1. //
  2. //
  3. // Zénith–Valence (2-0)

Le Zénith trop fort pour Valence !

Pour cette nouvelle journée de Ligue des champions, le Zénith n’a pas tremblé chez lui face à Valence (2-0). Sérieux pendant 90 minutes, les gars de Villas-Boas valident définitivement leur première place au classement. Costaud.

Modififié
0 9

Zénith St. Petersbourg 2–0 FC Valence

Buts : Shatov (15e), Dzyuba (74e)

Ce mardi, le Zénith Saint-Pétersbourg recevait Valence dans son antre en position de force, déjà qualifié pour les huitièmes de la compétition. Confiants, les Russes le sont et le prouvent au terme du premier quart d’heure de jeu. La défense blanche n’arrive pas à se dégager et c’est Dzyuba, à la récupération, qui sert Shatov sur un plateau plein axe. À la limite du hors-jeu, l’attaquant russe vient battre Domenech d’une balle piquée de toute beauté et met les siens sur la route d’un cinquième succès consécutif au sein de ce groupe H. Succès validé une heure quinze plus tard.

Shatov, chanceux mais efficace


Au moment où les joueurs du FC Valence posent leurs pieds sur la pelouse du stade Petrovski, ils savent qu’il faut rentrer avec les trois points de la victoire pour quasiment s’assurer la qualification et disputer un huitième. Privés de Piatti, Negredo ou Mustafi, la tâche ne s’annonce pas facile pour les Espagnols. Pire, les Russes débutent, eux, au complet, et affichent une équipe type forte de quatre victoires en autant de rencontres depuis le lancement de la compétition. Qu’importe, les visiteurs partent du bon pied et attaquent les premiers par l’intermédiaire de Paco Alcácer (3e). Sauf que, très vite, leurs erreurs techniques récurrentes en Ligue des champions refont surface. Les passes sont approximatives, le pressing inexistant. Et il ne faut pas bien longtemps aux Russes pour s’en rendre compte. Treize minutes à peine. Criscito fait peur le premier aux Blanquinegros. Après un débordement côté gauche, le centre de l’Italien est contré et prend la direction du but, mais Gayà est sur sa ligne pour sauver les meubles. Il ne le sera pas deux minutes plus tard. Tout heureux de se retrouver face au portier valencien, Shatov ne bégaye pas et trompe facilement ce dernier. La demi-heure suivante n’est que souffrance pour les soldats de Nuno. Sa défense est à la rue, les espaces grands comme Peter Crouch, et les locaux en profitent pour réciter leur partition, peu inquiétés par les dernières tentatives offensives du tout jeune Rafa Mir, Alcácer ou Feghouli.

Touchés… coulés


Au retour des vestiaires, on prend les mêmes et on recommence. La cage espagnole est acculée par l’attaque bleue, mais ni Criscito et sa madjer (49e), ni Hulk sur corner direct (53e) ne réussissent à trouver le chemin des filets de Domenech. Valence, de son côté, ne propose pas de jeu à ses adversaires et finit même par les emmener sur un faux rythme assez dangereux. Pour preuve, Mina réussit même à battre Lodigin et croit ramener ses coéquipiers à égalité avec le Zénith, mais est tout de suite signalé en position illicite. Un faux espoir on ne peut plus logique, tant Witsel et compères dominent la partie. Faciles tactiquement, techniquement et physiquement, ces derniers doublent la mise grâce à Dzyuba. Sur un contre aussi rapide que juste, Shatov, premier buteur, fait le plus dur en décalant Danny en profondeur. Peu précis depuis le début du match, le Portugais passe à son tour à Dzyuba, qui n’a plus qu’à pousser le cuir au fond du but adverse (74e). À partir de là, le septième de Liga perd définitivement ses moyens et n’arrive plus à suivre ses opposants, trop rapides. Comme lorsque Ruben Vezo est exclu, obligé de découper Shatov, en feu, alors que ce dernier file au but pour caler son doublé. À dix contre onze, les dix minutes restantes de la rencontre sont un calvaire pour Valence, tout simplement pas au niveau de l’événement du soir. Un jour sans, comme on dit.

Par Maxime Nadjarian
Modifié

Dans cet article

Johanromabatimessi Niveau : Loisir
C'est de pire en pire a Valence. Cette équipe ne ressemble plus a rien, a l'image de Parejo qui ne met plus un pied devant l'autre.
Lyon qui peut largement passer. Suffit de battre La Gantoise ce soir et ensuite s'imposer à Valence (vu leur faiblesse c'est largement jouable).
Grand bravo au Zénith qui fait quand même 15 points en 5 matchs.
Match superbe du Zénit, un régal de bout en bout et un groupe très bien géré.

C'est encore tôt pour le dire mais quelque chose me dit que cette équipe a la possibilité de "faire quelque chose" cette année, à confirmer.
Ce serait énorme si elle sort un favori habituel au titre.
Si quelque chose c'est arrivé en quarts alors oui. Sinon ils feront rien
D'autant plus surprenant que le Zénith est très moyen sur le plan national cette année et que AVB a annoncé il y a quelques semaines son départ en fin de saison.
En tous cas les russes font très fort à l'indice uefa pour le moment, ce qui n'est pas bon pour la L1 pour qui le risque de n'avoir plus qu'un qualifié direct pour la C1 devient concret.
Et comme on aime agir une fois qu'il est trop tard, eh bien les instances et les clubs vont se dire qu'il faut faire quelque chose pour la France du foot une fois que les russes seront passés devant nous.
On aime agir une fois qu'il est trop tard, c'est bien vrai hélas...et ça se vérifie aussi dans des domaines autrement plus importants que le football. L'actualité récente nous l'a tristement rappelé
romlakers Niveau : CFA2
Bien vu Eden 95







































































































Par rapport à Lyon mdr ?

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Les chemins de Memphis
0 9