1. // Top 50
  2. //

Mon Juninho

Ancien entraîneur, anciens partenaires, quelques témoins du passage de Juninho à Lyon nous raconte leur vision du Brésilien.

Modififié

Gérard Houllier

(entraîneur de Lyon de 2005 à 2007)

« Le souvenir que j’ai de lui, c’est non seulement qu’il était un formidable joueur, mais que c’était une personne fabuleuse. Quand vous vous souvenez de vos joueurs après, parfois le côté joueur est plus marquant que d’autres aspects, mais lui, il avait une personnalité avec un charisme tout à fait différent des autres. C’était un leader technique sur le terrain plutôt réservé qui ne parlait pas beaucoup, ça n’était pas un aboyeur, mais quand il disait des choses, c’était toujours bien pesé. À Lyon, il y avait un groupe de leaders, il en faisait partie, c’était le capitaine sur le terrain. La qualité de son professionnalisme, de son jeu et de sa contribution au reste de l’équipe faisait qu’il s’imposait naturellement. C’est un joueur qui avait une grande humilité. Un habile mélange d’ambition et d’humilité. Il était facile à gérer puisque c’était un grand professionnel et un énorme travailleur. Les coups francs, c’étaient des heures de répétition. C’est quelqu’un de gentil, de généreux, d’accessible, un vrai modèle pour le pro d’aujourd’hui. On n’oublie pas un joueur comme Juninho, on n’oublie jamais. Je pense que le club ne l’oubliera jamais non plus. »


Rémy Vercoutre

(gardien à Lyon de 2002 à 2014)

« Mon premier souvenir de Juninho, c'est un match contre Lyon avec Montpellier. Ils doivent nous battre pour pouvoir espérer être champions, nous on lutte pour notre maintien et je sors un gros match. À la fin du match, Juni est en colère, mais vient me féliciter. Quelques semaines après, quand je signe à l'OL, il n'a pas oublié et vient me saluer en me disant : "J'espère que maintenant que tu es avec nous, tu vas être aussi bon que quand tu étais contre nous." Les entraînements spécifiques sur coups francs, cela s'est fait naturellement. Greg Coupet devait préparer les matchs du week-end, donc il n'avait pas à faire ça, je me suis logiquement proposé. Juni n'était pas dans une logique de travailler jusqu'à épuisement, ce n'était pas son genre. Il ne claquait pas 200 coups francs, mais plutôt une trentaine, avec le souci du détail, de la qualité. Mais cela ne concerne pas que les coups francs, ce dont on se souvient le plus aujourd'hui. Juninho, c'était un travailleur méticuleux, précis, qui faisait ce qui devait être fait. Il a ainsi fait un gros travail de mise à niveau physique à son arrivée en Europe. C'était aussi un joueur qui apportait énormément dans le jeu. Il ne se perdait pas dans des actions susceptibles de lui faire perdre de l'énergie pour les matchs. C'est pour cela qu'il s'adressait à moi pour aller recadrer les joueurs qui ne suivaient pas les règles du groupe. Mais quand il fallait prendre ses responsabilités pour défendre le groupe face à l'entraîneur, régler des problèmes d'équipe, il s'en chargeait. Bernard Lacombe a pleuré au moment de son départ, mais le manque, on l'a ressenti à l'échelle du club, il n'y a pas que Bernard qui a été touché. On perdait un superbe joueur, mais on perdait surtout un superbe mec. »


Jean-Marc Chanelet

(défenseur à Lyon de 2000 à 2003)

« La première image que j’ai, c’est Juninho qui nous rejoint en stage de préparation à Tignes, au mois de juin 2001. Il n’avait pas joué depuis un bout de temps, il lui manquait de la compétition, donc il n’était vraiment pas en jambes. On était en plein travail foncier et j’ai cette image de lui, tout penaud, sur le terrain en train de participer à un petit jeu sans être dans le rythme. Il était très à l’écoute, très concentré. On voyait qu’il avait une très bonne technique, mais la vivacité, la répétition des efforts n’était pas là. On nous avait dit que c’était un grand talent, mais à part Edmilson et Caçapa, on le découvrait tous. Il ne parlait pas un mot, mais il avait toujours le pouce levé pour dire "Ça va, ça va !" Sonny, Edmi et Caçapa l’ont bien entouré lors de ses débuts, ce qui a bien facilité son intégration. Il a vite pris des cours de français pour arriver à comprendre et se faire comprendre. Il aimait bien recevoir chez lui avec sa famille, à la brésilienne. Je me souviens que ma femme avait sympathisé avec la sienne, donc on était allé deux trois fois chez eux. Mais Juni, il avait aussi ce caractère un petit peu casanier, ça n’était pas quelqu’un qui sortait beaucoup, qui aimait se montrer. Il était là pour travailler et pour réussir. »


Jérémie Bréchet

(défenseur de Lyon de 1998 à 2003)

« C’était vraiment un compétiteur hors norme. Que ce soit en match ou à l’entraînement, il voulait tout le temps gagner, quitte à être parfois un peu mauvais joueur. À ses débuts à l’OL, je me souviens d’une ou deux fois où il n’avait pas été titulaire et il avait bien fait comprendre que ça l’énervait. Pas parce que c’est un mauvais mec, juste parce qu’il aime trop la compétition. Sinon, c’était vraiment un mec très gentil. Un bon gars de vestiaire, toujours avec le sourire. Quelqu’un de tolérant, qui n’hésitait pas à donner des conseils aux jeunes. Mais il était tout de même très exigeant avec tout le monde, ce qui est logique tellement il l’était avec lui-même. Ce qui m’a le plus marqué ? Ses coups francs, forcément. Il mettait une minutie exceptionnelle à les préparer. Et il faisait pareil à l’entraînement, hein. Il prenait le temps qu’il fallait et généralement ça finissait dans la lucarne de Rémy (Vercoutre, ndlr) (rires). Il y a un autre truc qui me vient immédiatement en tête c’est sur les coups d’envoi. À chaque fois, il prenait le ballon, il fixait un mec, partait sur la droite, toujours, et filait tout droit jusqu’à ce qu’il soit bloqué, alors il faisait demi-tour et une passe en retrait. Mais c’était systématique. Et je crois que c’est le seul joueur que j’ai vu faire ça dans toute ma carrière. Je pense qu’il le faisait pour enflammer les supporters et montrer à l’autre équipe qu’on venait vraiment pour mettre la pression. »


Éric Carrière

(milieu de terrain à Lyon de 2001 à 2004)

« Tout le monde se souvient de ses coups francs, bien sûr, mais moi, je me rappelle surtout de sa faculté à garder le ballon et à être précis techniquement. Puis il s’est mis à être de plus en plus décisif dans les matchs. Surtout au fil des années. D’ailleurs, je pense qu’il était vraiment au top lors des saisons 2004-2005 et 2005-2006. Le coup franc qui m’a le plus marqué, c’est celui contre le Bayern de Munich. À quarante mètres, on voit qu’il s’apprête à le tirer direct. Là, dans ma tête, je me dis : " Non, mais attends, tu t’enflammes Juni, c’est quand même Oliver Kahn en face, hein !" Et puis non, en fait, il ne s’enflamme pas du tout, il te met une lucarne, merci, au revoir (rires). Le truc qui me faisait rire, c’était Joël Bats, à chaque fois que Juni allait frapper, il gueulait : " But !" Puis il nous regardait et il disait : "Vous voyez, je vous l’avais dit", ça nous faisait marrer. Il y a des gars, ils font leur match, ils sont bons tant mieux, ils sont nuls tant pis. Juni, lui, il était vachement impacté par ses performances. C’est quelque chose qui lui tenait à cœur. Juni, il avait une combativité énorme, que ce soit à l’entraînement ou en match, il était à fond. Et ça, c’est une grande qualité chez un footballeur. C’était vraiment un grand compétiteur, il allait toujours au bout des choses, il était toujours professionnel. En plus, Juni, c’est quelqu’un qui est très intelligent, donc ça aide pas mal déjà (rires). J’aime bien regarder les joueurs en dehors du cadre sportif, et Juni, il a toujours été super gentil avec les supporters, il était vachement accessible. Et en plus, tu sentais que c’était naturel, qu’il ne se forçait pas à faire ça. »


Florent Balmont

(milieu de terrain formé à Lyon puis professionnel de 2002 à 2004)

« La première image qui me vient à l'esprit, ce sont ses coups francs. Il s'entraînait 2 ou 3 fois par semaine, pas forcément longtemps, mais à chaque fois avec un perfectionnisme impressionnant. C'était souvent Rémy Vercoutre dans les buts, et sur les 15 coups francs qu'il allait tirer, Juninho en plantait facilement 8-9, ce qui est impressionnant. Aucun des jeunes qui essayait de l'imiter n'arrivait à se rapprocher de son niveau, tous très loin. C'est à l'image de Juninho, pas forcément un fanatique de travail, ni un grand bavard, mais quelqu'un qui cherchait à faire les choses parfaitement, avec le souci du détail. Un très grand professionnel. Le joueur le plus talentueux avec qui j'ai été amené à jouer, c'est Eden Hazard, à Lille. Mais le plus grand joueur, c'est probablement Juninho par rapport à son impact à Lyon. Être aussi constant dans la performance, sur une période aussi longue, c'est extraordinaire, le signe d'un professionnalisme et d'une force de caractère immenses. Il a marqué son époque. »


Frédéric Née

(attaquant de Lyon de 2001 à 2003)

« Forcément, je me souviens de ses séances d'entraînement aux coups francs, Rémy Vercoutre prenait cher. Il tirait une dizaine de coups francs, en cadrait au moins les trois quarts, et finalement en marquait la moitié. Pour des coups francs, c'est juste énorme. Mais Juninho, ce n'était pas que cela. C'était surtout un superbe joueur et pour un attaquant comme moi, un régal. Comme Éric Carrière, il savait trouver des passes "cachées", et pour les défenseurs, c'était difficile à défendre. C'était le joueur qui ne perdait quasiment jamais un ballon, au contraire il bonifiait ceux qu'on lui donnait, et surtout, il ne passait pas souvent au travers des matchs. Pourtant au départ, à son arrivée il était en déficit physique, il lui a fallu du temps pour se mettre au niveau physique européen. Mais progressivement il l'a fait et a pris une influence incroyable. Pouvoir être performant aussi longtemps et avec autant de régularité, c'est exceptionnel. Il est arrivé la même année que Ronaldinho au PSG. Il était moins spectaculaire, mais sûrement plus utile à une équipe, pas le genre à privilégier le spectaculaire, mais plutôt l'efficace. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est le meilleur joueur avec qui j'ai joué dans ma carrière, mais il fait partie des meilleurs. »


Frédéric Piquionne

(attaquant de Lyon de 2008 à 2009)

« Je ne l’ai pas côtoyé longtemps, seulement une saison. Donc je ne suis peut-être pas le mieux placé pour en parler, mais d’après ce que j’ai vu cette année-là, c’était un mec généreux, qui aimait vraiment le club, et qui était prêt à tout donner pour lui, justement. Dans la vie de tous les jours, c’est un mec plutôt cool, très souriant. À la brésilienne, quoi. Ce qui était frappant, c’est sa capacité à toujours se donner à fond, il voulait toujours gagner. Peu importe le match ou le petit jeu à l’entraînement, il voulait gagner. Il était toujours à 100%. C’est vrai qu’on parle beaucoup de ses coups francs, mais techniquement c’était un très grand joueur, il n’est pas allé en équipe nationale du Brésil pour rien, hein. À mon avis, l’OL a eu de la chance de le garder si longtemps, car je pense qu’il a dû recevoir des propositions d’autres clubs européens, quand même. Après à cette époque, l’OL jouait chaque année la Ligue des champions, il y avait une belle équipe, donc c’était plus facile pour convaincre un joueur de rester. Et puis la vie lyonnaise est très agréable, donc quand tout se passe bien, tu n’as pas vraiment de raisons de changer. Bien sûr que je me souviens de ses coups francs. En même temps, il les préparait tellement tout le temps, que tu le voyais forcément faire. Les gardiens ne restaient pas toujours à la fin de la séance, et bah même quand il n’y en avait pas, il restait et il prenait le temps de tirer quelques coups francs, juste avec un mur. »



Propos recueillis par Gaspard Manet, Maxime Feuillet et Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Note : 3
Fred Née ne peut pas décemment dire que Juninho était le meilleur joueur avec qui il ait joué après avoir partagé la pointe avec Pierre-Yves André.

On te comprends mon pote !
TheGoatKeeper Niveau : Ligue 1
Ne te moque ps! Cetait une super doublette a lepoque!

Frederique Nee. Un si beau patronyme
Psychedelic Train Niveau : CFA2
Même réaction! Enfin, j'ai cliqué sur Née, car je ne me rappelais plus de ce nom. Et là, je vois les clubs où il est passé... C'est de la fierté mal placée, ou bien?
2 réponses à ce commentaire.
Article rédigé par Patricia Kaas ?
Je dis Oui
Même si c'est beaucoup plus que ça, je me rappelle surtout des frissons en Ligue des Champions quand il y avait coup franc : Bayern, Real, Barça etc. ...

"C'est comme un penalty pour lui"
TheGoatKeeper Niveau : Ligue 1
Cool article. Mais ca aurait ete encore mieux davoir la vision dadversaire et de joueurs / coachs internationaux (genre Oliver Khan?:))
GovouLegend Niveau : CFA
 //  19:21  //  Supporter de Lyon
Née et Balmont disent une chose qui est vraie. Juninho n'était pas un joueur incroyablement talentueux, mais il a su devenir le plus grand joueur du club. Et puis qu'est ce qu'il était décisif !
Hier à 09:24 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM il y a 18 minutes Les Ultras Allemands répondent à la DFB 1 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
il y a 2 heures Trezeguet bouscule Beşiktaş 14
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 13:48 Nantes, la mascotte et le plagiat 25 Hier à 11:48 Brian Fernández arrive à Metz 7
jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport)
À lire ensuite
Juninho, le Roi Lyon