Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Girondins de Bordeaux
  3. // Billet d'humeur

Le vrai Pauleta était bordelais

À l'occasion du record de buts avec le PSG établi par Ibrahimović, les papiers retraçant la carrière de son dauphin, Pedro Miguel Pauleta, sont tombés comme des shots un samedi soir. Sauf que la plupart ont oublié l'essentiel : c'est aux Girondins de Bordeaux que le Portugais a vraiment brillé. Et ouais.

Modififié
« Zlatan Ibrahimović est-il devenu le meilleur attaquant de l'histoire du Paris Saint-Germain, devant Pedro Miguel Pauleta ? » La question a entraîné des débats sans fin, après que le Suédois a effacé le record de buts du Portugais avec Paris, le 4 octobre dernier face à Marseille. Époques et équipes différentes, PSG canal historique contre PSG ère qatarie, les points de comparaison entre les deux buteurs sont tellement éloignés, que la question n'est pas près d'être tranchée définitivement. Ce qui est certain, en revanche, c'est que ce n'est pas au Paris Saint-Germain, mais aux Girondins de Bordeaux, entre 2000 et 2003, que Pedro Pauleta a réussi les plus belles saisons de sa carrière. Une évidence trop peu énoncée, lorsqu'il s'agit d'évoquer la carrière de « l'Aigle des Açores » .

Une arrivée fracassante en Ligue 1


À l'été 2000, c'est un Portugais quasiment inconnu qui débarque à Bordeaux pour remplacer Sylvain Wiltord. L'homme est déjà international, grâce à l'éternelle pénurie de buteurs portugais, mais ne parvient pas à s'imposer à La Corogne, où malgré un statut de remplaçant, il est tout de même parvenu à claquer 21 buts en deux saisons de Liga chez les champions d'Espagne. Mais en France, le buteur lusitanien va rapidement se sentir chez lui. Quelques heures après son arrivée en Aquitaine, le calendrier désigne le FC Nantes comme première victime du nouveau numéro 22 des Girondins. En une heure de jeu, le préposé au tableau d'affichage de la Beaujoire inscrit trois fois le nom du Portugais dans la colonne des buteurs. Bordeaux imprime une manita sur les joues des rivaux nantais, et Pedro Miguel Pauleta balance sa carte de visite dans la tronche de tous les défenseurs de l'Hexagone. En huit ans dans le championnat de France, elle laissera deux centaines de cicatrices. 91 siglées du scapulaire, 109 frappées du sceau de la tour Eiffel.

91 buts en 130 matchs avec Bordeaux


Pour démontrer la supériorité du Pauleta bordelais sur celui parti finir sa carrière à Paris, il y a d'abord les chiffres. Froids, implacables. En Gironde, le rapace a claqué 91 pions en trois saisons et 130 matchs. Soit 40% de ses 236 buts inscrits en onze ans de carrière au haut niveau en club. Sous les ordres d'Élie Baup, il ne descend jamais sous la barre des 20 buts en championnat (dans une L1 qui ne compte que dix-huit clubs, lors de ses deux premières saisons), un total qu'il n'atteindra qu'à une seule reprise dans la capitale, en 2005-2006. Au PSG, son bilan plus qu'honorable de 109 buts en 211 rencontres, entre 2003 et 2008, est très éloigné de ses performances bordelaises.

Côté effectif, si la comparaison entre les partenaires du Zlatan actuel et ceux du Pauleta d'il y a dix ans est vite jugée, il est beaucoup plus difficile de départager ceux ayant bataillé aux côtés du Portugais à Bordeaux, puis dans la capitale. Durant sa période girondine, Pauleta est principalement servi par Christophe Dugarry, Jean-Claude Darcheville, Jérôme Bonnissel, Camel Meriem, Lilian Laslandes et Laurent Batlles. Des joueurs qui n'ont pas grand-chose à envier aux Parisiens ayant œuvré pour le buteur des Açores, tels que Jérôme Rothen, Juan-Pablo Sorín, Fabrice Fiorèse, Vikash Dhorasoo, Bonaventure Kalou ou Marcos Ceará. Ce n'est pas de ce côté-là que se justifie la différence de rendement de Pauleta, une fois installé en bord de Seine.

Le PSG pour l'histoire, Bordeaux pour les puristes


Transféré au PSG pour 11 millions d'euros, « l'Aigle des Açores » désirait rejoindre la capitale pour y disputer la Ligue des champions, ce que les Girondins n'ont jamais pu lui permettre, ne lui offrant « que » des participations à Coupe de l'UEFA chaque saison. La C1, Pedro la goûtera une fois, en 2004-2005. Le PSG termine dernier de son groupe, derrière le CSKA Moscou. En championnat, après une première saison qui voit Paris terminer dauphin de Lyon, c'est la misère. Pauleta porte sur ses épaules un PSG qu'il ne parviendra jamais à hisser au-delà du neuvième rang, frôlant même la catastrophe en 2007-2008, avec une seizième place indigne qui lui intime de prendre sa retraite. Au PSG, le numéro 9 se console en se gavant de coupes. Celles de France en 2004 et 2006, et de la Ligue en 2008, sa deuxième après celle chopée en 2002 avec les Girondins. Si l'histoire met bien souvent l'accent sur le passage au PSG, dont il est resté l'ambassadeur, de Pedro Miguel Pauleta, les faits, eux, sont implacables. C'est bien à Bordeaux, avec un peu moins de caméras braquées sur lui, que le Portugais a pratiqué son meilleur football. Alors, le Pauleta qui claque 37 buts en 2001-2002 avec les Girondins, meilleur que l'Ibrahimović actuel ? Bien sûr que oui.

Par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68