En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Leicester-Everton (3-1)

Leicester danse avec sa couronne

On ne veut jamais arrêter une fête. Leicester non plus. Pour sa dernière représentation à domicile de la saison, la troupe de Ranieri s'est amusée face à Everton (3-1) pour recevoir sa couronne de champion avec un nouveau succès convaincant. Jamie Vardy s'est offert un doublé.

Modififié

Leicester 3-1 Everton

Buts : Vardy (5e, 65e) et King (32e) pour Leicester // Mirallas (87e) pour Everton

C'est une évidence. Tout ne pouvait se terminer qu'ainsi. Leicester devait avoir le droit à une fête mémorable. Le King Power Stadium devait recevoir une dernière représentation trois étoiles. Andy King devait avoir son moment de gloire pour tout ce qu'il a accompli pour son club de toujours. Et Jamie Vardy devait s'offrir une dernière danse à domicile pour marcher une nouvelle fois sur une défense adverse. Quelques minutes avant de pouvoir soulever sa première couronne de champion face à son public, Leicester s'est offert cet après-midi une dernière balade à la maison face à Everton (3-1) et peut désormais se remettre à table. Pour de bon, avant de se terminer à Stamford Bridge la semaine prochaine.

Dark Claudious


Il faut voir Claudio Ranieri faire face à son assistance, voir l’entraîneur italien essuyer une larme prête à couler sur le bord de son œil gauche, mais aussi prendre le temps de voir les 32 000 personnes présentes au King Power Stadium. Chaque visage est fatigué, tiré, après une semaine de fête intense et certains n’ont même pas pu pousser l’excès jusqu’au coup d’envoi. Le coffre d’Andrea Bocelli n’y change rien, l’essentiel est d’être là. Peu importe comment, il faut vivre ce genre de moments uniques. Avant la rencontre, Ranieri avait affirmé « qu’il étranglerait ses joueurs » en cas de résultat négatif. Il s’agit de terminer le tableau, de s’offrir une dernière danse à domicile avant de pouvoir soulever le totem devant son public. Leicester a déjà écrit l’histoire, il faut simplement la conclure. Alors Claudio Ranieri ne change rien et se contente simplement de panser les suspensions (Drinkwater, Huth) en alignant Marcin Wasilewski aux côtés de Wes Morgan et l’historique Andy King avec Kanté dans le cœur du jeu. Côté Everton, l’objectif est surtout de soigner une saison ratée et une fin de campagne minée par les blessures (Jagielka, Coleman, Deulofeu, Barry).


Alors d’entrée, les Toffees tentent d’apporter de la folie dans un style qui convient parfaitement à Leicester. Everton conserve le ballon, le fait tourner sans vraiment se montrer dangereux, alors que le King Power Stadium commence à s’époumoner. Avant d’exploser sur la première occasion des Foxes grâce à l’inévitable Jamie Vardy (1-0, 5e). Comme une évidence dans un moment où rien ne pouvait se passer autrement. Le vingt-troisième but de la saison de l’international anglais lance complètement la fête, King est tout proche de doubler la mise cinq minutes plus tard. Everton a déjà levé le pied et ne se montrera inquiétant que sur une frappe complètement déviée de Tom Cleverley. Car Leicester est dans son registre, bloque les espaces, avance par contre-attaques rapides. Kanté s’essaye même à la frappe, mais s’est finalement Andy King qui appuie le scénario après un festival de Riyad Mahrez (2-0, 32e). Claudio Ranieri a, lui, la tête enfouie sous sa capuche, intouchable et imperturbable.

Mr. Fox


Le deuxième acte est similaire, car Everton peine à s’exprimer. Alors les Foxes s’amusent, Mahrez aussi et offre quelques friandises techniques à son public. Okazaki voit sa tête passer au-dessus, alors que Fuchs croque deux belles occasions. Ranieri ne change pas ses habitudes, offre une dernière ovation à l’heure de jeu à son attaquant japonais et ne lâche pas encore ses émotions. Sur la pelouse, Jamie Vardy s’en va gratter un nouveau penalty et s’offrir un doublé (3-0, 65e). Comme si rien ne pouvait l’arrêter, comme si un titre de champion d’Angleterre ne lui suffisait pas et qu’il voulait l’accompagner d’une couronne de meilleur buteur de Premier League. La tournée des artistes vient de commencer, Schlupp débarque à son tour sur le pré, Ranieri lâche ses câlins, en roue libre le Claude, alors que Robles empêche Vardy de danser sur un triplé. Avant que Jamie ne s'en prive tout seul sur un deuxième penalty à vingt minutes de la fin qui déchire les chœurs du King Power Stadium. L'attaquant des Foxes veut soigner ses stats, mais dévore beaucoup trop. Kevin Mirallas, lui, profite de l'euphorie pour s'offrir une petite merveille de festival personnel (3-1, 87e). Claudio Ranieri se lève quelques minutes plus tard, ne cesse d'applaudir, alors que le King Power Stadium le suit dans son élan pour saluer une dernière fois peut-être Riyad Mahrez. Le point final est quasiment posé. Leicester peut savourer son premier titre de champion. Pour l'histoire.

Résultats et classement de la Premier League

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88
À lire ensuite
James, l’an zéro