Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Gijón-Atlético
  4. // Top 10

Les 10 facettes de Diego Simeone

Diego Simeone, Mes secrets de coachs : c’est le titre de l’ouvrage écrit par le coach de l'Atlético ( « Creer » en version originale). Au fil des pages, l’Argentin transmet ses méthodes, ses idées et surtout la passion qui l’habite pour sa vie d’entraîneur. « Je ne sais pas raconter les histoires, je parle toujours de réalité » , confesse El Cholo.

Modififié

  • Paternaliste

  • On entend souvent qu’un coach considère ses joueurs comme ses enfants. Mais s’il y a bien un homme à qui s’applique cette formule, c’est Diego Simeone. Avant chaque grand match, autour de 23h, l’Argentin profite de la mise au vert pour s’entretenir avec chacun de ses protégés, « les yeux dans les yeux » .

    Les mots du Cholo : « Le meilleur moment pour parler aux enfants est le soir, quand ils s’apprêtent à aller se coucher. Ils vont tranquillement au lit, ils sont relaxés, ils te disent ce qu’ils ont fait dans la journée et tout ce qui leur passe par la tête. Avec les joueurs, j’agis pareil. (...) Pendant deux heures, nous parlons individuellement aux joueurs pour leur dire ce que nous attendons d’eux. C’est le moment où les membres du groupe sont les plus réceptifs et où ils assimilent le message le plus naturellement. »


  • Guerrier

  • À l’été 2012, Diego Costa revient à l’Atlético fort d’une saison prometteuse dans les rangs du Rayo Vallecano. Problème : les Colchoneros comptent déjà trois joueurs extra-communautaires dans l’effectif. Mais le charme propre au Brésilien ne laisse pas insensible Diego Simeone, qui en fera son homme de base pendant deux ans.

    Les mots du Cholo : « Quand je l’ai vu s’entraîner avec le groupe, j’ai eu envie de pleurer de joie. "Quel barbare ! Il va tous les massacrer ! Ce type est imparable !" me suis-je dit. Ce que tout le monde a vu plus sur les terrains, moi, je le voyais aux entraînements. (...) En un sens, Diego Costa a été le reflet de l’histoire du caractère de l’Atlético de Madrid. Il s’est battu pour réussir et repousser tous les obstacles. »


  • Précoce

  • Sa vocation est apparue précisément quand le milieu de terrain évoluait à l’Atlético de Madrid, au milieu des années 90, où il remporta notamment le doublé Coupe-championnat en 1996. À vingt-cinq ans, Simeone joueur analyse déjà les matchs comme un coach. Il entamera sa formation à trente et un ans.

    Les mots du Cholo : « Je réfléchissais sur la manière dont je réagirais si je devais décider du onze de départ ou comment allait jouer l’adversaire. (...) Au fur et à mesure que la fin de ma carrière s’est rapprochée, j’ai parlé de plus en plus comme un technicien. Mes partenaires l’acceptaient. Mieux, ils admettaient mon nouveau rôle au sein du groupe. J’étais suivi. Je sentais que mon équipe m’écoutait et que je trouvais les mots justes. »


  • Mentaliste

  • Le 13 décembre 2006, Estudiantes affronte Boca Juniors en finale du championnat d’ouverture d’Argentine. À la tête des Pincharratas, Diego Simeone s’apprête à remporter son premier titre en tant qu’entraîneur. Avant la rencontre, le coach annonce à son défenseur Agustín Alayes qu’il doit prendre Rodrigo Palacio au marquage. Et l’attaquant de Boca ne verra pas le jour.


    Les mots du Cholo : « Ce jour-là, j’ai dû convaincre un membre de mon groupe de quelque chose dont je n’étais pas sûr. Heureusement, tout s’est bien passé, même si les doutes d’Alayes étaient fondés. Tout ceci démontre que si un coach parvient à entrer dans la tête d’un joueur, il peut améliorer son rendement. Évidemment, le footballeur doit sentir que son entraîneur est complètement sûr de ce qu’il demande. »


  • Clairvoyant

  • Aux entraînements comme aux matchs, le coach attend toujours une implication maximale de ses troupes. À chaque séance, il porte un œil avisé sur l’attitude des joueurs.

    Les mots du Cholo : « Un entraînement est le meilleur moyen de savoir quel joueur a vraiment envie de jouer ou non. L’entraîneur le perçoit immédiatement. Les corps parlent. Tu les regardes et ils te disent quels joueurs sont en rébellion, quels sont ceux qui sont en train de souffrir, ceux qui sont tristes, ceux qui sont passifs, ceux qui n’en ont rien à faire de l’entraînement. »


  • Néophyte

  • Septembre 1987, un espoir du Vélez Sársfield s’apprête à faire ses grands débuts dans le championnat argentin. Alors que son équipe est menée 2-0 par Deportivo Español, Diego Simeone, dix-neuf ans, part s’échauffer à la mi-temps.

    Les mots du Cholo : « J’étais tellement concentré que je suis alors parti seul. Je ne savais pas quoi faire sur le terrain. Mes partenaires vinrent cinq minutes plus tard, mais ces cinq minutes furent une éternité. Je voulais mourir et disparaître. C’était un jour pour marquer les esprits. J’aimais bien jouer entre les lignes et je sus profiter d’une belle passe en profondeur pour me retrouver seul devant le gardien. Je suis parvenu à le dribbler, avant de frapper dans le but vide avec mon pied gauche. Dans ma tête, le ballon mit cinq heures avant de rentrer...  »


  • Appassionato

  • De 1997 à 2003, Diego Simeone a laissé sa trace en Italie sous les couleurs de l’Inter, puis de la Lazio, à l’âge d’or de la Serie A. C’est aussi à Pise, dès 1990, qu’il a rejoint l’Europe pour la première fois. La vérité, c’est que l’Argentin a toujours eu un faible pour le Calcio italien dès l'adolescence.

    Les mots du Cholo : « Quand j’étais à Vélez, les dimanches étaient incroyables. Je me levais le matin pour prendre le petit-déjeuner avec mes partenaires, puis je revenais rapidement dans ma chambre pour voir Diego Maradona jouer avec Naples. Je prenais ensuite une collation, je jouais mon match avec Vélez, et le soir, je regardais un autre match à la maison avec une pizza et une bière. Que j’aimais ces dimanches. »



  • Battant

  • En octobre 2001, c’est la tuile : Diego Simeone subit une rupture des ligaments croisés et du cartilage lors d’un PSV Eindhoven - Lazio. Le début d’une course contre la montre jusqu’au Mondial en Corée du Sud et au Japon. Huit mois plus tard, Marcelo Bielsa le titularisera lors des deux premiers matchs de poule de l’Albiceleste.

    Les mots du Cholo : « Dans l’escalier de ma maison, j’avais mis un calendrier où j’avais marqué les 180 jours qu’il me restait pour être de nouveau en forme. J’avais le même calendrier dans le gymnase où je travaillais. Chaque jour, je cochais une croix. Un de moins qui me séparait de mon objectif... »


  • Immergé

  • Nous sommes en 2006, lors du tournoi de clôture argentin. Diego Simeone est appelé à la rescousse pour sauver Racing de la relégation. Mais ses premiers pas sur le banc sont un fiasco. Au classement, la situation du Racing empire. Déterminé à redresser la barre, le coach prend une décision extrême. Alors qu’il reste deux mois de compétition, il annonce au groupe qu’ils vont vivre tous ensemble à l’hôtel jusqu’à la fin du championnat. Oui, oui, tous les jours.

    Les mots du Cholo : « J’ai alors pris la parole devant mon équipe : "À partir de maintenant, vous oubliez tout. Vos familles et vos amis. Vous ne pensez qu’au Racing. Vous devez sortir l’équipe de cette situation." Les joueurs se regardaient entre eux comme s’ils ne croyaient pas ce que je leur disais. Après, nous avons fait match nul contre San Lorenzo, puis nous avons perdu le match suivant. Le malaise était alors palpable. Les femmes de joueurs m’appelaient pour que je "libère" leurs maris. (...) Et on a réussi en gagnant quatre des cinq matchs qu’il nous restait à jouer.  »


  • Puriste

  • Être brillant au service du collectif sans se regarder jouer, c’est la définition du grand joueur dans l’esprit de Diego Simeone. À ce titre, le coach de l’Atlético considère le milieu du Barça Sergio Busquets comme un « génie » .

    Les mots du Cholo : « Je défends les footballeurs qui jouent au football, pas ceux qui jouent au ballon. C’est différent. On joue au ballon entre amis, pour rigoler et passer le temps. (...) Le supporter veut voir de beaux gestes. Apprécier un dribble, ou un geste qui satisfait l’œil, quelque chose qui l’excite. Cependant, le supporter plus intelligent est celui qui n’est pas obsédé par les beaux gestes, mais par les victoires. Même si, quand tu joues bien, tu as plus de chances de gagner, c’est évident. »



    Par Florian Lefèvre Diego Simeone, Mes secrets de coach (traduit par le journaliste François David), éditions Talent Sport, 17,90 €
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié


    Dans cet article