1. //
  2. // Finale de la Supercoupe d'Italie
  3. // Juventus/Napoli

Leonardo Bonucci, vice-Pirlo et libéro moderne

Manquant d'assurance dans les airs et peu fiable en un contre un, l'élégance balle aux pieds de Leonardo Bonucci n'aurait jamais dû percer dans le football des années 2010. Puis, le Bari de Ventura a sollicité ses bons pieds, et la progression de la Juve dans la possession lui a taillé un rôle à sa mesure. Cette saison, en l'absence de Barzagli dans la défense à quatre d'Allegri, le natif de Viterbe a plus d'influence que jamais sur la réflexion du jeu des Bianconeri.

Modififié
23 14
Près de 200 matchs avec la Juventus et 43 sélections avec la Nazionale, le tout à 27 ans avec ses plus belles années devant lui. Le pedigree de Leonardo Bonucci commence à être très intéressant, et pourtant, le gaillard a longtemps souffert d'un déficit d'image, pas assez « personnage » , trop discret. Même ses propres tifosi n'ont pas été tendres avec lui, lui préférant la sobriété de Barzagli et la grinta sauvage de Chiellini, plus juventini. Formé à l'Inter, Bonucci a eu du mal à combattre cette accumulation de préjugés. Évidemment, les fameuses « bonucciate » - ses excès de confiance – ou encore cette simulation dramatique contre Palerme ont participé à la construction de cette réputation d'un personnage maladroit, parfois ridicule. Mais elles éclipsent injustement sa régularité dans la performance, en atteste la confiance que lui réservent tous ses entraîneurs depuis 2009. Surtout, elles mettent le viseur sur la mauvaise cible : quand les Turinois voyaient des erreurs maladroites, ses entraîneurs voyaient le goût de la progression et du risque. Qu'il est difficile, encore aujourd'hui, d'être un défenseur italien plus habile dans la construction du jeu que dans l'anticipation des adversaires. Leonardo Bonucci est un défenseur d'une autre époque, ou d'une autre contrée.

Un coach motivationnel décisif dans son affirmation


Ainsi, quand Bonucci parle des personnes importantes dans sa carrière de footballeur, il ne cite ni un entraîneur, ni un coéquipier, ni un dirigeant. Pourtant, Carlo Perrone a fait évoluer définitivement le milieu naturel au poste de défenseur central dans la Primavera de l'Inter. Giampiero Ventura l'a emmené dans ses valises à Pise et Bari. Antonio Conte lui a offert sa confiance et l'a propulsé titulaire indiscutable de l'armada bianconera et – par ricochet – de la Nazionale. Mais tous ces diplômés de l'université de Coverciano ont une relative importance par rapport à un certain Alberto Ferrarini. En 2005, Bonucci est acheté 40 000 euros par l'Inter avant de jouer trois minutes pour Roberto Mancini en 2005-06, puis de retrouver la Primavera. Finalement en prêt à Trévise à 20 ans, l'Italien ne joue pas et perd confiance en ses moyens. C'est là qu'il rencontre Ferrarini, alors qu'il fréquente les travées du stade Omobono Tenni.

Le natif de Viterbe relate cette rencontre à la Gazzetta dello Sport : « Ma carrière était clairement en danger à ce moment-là. La première fois que je l'ai vu, il a tout dit sur moi en une demi-heure, donnant l'impression de me connaître depuis toujours. » Un coach motivationnel dont le boulot est de mettre en confiance ses clients afin que cela se répercute sur leurs prestations sportives. Les techniques sont d'ailleurs assez particulières. Par exemple, Bonucci s'enfile des bonbons à l'ail « comme les soldats il y a des centaines d'années » raconte justement Ferrarini à Tuttosport, avant d'aborder une autre méthode plus violente : « J'en suis arrivé à l'enfermer dans ma cave, l'insulter et lui donner des coups de poings. Le but était de surpasser les jugements négatifs et les sifflets. » Flippant… mais ça fonctionne. Gilardino, Pegolo et Floro Flores auront également eu recours à ses services. Finalement, le 29 juin 2009, l'Inter en fait une marchandise d'échange pour obtenir Thiago Motta et Diego Milito du Genoa. Et dix jours plus tard, Bonucci part à Bari dans un accord de copropriété. Cinq clubs en deux saisons, rien que ça. Mais sous les ordres de Giampiero Ventura, la paire Bonucci-Ranocchia fait des miracles : une dixième place à 5 points de l'Europe. Lippi le sélectionne au mois de mars et l'emmène même en Afrique du Sud.

La Juve joue avec deux quarterbacks


Mais ce n'est qu'au cours de la saison 2012-13 que le scepticisme global s'est transformé en critique positive. Alors que les monuments que dessine l'architecte Andrea Pirlo fatiguent, la tâche de diriger la manœuvre revient aux pieds bien éduqués de Bonucci. Le central longiligne exploite enfin ses caractéristiques : une ligne de défense haute éloignée des duels de surface, des insertions habiles dans le camp adverse et un jeu long précis qui soulage Pirlo. Après un match compliqué contre le Hellas, Conte raconte : « Jorginho aurait suivi Pirlo jusqu'aux toilettes, donc on a dû trouver d'autres solutions : Bonucci a fait le Pirlo, Barzagli a fait le Vidal et Ogbonna a fait le Pogba. » En décembre 2012, après un grand match à Donetsk en C1, Tuttosport ose le parallèle : « Il impose et libère, interprète et ouvre la manœuvre. Toujours lucide. Appelez-le Leo Beckenbauer. » Plus tard, la Gazzetta dello Sport tentera un « Bonunbauer  » : un nom aux airs de machine de guerre pour désigner un défenseur aux pieds légers. À défaut d'être aussi autoritaire que le Kaiser, l'Italien gagne le titre de « vice-Pirlo » . Et cette saison, Bonucci continue d'occuper ce rôle de relancer, malgré l'arrivée de la défense à quatre d'Allegri.

La progression de son influence sur le jeu de la Juve est parfaitement retranscrite par son nombre de passes réalisées par match depuis 2010 : 34 sous Delneri, puis 48, 56 et 58 sous Conte, et enfin 65 passes par match sous Allegri cette saison. Tout proche des 7,4 longs ballons par match de Pirlo, Bonucci est à 6,7 : la Juve joue avec deux quarterbacks. Tarcisio Burgnich, stoppeur de la Grande Inter de Helenio Herrera, puis lui-même libéro, décrypte le phénomène : « Aujourd'hui à la Juve, Bonucci joue de façon très différente par rapport aux autres centraux. Il n'est pas beaucoup plus reculé parce que c'est impossible dans le football moderne, mais il a plus de temps pour manœuvrer et il dirige les deux autres. C'est un libéro moderne. » Tatoué et rasé, Bonucci montre même un nouveau visage. En septembre dernier, il prend le brassard de la sélection italienne du bras de Daniele De Rossi lors d'un amical contre les Pays-Bas. Le 5 octobre, c'est sa reprise de volée à l'extérieur de la surface qui finit d'étrangler la combativité de la Roma (3-2). Depuis ce match au Stadium, Pep Guardiola en aurait fait un objectif de son Bayern. Enfin, à Florence début décembre, en plus de diriger la manœuvre, Bonucci s'est même permis dans sa surface un tacle in extremis à la Nesta sur Mario Gómez. Une saison 2014/15 de haute volée du début à la fin pourrait ressembler à une consécration définitive. Il serait temps.

Par Valentin Pauluzzi et Markus Kaufmann
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

La pénurie de grands défenseurs en italie, mais aussi ailleurs dans le monde, fait qu'aujourd'hui un bon arrière central comme bonucci, qui présente encore, malgré une certaine expérience, d'évidentes lacunes dans la concentration et la relance, est cité en exemple...Baresi, scirea, maldini, nesta, etc...REVENEZ!
Article très instructif, merci ! La progression du jeu de Bonucci vers un rôle de Pirlo de substitution est frappante cette saison.

Le seul truc sur lequel j'ai un peu tilté, c'est de le présenter comme un joueur discret à l'origine (peut-être pour accentuer la dialectique de la transformation dans l'article). J'ai toujours vu en lui un joueur de caractère pour ma part (depuis qu'il est à la Juve).
Article très intéressant sur un ovni du football actuel. Autant Bonucci a pu me donner des sueurs froides lors de ses premières saisons à la Juve, autant depuis la saison dernière il s'est vraiment imposé comme un défenseur complet, agressif dans les duels et propre à la relance. Il abuse parfois un peu du jeu long, notamment lorsque Pirlo est serré comme l'an dernier par Malbranque en C3, mais c'est réellement une arme en plus. Surtout qu'il lui arrive de marquer sur CPA
Message posté par europa
La pénurie de grands défenseurs en italie, mais aussi ailleurs dans le monde, fait qu'aujourd'hui un bon arrière central comme bonucci, qui présente encore, malgré une certaine expérience, d'évidentes lacunes dans la concentration et la relance, est cité en exemple...Baresi, scirea, maldini, nesta, etc...REVENEZ!


Pour moi Bonucci n'a pas grand chose à envier à certains des défenseurs que tu viens de citer.
Mais ce qui le dessert selon moi, c'est il n'a pas et n'aura sûrement jamais la "classe" qu'avaient ses prédécesseurs, à part ça il est tout à fait à leur niveau, d'autant que comme le précise l'article il est encore jeune et a encore une belle marge de progression
mis apart ca, y'a un Live prevu? Un lien stream?
@Rosbifle; par pitié, toutes les opinions sont respectables mais, là, même avec la meilleure volonté du monde, je dois me dissocier. Pour avoir notamment vu tous ces défenseurs évoluer dès leurs débuts, je peux t'assurer que la comparaison avec bonucci n'a pas lieu d'être. J'ai vu franco baresi diriger la manoeuvre du milan et le conduire au titre à 18 ans et maldini jongler et faire un sombrero, dans sa propre surface de réparation, aux dépens de son adversaire direct, à 16 ans seulement! Je le répète, une autre époque, certes, mais surtout un tout autre niveau.
@europa
Ne t'inquiète pas tu as le droit de te dissocier de mon avis, je ne vais pas t'en vouloir, on n'est pas sur un sujet qui parle de Messi et Ronaldo, le rentre-dedans très peu pour moi.

Je n'ai pas eu la chance de voir les joueurs que tu cite évoluer depuis leur début mais j'ai pu les suivre à leur milieu de carrière pour certains (nesta, maldini) d'autres vraiment à la fin.
Et de ce que j'ai vu ces défenseurs étaient excellents mais je ne trouve pas bonucci en dessous d'eux.

Mais c'est ce que je j'indiquais dans mon précèdent post, bonucci n'a pas cette classe qui caractérise mes grands défenseurs italiens.
D'ailleurs aujourd'hui il y a de moins en moins de défenseurs élégants et j'ai du mal à trouver des défenseurs qui aujourd'hui ont la même aura que ces légendes.

Ce qu'on peut retenir contre lui c'est qu'il n'a pas brillé en compétition internationale (CL, CDM, Euro 2012 c'était pas encore ça)
Donc il n'a pas le même statut. Mais je pense qu'il l'aura un jour.

Le temps nous dira qui de nous deux avait vu juste :)
@europa
Ne t'inquiète pas tu as le droit de te dissocier de mon avis, je ne vais pas t'en vouloir, on n'est pas sur un sujet qui parle de Messi et Ronaldo, le rentre-dedans très peu pour moi.

Je n'ai pas eu la chance de voir les joueurs que tu cite évoluer depuis leur début mais j'ai pu les suivre à leur milieu de carrière pour certains (nesta, maldini) d'autres vraiment à la fin.
Et de ce que j'ai vu ces défenseurs étaient excellents mais je ne trouve pas bonucci en dessous d'eux.

Mais c'est ce que je j'indiquais dans mon précèdent post, bonucci n'a pas cette classe qui caractérise mes grands défenseurs italiens.
D'ailleurs aujourd'hui il y a de moins en moins de défenseurs élégants et j'ai du mal à trouver des défenseurs qui aujourd'hui ont la même aura que ces légendes.

Ce qu'on peut retenir contre lui c'est qu'il n'a pas brillé en compétition internationale (CL, CDM, Euro 2012 c'était pas encore ça)
Donc il n'a pas le même statut. Mais je pense qu'il l'aura un jour.

Le temps nous dira qui de nous deux avait vu juste :)
@europa
Ne t'inquiète pas tu as le droit de te dissocier de mon avis, je ne vais pas t'en vouloir, on n'est pas sur un sujet qui parle de Messi et Ronaldo, le rentre-dedans très peu pour moi.

Je n'ai pas eu la chance de voir les joueurs que tu cite évoluer depuis leur début mais j'ai pu les suivre à leur milieu de carrière pour certains (nesta, maldini) d'autres vraiment à la fin.
Et de ce que j'ai vu ces défenseurs étaient excellents mais je ne trouve pas bonucci en dessous d'eux.

Mais c'est ce que je j'indiquais dans mon précèdent post, bonucci n'a pas cette classe qui caractérise mes grands défenseurs italiens.
D'ailleurs aujourd'hui il y a de moins en moins de défenseurs élégants et j'ai du mal à trouver des défenseurs qui aujourd'hui ont la même aura que ces légendes.

Ce qu'on peut retenir contre lui c'est qu'il n'a pas brillé en compétition internationale (CL, CDM, Euro 2012 c'était pas encore ça)
Donc il n'a pas le même statut. Mais je pense qu'il l'aura un jour.

Le temps nous dira qui de nous deux avait vu juste :)
shamoidor Niveau : DHR

Nesta quand il etait a 100 % et pas blesse bref cela n arrivait pas souvent. Et pourtant suis juventino
Message posté par europa
La pénurie de grands défenseurs en italie, mais aussi ailleurs dans le monde, fait qu'aujourd'hui un bon arrière central comme bonucci, qui présente encore, malgré une certaine expérience, d'évidentes lacunes dans la concentration et la relance, est cité en exemple...Baresi, scirea, maldini, nesta, etc...REVENEZ!


. Baresi maldini etc.. ont joué jusqu'a 38ans. ET je peux te dire que je les vue en faire des boulettes. Bonucci en fait certes mais il est jeune. Il manque d'expérience.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
je ne sais pas pour Baresi, mais je n'ai jamais vu Nesta faire une boulette ça c'est certain et je me souviens qu'à 36 ans contre le Barça, le gars tenait la baraque tout seul...

Pour en revenir à Bonucci, à la base ce n'est clairement pas le plus doué (Ogbonna, Ranocchia ou Astori ont plus de talents à la base), par contre c'est celui qui progresse le plus année après année.

Y a encore trois ans c'était un défenseur médiocre, aujourd'hui c'est l'un des meilleurs à son poste. Et cette année il a vraiment pris une dimension supplémentaire, il s'est inséré dans la défense à 4 à merveille et n'a réalisé que des gros matches.

Même chose pour Ogbonna qui a repris confiance en lui cette année et rivalise avec les titulaires en termes de performances.
Je trouve toujours Barzagli un peu trop lent, puis il me donne tort par un geste défensif de malade.
Comme vers la 20eme minute face à l'Inter, Perisic fait un super contrôle orienté de la poitrine et met Barzagli dans le vent.. mais ce dernier arrive quand même à lui reprendre la balle grace à un savant placement.

Il était vraiment impressionnant ce dimanche.


Et pour revenir à l'article, il me semble qu'il est recruté 400 000€ par la Juve.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Lyon termine par une manita
23 14