Légitime défense ?

Parlons défense. Parce qu'entre l'état de Gallas, Abidal qui ne joue pas à son poste, Evra le nouveau capitaine et Willy Sagna, ce n'est pas un "back four", c'est plutôt Bagdad : un vaste chantier.

Modififié
0 3
Un but encaissé contre le Costa-Rica, un autre contre la Tunisie, les deux en début de match : pour l'instant, s'il y a une chose à retenir des matchs de préparation à la Coupe du Monde, c'est que la défense française est loin d'être invincible. La preuve encore avec ce nouveau pépin pour William Gallas qui a cette fois mal à l'autre mollet, le droit, parce qu'il aurait trop compensé quand il avait mal au gauche. Lundi matin, il a donc quitté prématurément l'entraînement. Et mercredi matin, la Gallas a stoppé le footing, victime de nausées... Quand on sait ce qui est arrivé à Lassana Diarra, on est en droit d'être inquiets.

Bref, la cantatrice chauve n'est pas dans la forme de sa vie. Contre la Tunisie, Mariah Gallas a tenu une heure, comme c'était prévu, et a même marqué de la tête -enfin, de l'épaule. Retrouvant un niveau décent, il était parti pour assurer sa place de titulaire. Avec ces nouveaux incidents, on se méfie. Pour l'instant, Willy n'a pas été déclaré inapte au service. Postulons donc qu'il sera toujours aligné en défense centrale aux côtés d'Eric Abidal. Le Barcelonais, lui, ne joue pas à son poste, et cela se voit. Plus à l'aise pour défendre en mouvement, que ce soit en avançant et surtout en reculant, Éric a des habitudes et surtout des aptitudes de latéral, malgré un passage comme défenseur axial du temps de Lille. Dans l'axe, où tout est davantage question de placement et de défense debout à l'arrêt, Éric est un peu perdu. Un Euro 2008 (fauchage sur Luca Toni qui part au but, double peine : carton rouge plus pénalty) est toujours possible. Abidal n'est pas forcément beaucoup plus rassurant. Reste que ses capacités athlétiques, son dynamisme, sa relance courte et son expérience en font, au moins sur le papier, un défenseur central capable. Reste surtout que les autres joueurs essayés à ce poste n'ont pas convaincu. Ciani, Mexès, Escudé... Quant à la solution Toulalan en défenseur central, un temps envisagée par Ray Neck, elle semble maintenant définitivement oubliée. Toutefois, une méforme officielle de Gallas (ou mieux, d'Abidal...) redistribuerait la carte et c'est la Toul qui pourrait bien prendre sa place. D'ailleurs, ça libérerait une place au milieu pour Abou Diaby, et tout le monde serait content...

Dans le groupe France aujourd'hui, pour suppléer Abidal, on a Marc Planus et Sébastien Squilllaci. Sachant que Planus souffre actuellement d'une belle entorse de la cheville, à l'ancienne. Toto, lui, mérite d'être vu lors du dernier match de préparation. Il ne s'agit pas ici de s'acharner sur Abidal, mais de constater objectivement que la charnière centrale n'est pas au top. Et pour voir d'autres solutions (Squillaci donc) puisqu'il faut donner du temps de jeu à la Gallas (si valide), c'est mathématiquement Abidal qui sort. Au moins, si Squillaci partout, bref s'il se fait dessus, on sera fixés : Abidal titulaire et zou, advienne que pourra... Mais si Squillaci réussit un bon match, c'est alors un problème de réglé mais de nouveaux qui apparaissent. Car la Gallas ne veut pas jouer dans l'axe gauche (pourtant, en 2006...), et Abidal deviendrait alors un concurrent pour Patrice Evra. Ce serait se compliquer la vie alors que le nouveau capitaine des Bleus est l'une des vraies satisfactions de l'EDF. S'il n'évolue peut-être pas tout à fait au niveau qui est le sien avec Manchester, Evra délivre tout de même des prestations plus que satisfaisantes. Son entente avec Ribéry (et Malouda) devient de plus en plus visible, et au regard de son statut de nouveau capitaine, il serait compliqué de le sortir de l'équipe. Comme il serait compliqué d'en sortir Abidal... Comme il serait injuste d'en sortir Bacary Sagna (dit Willy Sagnol en auvergnat) ?

Si le latéral droit d'Arsenal n'est pas forcément le meilleur du monde à son poste, il fait le taff en défense, et attaque comme il peut. Toutefois, Sagna ne parvient toujours pas à définitivement convaincre en Bleu. Plus à l'aise dans le schéma d'Arsenal, il patauge encore un peu dans le grand bain de la sélection, mais a surtout le mérite de ne pas être avoir été exposé à une véritable concurrence. La seule possibilité de le voir sortir du onze serait un jeu de dominos improbable, avec Diaby titulaire, Malouda à gauche et Franck Ribéry à droite pour laisser Govou redescendre (à peine) d'un cran ! Fou, non ? Et c'est bien tout le problème. Alors qu'une défense se construit surtout sur des certitudes, avec celle de l'EDF, tout est envisageable...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Desailly 2002, Abidal 2008, à un moment donné il faut apprendre de ses erreurs. Allez zou, Squillaci-Planus, un vrai libéro et un vrai stoppeur. Même si comme vous le dites si bien dans l'article, ça ne pourra pas être parfait (Planus blessé, charnière centrale de dernière minute), au moins ça aura le mérite de la cohérence et de la clarté.

Parce que, franchement, entre nous, ce ne sont pas les médias ou le public qui s'acharnent sur Abidal, c'est le Raymond. Ou plutôt le Raymond soumis au Will.I.Am qui veut garder son putain de côté droit.

Ou alors on fait rien et on feindra de voir qu'il y a, semble-t-il, un problème en défense centrale quand Forlan aura fait l'amour au génie du placement qu'est Abidal et à Gallas, notre colosse aux pieds d'argile.
abidal va arracher des jambes et l'équipe fera ce qu'elle a fait de mieux pendant les qualifs : jouer à 10 en donnant tout.
Franchement on aimerait revoir Marco Planus après son match nul en Tunisie. Quelle déception tout de même, sachant qu'il est évident qu'il vaut mieux que ça et qu'il a, en plus de Gallas surtout, de l'intelligence et d'humilité, ce qui manque cruellement dans la défense centrale des bleus...

En outre, on souhaiterais également voir enfin en Squillacci un titulaire indiscutable car si on résume la situation, quand Gallas faisait chier tout le monde à Arsenal avec ses blessures et bonne humeur légendaire, Squillacci lui gagnait tranquillement sa place à Séville et remportait pour finir la Copa Del Rey.

Sachant qu' Abidal à son poste, c'est à dire à droite, n'est pas meilleur que Evra désormais capitaine, je vote pour Planus-Squillacci !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'Italie sans talent ?
0 3