France - Ligue 2 - 19e journée

Par Arnaud Clement

Lens revient de loin

Menés deux à zéro sur la pelouse d'Istres, les joueurs d'Éric Sikora se sont sortis les doigts pour égaliser et prolonger un peu plus leur série d'invincibilité. En haut, Caen et Angers engrangent, Guingamp cale. En bas, Nîmes et Le Havre se mettent bien, mais Châteauroux et Laval sont dans le mal.

Note
3 votes
3 votes pour une note moyenne de 4.67/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Lens revient de loin
Lens revient de loin
Comme cadeau de Noël, Lens aurait préféré signer une victoire pour son douzième match de rang sans défaite. Mais au vu de la physionomie de la rencontre, le nul obtenu à Istres (2-2) sonne comme une victoire. En première période, l'ascendant est clairement lensois, avec notamment le petit phénomène Lalaïna Nomenjanahary qui donne un mal fou à ses vis-à-vis, pendant que Samba Sow se fait démonter par Éric Sikora pour ses grigris. Les Nordistes ont le vent en poupe, mais ne parviennent à bouger un bloc qui les endort. Car, à la reprise, Istres enlève la bride et lâche les chevaux, à l'image de Niangbo. À la 52e, le feu follet ivoirien parti du milieu de terrain dépose trois joueurs pour terminer un beau solo d'une frappe rasante à l'entrée de la surface. Quelques minutes plus tard, Istres se fait la malle grâce d'un bel enchaînement contrôle-frappe de Barillon, encore après un sprint tonitruant de Niangbo côté gauche. Lens s'énerve et met dès lors les crampons de dix-huit, toutes voiles dehors. Une session défouloir qui ne dure qu'un temps une fois les Sang et Or revenus au score après la réalisation de Valdivia à un quart d'heure de la fin. La victoire provençale se profile ? Pas du tout. Deux minutes après la fin du temps réglementaire, le buteur de la semaine, Yoann Touzghar, termine un énième raid d'une tête dans les six mètres. Touzghar, l'homme qui sait aller chercher les points du nul, après avoir égalisé contre Guingamp lundi (1-1).

Kebano frappe comme Neeskens

Pour voir où se situent les grands gagnants de cette 19e journée, il faut plutôt bouger du côté du Maine-et-Loire et du Calvados. Escrocs parmi les escrocs, les Angevins du SCO ont encore frappé en ce vendredi soir. Comme contre Châteauroux, les hommes de Stéphane Moulin se sont une nouvelle fois retrouvé à dix à la demi-heure, après l'exclusion de Couturier en position de dernier défenseur. Et comme contre Châteauroux, ses garçons se sont imposés au bout du bout du match, cette fois-ci à Tours (1-2) grâce à Lemaire. Oniangue avait auparavant répondu à Keserü, auteur de son premier but depuis presque trois mois. Le SCO d'Angers revient ce soir à hauteur de Monaco, qui se déplace demain à 14h au Mans. L'autre belle affaire est à mettre à l'actif du Stade Malherbe de Caen, qui a toutefois dû batailler pour venir à bout de Castelroussins (1-0) qui n'ont plus gagné en championnat depuis le 19 octobre. Englués dans leur spirale négative, les joueurs de Didier Tholot ont plié et se sont repliés avant de finalement craquer à l'heure de jeu. Et de quelle façon ! Après une belle remise poitrine de Kandia Traoré à l'entrée de la surface, Neeskens Kebano surgit et envoie un cachou qui explose le poteau avant d'entrer. Le but de la journée. Quant au dernier deal bien senti de cette ultime foire aux bonnes affaires de l'année 2012, il est à mettre à l'actif de Nîmes. À la faveur d'une victoire contre Niort, non sans avoir été préalablement menés, les partenaires de Vincent Gragnic et du jeune Renaud Ripart, auteur d'un doublé du haut de ses 19 piges, se sont probablement offert un bon bol d'air dans la course au maintien en rebasculant en première partie de tableau.

Rastello, ce héros

Si les Crocos ont du tonus à revendre, ce n'est pas le cas des Guingampais, pour qui le nul face au GFC Ajaccio (0-0) ressemble à un coup de barre hivernal. Les joueurs de Jocelyn Gourvennec n'ont toutefois pas renié leurs principes et ont envoyé pas mal de jeu. Mais avec un très grand Lucas Rastello dans leurs bois, les gars du Gaz' étaient intouchables ce soir. Le portier de 27 ans s'est même offert le luxe de détourner un pénalty de Thibaut Giresse pas mal tiré du tout, alors que le fils de s'apprêtait à faire jaillir le Roudourou. Question coup de bambou, Laval se défend aussi pas mal du tout. Les Mayennais ont parfaitement bouclé l'année en signant une cinquième défaite de rang face au Havre (1-2). Ce n'est pourtant pas faute pour eux d'avoir frappé les premiers par l'intermédiaire de Gimbert. Mais Koita, puis Bonnet dans les arrêts de jeu, permettent à Christophe Revault de bien chauffer le siège à Erick Mombaerts avant son arrivée prochaine comme technicien du HAC. Un scénario qui est peu ou prou le même que celui offert par l'affiche Clermont-Auxerre, si ce n'est que ce sont les Bourguignons qui ont ouvert la marque en premier par Ntep. Dembélé permet aux Auvergnats de revenir dans le coup à dix minutes de la fin. Mais, coupable d'un CSC la semaine passée, le junior Christopher Jullien se reprend à quelques encablures du coup de sifflet final en claquant une tête sur l'ultime corner du match. Enfin, Bourgogne toujours, Dijon a signé un nul qui suffira largement à son bonheur à Arles-Avignon. Menés d'entrée de jeu après un petit pas de tango de Ben Saada, les Dijonnais ont finalement égalisé par Cáceres, dont la finition de volée à l'entrée de la surface ne laissait aucune chance à Ludovic Butelle. S'ils gagnent leur match en retard contre Sedan en janvier, les joueurs du DFCO seront de nouveau dans la course à la montée.

Par Arnaud Clement
Parier sur les matchs de AS Monaco

 





Votre compte sur SOFOOT.com

1 réaction ;
Poster un commentaire

  • Message posté par rclens1998 le 23/12/2012 à 03:40
      

    Ca va etre très dur de remonter au vu des points perdus en début d'année...


1 réaction :
Poster un commentaire