19 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 38 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 28 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 201 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 24 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 2 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13
À lire ensuite
Né un 12 juillet