1. //
  2. // Quarts
  3. // Manchester City-PSG (1-0)

Lebœuf défend Blanc

Modififié
0 60
Il y a souvent une belle solidarité entre les anciens.

Frank Lebœuf l'a encore montré sur RMC en prenant la défense de son ex-coéquipier en équipe de France, Laurent Blanc. L'entraîneur, critiqué de toutes parts depuis son coup tactique loupé et inexplicable contre Manchester City, n'est ainsi pas le principal fautif pour le retraité. Pour Lebœuf, qui « rigole » face aux insultes « joueurs et entraîneur de merde » qu'il entend, l'élimination est presque normale : «  Il faut être mesuré ! Il y a des choses à changer, mais le PSG reste un grand club, qui a besoin de grandir. Tout remettre en cause de la part des médias, ça me déplaît. Il faut 7/8 ans pour un projet comme celui-là. City, ça fait combien qu’ils tentent de passer les poules ? »


Celui qui a remplacé « le Président » en finale du Mondial 98 a ensuite pris son costume d'avocat de Blanc : « Il a voulu tenter quelque chose, cela n’a pas marché. OK. Ce sont quand même les joueurs qui sont sur le terrain. Elles étaient où les stars hier ? 73% de possession de balle pour rien. C’est bien la responsabilité des joueurs. On ne leur a pas dit de ne pas jouer vers l’avant, non ? La preuve que ça vient des joueurs. »

On attend le verdict du juge Al-Khelaïfi. FC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Thiago Silva le disait lui même, ce sont les joueurs qui sont sur le terrain. Par contre cette histoire de compo improvisée ça a un arrière goût de France-Espagne 2012. Bref Blanc est responsable mais pas coupable.
Estebanana Niveau : CFA
Le problème c'est le management plus que la tactique. Et Blanc en management, c'est Bob l'éponge.
Normalement la campagne de comm du lobby 98 va se mettre en place pour assurer que Lolo soit encore bien le coach du PSG l`an prochain, pour des resultats similaires...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Puel vise le top 4
0 60