Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // FC Séville-Espanyol

Le voyage initiatique de Sampaoli

On l’annonçait à Marseille, à la Lazio, à la tête de la sélection brésilienne ou même au Qatar. Jorge Sampaoli a finalement posé ses bagages au FC Séville. L’occasion pour Sampa de découvrir la Liga, un championnat qu’il avait patiemment observé en 1998, alors qu’il n’était qu’un backpacker en galère.

Modififié
Pour ceux qui ont suivi la sélection chilienne et son jeu flamboyant de la Coupe du monde 2014 à la victoire à la Copa América 2015, ou plus encore pour les puristes qui ont veillé jusque tard dans la nuit pour voir le football total de son Universidad de Chile quelques années auparavant, la nomination de Jorge Sampaoli sur le banc du FC Séville n’est que justice. Justice et pas mal d’excitation aussi à l’heure de voir ce que le sosie de Patrick Bosso a dans le bide. C’est le moment de savoir si l’homme a les épaules pour affronter le crash test de la Liga. S'il peut passer l’épreuve du feu qui fait qu’un bon entraîneur sud-américain peut devenir grand en Espagne. Une épreuve réussie récemment par Berizzo ou Simeone, mais ratée par tant d’autres techniciens du continent, Bielsa compris. Les attentes sont hautes, et succéder à Unai Emery n’est pas tâche aisée. Ses trois premières rencontres officielles (Supercoupe d'Europe contre le Real Madrid, Supercoupe d'Espagne aller-retour contre le Barça) se sont soldées par autant de défaites, avec déjà huit buts encaissés. Pas forcément la meilleure façon de commencer l'aventure sévillane.


Mais au-delà de ces premiers échecs, l’homme de Casilda, une petite ville argentine de la province de Rosario, a déjà réussi un pari : il va revoir l’Espagne, ce pays de cocagne où il était parti sur un coup de tête pour observer les entraînements des clubs de Liga. Un voyage fou, entrepris sans moyens, mais plein d’illusions.

Galérer, voir, analyser


Nous sommes en 1998, Jorge Sampaoli approche déjà la quarantaine. Depuis des années, il galère à concilier une vie professionnelle tristounette et sa passion du football :
« J’avais la certitude d’être au mauvais endroit. Je n’ai jamais pensé renoncer au football, j’étais prêt à sacrifier n’importe quoi, mais pas le football. » Jorge Sampaoli
« J’étais employé dans une banque de ma ville, Casilda. À ce moment-là, c’était difficile. J’avais le temps de ne rien faire. À la fin de ma journée à la banque, je sautais dans ma caisse et j’allais entraîner à Rosario, où j’avais commencé à coacher des petites équipes, puis je retournais à Casilda. Cent vingt kilomètres dans la journée » , se souvient-il. Un galérien, donc, mais aussi un homme plein d’illusions qui refuse de croire qu’il passera sa vie derrière un guichet : « J’avais la certitude d’être au mauvais endroit. Je n’ai jamais pensé renoncer au football, j’ai pensé renoncer à la vie plus qu’au football. (Rires) Non, j’étais prêt à sacrifier n’importe quoi, mais pas le football.  »


Alors, pour accomplir ses desseins, l’homme à la casquette finit par tout plaquer et décide de partir en Espagne, avec son sac à dos. Un périple qui lui coûte toutes ses économies, comme le raconte son beau-frère à la Tercera : «  À cette époque, Jorge travaillait à la Banque Provincia. Il n’avait pas beaucoup de moyens et il a dépensé toutes ses économies pour payer ses billets. Il était capable de ne pas manger pendant un mois pour se payer le voyage. » Le but du jeu ? « C’était un voyage initiatique, on a vu plein de choses, des méthodes de travail européennes, l’idée était d’analyser, comparer les façons de travailler, préparer l’avenir. On est allés écouter et voir. Observer et analyser, rien de plus ! »

Auberges de jeunesse et club péruvien


Son ami Jorge Decio, qui deviendra son préparateur physique, est de la partie. Le frère de celui-ci, Hermes, joue alors à Alavès et peut héberger ses compatriotes pendant quelque temps.
« On a tout fait en train, un peu à l’arrache comme des backpackers. On dormait dans des auberges de jeunesse, les sous n’étaient pas nombreux et il fallait gérer ça intelligemment pour pouvoir rester le plus longtemps possible. » Hermes Decio
Le voyage commence donc par le confort du Pays basque, où, grâce à Hermes, ils peuvent assister aux entraînements, discuter avec le staff. Désireux de voir un match mais sans le sou, Sampaoli et Decio réussissent à gratter une entrée pour Athletic Bilbao-Real Madrid à San Mamés, encore grâce aux bons offices du joueur d’Alavés : « Rafael Alkorta était un copain, et je lui demandé s'il pouvait avoir des places pour mon frère et son ami » , racontait Hermes Decio dans la Tercera. La suite du voyage est moins facile, les deux compères doivent composer avec le peu d’argent dont ils disposent : « On a tout fait en train, un peu à l’arrache comme des backpackers. On dormait dans des auberges de jeunesse, les sous n’étaient pas nombreux et il fallait gérer ça intelligemment pour pouvoir rester le plus longtemps possible. »


Un petit mois au final, un mois à se lever aux aurores, à bouffer du football toute la journée, à roder autour des centres d’entraînement pour établir des contacts : « À la Real Sociedad et à l’Espanyol, on a rencontré des gens qui nous permettaient d’entrer dans les centres d’entraînement, nous montraient ce qu’ils faisaient, et à partir de là, on a pas mal appris sur nos propres méthodes de travail.  » Un apprentissage qui, à son retour en Argentine, conforte Sampa : il sera un jour à la tête d’une grande équipe, il a le feu sacré en lui et tant pis si pour cela il doit passer par des chemins de traverse ou débuter avec un modeste club péruvien. À cinquante-cinq ans révolus, Sampaoli a réussi sa mission. Comme un bras d’honneur à ceux qui lui disaient, voilà dix-huit ans : « Jorge, il faut que tu continues à bosser à la banque, tu ne peux pas tout laisser tomber pour le football. Tu vas tout quitter, tu vas tout perdre, ne fais pas cette connerie !  »

Par Arthur Jeanne Propos de Sampaoli recueillis par AJ
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti il y a 4 heures La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 11
il y a 5 heures Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 il y a 5 heures Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 18 il y a 6 heures Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 45
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom