Lejeune : « J'ai grandi au milieu des confits de canard »

Capitaine du FC Metz, Kevin Lejeune revient sur sa carrière, sa saison et sur ses pépins physiques en toute philosophie, fier de ce qu'il a accompli jusque-là. Une vie simple, entre terrains de foot et tiramisu.

Modififié
Salut Kevin, ça fait quoi de s’appeler Kevin ?
(rires) Je sais qu’on aime bien se moquer de ce prénom, mais moi, je ne l'ai pas trop subi.
« À mon époque, on était très peu de Kevin, j’étais au début de la vague. Moi, je m’appelle Lejeune, donc c’est surtout sur mon nom de famille que je me faisais charrier. »
À mon époque, on était très peu de Kevin, j’étais au début de la vague. Moi, je m’appelle Lejeune, donc c’est surtout sur mon nom de famille que je me faisais charrier. Les gens étaient surtout focalisés là-dessus.

Comment juges-tu ta saison au FC Metz, que ce soit sur un plan individuel ou collectif ?
Ma saison est un peu difficile à juger, parce que j’ai eu beaucoup d’absences, à cause de diverses blessures. Il y a toujours un temps où il faut revenir en forme, on joue pas mal sans être à 100 %. C’est une saison frustrante, car je ne peux pas donner la pleine mesure de mes capacités. Ensuite, sur un plan collectif, c’est sûr qu’on va lutter pour le maintien jusqu’à la fin (Metz est actuellement 16e avec deux points d'avance sur Dijon, le barragiste, ndlr). On est un promu, donc on s’y attendait. Le début de saison nous laissait espérer une fin un peu moins stressante, mais on a un peu le syndrome de Metz. Aux mois de décembre, janvier, février, c’est toujours plus compliqué. Il n’y a pas d’explications mathématiques, mais c’est peut-être dû à un hiver un peu plus dur qu’ailleurs, avec des pelouses un peu plus détériorées. Ça doit jouer un peu.


Cette année, le 18e est barragiste. Est-ce que ça enlève un peu de pression ?
C’est sûr que c’est une cartouche supplémentaire, mais ça nous soulagerait bien d’éviter cette double confrontation. Même si l’effectif de l’équipe de Ligue 1 est sûrement plus qualitatif que celui de Ligue 2, la courbe de confiance est dans l’autre sens, sachant que le troisième de Ligue 2 sort d’une bonne saison. Donc ça donnera forcément deux matchs disputés, à fort enjeu et à haute pression.

Comme tu le disais, tu enchaînes les blessures ces derniers mois. Ça ne pèse pas trop pour un footballeur ?
Les blessures se sont enchaînées à partir du mois de janvier l’année dernière. Je suis plutôt quelqu’un de positif, donc j’arrive à relativiser. Mais c’est vrai que c’est pénible. Quand on a une grosse blessure comme les croisés qui dure six mois, c’est un gros coup dur, mais tu as une vraie date butoir, tu peux te fixer un objectif clair. Là, c’est une élongation de trois semaines, une entorse de deux semaines, une déchirure au mollet de cinq semaines... À chaque fois, tu fais l’effort pour revenir en te disant que cette fois-ci c’est la bonne, et puis ça recommence. Petit à petit, le moral est entamé, c’est sûr.

Tu as été un joueur confirmé de Ligue 1 assez tôt dans ta carrière, avec quatre saisons pleines à Auxerre. Puis tu es repassé par la Ligue 2 et le National. Qu’est-ce que ça fait de retrouver l’élite ?
Quand j’étais en National avec Metz, j’avais toujours l’objectif de rejouer en Ligue 1 un jour. Le fait que ce soit avec Metz, c’est encore mieux. Jouer en Ligue 1 quand on est professionnel, c’est toujours un objectif. Et après avoir connu les divisions inférieures, ça donne encore plus envie de se maintenir régulièrement.

Quand tu as débarqué à Metz il y a cinq ans en National, est-ce que ça a froissé ton ego de redescendre deux crans en dessous de ce que tu as connu ?
On préfère toujours jouer au niveau au-dessus. Mais j’arrivais dans un très bon club, avec une histoire et un vrai esprit. Et puis de toute façon, c’était le 15 août, j’étais au chômage et j’avais envie de jouer. Je n’avais pas de caprices à faire. J’étais heureux d’avoir un contrat de travail et de faire mon métier. Je l’ai accepté assez sereinement. J’étais mieux en National que chez moi à ne rien faire.

Les premiers mois d’adaptation étaient difficiles à Metz. Comment tu l’expliques ?
Il y avait une méthode de travail que je devais assimiler avec Albert Cartier, qui finalement aujourd’hui m’a fait beaucoup de bien. Et puis sur un plan personnel, j’ai eu quelques petits soucis à gérer. Donc j’ai eu six mois de mise en place et d’adaptation, puis tout s’est bien enchaîné ensuite.

Qu’est-ce qui fait que ça se passe bien entre toi et ce club ?
Plein de choses : l’esprit du club, l’engouement des supporters, le côté familial et la reconnaissance du club envers des joueurs comme moi qui ont participé à pas mal d’aventures depuis quelques années. C’est une forme de reconnaissance mutuelle. Et puis, j’ai déjà expérimenté le fait de dire qu’on veut partir et d’aller dans un autre club. Chaque club est différent et l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs. Donc si je suis bien là, il n’y a aucune raison de changer.

J’imagine que tu fais allusion à ton départ d’Auxerre...
Oui, tout à fait. J’avais vingt-quatre ans, j’étais au club depuis neuf ans et demi. J’avais le sentiment d’avoir fait le tour de la question et j’ai voulu partir. Du coup, je me suis retrouvé à Nantes, en Ligue 2, en difficulté dans la gestion. Je pars à l’hiver, et cette même année, Auxerre termine troisième et se qualifie pour la Ligue des champions la saison suivante. Donc forcément, je me dis que j’ai loupé une aventure sympa, avec mon club formateur qui plus est. J’ai voulu un peu forcer les choses, et ça n’a pas été payant. Donc maintenant, j’y réfléchis à deux fois avant de partir d’un club.



C’est vrai que l’après-Auxerre a été quelque peu difficile pour toi, avec ce prêt à Nantes et les deux saisons suivantes à Tours. Tu as traversé des moments de doute ?
C’est vrai qu’avec mon passé de joueur de Ligue 1 et d’international espoirs, on m’attendait plus que d’autres joueurs. Et j’ai fait des saisons régulières, correctes, mais pas au-dessus des autres. Je suis rentré dans le rang d’un bon joueur de Ligue 2, dans la catégorie de joueurs comme il y en a beaucoup. Mais c’est aussi la réalité d’un joueur de football. Quand on n’est pas un joueur exceptionnel, la marche à faire en avant ou en arrière est infime. Ça se joue à rien. Lorsque j’ai fait mes bonnes saisons à Auxerre, si j’étais resté ou si j’avais enchaîné dans un club plus prestigieux, ma progression aurait peut-être continué ou même explosé et je serais un autre joueur aujourd’hui. Mais ça marche aussi dans l’autre sens. Si à mes débuts à Auxerre, je n’avais pas fait les matchs que j’ai faits, peut-être que je ne serais jamais devenu un joueur de Ligue 1. Avec les mêmes qualités, la carrière peut basculer des deux côtés.

Donc, tu n’as pas de regrets concernant ta carrière, avec un peu de recul ?
Je suis lucide.
« C’est certain que j’aurais pu faire mieux. Mais j’aurais aussi pu faire moins bien. Je ne sais pas quand j’arrêterai ma carrière, mais j’aurai environ 150 matchs de Ligue 1 et 150 matchs de Ligue 2. »
C’est certain que j’aurais pu faire mieux. Mais j’aurais aussi pu faire moins bien. Je ne sais pas quand j’arrêterai ma carrière, mais j’aurai environ 150 matchs de Ligue 1 et 150 matchs de Ligue 2. J’aurai connu de belles choses et des choses plus difficiles. Je suis plus dans l’état d’esprit d’être fier de ce que j’ai fait plutôt que de regretter. On ne peut pas changer le passé de toute façon. Le football, c’est qu’une partie de ma vie, j’ai plein d’autres centres d’intérêt.

Est-ce que tu as l’impression d’avoir réussi à retrouver, après quelques années, le niveau que tu as pu avoir à Auxerre ?
Ce qui est sûr, c’est que mon jeu a énormément évolué. Je ne sais pas si je suis un joueur moins bon, mais je suis un joueur différent. Disons qu’à Auxerre, j’avais surtout un jeu de percussions, de dribbles, de puissance. Un jeu parfois un peu stéréotypé. Et aujourd’hui, je suis plus dans la passe, dans cette recherche d’équilibre entre l’aspect offensif et défensif. Avant, on me reprochait ce manque de qualités défensives. Je suis plus un joueur de collectif aujourd’hui. Je suis plus utile sur 38 matchs, mais moins décisif sur trois ou quatre matchs.

C’est sûr que tu t’es étoffé défensivement. Il y a par exemple ce retour de dingue où tu fais tomber Zlatan comme une mouche en 2014 à Saint-Symphorien...
C’est que la réaction dans le stade à ce moment-là est folle. C’est une action qui me caractérise bien. Je suis un joueur qui n’a pas peur d’aller au contact. Le fait que ce soit sur Zlatan, ça a amplifié le truc. C’était un clin d’œil marrant, même s’il n’y avait rien d’exceptionnel. C’est vrai que je suis quelqu’un qui a un tempérament plutôt calme dans la vie de tous les jours. Et quand je rentre sur le terrain, je me transforme un petit peu avec un côté agressif. Ça fait rire les gens qui me côtoient au quotidien. Je suis dans ma bulle, où il n’y a plus de place pour les gentils sur le terrain.

Tout à l’heure, tu parlais de tes autres centres d’intérêt. Quels sont-ils ?
Ma famille, mes enfants, déjà. C’est ce qu’il y a de plus important, ils m’aident à relativiser. Sinon, j’ai d’autres centres d’intérêts, comme le golf, ou la cuisine surtout. C’est quelque chose qui me plaît depuis très, très longtemps. Je pense qu’un jour dans ma vie, j’y viendrai. C’est une passion. Pourquoi pas ouvrir un restaurant.

Elle te vient d’où cette passion pour la cuisine ?
Ça doit venir du fait d’avoir grandi dans le Sud-Ouest au milieu des confits de canard et du foie gras. Je m’amusais à regarder ma mère cuisiner quand j’étais petit.

Du coup, tu donnes des conseils nutrition à tes coéquipiers ?
(rires) Non, pas vraiment, parce que ce n’est pas mon rôle. Et puis, je ne cuisine pas toujours des plats recommandables pour des footballeurs professionnels. Mais en tout cas, moi je n’ai jamais eu besoin d’avoir recours à un nutritionniste. En sept ou huit ans, mon poids n’a pas bougé d’un kilo, donc c’est que je me nourris convenablement. On peut manger de tout, si on ne fait pas trop d’excès. Il y en a qui mangent énormément et qui après se mettent à ne plus manger pendant trois jours. C’est le meilleur exemple à ne pas suivre pour prendre du poids. Moi, je mange constamment normalement.

C’est quoi ton plat signature ?
« Un moment, je faisais souvent des risottos, mais ça m’est un peu passé. »
C’est compliqué parce que justement, je fais rarement deux fois le même plat, car je suis rarement une recette. Ce que je fais régulièrement, c’est un tiramisu en dessert. Mais là encore, je garde juste la base de mascarpone comme ingrédient. Ensuite, ça peut être des framboises, du Kinder, du cookie... Un moment, je faisais souvent des risottos, mais ça m’est un peu passé.

Propos recueillis par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Mais ouiiiiiii on va rester en L1 ! Je te rappelle qu'il y a toujours un titre à conquérir Kévin !
Bolek03
Bravo <iframe frameborder="0" width="2" height="0,5" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x5dxk32_skok-do-wody_fun?autoPlay=1&mute=1" allowfullscreen></iframe>
Lamine Turgut Niveau : Ligue 2

Sérieux @l’auteur …

Se foutre ouvertement de la gueule de son prénom dès la première question, faut vraiment pas avoir de face …

PS : d’ailleurs, ça se prononce comment ? Key-vine ou Ké-vain ?
montrealyonnais Niveau : DHR
L'auteur s'appelle Kevin, donc faire des blagues sur les "Kevin" entre eux, ça doit être socialement acceptable.
1 réponse à ce commentaire.
 //  16:08  //  Aficionado de la Thaïlande
Tiramisu framboise je veux bien, mais Kinder...en tout cas, rafraîchissante cette interview de Lejeune.
Deux Kévin qui se rencontrent... C'est pas dangereux ça?!?!? Y'a pas implosion, trou noir ou un truc dans le genre??!?!?
Un mec bien, quoique messin
Purée, j'ai lu "conflits" j'ai trouvé ça bizarre, associé à "canards".
Cissé un joueur Niveau : District
Si tu veux je te file ma recette de résolution des conflits de canards. Est-ce que tu aimes les pommes de terre sautées ?
1 réponse à ce commentaire.
1 réponse à ce commentaire.
il y a 5 heures Un but barcelonesque en D4 argentine 10
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 15:55 Un supporter argentin dégomme un drone 18 Hier à 14:09 Utaka débarque à Sedan ! 16
Hier à 12:14 La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 Hier à 10:12 Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 12 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 24 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14 dimanche 2 juillet Blatter : « J'aurais dû m'arrêter plus tôt » 16 dimanche 2 juillet Dybala marque un coup franc improbable 8 samedi 1er juillet Infantino reconnaît des failles dans l'arbitrage vidéo 17 samedi 1er juillet Ronaldinho humilie Blomqvist lors d'un match de charité 26 vendredi 30 juin Bientôt un plafond de salaire pour les clubs ? 41 vendredi 30 juin Percuté par un scooter, il rattrape le chauffard grâce à ses coéquipiers 18 vendredi 30 juin Mariano Díaz s'engage avec Lyon 47 vendredi 30 juin L'énorme frappe de Wendel avec Fluminense 2 vendredi 30 juin Hulk suspendu après avoir soutenu Oscar 24 vendredi 30 juin Benayoun offre la victoire au Beitar en barrage de Ligue Europa 21 vendredi 30 juin Wilfried Bony lance son label de musique 16 jeudi 29 juin Carlos Valderrama rend hommage à Nicollin 14