Les 50 joueurs qui ont écrit l'histoire de l'Ajax

Club le plus titré des Pays-Bas, garant d'une identité de jeu indévissable et d'une éternelle légende, l'Ajax Amsterdam a enfanté des génies, créé des monstres, mais avant tout marqué l'histoire du football à jamais. Présentation des Godenzonen, les « Fils du dieu » ajacide. Les vrais.

Modififié

#3: Marco van Basten

En remportant trois Ballons d'or (1988, 1989, 1992) alors qu'il est l'élément-charnière de l'AC Milan d'Arrigo Sacchi, mais aussi en marquant ce qui reste sans doute le but le plus iconique de l'histoire de l'Euro – en concurrence avec la pichenette de Panenka en 1976 – lors de la victoire des Pays-Bas en finale de l'édition 1988 face à l'URSS, ce coquin de Marco van Basten a presque réussi à faire oublier qu'il a également été l'un des plus grands joueurs de l'Ajax Amsterdam. Lors de ses six saisons avec la vareuse ajacide sur le dos, Van Basten remporte pas moins de trois championnats, trois Coupes des Pays-Bas et une Coupe des coupes. Surtout, il termine quatre fois meilleur buteur d'Eredivisie et marque déjà des buts stratosphériques, comme cette bicyclette qui vient mourir dans la lucarne du gardien de Den Bosch un jour de novembre 1986, élue troisième plus beau but de l'histoire de l'Ajax. Mais Marco van Basten, c'était avant tout un port altier, un équilibre de danseur classique et une élégance rare balle au pied qui seyait parfaitement à l'Ajax Amsterdam. Certains voyaient en celui que l'on surnommait « le cygne d'Utrecht » de l'arrogance, d'autres de la grâce. Probablement les deux. Mais là où Marco van Basten montrait qu'il avait définitivement épousé la forme du moule ajacide, c'est lorsqu'il ouvrait la bouche. Réputé pour être secret, donnant finalement peu d'interviews tout au long de sa carrière, l'ancien joueur de l'AC Milan avait en réalité la langue bien pendue et n'hésitait pas à donner – en off évidemment – son avis sur la façon de gérer l'Ajax, notamment au sujet des transferts. Une « mauvaise » habitude qui lui est sans doute venue de ses fréquentations. En 1984, Johan Cruyff revient à l'Ajax en qualité de conseiller. Voisin de Van Basten et John van 't Schip, âgés d'à peine vingt ans, l'ancien nummer 14 invite souvent les deux joueurs pour discuter et, accessoirement, asseoir son influence au sein du club amstellodamois. Un conciliabule connu sous le nom de FC Vinkeveen, du nom de la ville où résidait les trois hommes, qui fera de Marco van Basten l'un des hommes de confiance de Cruyff lorsque ce dernier reprendra les rênes de l'Ajax après le départ d'Aad de Mos, avant de laisser le « cygne d'Utrecht » voler à la rencontre de sa légende milanaise.

#2: Johan Neeskens

De la même façon que Johan Cruyff avait marché dans les pas de Piet Keizer avant de définitivement s'envoler, Johan Neeskens a pendant de longues années marché – involontairement – dans ceux de Johan Cruyff : élément essentiel de l'Ajax de Michels puis Kovács, signature au FC Barcelone avant de faire un passage presque obligatoire en NASL, aux New York Cosmos. Peu importe où il allait, l'ombre du génie de Betondorp prenait beaucoup trop de place pour que son suiveur gagne sa place au soleil. Au point de devenir « l'autre Johan » dans la tête de bon nombre de supporters de football. Pis, lors de ses cinq saisons catalanes, le milieu néerlandais doit vivre tous les jours avec le disgracieux et réducteur surnom de Johan Segon. Johan II, ouais, celui qui suit. Et pourtant, Neeskens n'avait pas grand-chose à voir avec son homonyme. Tout d'abord, il n'était pas un pur produit de la maison ajacide, plutôt formé à la dure sur les terrains gras d'Eredivisie lors de deux premières saisons passées dans le club de sa ville natale de Heemstede. Ensuite, en dépit d'indéniables qualités techniques, il n'avait probablement pas la grâce de Cruyff. Mais qu'importe, ça n'était pas ce qu'on lui demandait. Infatigable latéral droit, « courant pour deux au milieu » dixit Sjaak Swart après son repositionnement par Rinus Michels lors de sa deuxième saison à l'Ajax, Neeskens donnait des cauchemars aux adversaires du club amstellodamois. À son tableau de chasse, le milieu de terrain avait notamment accroché du gros gibier : Eusébio ou Paul Breitner, pour ne citer qu'eux. Mieux, il était le joueur fantasmé par Rinus Michels et son capitaine Velibor Vasović : l'un des tout premiers exemples de footballeur box-to-box, capable de jouer le hors-jeu ou de coller un pressing de dingue puis d'apporter le danger à l'autre bout du terrain en quelques secondes seulement. Si Cruyff était le parangon du totaalvoetbal, Neeskens en était son incarnation la plus pragmatique, impitoyable. Le genre de mec à te fabriquer une canne solide avec un bout de bois trouvé par terrre, de t'improviser un repas gastronomique avec deux endives et un court bouillon. Au point de se dire que si Neeskens aurait probablement eu la même carrière sans l'apport de Cruyff, pas sûr que l'inverse aurait été le cas. Et puis, s'il fallait encore convaincre quelqu'un de la classe sauvage de celui qu'on surnommait aussi le « Pilote kamikaze » ou le « Taureau » , on n'a jamais aussi bien porté la rouflaquette depuis l'arrêt de sa carrière au milieu des années 80.
Allah Babar Niveau : Loisir
Mine de rien des Van Basten et Cruyff sont dans les top 5 de clubs comme l'ajax et milan ou barcelone.

C'est fort!
On parle d'interprètes ultimes. De joueur qui ont sublimé leur poste.

Quand je m'adonne à la création de tops, Van Basten figure toujours en première place de celui des avant-centres. Il est le 9 à l'ancienne emblématique, avant la révolution du poste portée par Ronaldo.

Mon dernier Top 10 des 9 que j'ai vu jouer (purement subjectif):

1. Van Basten
2. Ronaldo
3. Schevchenko
4. Romario
5. Batistuta
6. Raùl
7. Inzaghi
8. Vieri
9. Trezeguet
10.Eto'o

J'ai privilégié le 9 à l'ancienne (ce que Ronaldo est devenu après sa blessure), ce qui m'a forcé, à mon plus grand désespoir, à exclure Weah.
On parle d'interprètes ultimes. De joueur qui ont sublimé leur poste.

Quand je m'adonne à la création de tops, Van Basten figure toujours en première place de celui des avant-centres. Il est le 9 à l'ancienne emblématique, avant la révolution du poste portée par Ronaldo.

Mon dernier Top 10 des 9 que j'ai vu jouer (purement subjectif):

1. Van Basten
2. Ronaldo
3. Schevchenko
4. Romario
5. Batistuta
6. Raùl
7. Inzaghi
8. Vieri
9. Trezeguet
10.Eto'o

J'ai privilégié le 9 à l'ancienne (ce que Ronaldo est devenu après sa blessure), ce qui m'a forcé, pour mon grand malheur, à exclure Weah.
Pour ceux qui n'ont jamais vu la légèreté du cygne:

https://www.youtube.com/watch?v=RAnrVr1oggA


Caribou West Niveau : CFA2
Heureusement que c'est subjectif alors, parce que mettre Vieri et Inzaghi et pas Henry et Van Nistelrooij c'est violent.
el.maestro Niveau : CFA2
Pas si violent que ca, chacun ses goûts disait un jeune chien qui mangeait une merde !
Perso j'aurai enlevé Inzaghi et Vieri pour y mettre RVN et Suarez, toi tu aurais plutôt mis henry, d'autres auraient mis en avant Nolan Roux, chacun son truc
(pour Suarez je pense qu'on ne réalise pas encore pleinement le monstre de 9 que c'est, c'est souvent comme ca avec les joueurs qui sont nos contemporains)
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Titi n'était pas vraiment un joueur de surface.

Il est pas mal ton top Samo. Pour ma part j'aurais mis Romario devant Sheva (les goûts et les couleurs...), et effectivement RVN à la place de Vieri. Et puis, par pure mauvaise foi, j'en aurais dégagé un au hasard pour y mettre JPP.
Note : 1
Je savais qu'on me parlerait de ces deux là.

Je m'explique. Inzaghi est le renard ultime. Un tir cadré deux buts en finale de CL. Un sens du placement unique, une recherche du but incessante, une ténacité hors du commun. Sans doute celui qui se rapproche le plus de Gerd Muller.

Quant à Vieri, à son apogée (début des années 2000) c'est pour moi le meilleur 9 au monde.
Et je suis d'accord pour Suarez. En règle général j'ai du mal à inclure dans les tops des joueurs encore en activité.
Ce commentaire a été modifié.
Note : 1
Putain JPP.

Le pire c'est que je n'y ai même pas pensé. Pas une fois.

Pourtant il renferme en lui toute l'essence du 9.

Un torero qui ne serait que matador. Il laisserait les autres fatiguer le taureau et lui descendrait dans l'arène sans cape, sans muleta, uniquement armé de l'épée.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Complètement d'accord concernant Inzaghi. C'était un buteur métaphysique, un pied dans le réel, l'autre dans l'au-delà.
Inzaghi était un joueur spectral, une apparition. Il n'était pas visible mais il arrivait insidieusement à faire basculer la réalité.

C'est le horla du foot.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
JPP, c'est l'invocation finale des Final Fantasy, celle qui te vide toute ta barre de magie et fait apparaître un type indestructible qui fait perdre 99999 points de vie en un coup de latte.

Tremble Séphiroth !
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Pareil qu'Alegria, je mettrais sans hésiter Romario sur le podium (l'attaquant le plus fort dans la surface de réparation parmi tous ceux que j'ai vu jouer) et je placerais Ronaldo à la 1ère place, juste devant Van Basten.
Mais sinon pas grand chose à redire au reste de ton top, mis à part Eto'o que je classerais un peu plus haut (entre 4 et 7, dans les mêmes eaux que Batistuta, Raul et Sheva)...
Caribou West Niveau : CFA2
"Titi n'est pas un joueur de surface" c'est un milieu relayeur alors ?
Je veux bien que ce ne soit pas un renard racé à la Trezeguet ou Inzaghi, mais ça reste un pur 9, ultra-complet, ultra-rapide (balle au pieds, sans ballon, vitesse d'exécution), technique avec une très bonne finition et une très large palette (ouais, il savait faire autre chose qu'enrouler dans le petit filet opposé Titi).

Concernant Inzaghi, j'aime bien le mythe du mec qui plante un doublé avec un seul tir cadré, qui court plus pour célébrer un but que pendant le match, mais tout Pippo soit-il, il ne dépasse les 20 buts en Serie A qu'une seule fois dans sa carrière (la faute aux blessures, je sais) et ne laisse pas son empreinte dans le foot comme Titi.

Après, les gens ne voient pas Henry comme un esthète, et il n'a pas la dimension dramatique d'un joueur italien, mais ça reste un énorme n°9, très complet, dans la surface comme en dehors.
13 réponses à ce commentaire.
sylvester.stalin Niveau : District
neeskens Kebano c'est en référence à l'ajacide?
Caribou West Niveau : CFA2
Tout à fait, son père était un grand fan de Johan Neeskens.
Heureusement pour sa progéniture que les terribles Yaya Banana et Jankulovski ne marchaient pas encore sur le football mondial.
HOMMAGE POUR NEESKENS

Neeskens est celui qui m'a le plus impressionné dans cet ajax des seventies (avec Keizer, Haan, Krol et Hulshoff). C'était certes un mec qui aimait mettre des taquets aux joueurs adverses et les provoquer, mais il prenait une pluie de coups aussi, à chaque match tu le voyais agoniser par terre mais tel un bon soldat d'élite, il se relevait et repartait au combat. Mais Neeskens, c'était un joueur complet, avec une intelligence de jeu hors-normes, qui te faisait la couverture défensive comme un chef et qui déclenchait le pressing. Et c'est le premier qui montait aux avants postes et te proposait toujours des solutions. Et c'était loin d'être un manchot niveau finition:

une petite provocation


un gros tacle "old school" (il prendra un carton jaune)


Les coups qu'il se prenait




le pressing



un joueur hyper mobile, offensivement et défensivement



Sa technique de balle très sûre



et des buts de toute sorte



2 réponses à ce commentaire.
gaucherforever Niveau : CFA2
Ce podium me rappelle l équipe classic pays-bas de PES 1..un kiff total...bie que Gullit était le meilleur
frednorthlondon Niveau : DHR
Cruyff est selon moi Nr 1 de football à "avoir marqué" de par sa contribution: joueur, coach, philosophie, choix de carrière et décès. Van Basten serait top 10. Il peut donc se retrouver dans 2 top 3 des légendes facilement.

Quand même ces hollandais... un peuple de navigateurs et marchands célèbresà qui l'ont doit les tulipes, une marque de bière très célèbre, de l'électroménager "le temps de vivre", de la philosophie, et une histoire de foot de dingue!!!!

Donnez leur une CDM pour l'ensemble de leur oeuvre SVP
cul-terreux Niveau : CFA2
Un dépucelage dans un camping du sud de la France.
1 réponse à ce commentaire.
el.maestro Niveau : CFA2
Joli le clin d'œil à Cruijff dans la photo grisée pour la 1ère place, avec le #14 au lieu du 1 (oui je sais on s'en fout mais je tenais à le signaler)
Veni Vidic Vici Niveau : District
"le but le plus iconique de l'histoire de l'Euro – en concurrence avec la pichenette de Panenka en 1976"

Et le but de Trezeguet en 2000, c'est de la merde?
Il me fait encore pleurer.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Moi aussi, mais pas pour les mêmes raisons !
J'ai quitté ma meuf de l'époque à cause de ce but. Elle était top en plus...
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Non ?! Ahaha, je sais pas si c'est sublime ou complètement con ce que t'as fait, mais vu la manière dont tu parles parfois des tiens, je penche pour la première option.
Pareil, je me demande si ce n'est la phrase la plus forte que j'ai lu ici !
Quelles que soient les raisons, quitter une femme pour un but, c'est dément, c'est limite du Blier...
8 réponses à ce commentaire.
Ibn Khaldoun Niveau : Loisir
Ne pouvant plus "corriger" vos articles, je signale : "Un conciliabule connu sous le nom de FC Vinkeveen, du nom de la ville où résidait les trois hommes"

Vinkeveen : village
"résidaient" et pas "résidait"
Ibn Khaldoun Niveau : Loisir
Je sais que la légende raconte que les Hollandais, et spécialement les joueurs de l'Ajax, ont mis le foot en parole, en plus de l'avoir chorégraphié, mais Marco n'avait et n'a rien d'un brillant causeur...en dehors du terrain c'est un mec assez terne...A son époque, le talk show était assuré par Gullit...
https://www.youtube.com/watch?v=XuRhxhrEvNU

Il était émouvant sans rien dire. Regarde la réaction de Capello.
Ibn Khaldoun Niveau : Loisir
Van Basten, c'est mon enfance-adolescence; je l'ai suivi de ses 17 ans, très sérieux, à l'Ajax à la fin de sa carrière à Milan. Ado, ma messe du dimanche, c'était l'émission hollandaise : "studio sport".
Ce commentaire a été modifié.
En regardant la vidéo, j'ai la même... :-(

(en réponse à samotraki)
3 réponses à ce commentaire.
Ibn Khaldoun Niveau : Loisir
Ce portrait de Johan Neeskens a été écrit pas un mec qui n'en connaît rien; mais alors rien. Il a même pas fait l'effort de regarder quelques images sur youtube. C'est affolant de paresse.
" on n'a jamais aussi bien porté la rouflaquette depuis l'arrêt de sa carrière au milieu des années 80. "

The people's champ!
1 réponse à ce commentaire.
Ibn Khaldoun Niveau : Loisir
Neeskens avait arrêté la rouflaquette bien avant d'arrêter sa carrière, vers 77/78. Une preuve de plus que le mec n'y connaît rien à Neeskens. En plus d'oublier Wolverine.
Je ne sais plus lequel de nous, il y a quelques temps, avait descendu Neeskens...ce qui m'avait étonné car j'en ai toujours entendu parler de manière élogieuse (des témoins d'époque du genre "Cruyff ? Bien sûr, un monument ! Mais il avait la chance d'avoir un bras droit de premier ordre en la personne de Neeskens")