1. // Bilan
  2. // Saison 2011-12

Les 32 dates de la saison (1/2)

La victoire de l’Espagne lors de la finale de l’Euro a ponctué une saison qui avait débuté en juillet dernier. Retour sur les 32 moments forts d’une année où on aura vu de belles, de très belles et de moins belles choses. Première partie, d'août à décembre.

Modififié
0 5
6 août 2011 : Le PSG frappe un grand coup en faisant signer Javier Pastore

Avec l’arrivée des Qataris, le PSG peut rêver en grand. Après avoir fait venir Sirigu, Matuidi, Ménez et Momo Sissoko, le club parisien réalise l’énorme coup du mercato, en faisant signer Javier Pastore. L’Argentin, âgé de 23 ans, était notamment convoité par de grands clubs européens, comme Chelsea, Manchester City et même le Barça. Avec 42,8 millions mis sur la table, le PSG empoche la mise. Le début d’une nouvelle ère.

17 août 2011 : Le Barça remporte la Supercoupe d’Espagne en battant le Real Madrid

Le premier gros choc de la saison oppose le Barça au Real Madrid, en finale de Supercoupe d’Espagne. Après les cinq confrontations de la saison précédente, il y a des comptes en suspens. Après un match nul 2-2 à l’aller à Bernabeu, le match retour offre des émotions à n’en plus finir. Iniesta ouvre le score, mais CR7 égalise. Messi redonne l’avantage au Barça, mais Benzema, à dix minutes du terme, remet les compteurs à zéro. À deux minutes de la fin, Messi, toujours, donne la victoire au Barça. Le trophée est pour Pep. Mais cette double confrontation promet un sacré duel pour la saison à venir.

28 août 2011 : Manchester United fesse Arsenal, 8-2

Troisième journée de Premier League. Arsenal a pris un point lors des deux premiers tours et se déplace à Manchester. Arsène Wenger va y connaître la pire déculottée de sa carrière. Son équipe ne rentre jamais dans le match, et United déroule. Walcott, juste avant la pause, réduit le score à 3-1, laissant entrevoir un soupçon d’espoir pour les Gunners. Mais en deuxième mi-temps, c’est la cata. Rooney claque un triplé, Young un doublé, et United s’impose finalement 8-2. On donne alors très peu cher de la peau d’Arsenal pour cette saison.


16 octobre 2011 : Klose décide le derby de Rome à la 93e minute

Un peu d’Italie. Le championnat offre dès le 7e tour un derby romain. La Roma vient de remporter les cinq derniers derbys, et Edy Reja, le coach de la Lazio, commence à se traîner une bonne réputation de loser sur le dos. Et cela ne s’arrange pas quand Osvaldo ouvre le score pour les Giallorossi après 5 minutes de jeu. Mais juste après la pause, la musique s’inverse. La Roma se retrouve à 10, et la Lazio égalise. L’apothéose laziale intervient à la 93e minute : Klose, buteur arrivé gratuitement au mercato, inscrit le but de la victoire et envoie ses tifosi au paradis.

23 octobre 2011 : Manchester City humilie United

United n’a plus perdu un match depuis la finale de Ligue des champions, le 28 mai. Ce n’est donc pas le sympathique voisin de City qui va lui faire peur. Pourtant, cette rencontre va signer le passage de témoin avant l’heure entre les deux clubs mancuniens. Balotelli, qui avait foutu le feu chez lui deux jours plus tôt, score et exhibe un T-shirt « Why always me ? » , puis City se régale. Le but des Red Devils de Fletcher est une illusion. Dzeko deux fois et David Silva inscrivent trois buts dans les arrêts de jeu, rendant le score historique. 6-1. City pose ses fesses sur le trône d’Angleterre.

29 octobre 2011 : Antonio Cassano est victime d’un AVC

Après un match gagné face à la Roma, Antonio Cassano, à son retour à Milan, est victime d’un accident vasculaire cérébral. Le joueur est transporté à l’hôpital. Pendant près de 48 heures, il est incapable de parler et, évidemment, de marcher. On craint pour sa carrière, mais surtout pour sa vie. Mais Antonio est immortel. Une opération au cœur, six mois de convalescence, et le revoilà frais comme un gardon pour disputer l’Euro. Héros des temps modernes.


29 octobre 2011 : Match incroyable entre Chelsea et Arsenal, avec victoire d’Arsenal, 5-3

Le championnat d’Angleterre est décidément un spectacle pyrotechnique en ce début de saison. Après le 8-2 et le 6-1, voilà le 5-3 entre Arsenal et Chelsea. Un match fou, avec des retournements de situation de tous les côtés. Évolution du score : 1-0, 1-1, 2-1, 2-2, 2-3, 3-3, 3-4 et 3-5. Les deux derniers buts d’Arsenal, inscrits aux 85e et 92e minutes, sont l’œuvre de Robin van Persie, tout simplement monstrueux quand il joue à ce niveau-là. Ah, si quelqu’un nous avait dit à ce moment là le nom du futur vainqueur de la C1…

22 novembre 2011 : Le Napoli crée la sensation en battant Manchester City

Dans le groupe de la mort en Ligue des champions, le Napoli réussit à tirer son épingle du jeu. Après avoir tenu en échec le Bayern Munich, puis s’être incliné de justesse en Bavière, les Napolitains règlent leur compte aux joueurs de Roberto Mancini. Après un question/réponse Cavani-Balotelli, Naples puise dans ses ressources et réussit à s’imposer grâce à un deuxième pion de l’intraitable Uruguayen. Deux semaines plus tard, les Napolitains gagnent à Villarreal et éliminent City de la C1. Prenez ça, les gros dollars !

27 novembre 2011 : L’OM inflige au PSG la plus grosse défaite de sa saison, 3-0

Bien installé en tête du championnat malgré une défaite contre Nancy, le PSG aborde plutôt sereinement le Classico. C’était sans compter sur le début de saison tout pourri de l’OM, qui vient de perdre 1-0 à Montpellier. Un match à sens unique. Rémy, Amalfitano et Ayew ne font qu’une bouchée d’un PSG amorphe, probablement le pire Paris de la saison. À compter de cette victoire, l’OM va enchaîner 16 matches sans défaite toutes compétitions confondues. Puis 12 matches sans victoire. D’accord.


6 décembre 2011 : L’OM se qualifie pour les huitièmes de finale de la C1 en gagnant à Dortmund

Parmi les fameux 16 matches sans défaite, il y a évidemment cette épique victoire sur la pelouse de Dortmund. L’OM y joue sa qualif’ pour les huitièmes de finale de la C1. Ça commence mal, puisque Dortmund mène déjà 2-0 à la demi-heure de jeu. Dans l’autre match, l’Olympiakos maltraite Arsenal, et passe donc devant les Marseillais. Rémy réduit l’écart avant la pause. Puis plus rien. L’OM court vers son élimination. Les cinq dernières minutes sont folles. Ayew égalise à la 85e. Puis Valbuena, à la 87e, expédie une frappe en pleine lucarne. Marseille s’impose et se qualifie. L’Olympiakos a grave, mais alors grave les boules.

22 décembre 2011 : Antoine Kombouaré est viré du PSG alors qu’il est en tête de Ligue 1

Le PSG termine la première partie de la saison en tête du championnat de France. Les Parisiens s’imposent 1-0 à Saint-Étienne et sont sacrés champions d’automne. Pourtant, les dirigeants qataris sont sans scrupule. Ils virent Antoine Kombouaré, coupable d’avoir été incapable de qualifier le club parisien pour le deuxième tour de l’Europa League et pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Quelques jours plus tard, Carlo Ancelotti est intronisé. Le Kanak part avec 4 millions d’euros dans les valoches. Ça aide à digérer.


Eric Maggiori
twitter @ericmaggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

il est vrai que la Premierleague nous a offert des chocs avec des scores fous!!!!!!!!!!!!
fernandollorientais Niveau : CFA
ce match à sainté était si symptomatique de la faiblesse collective du psg version kombouaré. une victoire due à 90% à la qualité de SIRIGU qui avait sorti un énorme match ce soir-là.
"Marseille se qualifie"
Et la victoire 7-1 de Lyon c'était pas un moment marquant ? xD
J'aurais rajouté la victoire de Bâle face à Manchester Utd qui était moins attendu que celle de Naples face à City.
Mou-rinho Niveau : CFA
Starfash j'ai l'impression que So Foot n'aime pas Lyon pourtant ils ont eu plusieurs "faits marquant" (7-1 contre Zagreb ; 4-4 contre paris ; Apoël Nicosie ; coupe de france contre l'inévitable Quevilly qui s'est finie par des chants contre les stéphanois... )
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 5