En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 2e journée
  3. // Gr.H
  4. // Lyon/Valence (0-1)

Le vice de Negredo et l'insouciance de Feghouli

Piatti, Feghouli et Negredo contre Valbuena, Lacazette et Kalulu. La fourberie et le réalisme face à l'innocence et à l'inoffensif. En toute logique, c'est Valence qui a pris le dessus grâce à une patate de l'Algérien avant la mi-temps. Et Lyon peut (encore) avoir des regrets...

Modififié

Olympique lyonnais


Lopes (6) : Le gardien lyonnais a inventé le concept du muret avec Kalulu et Valbuena. Résultat, Abdennour a failli ouvrir le score. Auteur d'une superbe parade en début de match, l'international portugais n'a rien pu faire sur la frappe de Feghouli.

Morel (5) : Tu as déjà essayé de doubler à droite avec une Kangoo ? Remplacé par Ghezzal (77e) qui fait petit à petit renaître Yannis Tafer à Gerland.

Umtiti (6) : Taulier de la défense lyonnaise à vingt et un ans. Mangala ? Vous avez dit Mangala ?

Biševac (3) : Le défenseur serbe s'est fait manger par les attaquants en orange. Et si elle était là, la plus grande carotte de Leonardo ?

Jallet (6) : Auteur d'une superbe première mi-temps, Jallet s'est endormi sur le coup franc qui amène le but. Le divin chauve s'est retrouvé plusieurs fois dans la surface, sans pouvoir régler la mire.

Gonalons (6) : Une bonne partition, gâchée par un manque de vice sur le coup franc qui amène le but. Un pied qui traîne, et Lyon aurait pu s'en sortir avec le point du match nul. Il donne des stages Gattuso ?

Tolisso (5) : Le milieu de terrain français a inventé le concept de jeu long sur les plus petits de son équipe. Logiquement, ça ne marche pas.

Darder (4) : L'Espagnol a tenu à rester sur le terrain malgré sa blessure. Résultat, Lyon prend un but quelques secondes plus tard. Remplacé par Ferri (44e), qui se retrouve à jouer un match de Ligue des champions par hasard. Ferri-tale.

Valbuena (5) : Un superbe coup franc, puis plus rien. Après la potence marseillaise, Petit Vélo va faire des cauchemars remplis de poteaux.

Kalulu (4) : Le petit Lyonnais sait faire des talonnades et des appels en profondeur. Mais sans succès. Kalulu n'est pas grand, mais il est vaillant.

Lacazette (4) : Tu préfères tomber à chaque fois que tu rentres dans la surface, ou te prendre une claque à chaque phrase terminée ? Remplacé par Beauvue (73e). Qui se plaît à Lyon apparemment.

Valence CF


Domenech (8) : Fini la moumoute grise, les demandes en mariage à la télé et les gros sourcils, il se concentre maintenant sur son foot. Un gros, gros, gros match de patron pour lui.

Orbán (6) : Avec son blaze de dictateur, le sosie officiel de Richard Gasquet a joué de paradoxe. Parfois autoritaire, parfois fébrile, mais toujours aussi volontaire qu'à Bordeaux.

Abdennour (7) : Toujours le plus haut dans les cieux, le plus dur sur l'homme et le mieux placé. Non, la France ne pouvait plus contenir son talent. Et comme un symbole, il a été remplacé par Santos (59e). Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Aymen.

Mustafi (7) : Défendre sur Kalulu et Lacazette, c'est toujours plus de peur que de mal.


Cancelo (6) : A annulé Morel toute la partie. Mais c'est à peu près tout.

Fuego (6) : La caution agressive de cette équipe d'esthètes. Tout Fuego, tout flammes.

Pérez (6) : Récupérer le ballon et le donner dans les pieds, c'est pourtant pas compliqué le foot. Remplacé par Barbosa (84e) qui ne s'est pas beaucoup plus fait chier.

Parejo (7) : Avec un nom et une classe pareille, il pourrait sans aucun problème jouer dans un Scorsese.

Piatti (8) : Toujours juste. Toujours dans le bon rythme. Toujours la tête levée. Un régal.

Feghouli (7,5) : De Grenoble à Valence. De transparent à étincelant, notamment sur cette mine avant le retour aux vestiaires. Le goût de la surprise, ça ne se perd jamais.

Negredo (6,5) : Les grand joueurs n'ont besoin que d'un ballon pour faire la différence. Alvaro n'en a eu que la moitié d'un. Un coup franc joué rapidement, à la « Ryan Giggs » , et voilà le seul but du match... Remplacé par Rodrigo (71e) tout aussi discret.

Le compte-rendu du match

Par Ruben Curiel et Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 40 Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 23 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 8
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 17 février Les maillots du PSG floqués en mandarin 25 samedi 17 février La panenka ratée de Diego Castro en Australie 20