1. //
  2. //
  3. // Man United-Leicester

Leicester, pas une bonne surprise pour tout le monde

En cas de bon résultat sur la pelouse de Manchester United, Leicester City peut entériner son titre de champion d'Angleterre dès dimanche. Une surprise qui suscite des réactions opposées entre partisans de l'incertitude sportive et grosses écuries de Premier League qui aimeraient préserver leur chasse gardée en Ligue des champions.

3k 53
Dans son dernier numéro, le fanzine britannique When Saturday Comes s'est penché sur la réussite de Leicester City. Et une illustration signée Tim Bradford symbolise le clivage généré en Angleterre par le probable sacre des Foxes : d'un côté, les mécontents, avec dans leurs rangs les stratèges financiers de la Ligue des champions, l'UEFA, les patrons de chaîne, les annonceurs de la Premier League, les supporters de Tottenham ou encore... Arsène Wenger. De l'autre, le reste des amateurs de football, ravis de la surprise que les hommes de Claudio Ranieri peuvent concrétiser avec une victoire à Old Trafford ce week-end. Le triomphe d'une équipe qui n'était pas forcément programmé et que le très sérieux Guardian plaçait comme un favori pour la relégation en début d'exercice.

La parenthèse inattendue

Un boost pour le sponsoring de la Premier League et le marché des paris sportifs ?


Conséquence, alors que la saison n'est pas encore complètement bouclée, la boutique officielle du club est à court de maillots. En Thaïlande, patrie du proprio Vichai Srivaddhanaprabha, il y a également rupture des stocks. Une mauvaise évaluation des chiffres de vente assez logique au vu des attentes du début de saison, et qui représente aujourd'hui plus d'un million d'euros de manque à gagner pour le club anglais. Ses exploits sportifs vont également coûter cher aux bookmakers. Chez William Hill - 20% du marché des paris sportifs au Royaume-Uni - le possible titre de Leicester City était coté à 5000 contre 1 en début de saison. Soit une probabilité inférieure à celle de retrouver Elvis Presley vivant (2000 contre 1) ou de débusquer le monstre du Loch Ness (500 contre 1). Les parieurs visionnaires vont ainsi ponctionner entre 2 et 3 millions d'euros à l'entreprise de bookmakers, ce qui à l'échelle nationale pourrait représenter environ 10 millions à l'industrie des paris. Mais les professionnels préfèrent voir les choses sous le bon angle, comme Alex Donohue, représentant de Ladbrokes Plc, pour qui la surprise Leicester de 2015-2016 va booster l'activité en 2016-2017 : « Imaginez que vous soyez supporters de Bournemouth ou Norwich, ou Crystal Palace, vous allez vous dire que si Leicester l'a fait, pourquoi pas votre équipe ? Je suis sûr qu'il va y avoir un volume de paris incroyable la saison prochaine. » Grâce à l'indécision sportive, assez rare en Premier League avec la mainmise du Big Four, devenu Big Five avec l'essor de Manchester City. Pour Richard Masters, le directeur général de la Premier League, la première place de Leicester « est un grand apport » pour la Premier League, car « vous ne savez tout simplement pas ce qu'il peut se passer, (…) c'est ce qui rend la compétition plus belle » . Et facilite les négociations avec les sponsors, bien conscients de l'intérêt populaire suscité par les Foxes, que même le prince William aurait pris en haute estime. Contrairement au promoteur sportif américain Charlie Stillitano.

Leicester ravive le projet d'une ligue fermée


Le président de The Relevant Sports, promoteur de la ICC (International Champions Cup), a récemment tenu une réunion en petit comité avec des hauts dirigeants des cinq grandes puissances du foot anglais : Arsenal, Manchester United, Manchester City, Chelsea et Liverpool. À l'ordre du jour, le format de la Ligue des champions et la possibilité de sécuriser l'accès à la prestigieuse compétition pour les équipes les plus puissantes sur le plan marketing. Avec un argumentaire de Stillitano assez condescendant vis-à-vis de la popularité récente des hommes de Ranieri : « Appelons ça la tirelire créée par le football et sa popularité dans le monde. Qui a joué le plus grand rôle, Manchester United ou Leicester ? C'est vraiment une histoire formidable (Leicester, ndlr), mais vous pourriez le voir aussi du point de vue de Manchester United. » La théorie est inspirée du sport US et tourne complètement le dos à la fameuse « incertitude du sport » prisée sur le Vieux Continent, le président de Relevant Sports estimant que le public recherche avant tout les grosses affiches : « Cela va paraître arrogant et ce n'est pas le but... Mais quand vous voyez les équipes que l'on a cet été à l'ICC, vous allez hocher la tête et dire "Est-ce la Ligue des champions ?" "Non, la Ligue des champions, c'est PSV contre La Gantoise." » Une manière comme une autre de prôner une Ligue des champions fermée. Tant qu'à faire, si Manchester United ne veut vraiment pas de Leicester City en C1, il pourra déjà contester sur le terrain dimanche en retardant le sacre des Renards.



Par Nicolas Jucha

Dans cet article

Putain ils ont bon dos la gantoise ! J'ai presque envie de les voir retitrer cette saison pour pourrir un qualifié anglais en CL de la saison prochaine
in vino Verratti Niveau : District
Note : 3
Cette déclaration de Stillitano est véritablement à gerber. Est-ce qu'il est au courant que le PSV a gagné une coupe d'Europe des clubs champions et que en cela il est meilleur qu'Arsenal et Manchester city à la fois?
Cafu crème Niveau : DHR
Note : 1
Je ne suis pas la Pl que je trouve chiante ( et ça n engage que moi ), j en ai rien à carrer de Leicester même si j ai de l admiration pour eux mais alors ces conneries de ligue fermée......mais allez tous vous faire mettre et achetez des franchises nfl.
Note : 5
Message posté par Rents
Hier je matais un match en streaming sur nbc, dans les pubs les mecs perdent pas le temps, ils proclament déjà que "le soccer est américain maintenant"
Ils commencent à comprendre que leurs sports sont merdiques, ou ils veulent juste faire chier leur monde encore une fois? Ils n'ont aucun respect pour l'histoire de notre sport et ses valeurs, et comme d'hab tout ce qu'ils touchent pourrit de jour en jour.


Je sais bien que c'est cool le USA bashing, mais faut redescendre sur terre les Mélenchon boyz. Les ligues des trois sports majeurs US sont aussi vieilles que "nos" championnats de foot. Leurs sports ont crée leur propre histoire et une mythologie aussi passionnante que les moments phares des compétitions de football du monde entier. L'intérêt pour le "soccer" est croissant, mais l'audience d'un clasico ou d'une finale de coupe du monde reste en-deçà d'un final four de basket universitaire ou d'un Rose Bowl.
Quand au système de ligue fermée, il a du mauvais, mais le bon reste le système de draft et de salary cap qui permet chaque saison une redistribution des cartes entre chaques équipes. Imaginez que par exemple, avec le salaire de Messi, le Barça ne pourrait pas faire venir Suarez qui irait renforcer l'OM par exemple.
Enfin, les méchants capitalistes existent dans tous les pays, et à ce que je sache, l'argent qui a repris le PSG et tué la compétition en ligue 1 n'est pas ricain.
Je déplore la vision du futur du foot européen tel qu'il est envisagé par les financiers, mais je délporais déjà la création de la ligue des champions en lieu et place des trois coupes d'Europe. On est toujours le vieux con des générations qui nous suivent.
Si fugace sans doute sera-il, le sacre de Leicester ne serait rien plus qu'un retour aux sources, dans une Angleterre où ce type de parcours fut longtemps des plus communs, et qui d'ailleurs était des grands attraits du football anglais..

N'en déplaise aux fadas des "grands" clubs, équipes et joueurs institués, la Grèce n'a volé quiconque ni usurpé quoi que ce soit en 2004, respect.. Et je préfère de très loin le football pragmatique qu'ils y développèrent à ceux prétendument plus sexy qui, à travers les âges, réclamèrent surtout de sacrés coups tordus pour s'imposer..

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3k 53