1. //
  2. // Foot et religion

Legrottaglie : « Dieu est souverain, mais il ne choisit pas pour moi »

Révélé au Chievo au début des années 2000 avant de signer à la Juventus, Nicola Legrottaglie (quarante ans) a été l'un des meilleurs défenseurs italiens de sa génération, mais on le retient surtout pour son énorme foi en Dieu qu'il n'a jamais hésité à partager.

Modififié
343 11
Cela vous va qu'on se souvienne plus du croyant que du footballeur ?
C'est la simple conséquence de mes expériences. J'aime que les gens me voient comme une personne voulant véhiculer un message positif et fondamental qui est celui du Christ. Dans le même temps, je me considère comme quelqu'un qui a fait beaucoup dans sa profession. Ce sont deux aspects qui vont de pair, encore plus depuis que j'ai embrassé le métier d’entraîneur, car je veux mettre en pratique certains principes dans le monde du foot.

Avant votre conversion, vous étiez vraiment le stéréotype du footballeur qui ne pensait qu'aux belles bagnoles et aux femmes désirables ?
Là où il y a le succès, la notoriété, l'argent et le pouvoir, les tentations sont logiquement plus nombreuses. Ceux qui vivent dans cet environnement sont dans une routine, rien ne leur suffit, ils veulent toujours plus. Ils n'arrivent pas à valoriser ce qu'ils possèdent et essayent d'avoir plus pour se sentir bien. Souvent, le joueur vit dans ce contexte d'égoïsme absolu où tout doit tourner autour de lui et il ne réussit pas à atteindre les objectifs préfixés dans la vie qui ne sont pas seulement être connu et riche, mais aussi construire une famille, être intègre.

Quel a été le déclic vous concernant ?
« Un jour, je suis revenu de discothèque et j'ai ressenti une profonde insatisfaction intérieure et j'ai découvert qu'elle était spirituelle. »
Quand j'allais danser, m'amuser, rencontrer des filles, je savais que je ne faisais pas les bonnes choses, je suivais la masse, je voulais être pareil que les autres. C'est le problème de nombreux jeunes aujourd'hui, car c'est le paramètre pour être considéré par les autres. Un jour, je suis revenu de discothèque et j'ai ressenti une profonde insatisfaction intérieure et j'ai découvert qu'elle était spirituelle. J'ai donc décidé de changer, de me remettre en question, de me reconnecter avec celui qui m'a créé, c’est-à-dire Dieu.

Il y a eu aussi cette rencontre avec votre ancien coéquipier Tomas Guzmán et les « Athlètes du Christ » .
Je m'étais rapproché du Seigneur, et après six mois, j'ai rencontré ce garçon qui m'a parlé de manière intime de Jésus. Il m'a fait connaître de plus près les écritures sacrées, la Bible. Là, j'ai vraiment découvert Dieu. Et puis, j'ai intégré cette association de sportifs croyants qui ont l'objectif de transférer les principes chrétiens dans le sport, c’est-à-dire la loyauté, la correction, l'amour pour les autres. Si on appliquait ces principes, chaque secteur de la société pourrait progresser.

Techniquement, vous êtes protestant évangéliste ?
Je suis né d'une dénomination évangélique, mais si on me demande qui je suis, je réponds que je suis un chrétien qui a connu Jésus, je ne fais pas de différence. Je fréquente toutes les personnes qui ont l'amour de Dieu, ce sont tous mes frères. J'ai juste fait un nouveau baptême à trente ans, car en lisant la Bible, j'ai appris que le vrai baptême se fait quand on est conscient.

Vous pouviez vous limiter à cette croyance, pourquoi l'avoir partagée en écrivant deux livres ?
Parce qu'on me l'a demandé ! Les gens ont vu un changement en moi, les journalistes m'ont posé des questions. J'ai juste répondu de façon sincère en expliquant que je vivais une expérience de foi.

Sur internet, on trouve de nombreuses vidéos où vous partagez votre expérience. Ce talent d'orateur est naturel ?
Oui, je crois que c'est un don que Dieu m'a donné, mais qui doit être cultivé, amélioré, approfondi. En plus de ce don, j'ai beaucoup lu, je me suis préparé.

Cette exposition a-t-elle provoqué des réactions négatives dans le milieu du foot ?
Tout le temps. Chaque dimanche, il y avait des situations un peu étranges, même en temps qu'entraîneur. L'an dernier, quand on perdait des matchs avec l'Akragas, j'étais attaqué sur ma foi. Disons que j'avais anticipé certaines réactions, j'étais préparé. Quand vous dites la vérité, cela provoque toujours une division. Il est arrivé la même chose au Seigneur. Ce qui me fait peur, c'est ce que la société veut. Aujourd'hui, quand quelqu'un comme moi parle de sa foi, les gens se disent : « De toute façon, il parle de Dieu. » Ils ne comprennent pas que parler de Dieu et ses valeurs signifie un changement historique dans tous les secteurs, cela apporterait un équilibre et donc la paix, mais on préfère faire semblant de rien... Là aussi, il y a eu une division. Certains m'ont apprécié et encouragé, toujours de manière discrète. D'autres m'ont critiqué, mais jamais en face, toujours dans mon dos, mais cela ne m'a jamais inquiété. Quand j'étais footballeur, il y avait plus de retenue, car les dirigeants avaient besoin de moi. Aujourd'hui, en tant qu'entraîneur, certains peuvent penser que j'ai l'intention de convertir tout le monde ou alors que je suis trop bienveillant. C'est une grosse erreur, je veux juste mettre en pratique des principes de vie.

En 2007-08, vous étiez à deux doigts de signer au Beşiktaş. Cela ne s'est pas fait pour des raisons religieuses ?
« Je n'aurais eu aucun problème à évoluer dans un pays musulman. »
Dieu est souverain absolu, mais il ne choisit pas pour moi, il peut me donner des indications via certaines circonstances, mais à la fin, c'est moi qui décide. Au début, j'étais hésitant à cause de mon expérience de foi, mais j'ai finalement été convaincu, sauf que l'UEFA a bloqué le mercato du Beşiktaş. Sinon, je n'aurais eu aucun problème à évoluer dans un pays musulman.

Dans tout votre parcours, on a surtout retenu votre vœu de chasteté.
J'ai partagé cent aspects, mais c'est celui qui a suscité le plus d'intérêt médiatique. Je n'ai fait que répondre à une question d'un journaliste et cela a fait la une de tous les médias le lendemain. J'ai donc dû préciser ma pensée, sinon certains peuvent croire que Dieu n'autorise pas les rapports sexuels avec sa femme. Non, Dieu nous a offert cette bénédiction qui est le sexe, mais comme tout, il veut que ce soit utilisé avec ses règles. Le sexe, comme le café, le travail, l'alcool, etc. provoque des effets négatifs s'il est utilisé de mauvaise manière. J'ai compris que c'était une bénédiction qui devait être utilisée dans les règles, c'est-à-dire celle du mariage, avec la personne que Dieu a installé à vos côtés et pour toute votre vie.

On peut entendre les rires d'un enfant en fond, le vœu de chasteté aurait donc porté ses fruits ?
Oui, il s'appelle Pietro, il est le fruit de mon mariage avec Erika il y a trois ans. Quand vous respectez les principes, vous êtes récompensé et béni sur le long terme.

Vous avez déclaré qu'il n'y a pas de place pour Dieu dans le foot. Pourquoi restez-vous dans ce milieu ?
C'est mon travail depuis vingt ans et laisser cet environnement entre les mains de personnes qui n'ont pas de principe, je dis non. J'essaie de laisser une trace à mon niveau. Le foot peut être un véhicule incroyable de transformation de la société, surtout pour les jeunes qui nous prennent pour modèles et qui pourraient donc grandir différemment par rapport à la précédente génération.

Les expressions « Messi dieu du foot » ou « la main de Dieu » vous dérangent ?
Le problème n'est pas ce que disent les autres. J’espère que ces personnes se rendent compte qu'elles luttent contre leur propre personnage. Même si ce sont de grands champions, ils auront besoin de Dieu un jour. J'espère qu'ils comprendront vite qu'ils vivent dans un monde faux. Les autres vous font sentir comme un Dieu, vous acclament, mais cela s'éteint un jour, et que reste-t-il ?

Roberto Baggio, souvent considéré comme le plus grand joueur italien de l'histoire, a choisi le bouddhisme.
Cela fait partie des philosophies que je ne partage pas, même si certaines choses sont intéressantes. Il a fait ce choix que je respecte. Le vrai Dieu n'est pas nous-mêmes, il existe, il est vrai et c'est le Christ, il n'y a pas d'autres dieux. On n'a jamais eu l'occasion d'en parler, mais j'aimerais pouvoir me confronter un jour avec lui.

Qui a été le plus fort, le premier Legrottaglie qui a signé à la Juve en 2003 ou le second qui a ressuscité quelques années plus tard ?
Le premier était très fort physiquement, le second plus mature et professionnel. Les deux feraient un excellent mix.

Que se passera-t-il lorsque Gabriel Jesus et Juan Jesus vont se rencontrer sur un terrain ?
(Rires) J'espère qu'ils vont se parler, se saluer, raconter pourquoi ils s'appellent Jésus, car il doit bien y avoir une raison. Leurs familles ont probablement le Christ dans leur cœur. J'espère surtout qu'ils sont de bons témoins, car porter ce nom est une responsabilité.

Propos recueillis par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

L'un des meilleurs défenseurs italiens de sa génération? Je me souviens d'un défenseur correct pour la série A et dont la marche "Juventus" était bien trop haute pour lui. Toutes les critiques qu'il s'est pris à l'époque n'étaient pas toutes justifiées, mais la plupart si.
Quand à sa dévotion religieuse... beurk.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Note : 4
Un homme qui vit avec les valeurs christique, c'est à dire l'amour fraternel, l'égalité réel, le partage, la tolérence et le respect te répugne ?
Ainsi...
Note : 1
T'as vu ce scandale toi, il ne va pas élever son fils dans l'adultère ni le divorce (à priori). Faut lui dire d'emmener la mère du petit dans un club échangiste et rapidement pour pas prendre trop de retard
Note : -2
J'aime quand des contradicteurs discutent avec moi avec compréhension et sans exagération ni extrêmisme.
Mais du coup si je vous suis, la seule alternative à la religion assidue c'est l'adultère, la drogue, la maltraitance des enfants etc. Pas de demi mesure, pas de nuances, on soit dans l'un soit dans l'autre. Un peu simpliste, non?

Oui, ça me répugne. Pas qu'il croie en quelque chose, il fait ce qu'il veut de sa vie. Mais certaines de ses paroles me dérangent clairement :
"je veux mettre en pratique certains principes dans le monde du foot"
"Si on appliquait ces principes, chaque secteur de la société pourrait progresser"
"ils auront besoin de Dieu un jour"
Ca ce n'est pas de la croyance, c'est du prosélytisme, de la propagande. Le mec dit clairement que "puisque Dieu a changé ma vie, elle doit changer celle des autres". Il n'est pas que dans une explication de son chemin de foi, il est dans une démarche de "il faut changer les autres". En cela, il est bien plus proche d'un gourou de secte ou d'un terroriste radical que d'un voisin bienveillant qui viendra donner à bouffer à ton chat pendant que tu es en vacances. Seuls les moyens utilisés le différencient (pour l'instant).

Voilà pour le développement de mon "beurk".
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Gourou de secte ou terroriste radical ? Ouh la, doucement l'ami...

Le prosélytisme ? L'une des valeur premiéres du christianisme authentique (pas cette tartuferie traitre de Vatican II qui est une trahison total du message premier du Christ).

C'est ce qui vaut la diabolisation incessante des musulmans aujourd'hui, ils ne se laissent pas facilement laïcisé, quand le christianisme européen est inlassablement détruit depuis prés de 300 ans...

Je pense également que la reinstauration d'un peu d'égalité et de charité chrétienne dans ce Monde de plus en plus sataniste ne ferait pas de mal, oui.
Dans le football et pas que, et en cela, je rejoint assez ce bon vieux Legrottaglie...
4 réponses à ce commentaire.
U'Marranzanu Niveau : CFA2
«L’homosexualité est une manière de vivre à la mode. Mais devant Dieu et pour la Bible, c'est un péché... Peu m'importe si on me taxe d'extrémiste.»

Autres propos sympathiques de Mr Legrottaglie.
Citer un livre et son auteur c'est de l'extrémisme maintenant. Putain ça va vite aujourd'hui de se radicaliser. Le premier ficher s du football
Tu réalises qu'il se qualifie d'homophobe? Taper sur les religieux c'est à la mode je suis bien d'accord mais des moments ils méritent!
L'homophobie c'est empêcher les homophobes de se marier, les frapper, les insulter pour ce qu'ils sont.
Mais on a le droit de ne "pas aimer" l'homosexualité et de trouver ça anormal si sa religion le dit. La frontière est fine, mais je pense (je peux me tromper) que la liberté d'opinion s'applique.
Si demain, je dis que les filles noires ne m'attirent pas, je suis raciste?
3 réponses à ce commentaire.
Le raté du siècle Niveau : DHR
J'ai bien aimé l'interview (ça change de parler de valeurs autres que monétaires) mais sa réflexion sur le bouddhisme m'a un peu déçu. Déjà parce qu'il le qualifie de "philosophie" ce que je trouve légèrement condescendant; ensuite parce que je ne vois pas ce qui empêcherait Dieu d'être en chacun de nous tout en étant le Christ. C'est un petit filou, ce Dieu, et il serait naïf de sous-estimer ses capacités de polymorphisme et autres prestidigitations, surtout venant d'un chrétien.
Note : -2
La religion catholique/chrétienne n'a jamais été dans une veine de tolérance envers autrui. Au mieux, ils méprisent. Au pire, ils tuent.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Ah bon ?
Parceque depuis la "laïcisation" des sociétés occidentales, c'est la fraternité universelle qui régne dans le Monde ?
Ce commentaire a été modifié.
Quelle société occidentale?
Les USA? Ils sont hyper religieux, la laicité ils connaissent pas.
L'Europe? Hormis en Ukraine, et quelques pays dans ce coin là, qui est en guerre?

La religion a tué davantage que tous les dictateurs, régimes totalitaires, l'argent, la drogue,l'alcool au volant, la jalousie etc confondus, Staline et Hitler compris. C'est un fait.
3 réponses à ce commentaire.
Par contre c'est lui même qui à l'époque avait confirmé qu'il ne voulait pas jouer en Turquie parce que "c'est un pays musulman et que l'ambiance n'était pas propice à sa foi" ou une connerie du genre.

Et à l'époque les interdictions de transferts n'existaient pas et d'ailleurs besiktas a bien transféré des joueurs cette année là.

"Tu ne mentiras point" Nicola tu es sûre d'appliquer les dix commandements de ta religion.

Bref encore une fois aucun problème avec le fait qu'il pratique sa foi comme il l'entend mais je ne supporte pas qu'il essaie, avec des arguments bancals, de faire du prosélytisme à la con.
@penarol

Le gentil Nicolas semble tout de même avoir quelques réticences spourir certains sujets pour quelqu'un prônant l'égalité "réelle".

Cela dit, son interview est très intéressante dans le sens où il raconte le spleen de soirée et de jetset que si peu de stars abordent.

Et je comprends que face à la violence de ce monde, un homme n'ait pu se retrouver qu'en appliquant sur lui même une philosophie de vie rigoriste.

No half measure, comme dit une série très connue. Pour se sortir de certaines choses, il faut parfois éviter les concessions et, tant qu'il ne tue personne, je ne jugerai pas.
PierreFanFanJoséKarl Niveau : CFA2
Au contraire de ce qu'il semble dire dans l'article, je pense que la religion est très présente dans le football (et ce peu importe la religion). Il y'a à mon sens deux grandes raisons :

- Raison socio - économique : Beaucoup de footballeurs professionnels qui jouent en Europe viennent d'Afrique Noire ou d'Amérique du Sud où la foi est beaucoup plus prononcée qu'en Europe. Les joueurs nés ou aillant grandis en Europe viennent souvent de milieux populaires ou la foi est assez présente (notamment les joueurs qui viennent de banlieue qui sont assez nombreux à se présenter comme musulmans). Du coup quand tu joue avec de rebeus pratiquants et des sudams qui font des signes de croix tous le temps, tu es au contact de la religion.

- Raison "espérance" : Le foot ne tient pas à grand chose, il est super dur de sortir d'un centre. Tu joues à pile ou face tout le temps . Tu peux passer de dieu à paria, de paria à dieu. Il faut espérer, essayer de contourner l'irrationnel. Ce que permet la croyance religieuse.


En revanche, je trouve que la tartufferie atteint des niveaux de oufs chez les footballeurs qui ont une piété de façade qui ne se retrouve pas dans leurs comportements :
- Ribéry qui se dit musulman mais qui se fait offrir une pute mineure pour son anniv...
- Ozil qui se comporte comme un bâtard avec les femmes mais qui pose à La Mecque...
- Icardi qui se fait tatouer des croix et un Jésus mais qui est loin d'être un homme bien (cf affaire Maxi Lopez)...

Souvent les plus croyants et les plus imprégnés de valeurs religieuses ne sont pas ceux qui se mettent en avant !
Note : -1
Tu le retrouves chez tous. Bush avec tous ses morts sur la conscience allait bien à l'église tous les dimanches. Hussein et autres dictateurs ne devaient pas être bien différents non plus.
PierreFanFanJoséKarl Niveau : CFA2
En l'occurrence Saddam Hussein (comme les Al Assad) sont baasistes c'est à dire nationalistes arabes. Ils étaient moins au taquet sur la religion que Bush
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Hussein et Assad pére ont surtout pour eux le fait de connaître sur le bout des doigts les sociétés dans lesquels ils furent à la tête.
Et de maintenir un équilibre et tout un bricolage ethnico-communautaire qui ont permis à l'Irak et la Syrie de ne pas entrer en guerre civile comme ce fut le cas au Liban, pays comme par hasard frontalier d'Israël...
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
@PFFJK:
Tu as mon +1, entiérement d'accord avec ton post.

@Toof11: Encore une fois, Bush n'est pas catholique. Cet homme la, tout comme son entourage, véhiculait tout sauf les valeurs du Christ (je ne rentrerait pas trop dans les détails...)
Il était lui aussi (parce que c'est obligatoire là bas) à fond sur dieu. Peu importe que ça soit catholique, chrétien ou autre, c'est kif kif. C'est un grand meurtrier de l'histoire et pourtant il allait bien faire sa prière et affirmer devant tous que Dieu était sa voie.
Qu'il véhicule les vraies valeurs etc je m'en tape.
5 réponses à ce commentaire.
Cokeenstoke Niveau : Loisir
Pour un chrétien fervent, émettre des réticences quant à l'homosexualité et au fait de vivre Istanbul, ça me semble assez normal, je vois pas tro ce qui justifie ce bouillonnement dans les commentaires....
J'ai pris -5 par des trous de balle pas capables de venir discuter. Pas assez de couilles? pas assez de cerveau?
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Je regrette les - que tu t'est pris, mais je ne comprend pas l'obstination que tu éprouve envers la catholicité.
Je vois que tu est un admirateur de foot hollandais, ceci explique peut-être cela (ce n'est qu'une hypothése :) ) ?
Ce n'est pas la religion catholique, c'est toutes les religions. Enfin surtout les '3 grandes', Islam, Christ, Juif.

Comme l'alcool ou un couteau de cuisine entre les mains, ça n'a fondamentalement rien de mauvais, mais ça a bien servi d'excuse pour aliéner des millions de gens à travers l'histoire et leur faire faire n'importe quoi.
Bien sûr que fondamentalement c'est paix amour et cie, mais un truc censé être innocent et perverti à ce point par autant de gens, me fait penser qu'il y a un problème.
Les gens sont naturellement abrutis en masse, la religion a servi de catalyseur.
Comme j'ai dit plus haut il y a quelques minutes, rien ni personne n'a fait autant de mal et de morts que la religion.

Après, pour Legro comme pour chacun qui vit sa foi, j'ai aucun souci. Je n'en ai qu'à partir du moment où la personne en parle publiquement et prononce des phrases qui me font penser à de l'endoctrinement et de la propagande. Ce qu'a fait Legrottaglie ici, cf les phrases que j'ai citées, façon "j'ai trouvé le chemin, vous ne l'avez pas encore fait pauvres nuls mais il n'est pas trop tard".

Ce à quoi je rêverais de lui répondre : "ferme ta gueule, vis ta foi comme tu l'entends discrètement chez toi dans l'intimité et fous la paix aux gens". Note qu'on peut remplacer "foi" dans ma phrase par "sexualité", "régime alimentaire", "opinion politique", etc.

C'est selon moi un des plus gros problèmes d'aujourd'hui : chacun veut "conformer" les autres à ce qu'il fait, dit, pense ou mange, comme si les autres étaient dans l'erreur de ne pas faire comme soi.
Solverstone Niveau : Loisir
"Comme j'ai dit plus haut il y a quelques minutes, rien ni personne n'a fait autant de mal et de morts que la religion."

Le nazisme et le communisme ont fait 100 millions de mort en à peine un siècle. Va demander aux juifs d'Europe de l'est, aux polonais, aux cambodgiens, aux allemands de l'est à quoi ça ressemble, la véritable aliénation.

'Les gens sont abrutis en masse'. C'est marrant, tout ceux qui cherchent à imposer leur point de vue à tous, ce dont tu sembles fort justement t'indigner, commencent souvent par décréter que tous les autres sont des cons.

En gros, tu fais exactement la même chose que ce que tu reproches à Legrottaglie et tu fais même pire parce que pour appuyer tes arguments, tu mets des mots dans sa bouche qu'il n'a même pas prononcé.

Alors, débattre, argumenter ? Restons sérieux. Tu n'as pas les armes, pas les connaissances et tes affirmations péremptoires montrent que de toutes façons, tu n'en as pas vraiment envie.
3 réponses à ce commentaire.
Bizarre qu'il se soit tourné vers la religion plutôt que la cuisine. J'entends encore sa mère hurlant à son père (qui avait une sacrée carrure) : "enfile Legrottaglie et viens découper le rôti !"
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  09:54  //  Aficionado del Uruguay
Test
La Jonquaille Niveau : DHR
"Un des meilleurs défenseurs de sa génération"...vraiment ?

Il y a surtout des moments où je me demandais si le petit Nicola n'était pas la preuve irréfutable de l'existence du Tout-Puissant et si ce dernier n'avait pas puni la Juve en le laissant signer au club.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
343 11