1. //
  2. // 13e journée
  3. // Tours/Le Havre
  4. // Interview

Le « Worst Of » de Marco Simone

Ce vendredi soir, le FC Tours rencontre Le Havre pour la 13e journée de Ligue 2 avec, aux commandes, un certain Marco Simone. Mais avant de poser ses fesses sur les bancs de Ligue 2, l'Italien a réalisé une belle carrière de footballeur, avec son lot de bons, mais aussi de mauvais souvenirs.

Modififié
113 19
Le pire adversaire ?
Pietro Vierchowod. Vous vous souvenez ? Un défenseur central passé par Milan, la Juve et la Sampdoria, qui a aussi joué pour la Squadra Azzurra. C'était un chien, un pitbull. Il était de marbre. Quand je jouais des coudes, je cognais un mur ! Il lâchait rien et il était plutôt rapide, en plus. Dès que tu te libérais de son marquage, il revenait à la charge.

Le pire coéquipier ? Mickaël Madar ?
Madar ? Mais je ne sais même pas combien de matchs on a joué ensemble ! Deux, trois ? (rires) Non, on va hausser le niveau. Je dirais Roberto Donadoni, qui est un de mes meilleurs amis. Qu'est-ce qu'il était casse-couilles ! Il n'était jamais content de rien, il grognait tout le temps. La passe n'était jamais assez bien pour lui.

La pire blague d'un coéquipier ?
C'est une blague sympa, mais qui est devenue dangereuse : à Milan, on plantait un cure-dent sur la chaise d'un autre pour qu'il se fasse piquer quand il s'assoit. Avant un match Milan-Parme, on mange avec l'équipe. Moi, je suis à la table des jeunes, et Stefano Nava me fait cette blague. Le con ! Sauf que quand je m'assois, le cure-dent est rentré de moitié dans ma cuisse… Mais à côté, il y avait la table du coach, Arrigo Sacchi. Du coup, je voulais pas dénoncer mon coéquipier, je ne pouvais pas crier. Je suis devenu blanc… Ça s'est bien terminé : Filippo Galli me l'a enlevé délicatement.

Le pire entraîneur ?
Le meilleur entraîneur que j'ai eu, c'était Sacchi. Mais c'était aussi le pire. Parce que c'était un tueur, un psychopathe ! Il te mettait une pression folle, du matin au soir. À Milan, quand on prenait un café, on avait peur de le croiser. Car s'il commençait à te parler tactique, tu en avais pour des heures ! À l'entraînement, il te massacrait. On essayait toujours de lui échapper.

Le pire stade dans lequel tu as joué ou entraîné ?
Celui de Galatasaray, à Istanbul, où il y avait 80 000 fans les uns sur les autres. C'était un truc de fou. Je n'avais jamais vu ça de ma vie. T'avais l'impression que les supporters pouvaient entrer à n'importe quel moment sur le terrain. C'était la confusion totale, l'anarchie.

Le pire public ? Celui de Monaco ou celui de Lausanne ?
Les deux pèchent sur le nombre. Mais j'ai un grand respect pour les supporters. Même ceux de Marseille qui ne m'aiment pas, je n'en dirai pas du mal.

Le pire but marqué ?
En vérité, j'ai toujours marqué des beaux buts ! (rires) Non, je ne trouve pas qu'un but puisse être moche, même s'il est marqué à un mètre du but.

La pire faute subie ?
Plusieurs joueurs ont essayé de me casser, mais ils n'y sont jamais parvenus ! (rires) Plus sérieusement, lors de Milan-Bordeaux en 1996 (2-0), je me suis fait casser la mâchoire par un défenseur français dans un duel aérien, je ne sais plus son nom. Mais ce n'était pas volontaire. J'ai dû porter une minerve pendant un mois.

Ta pire boulette dans un match ?
Pendant ma deuxième saison au PSG, je loupe un penalty contre Lens et on perd 1-0. Je glisse un peu et je tape la transversale. Après, l'entraîneur, Alain Giresse, s'est fait virer. Les médias ont dit que je l'avais fait exprès parce que je ne m'entendais pas avec Giresse. C'était faux : je l'ai toujours apprécié. Mais on n'a pas le droit de louper un péno.

Youtube

La pire baston ?
Marseille-Monaco, avec l'agression de Marcelo Gallardo dans le tunnel. Les agents de sécurité et tout… Je n'étais pas la cible donc je n'ai pas été touché, mais j'ai eu peur.

Le pire moment de ta carrière ?
Le jour où je me suis rendu compte que c'était le moment d'arrêter. C'était à Nice, après mon passage à l'AS Monaco. Ce fut compliqué pour moi.

La pire demande de fan ?
Il n'y pas de mauvaise demande de la part d'un fan. N'importe quelle demande, je la fais ! En tout cas, j'essaye...

Le pire style vestimentaire ?
Le joueur français quand il met un slip. C'est n'importe quoi. C'est la honte ! Si j'étais une femme, je ne voudrais pas coucher avec un joueur français.

La pire coupe de cheveux ? Ruud Gullit ?
Jean-Pierre Papin, il a une coupe bizarre. Gullit, lui, il mettait des coups de dreads aux adversaires dans les duels aériens. Même avec nous à l'entraînement, d'ailleurs.


Propos recueillis par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

J'ai préféré perdre avec cet homme que gagner avec Zlatan.

Quoi que ..
Brian Hainaut Niveau : Ligue 1
joli but de Wagneau Eloi
lemudream Niveau : CFA2
Il est sérieux avec les slips français ? il est déjà allé à la plage dans son pays ? Moi à chaque fois je sais pas si ils me font complexer ou rire ces cons
Le pénalty raté c'était contre Maccabi Haïfa avec une élimination à la clé, il me semble, non ?
Message posté par Brian Hainaut
joli but de Wagneau Eloi


C'est vrai, ça !!
A chaque fois que j'entends parler de Simone je ne peux m'empêcher de penser à Marianne Mako dans une des soirées Ligue des champions 95 de Roger Zabel, dire : "Celui que toute la Lombardie appelle Marco due (2), Marco N°2".

Le N°1 étant qui vous savez, l'aristocrate du football, MVB.

PS :Repost mieux adapté à l'article
Une des plus grosses salope qui soit passé par le PSG.
Blatter m'a tuer Niveau : Ligue 2
Donc des gens pensaient que simone avait volontairement tire un péno sur la barre pour faire virer son coach? Faut quand même être con.
mackallaway Niveau : CFA2
D'ailleurs ce PSG-OM, ce n'était pas la victoire 2-1 au Parc avec un but du mémorable Bruno Rodriguez??
FC Tours? Même quand il jouait à Paris c'était déjà plus ça, on vieilli vite hein :p
Kadda Marteri Niveau : District
4 mai 1999, buts de Simone et Rodriguez sur deux passes décisives de... Michael Madar. Un peu de respect. Et le penalty c'est bien contre Lens au Parc.
JuanSchiaffino Niveau : National
Note : 1
le plus beau, et le plus important des buts de Marco Simone, membre du Hall Of Fame de l'AC Milan, quand même! https://www.youtube.com/watch?v=Gb6FttV … be&t=5m51s

Grazie di cuore Peter Pan!
Bald&bearded Niveau : CFA2
Wagneau Eloy, je ne sais pas si tout le monde se rappelle de lui pour sa coupe ou pour son nom. Sa fiche wiki est sympa comme tout. Le mec a entrainé Haïti, est champion du monde militaire, et il a été cité dans une affaire de matchs truqués en Belgique.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Je l'ai toujours vu comme un joueur sympathique mais pas du tout déterminant.

"À Milan, quand on prenait un café, on avait peur de le (Sacchi) croiser. Car s'il commençait à te parler tactique, tu en avais pour des heures !"

Ceci explique sûrement cela. Massaro était bien plus crucial à mon avis.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Sinon la pique sur JPP, purement gratuite quand même. Genre, les cheveux de Papin...

Parle plutôt de son pied droit, ses appels, le sens du but qu'il avait dans le sang, ses frappes directes sans contrôle. En gros, tout ce qui t'as toujours fait défaut, Marco.
souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
Message posté par O Alegria Do Povo
Je l'ai toujours vu comme un joueur sympathique mais pas du tout déterminant.

"À Milan, quand on prenait un café, on avait peur de le (Sacchi) croiser. Car s'il commençait à te parler tactique, tu en avais pour des heures !"

Ceci explique sûrement cela. Massaro était bien plus crucial à mon avis.



Peut être au Milan où il avait du mal parfois à trouvé sa place au milieu de toutes ces étoiles et encore mais sinon à Paris et à Monaco il a quand même été très décisif.
Je m'en souviens comme d'un attaquant italien typique des années 90 c'est-à-dire doté d'un sacré sang froid mais surtout d'une technique léchée et d'une patte droite délicieuse, son péché mignon étant la frappe enroulée en pleine lulu, un régal.
Marco à Paris c'était la totale classe !!! Grand souvenir.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Message posté par souzadeoliveira


Peut être au Milan où il avait du mal parfois à trouvé sa place au milieu de toutes ces étoiles et encore mais sinon à Paris et à Monaco il a quand même été très décisif.
Je m'en souviens comme d'un attaquant italien typique des années 90 c'est-à-dire doté d'un sacré sang froid mais surtout d'une technique léchée et d'une patte droite délicieuse, son péché mignon étant la frappe enroulée en pleine lulu, un régal.
Marco à Paris c'était la totale classe !!! Grand souvenir.


Ouais, je te rejoins. Mais Monaco et Paname à cette époque, c'était loin du Grand Milan. Il a fait son taff, c'est clair, mais c'était ni un fioriclasse, ni un top buteur (Pauleta était un top buteur).

Après je m'en fous, je l'aime bien le Marco, mais qu'il touche pas un seul cheveu de Papin.

C'est comme si Gilardino critiquait Inzaghi. Comme si les BB Brunes critiquaient les Stones. Comme si Christian Bobin attaquait Dostoievski.
Skywalker Texas Ranger Niveau : DHR
Même à Paris, c'est plus le Marco numéro un !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
113 19