La pépite du week-end - Espagne - Rayo Vallecano

Eric Maggiori

Léo Baptistão, un pote de Neymar au Rayo

Ce week-end, le Rayo Vallecano est allé s’imposer sur la pelouse de Valence. S’il n’a pas marqué, Léo Baptistão, 20 ans, a à nouveau prouvé toutes ses qualités. On parle là d’un joueur qui n’avait jamais joué au foot à 11 il y a encore quelques années…

Note
1 votes
1 vote pour une note moyenne de 5/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Léo Baptistão, plein d'amour
Léo Baptistão, plein d'amour
Avant le mois d’octobre 2011, personne, ou presque, n’avait entendu parler de Léo Baptistão. Et pourtant, lors des quatorze derniers mois, le joueur a connu une ascension fulgurante, comme on dit dans le jargon. À 20 ans, il est désormais un titulaire indiscutable du Rayo Vallecano, actuel dixième de Liga. Depuis le début de la saison, le jeune attaquant brésilien a déjà trouvé six fois le chemin des filets, dont un doublé contre l’Espanyol Barcelone, le 21 octobre dernier. Un jeune Brésilien qui vient réussir en Europe, l’histoire ne semble pas vraiment originale. Du déjà-vu. Et pourtant, si l’on creuse un peu, on se rend compte que son début de carrière n’a rien de banal. À commencer par son arrivée en Espagne. Il débarque au Rayo au début de la saison 2008/09, alors qu’il n’est âgé que de 16 ans, parce qu’un vieil ami de son père, José Antônio Feijó, lui avait conseillé cette destination. Le club l’attend comme une nouvelle pépite venue du Brésil, mais, très vite, flaire l’arnaque. Léo Baptistão est en réalité atteint d’une hépatite et doit rentrer se soigner au Brésil, où son père est médecin. Une fois guéri, il rentre en Espagne mais là, coup de théâtre. La Fédération espagnole l'empêche de rejoindre le Rayo. Tout penaud, le joueur se retrouve donc prêté au CD San Fernando de Henares, équipe de quatrième division. Un bon parcours de lose. Heureusement, l’année suivante, tout rentre dans l’ordre et Léo revient au Rayo. Pour ne plus en partir.Une relique avec NeymarAu Rayo, l’attaquant brésilien au passeport italien va prouver toute sa classe. Il se lie d’amitié avec le Guinéen Alhassane Bangoura, qui devient également son partenaire idéal sur le front de l’attaque des jeunes de l’équipe de la banlieue de Madrid. Dès la saison 2011/12, il devient titulaire avec le Rayo Vallecano B, qui évolue en troisième division. Sa saison est convaincante (quatre pions inscrits), mais tronquée par une grave blessure à la clavicule au tout début de saison, lors du Trofeo Vallecas, qui le tient éloigné des terrains pendant quelques mois. À la même période, Léo connaît un drame familial avec le décès de son cousin. « À ce moment-là, j’étais blessé, j’ai vécu cette tragédie, et j’ai sincèrement pensé à tout arrêter pour rentrer chez moi », admet-il dans une interview à As. Finalement, il tient bon et revient sur les terrains, plus fort. Ses excellentes prestations lui ouvrent même les portes de l’équipe première. De fait, le nouveau coach du Rayo, Paco Jémez, décide de l’appeler chez les grands pour la saison 2012/13. Une saison où le joueur va véritablement se révéler aux yeux de tous, jusqu’à attiser les convoitises de certains grands clubs européens. D’accord. Et c’est tout ? Non, évidemment. L’histoire de Léo Baptistão ne s’arrête pas là. Il faut remonter un peu plus loin dans son enfance. En 2002, très exactement. Le joueur né à Santos (São Paulo) se retrouve, dès l'âge de dix ans, dans le club de Portuguesa Santista, équipe de quartier de Santos. Son coéquipier en attaque ? Un certain Neymar. Il y a quelques semaines, l’attaquant de la Seleção a d’ailleurs publié sur Instagram une photo de lui, à l’époque, aux côtés de Léo Baptistão, avec la légende « Relique ! Avec Gustavo Lima et Léo Baptistão ». Précision : Gustavo Lima est juste un homonyme du chanteur de Balada Boa, hein.
Futsal, rues animées et MessiPote de Neymar, c’est avec la plus célèbre crête du football (qu’il n’avait pas encore à l’époque) que Léo se forge, footballistiquement parlant. Mais surtout, il fait ses armes sur les terrains de futsal, à l’instar d’un Robinho ou d’un Ben Yedder. « J'étais encore très jeune, et je n’étais pas encore sûr de ce que je voulais faire plus tard. Ce qui est sûr, c’est qu’au début, le football en salle m'a beaucoup aidé. C’est d’ailleurs pendant la Coupe TV Tribuna (compétition de futsal, ndlr) que j’ai donné mes premières interviews. C’est vraiment cela qui m’a donné envie de percer dans le football. Ce que j’ai appris en salle fait la différence sur la pelouse. C’est essentiel », explique-t-il dans une interview à Globoesporte. Après cinq années de futsal, le joueur décide donc de se lancer définitivement dans le football à crampons. Bien décidé à faire son trou en Europe, il décide de quitter très tôt le Brésil, à l’inverse de son pote Neymar. Il raconte d’ailleurs son arrivée à Madrid. « Au début, il était difficile pour moi de m'adapter, mais je pense tout de même que c’était un bon choix d’aller en Espagne. Je pense que cela aurait été beaucoup plus compliqué de m’adapter en Angleterre ou en Allemagne. Les gens, ici à Madrid, sont plus comme les Brésiliens. Ils sortent beaucoup, les rues sont animées. Et on m’a toujours très bien reçu », explique-t-il encore. Aujourd’hui, le joueur est totalement adopté par les supporters du Rayo. Pour son tout premier match en Liga, le 25 août dernier, il inscrit le but décisif face au Bétis Séville, pour une victoire 2-1 des siens. Le site de Marca n’y va pas par quatre chemins : « No es Messi, es Leo ». Traduction : « Ce n’est pas Messi, c’est Léo ». Une comparaison qui promet pour l’avenir. Un avenir qui lui appartient déjà. Putain, 20 ans…

Suivre Eric Maggiori sur Twitter Eric Maggiori


 





Votre compte sur SOFOOT.com

3 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par niknik le 18/12/2012 à 16:29
      Note : 3  /

    J'en ai marre de voir la tronche de M'vila dès que je me dirige vers la zone commentaires!!

  • Message posté par One Night Stand le 18/12/2012 à 16:31
      Note : 1 

    Super joueur pour un super club. En espérant que le Rayo reste un bon moment ne Liga.

  • Message posté par Superpoy le 19/12/2012 à 02:00
      

    Attaquant très intéressant


3 réactions :
Poster un commentaire