Les 50 joueurs qui ont écrit l'histoire de l'Ajax

Club le plus titré des Pays-Bas, garant d'une identité de jeu indévissable et d'une éternelle légende, l'Ajax Amsterdam a enfanté des génies, créé des monstres, mais avant tout marqué l'histoire du football à jamais. Présentation des Godenzonen, les «  Fils du Dieu  » ajacide. Les vrais.

Modififié

#24: Ruud Geels

Au Panthéon des buteurs de l'Ajax Amsterdam, il y a Henk Groot, il y a Johan Cruyff, il y a Piet van Reenen, il y a Sjaak Swart. Mais il y a aussi Ruud Geels. Révélé au Feyenoord avec lequel il remporte la Coupe d'Europe en 1970 – premier club néerlandais à remporter une compétition européenne, soit dit en passant – Geels débarque à l'Ajax en provenance du Club Brugge en 1974. Le natif de Haarlem a beau avoir une tête horrible, elle reste son outil de travail principal, celui qui l'a transformé en buteur implacable au fil des saisons. Pas sexy pour un sou, pas très copain avec les potaches Krol et Suurbier, presque aux antipodes du totaalvoetbal, Geels sera néanmoins l'un des piliers du club amstellodamois en pleine reconstruction pendant ses quatre saisons. Pas obligatoirement leader sur le terrain, les chiffres parlent avant tout pour lui : 123 buts marqués en 131 matchs, ce qui lui permit de terminer quatre saisons de suite meilleur buteur d'Eredivisie avant de repartir en Belgique à Anderlecht comme il était arrivé à Amsterdam : tranquillement, comme si de rien n'était.

#23: Søren Lerby

Si Frank Arnesen représentait la force créatrice des Danois de l'Ajax, Lerby serait lui le symbole de son abnégation. Infatigable, leader charismatique, l'actuel agent de Dries Mertens est notamment connu pour avoir disputé deux matchs pros le 13 novembre 1985 sans sourciller, avec la sélection danoise le matin, puis avec le Bayern l'après-midi. Mieux, il avait le signe des grands : il portait la chaussette basse. Capitaine ajacide durant deux saisons, il remportera également cinq titres d'Eredivisie.

#22: Zlatan Ibrahimović

C'était le 22 août 2004, mais sûr que les défenseurs du NAC Breda s'en souviennent encore, comme un bon gros flashback chez un vétéran de la Guerre du Vietnam dans un film d'Oliver Stone. Ce jour-là, Zlatan Ibrahimović avait décidé de soigner sa sortie : en partance après que Rafael van der Vaart l'avait accusé d'une blessure intentionnelle pendant un amical entre la Suède et les Pays-Bas, Zlatan brise les reins de la moitié de l'équipe jaune et noir avec une série de crochets avant de glisser le ballon dans le petit filet. Quelques jours plus tard, il glisse en réunion de crise à l'Ajax devant son entraîneur Ronald Koeman, son directeur sportif Louis van Gaal et Rafael van der Vaart, donc : « Écoute Rafael, t'es un gringalet et si t'essaies de m'entuber, je vais faire pareil. Et la prochaine fois, je t'arrache la tête ! » Le pire, c'est qu'il ne s'agit aucunement d'une surprise pour les dirigeants de l'Ajax. Pour l'ultime fois, Zlatan a fait du Zlatan, comme l'expliquait David Endt : «  Avant qu'on le fasse signer en 2001, un de nos recruteurs est parti lui rendre visite pendant que l'équipe de Suède était en stage de préparation en Espagne. Il est revenu et nous a dit : "Wow, il est phénoménal. Mais fou, aussi." Ça nous allait parce qu'on ne voulait pas un joueur parfait, mais un joueur hors norme. » Trois saisons à régaler l'Amsterdam ArenA de ses arabesques, trois saisons de combat de coq et de concours de voitures de sport avec Mido et Andy van der Meyde aussi.

#21: Luis Suárez

Bredouille lors de la saison 2007-2008, l'Ajax avait pourtant l'une des plus belles paires d'attaquants de son histoire : Huntelaar-Suárez. Ce dernier avait fait des pieds et des mains pour signer dans le club de la capitale, portant un recours à la KNVB après le refus de Groningen de le laisser partir. Forcément, après que les Ajacides ont déboursé 7,5 millions d'euros pour s'attacher ses services, Suárez leur a rendu la pareille. Huntelaar parti au Real Madrid, l'Uruguayen peut enfin montrer la pleine mesure de son talent, atteignant l'indécent score de 49 buts en 48 matchs lors de la saison 2009-2010. En seulement trois saisons et demie, celui qui mord la vie à pleines dents du côté du FC Barcelone a fait son entrée dans le club huppé des joueurs à plus de 100 buts pour l'Ajax (111 pour être précis), confortablement installé entre Dennis Bergkamp et... Klaas-Jan Huntelaar. Pas dégueu.

#20: Ronald de Boer

Malgré son poste d'attaquant capable de se balader sur toute la ligne offensive, Ronald de Boer a finalement peu marqué dans sa carrière. Mais quand il marquait, il faisait ça bien. Notamment lors de la victoire fleuve face à Willem II le 9 avril 1995 : dans la surface de réparation, le frère de Frank lève le ballon, réalise un coup du chapeau avant de claquer un ciseau dans le filet opposé. Avant tout, a contrario de nombreux joueurs dans les années 90 cédant (et personne ne peut les blâmer) aux appels du pied des grands clubs européens, Ronald de Boer fut l'un des derniers joueurs à quitter le navire ajacide en 1999 avant d'évoluer pour une saison avec son frère et son Pélican de mentor au Barça.

#19: Marc Overmars

S'il est originaire de la province de Gelderland et qu'il doit ses premières années de footballeur professionnel au club local – et plus beau patronyme du football hollandais – Go Ahead Eagles, Marc Overmars reste avant tout un Ajacide. Recruté par Louis van Gaal qui voit en lui des myriades de possibilités offensives, il reste cinq ans à l'Ajax à bouffer de la craie sur son aile gauche, se permettant le luxe de refuser une offre de Manchester United en 1995 pour se concentrer sur la réussite de son club d'alors, avant de finir à Arsenal puis Barcelone. Vingt ans plus tard, il est l'un des principaux artisans de la renaissance du club amstellodamois, en compagnie d'Edwin van der Sar, après la révolution de velours ratée de Johan Cruyff.

#18: Wim Suurbier

Sur le terrain, Wim Suurbier était ce prototype de latéral moderne, capable de défendre proprement, debout, tout en enchaînant les longueurs pendant 90 minutes pour apporter le danger offensif. Avec Swart et Neeskens, il terminait cet inamovible côté droit de l'âge d'or ajacide. En dehors du terrain, c'était tout l'inverse : Suurbier était le comique de service, voire un sacré branleur. Avec Krol, ils improvisaient le duo resté dans les annales sous le nom de Snabbel et Babbel. À la Coupe du monde 1978, une envie très pressante l'a poussé à pisser par la fenêtre du bus en marche, devant un parterre de camarades qui n'en demandaient pas tant. Mais son meilleur canular reste le soir où, cramé au volant de sa voiture, l'homme aux 509 matchs joués avec l'Ajax se fait arrêter par la police en compagnie de René van der Gijp. Ni une ni deux, ils sautent sur la banquette arrière. Suurbier baisse la vitre et gueule « Henk, Henk, ça va ? » pendant que le gardien de la paix avance vers la voiture, prétendant que le chauffeur s'est enfui à toute vitesse. « Bon, qu'est-ce qu'on fait ? » demande le policier. Réponse de Suurbier : « Moi, je conduis pas ! Je suis soûl comme un cochon ! » Avant de se faire ramener chez lui, dans sa propre voiture par le policier... « Il pouvait être une bête lubrique jusqu'à 3 ou 4h30 du matin, mais le lendemain, il était toujours là lorsque son équipe jouait à 15h30. Il allait au-delà de ce que Dieu pouvait accepter » , résuma un jour Willy van de Kerkhof.

#17: Edgar Davids

Dans l'histoire du football, toute grande équipe a son garde-fou, celui qui ose mettre la tête là où d'autres ne mettraient jamais le pied. L'Ajax de Louis van Gaal en avait deux, chacun dans leur style propre : le roublard Frank Rijkaard, mais surtout, le hargneux Edgar Davids. C'est d'ailleurs dans ses années ajacides que le milieu relayeur myope récoltera le surnom de Pitbull. Un vrai poison pour les attaquants adverses, mais un vrai plaisir pour les vangaaboys. Avec Clarence Seedorf et Patrick Kluivert, il complète cette génération montante de joueurs de l'Ajax d'origine surinamaise qui finiront par faire le bonheur des plus grands clubs européens.

#16: Wesley Sneijder

L'Ajax du début/milieu des années 2000 avait Ibra l'attaquant fou furieux, Rafael van der Vaart l'adoré capitaine, John Heitinga le valeureux défenseur. Mais il n'y avait qu'un seul roi à l'Amsterdam ArenA à cette époque : Wesley Sneijder. « Un vrai petit chef du vestiaire » , confirmera David Endt, mais avant tout un wunderkind ajacide pur jus, très conscient de ses qualités, véritable tête de mule avec une patte capable du toucher le plus soyeux comme des chiches les plus violentes. Entre 2002 et 2007, avant de partir au Real Madrid contre 27 millions d'euros, Wesley Sneijder sera à l'image de cet Ajax Amsterdam : il impressionnera beaucoup, mais repartira souvent dans la peau du vaincu.

#15: Clarence Seedorf

16 ans, 7 mois et 28 jours. C'est l'âge de Clarence Seedorf lorsqu'il revêt pour la première fois la liquette ajacide face à Groningen le 29 novembre 1992. Clarence Seedorf s'impose deux ans plus tard comme l'un des rouages les plus importants de la mécanique Van Gaalienne, même si rétrospectivement, l'ancien de l'AC Milan semble avoir été sous-utilisé à l'époque (en témoigne sa sortie tactique prématurée lors de la finale de C1 1995). Capable d'évoluer sur toute la ligne du milieu et même de dépanner en défense centrale, Seedorf aspirait à un poste plus offensif quand son entraîneur voyait en lui le nouveau Frank Rijkaard. Les deux hommes partiront finalement au même mercato estival 1995, l'un à la Sampdoria, l'autre à la maison après une carrière bien remplie. Avec des si on mettrait Paris en bouteille, mais honnêtement, on ne peut pas s'empêcher de penser que si Clarence Seedorf avait été là au Stadio Olimpico de Rome en 1996, l'Ajax serait probablement reparti avec une seconde coupe aux grandes oreilles consécutive...

#14: Gerrie Mühren

Avec Piet Keizer et Rudi Krol, Gerrie Mühren composait ce couloir gauche de l'Ajax Amsterdam avec lequel « on ne savait jamais à quoi s'attendre » , comme l’écrivit Johan Cruyff dans son autobiographie Mémoires. Débarqué de son petit village de pêcheurs de Volendam, l'aîné des Mühren a la lourde tâche de remplacer l'icône du club vieillissante Bennie Muller, mais s'en accommode très bien. Il offre notamment à l'Ajax sa quatrième place en finale de Coupe d'Europe en 1973 d'une frappe lointaine face au Real Madrid. Un but éclipsé par un autre geste signé Gerrie Mühren : sur un ballon anodin, le milieu gauche se met à jongler nonchalamment avant de passer la balle. « Ça symbolisait le fait que l'Ajax se tenait au-dessus du puissant Real Madrid » , résumera plus tard l'intéressé.

#13: Patrick Kluivert

Seulement trois saisons passées à l'Ajax, 70 matchs joués et un départ à 21 ans pour l'AC Milan. Pourtant, l'actuel directeur sportif du PSG symbolise à lui seul la fraîcheur soufflée par l'Ajax de Louis van Gaal sur l'Europe du football au milieu des années 90. Un joueur tout en vitesse et intuition, doté d'une excellente touche de balle, à peine majeur, mais qui jouait déjà comme un briscard. Signature d'une emprise générationnelle ajacide, c'est lui qui marquera l'unique but qui enverra le club amstellodamois sur le toit de l'Europe en 1995 face à un vieillissant AC Milan. Clairement, Bruel n'était pas le seul Patrick à faire hurler les midinettes à l'époque.

#12: Edwin van der Sar

Si le premier grand gardien enfanté par les Godenzonen s'appelle Pieters Graafland, ce dernier s'est surtout fait remarquer en poste au Feyenoord. Van der Sar, lui, aura attendu d'avoir 28 ans pour quitter les pénates ajacides. C'est qu'avec l'Ajax, le double mètre originaire de Voorhout a gagné tout ce qu'il était à peu près possible de gagner – il est d'ailleurs le gardien avec le plus grand palmarès de l'histoire du football derrière Vítor Baía. À Amsterdam, il gagnera le surnom de ijskonijn, littéralement « lapin des glaces » , expression qui caractérise les portiers doté d'un incomparable sang-froid. Fort sur sa ligne et dans les airs, leader de sa défense, EVDS et Louis van Gaal auront convaincu le monde entier de l'importance de posséder un gardien libéro dans son équipe type.

#11: Johnny Rep

S'il reste avant tout dans l'inconscient collectif pour ses fulgurances avec l'équipe des Pays-Bas lors des Coupes du monde 1974 et 1978, Johnny Rep aura mis tout le monde d'accord sur son talent pendant ses quatre saisons passées à l'Ajax. Il y gagnera d'ailleurs un surnom, le « petit roitelet huppé » , pour sa capacité à marquer dans les moments cruciaux. Notamment lorsqu'il désamorce la finale de C1 1973 face à la Juventus d'une superbe tête lobée. Sans conteste, l'ailier néerlandais valait mieux qu'une foutue chanson de Mickey 3D.

#10: Frank de Boer

Avant de devenir le recordman de trophées consécutifs (quatre) avec l'Ajax en tant qu'entraîneur entre 2010 et 2014, Frank de Boer a été le gars sûr de Louis van Gaal. À l'Ajax, au FC Barcelone puis en équipe des Pays-Bas. « On me surnommait le fils de Van Gaal » , assurait-il à So Foot en 2014. Et pour cause, prolongement sur le terrain des préceptes du Pélican en compagnie de Danny Blind, il se murmurait même que FDB décidait avec lui des onze de départ et des salaires. Ce qui provoqua une énorme fronde du groupe surnommé De Kabel, composé de Patrick Kluivert, Clarence Seedorf, Winston Bogarde, Michael Reiziger et mené par le virulent Edgar Davids, que la presse s'était empressée de mélanger avec des histoires fallacieuses de racisme au sein de l'équipe. Nonobstant ces histoires extra-sportives, Frank de Boer était un excellent footballeur, solide défensivement et capable de superbes saillies offensives, gâté d'une précision de passe rare pour un arrière à l'époque.

#9: Sjaak Swart

Derrière le comptoir de son magasin de cigares sur la Pontanusstraat la journée, Sjaak Swart a longtemps revêtu le costume de Mister Ajax les soirs et week-ends. Débutant sa carrière en même temps que l'Eredivisie voyait le jour en 1956, Swart la terminera dix-sept saisons et 603 matchs plus tard avec une troisième et dernière Coupe d'Europe dans son escarcelle. Record à battre. Sur son aile droite, il abreuva de centres Wim Bleijenberg, Henk Groot, Cees Groot puis Johan Cruyff près de deux décennies durant, sans oublier de planter un nombre incalculable de banderilles (228 buts). Véritable visage de l'Ajax en compagnie de Bennie Muller – ils sont tous deux originaires d'Amsterdam et juifs –, Sjaak prend son rôle de mémoire vivante du club très à cœur et il n'est pas rare de le croiser dans les couloirs du Toekomst, en train de commenter les images en noir et blanc qui recouvrent les murs.

#8: Frank Rijkaard

L'histoire ajacide de Frank Rijkaard s'est écrite en deux temps. En 1980, alors qu'il n'est pas encore majeur, Frank Rijkaard met tout le monde d'accord sur son utilité dans la défense mise en place par Leo Beenhakker, quand il ne dépanne pas au milieu de terrain. Quelques années plus tard, alors qu'il vient de fêter ses vingt ans, il est élu quatrième meilleur joueur du championnat par la bible du football néerlandais Voetbal International, avant de remporter trois titres d'Eredivisie avec l'Ajax (1982, 1983, 1985). À seulement 23 ans, Frank Rijkaard est un peu revenu de tout et irait bien voir du pays. Son pote Ruud Gullit le rencarde alors pour signer au PSV, proposition qu'il accepte en échange... d'une stéréo et de 30 000 florins. Le tout sans en parler à l'Ajax, qui découvre le pot aux roses et rachète le contrat de sa pépite pour 2,5 millions de florins. En conséquence, les tensions montent entre Rijkaard et son coach Johan Cruyff, avant que le joueur ne quitte prématurément un entraînement pour ne plus jamais revenir. La suite, on la connaît : un repositionnement en milieu récupérateur de l'AC Milan d'Arrigo Sacchi qui fera de Rijkaard l'un des tout meilleurs à son poste dans les années 90. Remords ou non, l'ancien sélectionneur des Pays-Bas et entraîneur du Barça revient à l'Ajax à la demande de Louis van Gaal pour entourer sa jeune garde. Il y restera deux saisons pleines à chapeauter Davids et Seedorf, notamment. En baroud d'honneur, Rijkaard offre en 1995 la coupe aux grandes oreilles à son club formateur face à celui qui l'a révélé au plus grand nombre. Rijkaard est enfin devenu un homme qui sait soigner ses sorties.

#7: Ruud Krol

Quand tous les joueurs passés sous les ordres de Rinus Michels et Stefan Kovács ont fini par partir, pour causes de retraite ou d'herbe plus verte dans les championnats voisins, Rudolf Jozef Krol, lui, est resté. Douze ans passés (1968-1980) à protéger son couloir gauche, puis à jouer les essuie-glaces devant le gardien à De Meer. On aurait pu aussi choisir Barry Hulshoff, absent de ce classement, mais il n'avait clairement pas la finesse, le sens de la passe et du placement ni la vitesse de celui qui remporta six titres en Eredivisie, quatre Coupes des Pays-Bas et trois Coupes d'Europe. Au fil des saisons, Krol devint le leader incontesté, l'infranchissable capitaine d'un Ajax remis sur pied après sa période faste du début des années 1970 et qui atteindra les demi-finales de C1 lors de la saison 1979-1980 et remportera un ultime championnat quelques semaines plus tard. Avant d'aller finir ses vieux jours de footballeur au Napoli puis à l'AS Cannes, Rudi aura également éclaboussé de son talent la Coupe du monde 1978 où la Hollande arrivera en finale, personnellement « récompensé » par une place de troisième au Ballon d'or 1979. Définitivement le meilleur défenseur de l'histoire de l'Ajax.

#6: Piet Keizer

On a souvent résumé le génie de l'Ajax des seventies à Johan Cruyff et à « l'autre » Johan, Neeskens. Or, le véritable couple du club amstellodamois, « royal » comme le disait la presse de l'époque, se compose du génie de Betondorp et de son « grand frère » Piet Keizer. Ce dernier lui offre ses premières clopes, ses premiers tours en mobylette alors qu'ils sont adolescents. Plus tard, sur son aile gauche, il lui offre ses premiers caviars en équipe senior. Mais voir Piet Keizer uniquement par le prisme d'El Flaco serait une erreur. Tout d'abord, Keizer fut le premier joueur professionnel à temps plein de l'Ajax Amsterdam, ce qui en dit long sur la nécessité du bonhomme dans l'effectif ajacide dans les années 60. En témoigne sa quatrième place au sein du prestigieux Club van 100, classement des joueurs ayant joué le plus de matchs avec l'Ajax (490 pour Keizer). Surtout, il fut un créateur à part entière, capable de dribbles fous, de crochets dévastateurs, de ciseaux imparables et autres gestes inattendus. Enfin, Keizer était un leader sur et en dehors du terrain, qui récupérera le brassard de capitaine de l'Ajax lors d'un vote au sein des joueurs, au nez et à la barbe de... Johan Cruyff, juste avant de prendre sa retraite à seulement 31 ans à la fin de la saison. Master trolling.

#5: Dennis Bergkamp

Le hollandais non volant aura sans doute plus marqué l'histoire d'Arsenal, mais cette cinquième place est amplement justifiée tant Dennis Bergkamp symbolise l'Ajax Amsterdam dans sa plus pure essence. Joueur à l’élégance rare, presque anachronique, la pointe blonde était également capable d'évoluer à tous les postes du front de l'attaque et c'est d'ailleurs de cette manière que l'utiliseront consécutivement Johan Cruyff, Leo Beenhakker et Louis van Gaal. Un joueur qui, malgré son départ du club en 1993, est capable cinq ans plus tard de contrôler à la perfection une ouverture de cinquante mètres de son ancien défenseur et capitaine Frank de Boer face à l'Argentine en quart de finale de la Coupe du monde 1998. Et puis, Dennis Bergkamp à l'Ajax, c'est aussi un sacré pedigree : un titre d'Eredivisie en 1990, une Coupe des coupes en 1987 puis une Coupe UEFA en 1992.

#4: Jari Litmanen

De son premier passage à l'Ajax entre 1992 et 1997, le Finlandais Jari Litmanen récoltera deux surnoms. Le premier : Merlin, pour sa capacité à transformer n'importe quel terrain de foot en scène d’illusionnisme. Plus que Dennis Bergkamp qu'il viendra remplacer, plus que les frères de Boer, plus qu'Edgar Davids, le nummer 10 était, dans une position entre le meneur de jeu et le neuf et demi, la pièce maîtresse de l'Ajax tout feu tout flamme de Louis van Gaal, l'un des principaux artisans du record d'invincibilité installé par l'Ajax en 1995 (52 matchs de championnat pour 19 matchs de Ligue des champions). Sur la scène internationale, les fans de football se souviennent encore de son impeccable copie rendue face au Bayern en demi-finale retour de C1 cette même année. « Dennis Bergkamp était brillant à l'Ajax, mais le meilleur numéro 10 qu'on ait jamais eu, c'était Jari » , confiera Frank Rijkaard au sujet de son coéquipier capable d'exécuter à la perfection tout ce qu'il est à peu près possible de faire sur un terrain. Seul bémol : la récurrence des blessures de Litmanen qui l'empêchera de mener pleinement la carrière qu'il méritait. D'où le second surnom, beaucoup moins flatteur, d' « homme de verre » .
Que de grands noms !

Il me tarde que le football néerlandais se refasse une santé : absent à l'Euro l'été dernier, bien parti pour récidiver en Russie l'année prochaine, et si cette possible finale (et victoire ?) en Ligue Europa de l'Ajax marquait le début d'une nouvelle ère pour le football néerlandais ?

Après tout Klaassen ou encore le jeune De Ligt tout deux brillants hier sont déjà internationaux A : personnellement, la dernière fois que j'ai vibré en C3 avec un club néerlandais c'était le Feyenoord du grand Van Hooijdonk en 2002, et la dizaine d'années qui a suivie a plutôt bien profité à l'équipe nationale dans les grandes compétitions alors je croise les doigts...
Jallais me plaindre de voir Litmanen devant Bergkamp mais finalement vous avez raison... Une LDC et quel joueur c'etait Jari!

Un TOP 50 qui ramene que de bons souvenirs!
Non tu aurais abusé si tu t'étais plaint du fait que Litmanen soit devant Bergkamp.

A l'Ajax (au siège ou au stade, je ne sais plus), seuls trois joueurs ont une sorte de mini-musée à leur effigie : Cruijff, Van Basten et Litmanen.

Bergkamp 5ème, c'est déjà trop haut, Keizer et Krol entre autres auraient du le devancer. Zlatan 22ème et Suarez 21ème, ça c'est de l'abus!
1 réponse à ce commentaire.
Désolé de revenir à la charge mais mon post d'hier s'est confirmé (comme quoi l'Ajax du début des 00's allait être hyper représentée)

Sneijder : 215 matchs, 64 buts (6 en C1+C3), 1 Eredivisie, 2 coupes des Pays-Bas
Schöne : 194 matchs, 46 buts (7 en C1+C3), 2 Eredivisie, 1 titre de joueur de l'Ajax de l'année

L'un est 16ème, l'autre n'est pas dans le top 50.
Ah oui, j'avais oublié. J'adore Wesley mais son haut rang dans le classement est scandaleux.

Vous lui avez filé le classement qu'il devait avoir dans le top de l'Inter (et encore...).
Watcher of the skies Niveau : Loisir
A l'Inter, vu l'importance de leur saison du triplé et son rôle immense dans son obtention, il mérite la place, largement.
Mais c'est vrai qu'à l'époque, Van Der Vaart était plus important que Sneijder à l'Ajax.
Les courbes se sont croisées depuis.
Watcher of the skies Niveau : Loisir
L'un a fait un quart de C1 à 18 ans et l'autre se fait sortir par le Rapid de Vienne.
Faut arrêter le délire et remettre les choses en perspective.
Schone, c'est en dessous de Klaassen et actuellement, même de Van de Beek
4 réponses à ce commentaire.
StephanePorato Niveau : District
Je me souviens de Jari Litmanen étant gamin. Il me faisait rêver, un dribble, une qualité de passe et une patate énorme.

Sacré joueur
Litmanen aurait dû avoir le ballon d'or 1995.
Dommage pour lui, c'était l'année de l'ouverture du ballon d'or aux joueurs non-européens évoluant en Europe donc il fallait marquer le coup.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 1
Oui l'attribution du BO 95 à Weah venait un peu compenser l'absence incongrue des Pelé, Garrincha, Didi, Kempes, Zico, Maradona, Falcao et Romario au palmarès du Ballon d'or...
2 réponses à ce commentaire.
Ce commentaire a été modifié.
L'Ajax c'est l'esthétisme. Ces couleurs, cet écusson, ce maillot, ce stade TOUT je dis bien TOUT respire la beauté dans ce club.
Même cette obstination du beau jeu, de la formation de joueur complet et agréable à regader, TOUT va dans le sens du BEAU.
C'est ce qui est magique dans cette équipe.

De par mon âge, j'ai quelques difficultés à pouvoir citer les plus grands noms du club.
Mais l'épopée de Van Gaal avec cette équipe à base de Seedorf, Kluivert, etc c'était déjà fantastique.
De même pour cet Ajax qui a fait vibrer l'Europe en 2002/2003 avec ce quart de C1 incroyable contre le futur Grand Milan d'Ancelotti.
Les Sneijder, Van der Vaart, Ibrahimovic, Trabelsi, Lobont, Litmanen, etc, c'était jouissif de les voir évoluer ensemble.


L'Ajax c'est une équipe d'esthète du football, il y a pas à dire.
Maxi mea culpa, Stam n'a jamais été ajacide je crois ?
l'Ajax de 1995 c'est surtout les frères De Boer, Davids, Overmars, Reiziger, etc...

Je sais pas pourquoi je voulais absolument que le grand Jaap soit de l'Ajax. Peut-être qu'aussi bizarre que ça puisse paraître, j'ai toujours trouvé ce joueur beau.
Dans son attitude sur le terrain, ce qu'il dégageait, c'était une ode au football juste, viril mais correct...
Stam a juste fini sa carrière à l'Ajax
 //  16:48  //  Supporter des Pays-Bas
À cette époque, Litmanen ne touchait plus de salaire et se contentait de primes de match et de but pour pouvoir continuer à jouer pour l'Ajax. Ce joueur... ♥
Ah? Je serai plutôt partisan d'une certaine mesure: l'Ajax (comme bien d'autres j'en conviens), c'est aussi le dopage par exemple...
4 réponses à ce commentaire.
Allah Babar Niveau : Loisir
Putain Rijkaard quand même!

L'année ou il revient jouer les papas pour gagner la coupe en 95, quel monstre!
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 3
Pas encore eu trop le temps de prendre connaissance de ce top mais je suis un peu déçu de votre précipitation : expédier 47 joueurs en deux jours, c'est beaucoup trop !
On aura à peine le temps de débattre sur chacun de ces joueurs et on arrivera au bout sans l'avoir vu venir...
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Je confirme: c'est n'importe quoi !
Donc les trois premiers vont "tomber" demain, ou en plein week-end ?
Je n'ose imaginer un Top Real ou Barça (déjà 50 c'est ridicule) expédié en trois jours !
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
Je n ai pas eu le temps de lire les commentaires encore aussi. Mais c est dommage de fonctionner comme ça oui. Ça donne une impression de travail bâclé et expédié.

Une pensée pour varga et surtout kanu.

Sofoot elle a quoi comme souci la chanson de Mickey 3d sur rep? Je la trouve super moi!
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
 //  19:26  //  Amoureux du Curaçao
Note : 2
Le texte sur Søren Lerby m'a foutu en rogne. Rien que pour me faire du mal :

Si Frank Arnesen représentait la force créatrice des Danois de l'Ajax, Lerby serait lui le symbole de son abnégation. Infatigable, leader charismatique, l'actuel agent de Dries Mertens est notamment connu pour avoir disputé deux matchs pros le 13 novembre 1985 sans sourciller, avec la sélection danoise le matin, puis avec le Bayern l'après-midi. Mieux, il avait le signe des grands : il portait la chaussette basse. Capitaine ajacide durant deux saisons, il remportera également cinq titres d'Eredivisie.


Voilà. Je ne sais pas qui est le type qui a copié-collé cette merde, mais je le remercie de mettre à nu la putain de condescendance de ces tops à gogos.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Un petit top danois aurait de la gueule aussi : M. Laudrup, Simonsen, Elkjaer-Larsen, Schmeichel, Lerby, Morten Olsen, B. Laudrup, Hansen, Mölby, Jesper Olsen, Arnesen, Eriksen, Tomasson...
leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
 //  21:09  //  Supporter de Liverpool
Note : 1
Agger ;-)
Les esthètes préféreront M. Laudrup mais pour moi c'est le bison Elkjaer Larsen le n°1. Gagner le scudetto avec Vérone devant la Juve championne d'Europe, c'est le plus grand exploit de l'histoire de la serie A et un des plus grands du foot tout court.
Ce commentaire a été modifié.
Si cette anecdote sur les deux matchs disputés le même jour est vrai, Lerby rentre dans le cercle très fermé des légendes stakhanovistes du sport.
A vrai dire, je n'en connaissais qu'un seul à ce jour, Jacques Anquetil.
Ce commentaire a été modifié.
 //  21:04  //  Amoureux de la Bolivie
Note : 3
Quelle précipitation en effet. ça part dans tous les sens ces tops clubs et ça bâcle le travail comme un étudiant de fac de 1ère année.
A peine remis du top OM (où il y avait beaucoup à dire dans sa conception) et me préparait à un top Lens, Monaco, Auxerre, Bordeaux, St-E ou Nantes qui fleurent tous bon la D1 ; qu'un top club Liverpool est passé à grande vitesse sans que je puisse dire un mot; et voilà un autre top club, celui de l' Ajax, est expédié plus vite qu'un colissimo en période de fête, soit en 2 jours avant le week end du 8 Mai.

Bref. Je me plie donc aux exigences des auteurs et je fais très synthètique et très bref pour commenter tous ça :

Que de joueurs incroyables. Bergkamp merveilleux. Litmanen merveilleux aussi. Ajax 95 magnifique équipe. Cruyff 1er sans aucun doute. Qui a vu Babangida ou Kanu ?. Overmars quel feu follet. L'arrêt Bosman a tué ce club. Encore trop de joueurs des 2000s présents. J'ai déjà oublié les 40 noms que j'ai vu défilé.
ah c'est vrai ça manque d'un Nwankwo Kanu! Litmanen je suis content de le voir si haut, c'est mérité!
9 réponses à ce commentaire.
Le top dans son ensemble est superbe, mais surtout, le niveau du top 20 est proprement hallucinant.

A titre de comparaison, prévoyez vous de faire un top sur le PSV?
Thouvenel Ballon d'Or Niveau : CFA
Note : 1
Ils attendent que le PSV rouste l'OL en Europa Ligue
Ou que Nilmar tire son penalty
Watcher of the skies Niveau : Loisir
PSV?
Nillis, RVN, Robben, Cocu, Koeman, Vanenburg, Van Bommel, Park, Stam, Ronaldo, Romario...etc
Tu trouves ça dégueu?
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
 //  19:52  //  Amoureux du Curaçao
Note : 1
Oh bon sang, Luc Nilis, je l'avais totalement oublié ! Y'avait une chouette Belgian Connection au PSV avec les De Bilde, Degryse...
Ben non, justement, je trouve pas ça dégueu.

Je demande un top PSV car j'ai en tête que c'est le second grand club du pays et que vraisemblablement ça complèterait totalement ce top là, notamment pour quelqu'un comme moi qui, connaissant très mal le championnat hollandais, ai bien besoin d'un rappel.

Et ta liste va-vite me confirme bien l'idée :)

PS: j'ignore pourquoi, dans les immenses joueurs hollandais, j'ai toujours Rensenbrink en tête. Et je viens donc de découvrir qu'il est une icône des mauves mais n'a presque pas joué dans son propre pays...
Watcher of the skies Niveau : Loisir
En effet, Rensenbrink n'a quasiment joué qu'en Belgique mais il se présente au mondial 78 comme le meilleur joueur du monde ou presque.
Il sera hanté jusqu'à la fin de sa vie par son poteau à la 91ème en finale de la CDM.
Watcher of the skies Niveau : Loisir
Gerets, Mertens aussi...
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Un autre grand joueur du PSV, c'est Gheorge Popescu.

Au-delà de ça, ces clubs ont une mystique à respecter. Liverpool, une mystique ouvrière, héritage de dockers du foot qui se transmirent le goût de la sueur et des larmes. Ajax, une mystique d'excellence technique teintée d'une pointe nécessaire d'arrogance : l'aristocratie à portée de tous.

Ces lignes de force sont évidentes (la preuve, c'est que sofoot les suit). Mais ces tops ne mettent pas en valeur la cohérence de ces clubs. La transmission philosophique qui leur donne une identité si particulière dans le paysage footballistique.

On balance des noms comme on balancerait de la confiture aux cochons. Le paragraphe sur Søren Lerby raconte mieux que tout ce mépris. C'est pas des tops, c'est la visite d'un musée Grévin où les statues ne sont mêmes pas ressemblantes. Putain d'arnaque ! C'est pas de la cire, c'est de la merde polymère !

Si ces clubs se détachent des autres, c'est parce qu'ils ont une profonde cohérence. Il s'agirait de la relever, la souligner et l'accompagner. Pas se contenter de bazarder des highlighs à peu de frais.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
transmirent, ça passe ?
Ce commentaire a été modifié.
Ouais ouais, t'inquiète... ;-)

(en réponse à Alegria)
Badmotherfuckerwallet Niveau : District
Sinon, d'autres grands joueurs du PSV: les magiciens brésiliens Romario et Ronaldo, Ruud Van Nistelrooy, Mateja Kezman (qu'on le veuille ou non, il été très bon aux Pays-Bas), Philip Cocu (très grand joueur)...
11 réponses à ce commentaire.
PAULOMALDINI3 Niveau : District
Vu le passé glorieux du club je ne m'attendais pas à voir Searez et Zlatan aussi haut dans le classement. Cruyff sera bien evidement 1er mais j'ai du mal à situer Van Basten..
J'attends sagement le top 50 de mon milan <3
el.maestro Niveau : CFA2
D'ailleurs je me pose une question depuis le début de ces tops sur les clubs, peut être pourras-tu m'éclairer;
Qui verrais-tu en numéro 1 au Milan ? J'ai l'impression qu'on pourrait faire un top 5 avec que des numéros 1 en puissance dans ce club. Il y aurait là un top 5 incroyablement homogène(certains très grands clubs ont souvent un ou deux joueurs assez indiscutables pour la 1ère place)
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 2
Je suis pas supp rossonero mais si je devais faire un top 10 Milan, je verrais quatre incontournables (dans le désordre) :
Van Basten
Baresi
Rivera
Maldini

Et pour les 6 places restantes, à choisir entre Nordahl, Schiaffino, Shevchenko, Kaka, Rijkaard, Inzaghi, Gullit, Savicevic, Pirlo, Altafini, Costacurta, etc... Bref, y a l'embarras du choix et ce serait sans nul doute l'un des tops 50 les plus relevés !
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Dès qu'on parle de Top, Alain Proviste n'est pas loin: il va vite venir à ta rescousse. Rivera, Van Basten, sûr dans les trois.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Je l'ai rédigé avant celui d'Alain, d'où l'impression de contretemps.
PAULOMALDINI3 Niveau : District
Et bien ça dépends , si on fait le classement sur le seul critère du "talent" je dirais que Van Basten serait premier , suivi de près par Rivera Baresi puis Paolo suivi Des joueurs comme Gullit Rijkaard Sheva Kakà Seedorf Boban Weah Nesta Gren Nordahl Liedholm .. bref pas sûre qu'un top 50 suffise..
Par contre si on veut classer les joueurs de par leur empreinte sur l'histoire du club , je ne vois pas quelqun qui arrive à la cheville de Baresi , pas même Paolo et ces 25 ans au club.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Il y a guère que le Real et le Barça pour proposer de telles constellations de stars.
Ces trois clubs nécessiteraient un Top 100, car ils ont connu peu d'éclipses depuis plus ou moins 70 ans.
el.maestro Niveau : CFA2
Je pense meme qu'en terme de densité d'un top 50 ou 100, le Real est le seul club à proposer une liste de joueurs aussi dense qualitativement que le Milan. Évidemment le Barca n'a pas à rougir, notamment avec un top 20/25 ahurissant (dominé en partie par la Dream team et la "Pep team"), mais le Real et le Milan auraient un top d'une densité sans équivalent. C'est d'ailleurs pas pour rien que ce sont les deux plus beaux palmarès du vieux continent
el.maestro Niveau : CFA2
Et merci pour vos réponses dans les commentaires précédents !!

Personnellement, d'un point de vu totalement extérieur au Milan (que je ne suis pas vraiment), j'aurai instinctivement mis Baresi numéro 1 tant il incarne pour moi ce club. Mais le choix est large !
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
J'espère que le top Real ne va pas survenir mercredi prochain, à l'occasion de la demie, car j'essaye d'écrire un truc sur l'épopée 1956-1960, une sorte de statistiques commentées: j'ai trouvé le site officiel UEFA avec toutes les compositions d'équipe de tous les matches de C1.
Il me faudrait l'équivalent pour la Liga, mais je doute que les archives du Real soient accessibles sur internet. T'as une idée ?
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
J'ai trouvé tous les matches de Liga !
el.maestro Niveau : CFA2
Fred, tu pourrais mettre le lien que tu as trouvé concernant les compos des matchs de Liga de l'époque stp ? Je cherche parfois des liens de sites un peu historiques, mais comme je ne prend pas vraiment le temps de fouiller je n'ai jamais vraiment trouvé de truc satisfaisant
Le quatuor d'Alain est le bon. Reste à savoir dans quel ordre.
Et c'est pas une mince affaire,les 4 pourraient prétendre à la première place pour une raison ou une autre.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
@Alain
D'accord avec toi sauf pour Van Basten, qui ne serait a priori jamais premier.
Il est un immense joueur, mais n'a pas l'importance symbolique de Rivera/Maldini/Baresi qui ont été des bandiere.
el.maestro Niveau : CFA2
Merci Fred!! Ca va faire un paquet de lecture pour les jours à venir tout ça !!!
Fred,

Sur bdfutbol, t'as absolument tout concernant tous les clubs de liga, les effectifs par saison, tous les matchs joués dans chaque compétition + les compos etc

sinon t'as ça aussi (colonne du milieu): http://www.linguasport.com/index_x.htm
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Oui, bdfutbol c'est un site pour fanatique, voir maniaque, comme nous.
On en vient à fantasmer devant des compos ! ça relève de la pathologie !
Seul regret: que les fiches des joueurs ne comportent pas de textes biographiques (pour compléter ou suppléer Wikipedia), mais faut pas éxagérer !
En même temps, comme je pige pas l'espagnol (la fonction traduire est fantaisiste).
22 réponses à ce commentaire.
Denistar Bergkampov Niveau : District
Bergkamp 5 ème...

Bon c'est vrai qu'il a plus marqué les supporters d'Arsenal mais je suis pas loin de penser que Cruyff mis à part, c'est le joueur le plus bandant de l'histoire du pays (oui je manque d'objectivité quand on parle de Bergkamp ).

Quand même ce Top est hallucinant.

On parle souvent du vivier français mais le vivier Hollandais est superbe aussi.
Seedorf LA grande classe.
Cette équipe de l'Ajax 95...

Étant né en 86 c'est la première équipe qui m'a fait rêver.

C'est d'ailleurs cette année là que j'ai décidé que Clarence Seedorf était mon "joueur préféré".

J'ai vraiment adoré cette équipe, ce football.

Pour moi l'Ajax c'est synonyme de finesse, de joueurs formé au club de beau jeu et puis ce maillot...

Superbe !
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Seedorf, quel monstre !
L'un des milieux les plus complets des années 1990/2000 ! Certains matchs, il ne perdait quasiment aucun ballon et quelle justesse dans le jeu...
Watcher of the skies Niveau : Loisir
Pour moi, Seedorf est Le joueur du Milan des années 2000, tout passait par lui et il faisait bien briller les Kaka et consorts.
En sélection, par contre, il a fait une piètre carrière, marquée, hélas, par des pénos ratés.
 //  23:34  //  Amoureux de la Bolivie
Lors de la LDC 2007, il est clairement au dessus du lot Seedorf dans les matches importants des phases finales (dont les 2 matches retours contre le bayern en 1/4 et MU en 1/2)
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 2
Seedorf est une merveille de footballeur. Certains jouent avec leur tête, d'autres avec leurs poumons, Seedorf a joué avec son cul. Son formidable fessier.

Et ce n'est pas une vanne.

La manière dont il récupérait la gonfle avec son corps, l'art de mettre son corps en opposition, c'était un tango sodomite.

S'il n'avait eu que ce talent postérieur, il aurait déjà été un sacré joueur. Mais il a su se faire violence. Tous les mecs qui s'appellent Clarence savent - en général - se faire violence.
Le fruit des innombrables brimades qu'ils ont du recevoir depuis leur plus tendre enfance, j'imagine.

J'ai pas votre mémoire pour invoquer tel moment de tel match, je ne garde des joueurs qu'une fragrance - qui en plus m'échappe - mais Seedorf putain ! C'est un centre névralgique. Une moelle épinière. Un muscle qui prend et donne un influx primordial.
Quand je pense à Seedorf, je vois ces intraveineuses qui pompent et repompent et te réinjectent de la vie alors que tu devrais crever.

Du panache, du panache avant toute chose. Avant même l'élégance, avant même la distinction.

Seedorf ne s'est jamais distingué du collectif (sauf aux yeux des connaisseurs qui sont d'authentiques médecins-légistes).

Si tu autopsies son Ajax, son Real (dans une moindre mesure) et son Milan, tu verras que Seedorf est le nerf fondamental.

Sans lui, le corps collectif s'écroule, se liquéfie.
 //  01:29  //  Amoureux de la Bolivie
Note : 1
ce si bel hommage de son corps et pas une ligne sur ses cuissots ?
Nan, je déconnes

au fait tu postes tes éloges - dont toi seul a le secret - après minuit comme lors de tes plus belles heures, tu nous reviens en forme ;)
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Purée, tu sais que je suis un gremlin, faut pas me biberonner après minuit, l'heure tragique. J'essaye de me recomposer un présent un tant soit peu digne. Là par exemple, je ne suis même pas ivre ! J'ai travaillé !

Tout fout le camp, décidément ;)

(merci de ton attention mon ami).
Dommage qu'il n'ai pas eu le même impact en sélection, pourtant avec seedorf winter et cie ça envoyait du rêve un peu comme Paul scholes dans le Meme genre de joueur
Dommage qu'il n'ai pas eu le même impact en sélection, pourtant avec seedorf winter et cie ça envoyait du rêve un peu comme Paul scholes dans le Meme genre de joueur
8 réponses à ce commentaire.
 //  20:45  //  Supporter d'Arsenal
Note : 1
J'adore Zlatan mais sa présence si haut dans ce classement c'est un scandale

Il était parti en couilles malgré tout son talent mais Raiola l'a sauvé (oui messieurs dames!)Tout le monde le dénigrait,l'Ajax l'a placé sur la liste des transferts,L'Ajax l'avait acheté 10 millions,leur plus gros transfert à l'époque qui était à ce moment là un vrai flop.

Auparavant,Zlatan avait un autre agent,un suédois,cet agent lui a dit que Southampton était intéressé,Zlatan refroidi par cette nouvelle,(Southampton était un club de milieu de tableau)se sépara de son agent.

Il fit la rencontre de Mino,il lui dit qu'il aimerai bien jouer en Italie. Raiola l'a montré les stats de Trezegol et d'Inzaghi et les a compares aux siennes faméliques,
Zlatan a répondu :
Ouais,même ma mère m'aurait vendu si j'avais ces stats.Mino se retenu de rire

Mino l'a dit de vendre sa caisse et ses bijoux et d'aller bosser sérieusement à l'entraînement et en match
C'est comme ça qu'il est devenu le joueur qu'il est aujourd'hui
Il a montré de belles choses sur la fin de son parcours à l'Ajax mais a réellement explosé à la Juventus.

Si il n'avait pas été bien conseillé par Mino(qui se fait traiter de pourri injustement)ce serait un gâchis comme Bendtner(je pense sincèrement qu'il aurait pu devenir le Zlatan danois si il était plus sérieux)
Pearson Specter Niveau : Loisir
Overmars j'etais super intrigué etant gamin par sa vitesse, je me disais bordel il va s’arrêter quand lui waouh le coup de vieux dans la tronche
Donc Zlatan devant Arie Haan?
Henk Groot et Velibor Vasovic me paraissent bien bas.
Et Barry Hulshoff, il a été zappé? Il ne me semble pas l'avoir mais la présentation plantouille à mort sur mon navigateur.
Gert Bals?
Bennie Muller?
Heinz Stuy?
Ton Pronk?

Enfin bon, je ne veux pas voir l'air d'un vieux con non plus hein... :)
 //  21:16  //  Amoureux de la Bolivie
en effet.

j'ose même pas me refaire le défilé des noms pour vérifier si Wim Anderiesen est absent ou pas...
Il me semble l'avoir vu, mais bien loin.
 //  21:33  //  Amoureux de la Bolivie
j'ai vérifié. 44ème entre Siem de Jong et Maxwell, bon...

Pas de trace de Wim Volkers et Bennie Muller par contre.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Des "trois glorieuses" 71, 72 et 73 manquent (sauf erreur):
Stuy, Hulshoff, Blankenburg, Van Dijk et Nico Rijnders.
 //  22:27  //  Amoureux de la Bolivie
Note : 1
Blankenburg, beaucoup lui prêtaient un grand talent et le considéraient comme une référence au poste de libéro, un des tous meilleurs des 70s, cependant il a eu la malchance d'avoir la concurrence du Kaiser à son poste en équipe nationale.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Evidemment, il y a plus facile comme concurrence !
6 réponses à ce commentaire.
L'ajax un de mes clubs préférés Nostalgique de ce football des années 90 avec litmanen, reiziger seedorf,winter, babangida,kluivert,finidi,Kanu,davids et j'en oublie et que dire de rijkaard et gullit on en fait plus des comme ça même si ce dernier n'as jamais joué à l Ajax quel élégance balle au pied l Ajax a vraiment eu des beau joueur
gaucherforever Niveau : DHR
gros coup de coeur pour l Ajax 95...J ai halluciné de leur match retour face au Bayern.
Litmanen était génial!
1 réponse à ce commentaire.
Bon, évidemment dans les 3 premiers on aura les 2 Johan et MVB.
En valeur pure, rien à dire sur ce trio mais Van Basten ne me parait pas avoir tant marqué le club que ça (c'est censé être ce critère qui prime). C'est vrai la coupe des coupes 1987, il est vraiment très très haut dessus du lot. Mais il gagne jamais la C1 avec l'Ajax, contrairement à Davids et Seedorf (qui méritent largement mieux que la 15ème et la 17ème place).
On considère souvent que MVB portait seul cette équipe mais ce n'est pas le cas. Sans lui, ils retournent en finale de C2 l'année suivante. Les frères Witschge, Silooy, Menzo, Wouters, Blind, etc... c'était loin d'être des manches.

Sinon, le scandale c'est Danny Blind... 26ème. L’âme du club, le fidèle parmi les fidèles, pas loin d'avoir le plus gros palmarès au club, relégué derrière tout un tas de joueurs pour qui au final l'Ajax n'aura été qu'un marche pied qu'ils auront quittés avant leurs 22-23 ans.
1 réponse à ce commentaire.
gaucherforever Niveau : DHR
Kanu n est pas dans le top me semble t il...

Étrange car il supplantait même Kluivert niveau titularisation en 95.
Watcher of the skies Niveau : Loisir
Kluivert arrivait juste en carrière pro mais l'édition de C1 suivante, Kluivert est tout là haut.
On peut même estimer la suite de sa carrière assez décevante au vu de son niveau à 18-19 ans.
C'est vrai, il ont eu des bons nigérian ce qui coïncidait aussi avec l équipe nationale du Nigeria qui avait une belle équipe Kanu finidi et babangida une belle équipe mixte que cette période 95-98
2 réponses à ce commentaire.
blaise m'a tout dit Niveau : DHR
Litmanen . Le premier mec dont je me suis dit que c 'était un scandale de ne jamais le voir en compétition internationale vu le niveau de son équipe nationale .
Avec Giggs .