En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 13e journée
  3. // Tours/Le Havre
  4. // Interview

Le « Worst Of » de Marco Simone

Ce vendredi soir, le FC Tours rencontre Le Havre pour la 13e journée de Ligue 2 avec, aux commandes, un certain Marco Simone. Mais avant de poser ses fesses sur les bancs de Ligue 2, l'Italien a réalisé une belle carrière de footballeur, avec son lot de bons, mais aussi de mauvais souvenirs.

Modififié
Le pire adversaire ?
Pietro Vierchowod. Vous vous souvenez ? Un défenseur central passé par Milan, la Juve et la Sampdoria, qui a aussi joué pour la Squadra Azzurra. C'était un chien, un pitbull. Il était de marbre. Quand je jouais des coudes, je cognais un mur ! Il lâchait rien et il était plutôt rapide, en plus. Dès que tu te libérais de son marquage, il revenait à la charge.

Le pire coéquipier ? Mickaël Madar ?
Madar ? Mais je ne sais même pas combien de matchs on a joué ensemble ! Deux, trois ? (rires) Non, on va hausser le niveau. Je dirais Roberto Donadoni, qui est un de mes meilleurs amis. Qu'est-ce qu'il était casse-couilles ! Il n'était jamais content de rien, il grognait tout le temps. La passe n'était jamais assez bien pour lui.

La pire blague d'un coéquipier ?
C'est une blague sympa, mais qui est devenue dangereuse : à Milan, on plantait un cure-dent sur la chaise d'un autre pour qu'il se fasse piquer quand il s'assoit. Avant un match Milan-Parme, on mange avec l'équipe. Moi, je suis à la table des jeunes, et Stefano Nava me fait cette blague. Le con ! Sauf que quand je m'assois, le cure-dent est rentré de moitié dans ma cuisse… Mais à côté, il y avait la table du coach, Arrigo Sacchi. Du coup, je voulais pas dénoncer mon coéquipier, je ne pouvais pas crier. Je suis devenu blanc… Ça s'est bien terminé : Filippo Galli me l'a enlevé délicatement.

Le pire entraîneur ?
Le meilleur entraîneur que j'ai eu, c'était Sacchi. Mais c'était aussi le pire. Parce que c'était un tueur, un psychopathe ! Il te mettait une pression folle, du matin au soir. À Milan, quand on prenait un café, on avait peur de le croiser. Car s'il commençait à te parler tactique, tu en avais pour des heures ! À l'entraînement, il te massacrait. On essayait toujours de lui échapper.

Le pire stade dans lequel tu as joué ou entraîné ?
Celui de Galatasaray, à Istanbul, où il y avait 80 000 fans les uns sur les autres. C'était un truc de fou. Je n'avais jamais vu ça de ma vie. T'avais l'impression que les supporters pouvaient entrer à n'importe quel moment sur le terrain. C'était la confusion totale, l'anarchie.

Le pire public ? Celui de Monaco ou celui de Lausanne ?
Les deux pèchent sur le nombre. Mais j'ai un grand respect pour les supporters. Même ceux de Marseille qui ne m'aiment pas, je n'en dirai pas du mal.

Le pire but marqué ?
En vérité, j'ai toujours marqué des beaux buts ! (rires) Non, je ne trouve pas qu'un but puisse être moche, même s'il est marqué à un mètre du but.

La pire faute subie ?
Plusieurs joueurs ont essayé de me casser, mais ils n'y sont jamais parvenus ! (rires) Plus sérieusement, lors de Milan-Bordeaux en 1996 (2-0), je me suis fait casser la mâchoire par un défenseur français dans un duel aérien, je ne sais plus son nom. Mais ce n'était pas volontaire. J'ai dû porter une minerve pendant un mois.

Ta pire boulette dans un match ?
Pendant ma deuxième saison au PSG, je loupe un penalty contre Lens et on perd 1-0. Je glisse un peu et je tape la transversale. Après, l'entraîneur, Alain Giresse, s'est fait virer. Les médias ont dit que je l'avais fait exprès parce que je ne m'entendais pas avec Giresse. C'était faux : je l'ai toujours apprécié. Mais on n'a pas le droit de louper un péno.

Vidéo

La pire baston ?
Marseille-Monaco, avec l'agression de Marcelo Gallardo dans le tunnel. Les agents de sécurité et tout… Je n'étais pas la cible donc je n'ai pas été touché, mais j'ai eu peur.

Le pire moment de ta carrière ?
Le jour où je me suis rendu compte que c'était le moment d'arrêter. C'était à Nice, après mon passage à l'AS Monaco. Ce fut compliqué pour moi.

La pire demande de fan ?
Il n'y pas de mauvaise demande de la part d'un fan. N'importe quelle demande, je la fais ! En tout cas, j'essaye...

Le pire style vestimentaire ?
Le joueur français quand il met un slip. C'est n'importe quoi. C'est la honte ! Si j'étais une femme, je ne voudrais pas coucher avec un joueur français.

La pire coupe de cheveux ? Ruud Gullit ?
Jean-Pierre Papin, il a une coupe bizarre. Gullit, lui, il mettait des coups de dreads aux adversaires dans les duels aériens. Même avec nous à l'entraînement, d'ailleurs.


Propos recueillis par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 13 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 8 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3