Lebasque : « Arrêter avec les comédiens qui n'ont jamais joué au foot »

Vianney Lebasque est un jeune cinéaste français qui, pour son premier film en tant que réalisateur, s'est tourné vers sa passion de toujours : le football. Les petits princes, c'est le titre, est sorti en juin dernier au cinéma, et est maintenant disponible en DVD. Une rencontre balle au pied et caméra en main.

Modififié
0 10
Ton film, Les petits Princes, qui est sorti en juin dernier, parle du rêve de devenir footballeur professionnel chez les adolescents. D'après ce que j'ai cru comprendre, il y a une petite part autobiographique...
Pas vraiment, disons que j'ai bien connu le milieu du foot, j'étais en équipe régionale quand j'étais en moins de 15 ans, tout ça. Donc j'ai parlé de cet univers car je le connaissais bien. Après, contrairement au héros du film, moi je n'ai pas de malformation cardiaque…

Mais est-ce que, comme le héros, tu as voulu faire du football ton métier ?
Ouais ! Je caressais cet espoir-là, depuis que j'avais six-sept ans, je ne vivais que pour ça. Après, je me suis blessé quand j'ai eu 15 ans et demi, j'ai une pubalgie dont je ne me suis jamais vraiment remis, donc du coup j'ai dû arrêter. Mais, ouais, j'y croyais. Après, pour être honnête, je pense que je n'y serais pas arrivé, je n'étais pas aussi bon que le personnage dans le film….

Après avoir tiré un trait sur ta carrière footballistique, tu t'es orienté vers le cinéma. Mais finalement, ton premier film porte sur le foot. On en revient aux premières amours.
Si tu veux, je pense qu'à l'adolescence, les rêves et les passions sont extrêmement puissants. D'ailleurs pour moi, ça a été très dur de devoir faire une croix sur ce qui était ma passion à ce moment-là. Et donc, quand j'ai cherché des thèmes qui me touchaient pour mon film, bah le football est ressorti. En plus, en ce qui me concerne, je trouvais que le foot au cinéma ne m'avait jamais intéressé, je trouvais qu'il n'était jamais filmé comme moi j'aurais voulu le voir. Donc voilà, ça faisait deux bonnes raisons d'essayer de faire un film dessus.

C'est vrai que le foot au cinéma a toujours eu un côté un peu ridicule…
Bah déjà, ma première motivation, c'était d'arrêter avec ces scènes de foot qui sont insupportables pour ceux qui aiment vraiment ce sport. Souvent, on prend des comédiens qui n'ont jamais joué et on s'en rend vite compte.

Tu as donc pris des comédiens qui savaient jouer au foot à la base ?
En fait, les jeunes qui ont passé les essais devaient avoir joué au foot, au moins quelques années auparavant. Donc tous les comédiens qu'on a eus, ils avaient tous un petit background, en fait. Et à partir de là, ils ont eu trois mois d'entraînement supplémentaire, pour atteindre le niveau des personnages.

Paul Bartel, qui joue le personnage de J-B, le héros, avait-il un bon niveau, car c'est quand même lui qui a le plus de trucs à faire dans le film ?
Paul, en arrivant, on va dire qu'il savait à peu près jongler. Donc on est partis de ça (rires). Mais comme c'est quelqu'un qui a beaucoup de talent et qui bosse beaucoup, il est rapidement passé de petits jonglages à des figures comme le tour du monde, des trucs comme ça. Après, la première fois qu'on s'est vus, je l'ai emmené jouer au foot sur un terrain de basket, pour le filmer un petit peu et voir à quoi ça ressemblait, et tous ses mouvements étaient déjà bons, tu sentais que tous les gestes étaient là, quoi.

Comment t'es venu l'idée de prendre Eddy Mitchell pour jouer le rôle de l'entraîneur ?
En fait, ça ne m'est pas venu tout de suite, c'est une idée de mon producteur. Moi ce que je voulais, c'est quelqu'un avec une différence de génération, mélanger la France d'Eddy Mitchell à la nouvelle France issue de l'immigration et de la diversité, c'est un truc que je trouve assez cool, car le sport permet bien ça. J'aimais bien l'idée de faire une espèce de photographie de la France à travers les différents personnages. Il y a également la confrontation entre la ville et la campagne. J'ai même voulu réunir le monde de l'art avec celui du sport, avec la nana du film qui fait du street art. Je voulais faire un truc fédérateur, à travers un portrait de la France d'aujourd'hui.

Bon et sinon, outre le fait de le filmer, le foot t'es encore accro ou pas ?
Je joue tous les lundis soirs, avec une petite équipe. Je suis toujours les résultats, mais pour être tout à fait honnête je suis beaucoup moins. Je suis moins à fond, après je peux toujours te dire qui est premier du championnat, qui est meilleur buteur… Mais ouais, je suis beaucoup moins qu'avant, c'est sûr !

T'as une équipe de cœur comme on dit ?
J'ai grandi dans les années 1990, donc j'ai un faible pour l'OM. Et entre 1989 et 1993, ça valait le coup, hein (rires).

Les joueurs qui t'ont fait rêver quand tu étais enfant ?
Ah bah à l'époque c'étaient les Abedi Pelé, les Chris Waddle, les gars comme ça. Après il y a aussi Maradona, forcément. Un joueur fantasque, qui avait du caractère, j'aimais beaucoup !

Et le joueur actuel qui te donnerait encore envie de payer ta place pour aller le voir jouer ?
Si je dis Messi ce n'est pas original, mais c'est quand même assez joli ce qu'il fait. Après il y a un Ibrahimović qui arrive à me surprendre. Lui, c'est un personnage sur le terrain, mais également en dehors. Depuis Cantona, on n'avait pas vu quelqu'un avec un caractère comme ça.

Youtube

En kiosque : HORS SERIE SO FOOT « BEST OF CULTURE »

Propos recueillis par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

volontaire82 Niveau : Loisir
Je n'avais même pas entendu parler de ce film, et quand je vois les milliards de clichés que laissent envisager la bande annonce, ça ne me surprend pas...
Mehmet Scholl Niveau : CFA
J’ai grandi dans les années 1990, donc j’ai un faible pour l’OM. Et entre 1989 et 1993, ça valait le coup, hein (rires).


Ok d'accord ca te pose le bonhomme...

Je fais la suite de la phrase donc

Puis plus tard en 96, je suivais à fond Paris, Ngotty me faisait rêver, par la suite j'ai voué un véritable culte à Monaco en 2004, quelle équipe !! J'ai encore l'autographe de Rothen ! Mes je dois avouer que mes meilleurs souvenirs sont ceux des années 2000, Junhino quel joueur ! je dois avoir son maillot dans mon placard.

Sinon ces deux dernières années, j'ai pris un abonnement au parc, quel stade, quelle ambiance !
Mehmet Scholl Niveau : CFA
"MAIS je dois avouer"

Damned de faute d'orthographe de cotorep ! Je mérite le fouet, déchainez vous !

Please So foot pour 2014 un bon geste, une fonction EDIT :/
cher auteur de l'article

je ne relève jamais les fautes d'orthographes parce que c'est complètement con et c'est un prétexte pour manque d'arguments... donc je ne parlerai pas d'éventuelles fautes...

Par contre, on est sur un site de foot, et écrire "Maradonna" c'est difficile...

les deux "n" c'est pour la madonna.
Bazibouzouk Niveau : CFA2
Message posté par Mehmet Scholl
J’ai grandi dans les années 1990, donc j’ai un faible pour l’OM. Et entre 1989 et 1993, ça valait le coup, hein (rires).


Ok d'accord ca te pose le bonhomme...

Je fais la suite de la phrase donc

Puis plus tard en 96, je suivais à fond Paris, Ngotty me faisait rêver, par la suite j'ai voué un véritable culte à Monaco en 2004, quelle équipe !! J'ai encore l'autographe de Rothen ! Mes je dois avouer que mes meilleurs souvenirs sont ceux des années 2000, Junhino quel joueur ! je dois avoir son maillot dans mon placard.

Sinon ces deux dernières années, j'ai pris un abonnement au parc, quel stade, quelle ambiance !


Et toi patate pourquoi tu ne supportes pas Augsburg ou le soixante ?

Contrairement à ce que tu laisses entendre il ne montre aucune versatilité et reste fidèle au club qu'il l'a enthousiasmé gamin. C'est tout ce qui compte non ?
Mehmet Scholl Niveau : CFA
[citer id="1075738" auteur="Bazibouzouk"]

Ok d'accord ca te pose le bonhomme...

Je fais la suite de la phrase donc

Puis plus tard en 96, je suivais à fond Paris, Ngotty me faisait rêver, par la suite j'ai voué un véritable culte à Monaco en 2004, quelle équipe !! J'ai encore l'autographe de Rothen ! Mes je dois avouer que mes meilleurs souvenirs sont ceux des années 2000, Junhino quel joueur ! je dois avoir son maillot dans mon placard.

Sinon ces deux dernières années, j'ai pris un abonnement au parc, quel stade, quelle ambiance !
[/citer]

Et toi patate pourquoi tu ne supportes pas Augsburg ou le soixante ?

Contrairement à ce que tu laisses entendre il ne montre aucune versatilité et reste fidèle au club qu'il l'a enthousiasmé gamin. C'est tout ce qui compte non ?[/citer]

Rooo si on peut plus troll un 2 janvier après un retour au taf difficile...
Même pas une ptite référence à l'Hekla, terreur des stabils de Panam et de Navarre! Mince Vianney sur ce coup t'es dur!
Bazibouzouk Niveau : CFA2
Oaui désolé Mehmet j'y suis allez un peu fort, moi aussi j'ai un retour de taf difficile ;)
Marius_Lacatus Niveau : Loisir
Pour ma première, je fais le relou : au pluriel, amour devient féminin. On aurait dû avoir "premières amours"
"On t'a jamais dit ? On touche pas aux meufs des titulaires" ...

Wow Wow wow ! C'est du lourd !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 10