1. //
  2. //
  3. // Finale
  4. // Francfort/PSG

Les 10 dates du PSG féminin

Ibrahimović en rêve, Delannoy va le vivre. Cantonnée à rester dans l'ombre de son homologue masculin depuis sa création en 1971, la section féminine du PSG s'apprête à réaliser ce que les garçons n'ont encore pas accompli : disputer une finale de Ligue des champions. À l'aube d'une rencontre historique, retour sur les 10 dates d'une équipe qui n'a pas fini de briller.

Modififié
628 7

1979 - La découverte de la D1


Avant de tutoyer les sommets européens, les Parisiennes ont démarré dans les bas-fonds du football féminin. Huit ans après sa fondation, le Paris Saint-Germain n'a toujours pas disputé la moindre rencontre dans l'élite. En effet, les féminines se contentent d'évoluer dans le championnat de Paris féminin et roulent tranquillement avec le RC Joinville ou la VGA Saint-Maur. Mais au terme de la saison 1978/1979, les filles du PSG arrêtent de se la couler douce et accèdent enfin à la première division du football féminin français. Trois saisons plus tard à jouer les figurantes avec 48 autres clubs, elles finissent par descendre dans la deuxième division qui vient juste de voir le jour. S'ensuivent 19 longues années d'apprentissage où les Parisiennes s'amuseront à jouer au yo-yo entre la première et la deuxième division. L'apprentissage continue.

2001 - Championne de France… de la D2


Après une saison 1999-2000 où elles passent à côté de la montée en D1 en toute fin de saison à cause d'une lourde défaite contre Schiltigheim (0-3), les Parisiennes se rattrapent l'année d'après. L'équipe entraînée par Sébastien Thierry trouve la parfaite recette et avale 16 victoires sur 18 possibles dans sa poule A. Avec ces résultats, le PSG assure son accession en D1. Cerise sur le gâteau, le club remporte le titre de champion de France de D2 en venant à bout de Tours (2-1), leader de la poule C. À l'époque déjà, on trouve Laura Georges, 17 ans, en défense centrale. La moumoute en moins, les tresses en plus.

2005 - Delannoy et Boulleau débarquent


Les deux plus anciennes de l'effectif parisien. Arrivées toutes les deux à l'été 2005 en provenance du CNFE Clairefontaine, « Boulette » et Delannoy comptabilisent ensemble plus de 400 matchs avec le PSG. C'est simple, les deux défenseuses ont tout connu avec le club de la capitale : le maintien, le milieu de tableau, les premières places du classement, etc. Ce duo façon Merry et Pipin est l'ADN de cette équipe, entre efficacité et joie de vivre. Et elles comptent bien faire du PSG le seigneur des Européens.

2008 - La première finale


Bien avant l'arrivée de Nivea en sponsor, le PSG féminin se réinvente dès la saison 2007-2008 : nouvel entraîneur et sept joueuses recrutées, parmi lesquelles la buteuse Marie-Laure Delie. L'équipe se rajeunit et, malgré des débuts difficiles, lourde défaite 1-5 contre Montpellier lors du premier match du championnat, et une polémique sur le voile de Mériame Ben Abdelwahab, la saison est réussie. Les Parisiennes finissent l'exercice à une honorable cinquième place. En parallèle, elles atteignent pour la première fois la finale du Challenge de France, la Coupe de France au féminin selon la Ligue. Malheureusement, elles s'inclinent le 3 juin au Stade de France face à l'adversaire de toujours, l'Olympique lyonnais (3-0). Certes, c'est une défaite, mais le plus important est ailleurs : Paris progresse.

2009 - Le Parc accueille enfin ses princesses


À 38 ans, le PSG féminin n'a toujours pas foulé la pelouse du Parc des Princes. Mais cet affront est lavé le 18 octobre 2009. Après trois victoires consécutives en championnat, le club de la capitale se montre ambitieux et accueille le derby francilien contre Juvisy au Parc des Princes. Habituellement réservés aux hommes, les brins d'herbe du Parc se laissent pour la première fois caresser par 22 actrices de la D1 féminine. Devant 5 892 curieux, les Parisiennes s'imposent sur le tout petit score d'un à zéro grâce à un but précoce de Camille Abily à la sixième minute de jeu. Les Parisiennes termineront ce championnat à la troisième place du classement, une première pour elles sur le podium. Depuis, elles n'ont joué qu'un match au Parc des Princes.

2010 - La Coupe de France en poche


Le 23 mai 2010, les Parisiennes disputent leur deuxième finale du Challenge de France. À Bondoufle - 300 âmes au compteur - au stade Robert-Bobin, elles affrontent Montpellier, l'équipe tenante du titre. La première période est serrée, les deux formations ne se livrent qu'à doses homéopathiques. Mais les Montpelliéraines se font piquer à la 19e par Ingrid Boyeldieu. En seconde période, c'est l'overdose et on assiste à une furia des Rouge et Bleu. En 45 minutes, les filles du PSG ajoutent quatre buts à la marque et collent une sévère manita au club de Loulou Nicollin (5-0). C'est le premier trophée glané par les Parisiennes depuis leur titre de D2. Le PSG réalise ainsi le doublé hommes-femmes de la Coupe de France 2009/2010, les garçons ayant remporté la finale de CDF contre Monaco (0-1).

2012 - QSI, l'entrée dans une nouvelle ère


Été 2012, QSI arrive dans le game et arrose de billets l'équipe féminine du PSG. Du côté des hommes on voit débarquer Pastore, Ménez & Co, et chez les filles, ça frappe tout aussi fort. Cruz, Assilani, Annike Krahn et Linda Bresonik, pour ne citer qu'elles, viennent renforcer les Parisiennes. Le club fait aussi signer aux 21 joueuses de l'équipe un contrat fédéral, du jamais vu dans le foot féminin. On note aussi le recrutement de Farid Benstiti, quadruple champion de France avec l'OL, comme entraîneur de cette équipe. Avec ce nouvel effectif, le PSG est prêt à jouer les premiers rôles. Malgré ces investissements, l'Olympique lyonnais conserve une tête d'avance sur les filles du PSG qui termineront les trois saisons suivantes derrière les Lyonnaises, mais en réalisant quelques coups d'éclat.

2014 - Les Parisiennes se payent Lyon


Exploit, hold-up, les termes ne manquent pas pour qualifier cette soirée du 18 janvier 2014. À l'occasion de la 14e journée de championnat, les Lyonnaises reçoivent le PSG dans leur coffre-fort de Gerland dans lequel elles n'ont plus perdu depuis mars 2010. Mais les Parisiennes vont réaliser un énorme braquage avant de blinder leurs cages. Alors qu'elles sont dominées de A à Z, les joueuses de Benstiti parviennent à ouvrir le score à la 45e minute de jeu sur une tête de Laura Georges. Les Lyonnaises ne se relèveront pas de ce coup de massue, et ce, malgré l'expulsion de Kenza Dali en seconde période. Le PSG signe ici son plus grand exploit et prouve qu'il est en mesure sur la durée de mettre un terme à l'hégémonie de l'OL.


2015 - Un parcours européen incroyable


Leonardo avait raison. Le PSG est taillé pour l'Europe. Enfin, surtout les filles. Lors de cette campagne 2014-2015, elles ont montré qu'elles avaient les épaules pour prétendre au titre suprême. Les Parisiennes ont fait preuve de courage en éliminant en huitièmes de finale l'ogre lyonnais grâce à une victoire aux forceps à Charléty (1-0). Elles se sont ensuite payé le scalp de Glasgow en étrillant les Écossaises cinq à zéro au Parc des Princes. En demi-finales, les filles du PSG ont su se défaire du triple vainqueur de la Ligue des champions, Wolfsburg, qui partait clairement favori. Il ne reste plus qu'une marche à gravir pour que les Parisiennes aillent au bout de leur rêve.

14 mai 2015 - Le jour de gloire ?


Pour la première fois de son histoire, le Paris Saint-Germain voit donc l'une de ses équipes jouer une finale de Ligue des champions. Les Parisiennes seront confrontées aux joueuses de Francfort qui ont remporté la compétition à trois reprises déjà. La tâche s'annonce donc difficile pour les Parisiennes qui devront s'appuyer sur Boulleau, Delannoy, Cruz, Delie, pour espérer l'emporter. Mais cette bande de filles a prouvé par le passé qu'elle pouvait renverser une montagne. À elles de réaliser une nouvelle fois cet exploit.

Par Lhadi Messaouden
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

snocxuatrom83 Niveau : Loisir
Jai mis cent balles sur vous je crois en vous surtout apres avoir sorti wolfsburg allez les filles
La Groupie de Ronnie Niveau : DHR
Seger est suspendue pour la finale ...
le tweeter fou Niveau : Loisir
C'est quand meme incompréhensible de ne jamais les faire jouer au parc des princes: match contre l'OL ou juvisy, champion's league... il y a de quoi faire venir des spectateurs à mon avis
Enfin !
Meme l'equipe s'interesse plus et informe plus sur le foot féminin, nan serieusement j'adore so foot mais je trouve qu'une trop petite place est laissée au foot féminin ou que ce soit, mais sur so foot, quand je vois votre culture foot je ne comprends pas pourquoi vous vous y intéressez si peu...
Vous me direz que moins de gens s'interessent au foot feminin mais cet interet se cree justement comme ça grace à une information accru de ce sport.
Je pense que vous avez un role à jouer dans l'évolution des mentalités et de la suppression du sexisme dans le sport mais aussi dans la société.
J_Vous_Lavezzi Niveau : Ligue 1
Le 14 mai 2015, le jour ou Sofoot a l'occasion de faire un Live de la finale, mais non :)
Message posté par J_Vous_Lavezzi
Le 14 mai 2015, le jour ou Sofoot a l'occasion de faire un Live de la finale, mais non :)


Je me permets de gravement plussoyer.
harry plotteur Niveau : DHR
Les sponsors sur les maillots des filles sont quand même indéniablement mieux mis en valeurs hein y'a pas à dire... Comme En atteste Bein sport sur le maillot PSG
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le Napoli sous tension
628 7