1. //
  2. // 8e de finale
  3. // OM/Toulouse

Le vestiaire marseillais, panier de crabes ?

Débarqué le 7 décembre dernier, Élie Baup n’aura tenu qu’une saison et demie, sur le banc phocéen. Après une première saison plus que réussie, le désormais ancien coach de l’OM aura fini par payer son manque d’autorité au sein de son propre vestiaire. Un vestiaire loin d’être évident à gérer.

Modififié
12 32
Arrivé à l’été 2012 sur la banc marseillais, Élie Baup réalise une première saison plus qu’honorable en terminant à la deuxième place du championnat, derrière l’ogre parisien, autrement dit le titre de champion chez les « normaux » . Not bad ! Malheureusement pour Elie, cette deuxième saison ne commence pas aussi bien que la précédente, la faute à un réalisme beaucoup moindre. Inévitablement, les victoires 1-0, arrachées sur le fil la saison dernière, se transforment en nul ou en défaite. Moins facile à vivre, forcément. Surtout dans un club aussi difficile à gérer que l’OM. Éclatent alors les raisons qui seraient à l’origine de ces résultats décevants : le manque de poigne de Baup dans la gestion de son vestiaire. L’homme n’aurait pas forcément une main de fer, sous son gant de velours. Les égos sont difficiles à gérer, et les conflits générationnels empêchent le groupe de tirer ensemble, dans le même sens. C’est donc presque inéluctablement que le 7 décembre dernier, au lendemain d’une défaite à domicile contre le FC Nantes, c’en est trop pour Labrune qui décide de limoger son coach. Peut-on, pour autant, dire que le vestiaire a lâché l’homme à la casquette ? Ce n’est pas aussi simple, explique Mathieu Grégoire, correspondant du Parisien à Marseille : « On leur a reproché de l’avoir lâché contre Nantes, mais quand tu vois leur première mi-temps contre Lyon, tu te rends compte qu’il y a un problème plus profond dans cette équipe. »

« De véritables tensions »

Si l’on a reproché à Baup ne pas gérer comme il faut son vestiaire, c’est qu’il y avait bien un problème à la base. D’ailleurs, au lendemain de l’éviction de son entraîneur, Mathieu Valbuena, sur le plateau de Stade 2, avoue que « l’état d’esprit n’est pas bon et ça se voit sur le terrain. » Le souci viendrait donc d’un manque de cohésion au sein du groupe marseillais, des joueurs qui ne s’entendent plus, limite ne se supportent plus pour certains. Le pire, c’est que cette situation ne semble pas dater d’hier, comme l’explique Jérôme Rothen sur Canal + : « L’année dernière j’ai joué contre eux avec Bastia dans un match à huis clos, je peux vous dire que l’ambiance entre eux était horrible. Les mecs s’insultaient, Élie Baup essayait de faire régner l’ordre, mais il se faisait aussi insulter. » Pas le meilleur état d’esprit qui soit, donc. Avec des résultats qui suivent, comme c’était le cas l’année dernière, on peut passer outre ce genre de « petits détails » et continuer à aller de l’avant. En revanche, quand les résultats ne sont plus là, comme c’est le cas cette saison, ce genre de comportements devient insupportable et la situation ne fait qu’empirer. Le 9 décembre dernier, deux jours après le départ de Baup, L’Équipe balançait un pavé : Thauvin et Imbula en seraient venus aux mains dans le vestiaire, juste après la défaite contre Nantes. La jeunesse montante qui s’embrouille, symbole de ce mal être marseillais. Le même jour, Lucas Deaux, joueur du FC Nantes, aurait d’ailleurs dit, en off, sur le plateau du CFC, « qu’il a senti entre eux des véritables tensions, avec certains joueurs qui en venaient à des insultes » , pendant la rencontre opposant les deux clubs. On est loin d’être sur une équipe de copains, donc.

« En aucun cas, Benoît (Cheyrou, ndlr) a précipité le limogeage d’Élie Baup »

Comment gérer un groupe qui n’arrive pas à s’entendre à ce point ? Là était tout le problème de Baup, finalement. L’homme à l’accent incroyable n’arrivait plus à imposer son autorité au sein d’un vestiaire qui ne le respectait plus. Peu avant son licenciement, Le Parisien affirme que Baup a du mal à dialoguer avec certains cadres, notamment Cheyrou, à qui il « n’osait plus parler » . Le milieu de terrain peut-il être à la raison majeure de ce départ ? « Impensable » , selon son frère, Bruno. L’actuel consultant sur beIN Sport affirme d’ailleurs : « Vous donnez trop d’importance à Benoit si vous estimez ce genre de choses. Il a une influence dans le vestiaire parce que ça fait sept ans qu’il est là, qu’il a une certaine expérience, et que c’est un joueur majeur du milieu de terrain, mais en aucun cas, il a une influence sur le sort d’un entraîneur » . Pour Bruno Cheyrou, il est évident que son frère n’a donc pas « précipité le limogeage d’Élie Baup » , mais l’ancien joueur de Lille tient à préciser qu’il en est de même pour l’ensemble de l’équipe : « Labrune, il a pris sa décision, alors certainement avec Anigo et Margarita Louis-Dreyfus, mais en aucun cas avec les joueurs, ce ne sont pas eux qui ont décidé du sort d’Élie Baup, c’est improbable ! »

Un Baup impuissant

Si la théorie du complot « les joueurs contre l’entraîneur » ne semble pas être la bonne explication, il semblerait tout de même qu'ils ne se soient pas battus pour que Baup garde sa place. C’est en somme ce que confirme Mathieu Grégoire : « Il n’y a pas eu forcing de la part des joueurs pour voir Baup partir, par contre ils ne l’ont pas défendu, mais la nuance est quand même importante. » Finalement, Baup aura fini par payer son incapacité à gérer son vestiaire et à faire face à la situation : « À la fin, il ne savait plus trop comment faire, explique Mathieu Grégoire, on voyait qu’il se forçait à faire trop de changements, il ne savait plus trop sur quel pied danser, comment les faire bosser tous ensemble. » À l’image du prof débutant qui n’arrive plus à gérer sa classe, Baup a dû partir. Avec le cœur meurtri de celui qui n’a pas fait le taf, mais, sûrement, avec le soulagement de celui qui n’en pouvait plus.

Un vestiaire en (re)construction

Baup parti, c’est donc José Anigo qui l’a remplacé, pour un intérim sans durée déterminée. Labrune a même déclaré souhaiter prendre tout son temps pour trouver celui qui osera poser ses fesses sur le banc phocéen. Il se pourrait donc que ce remplacement de Noël aille jusqu’à la fin de la saison. C’est loin d’être improbable. D’ailleurs, Anigo semble être l’homme idoine pour une telle situation : « C’est sûr qu’il peut réaffirmer une certaine autorité, il s’entend bien avec les cadres, il maîtrise bien les jeunes également. Il peut arriver à souder le groupe à court terme » , argumente le journaliste du Parisien. On le sait, José Anigo n’a pas de problème d’autorité, son charisme et sa connaissance parfaite du club vont sûrement lui permettre de remettre un peu d’ordre dans un vestiaire qui a besoin d’un meneur d’homme. Un maître d’école à l’ancienne, en somme.

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un réalisme beaucoup moindre... Ah ouais d'accord...

Je suis pas excessivement pointilleux d'habitude mais c'est plutôt disgracieux..
Si Cheyrou est le caïd, mon monde de certitudes s'écroule...

- Il est blanc,
- Il est bien coiffé,
- Il a l'air bien élevé,
- Il joue (jouait?) sobre,
- Il sait parler français
- Il est pas un jeune de cité...

Désolé, je peux pas y croire!

(pour les nouveaux du forums et ceux qui vont crier au racisme, je préfère préciser que je suis ironique, ca détruit ma blague, mais vous aurez pas besoin de crier à la montée du FN comme ça)
Il y a bien que son propre frère pour défendre Cheyrou. Il fut un temps où je respectais ce joueur... Enfin bon c'est pas grave, on va faire venir un autre entraîneur, Cheyrou va se démerder pour être titulaire alors qu'il n'a pas le niveau et quand il en aura marre il fera sauter le coach. A ce qu'il parait c'est normal.
jesse pinkman Niveau : Loisir
oui bon ba rien de nouveau qu on ne savait deja...

cheyrou n a pas sa place sur le terrain, et c est le protege d anigo...donc on est pas pret de voir des choses coherentes

j ai d ailleurs du mal a croire tt ce que je lis sur cheyrou comme le caid du vestiaire, chouchou de l ane nigot, etc... il en a ni la carure, ni l attitude...enfin il est surtout fini!
Je m'en bats les couilles, c'est forcément un concours du journaliste qui fera la plus grosse faute. Jamais vu autant d'énormités que cette semaine niveau "maîtrise du français" (a.k.a. "Minimum syndical pour un journaliste").
Donc je penche pour l'hypothèse du concours. Car vous savez que ça va faire jacter, donc commenter, donc cliquer. C'est pas possible autrement.
Le seul truc qui me fait douter c'est: pourquoi le faire sur un article de l'OM, habituellement ça suffit à rapporter du keucli...
"Les échos sont difficiles à gérer"

Surtout lorsqu'ils répondent.
Cheyrou et Gignac ne faisaient pas partie des joueurs qui avaient eu un rdv avec les supporters marseillais pour qu'ils mettent la pression afin de foutre deschamps dehors ?
Thauvin a une bonne tête à claques.

Ah ouais donc la claque dans la gueule à Baup de Gignac à la suite d'un but, ça montrait véritablement le total respect des joueurs à leur entraineur..

Sérieusement je pense que dans cette histoire les joueurs comme Baup rivalise de connerie.

Et quand bien même Baup fut un bon coach, comme disait toujours mon entraîneur : quand t'as une bande d’âne à disposition, t’en fera jamais des chevaux de course…….attends, hein !?!
"Les échos sont difficiles à gérer"
"s’en est trop"

Il n'y a que Baup qu'on doit limoger, ou ta prof de Français pointe déjà?
C'est vrai que si on a la flemme de réfléchir et qu'on se met en mode discussion de poujadistes au café du commerce à coup de délit de sale gueule et de préjugés, les joueurs marseillais ne respirent pas l'intelligence et leurs dirigeants, l'honnêteté. Pour faire court, des têtes à claques et des voyous.
Lamine Turgut Niveau : CFA
Message posté par kantinho
"Les échos sont difficiles à gérer"

Surtout lorsqu'ils répondent.



Si encore ils jouaient à Louis II, ok ... Mais là ....

Quoique ... C'est peut-être une subtile allusion au fait que le Vèl est moins rempli (à cause des travaux) et moins bruyant (à cause résultats).

Va savoir ....
Sans me prendre pour celui qui comprend tout à l'avance, la direction du club aurait quand même pu comprendre que faire succéder Baup à Gerets et Deschamps avait autant de faire progresser l'OM que d'envoyer la terre percuter la lune.

Le fait qu'il ne soit démis de ses fonctions qu'en décembre 2013 démontre à mon sens que les dirigeants ne perçoivent que la partie la plus avantageuse de la réalité. Leurs 2ème place en juin était un miracle mais pas un exploit. Un miracle quand on se plait encore à imaginer (moi le premier) que cette place en championnat est censée traduire un niveau élevé de performance mais aucunement un exploit tant les lillois, niçois et autres stéphanois ont semblé ne pas vouloir suffisamment cette fameuse place de dauphin.

Sans en remettre une couche sur les transferts anormalement onéreux de cet été, vouloir écrire l'avenir de ce club en débauchant un consultant CFC ressemble un peu trop à une démarche médiatique qui signifiant en substance "On ne sait pas quoi faire alors on prend un nom vaguement connu du championnat plutôt que de prendre le risque de placer un inconnu potentiellement illustre à la tête de l'équipe". En somme, de peur de passer pour des incompétents, ils recrutent des individus connus dans notre championnat sans jamais essayer de prendre un temps d'avance sur la concurrence.

Après quand je dis ça, Baup aurait pu se rendre compte lui même qu'il n'était plus en mesure de gérer ce type de situation et décliner l'offre à l'été 2012, il aurait alors fait preuve d'une noblesse des plus insolites et aurait renvoyé l'équipe dirigeante à son manque de clairvoyance...
jesse pinkman Niveau : Loisir
Message posté par kantinho
"Les échos sont difficiles à gérer"

Surtout lorsqu'ils répondent.


ils parlent surement du journal...
Durix_Durex Niveau : Loisir
Belle brochette de branlo !
Message posté par jesse pinkman


ils parlent surement du journal...


Oui, c'est exactement ça, dans celui d'aujourd'hui André Ayew a d'ailleurs écrit une chronique très intéressante sur la dépréciation du renminbi
Durix_Durex Niveau : Loisir
José Anigo et son charisme de pilier de bistrot.. Plutôt reconne pour être un incompétent notoire et un mec qui doit encore sa place à la faiblesse de la direction actuelle du club. Comment croire que ce mec a une autorité et une crédibilité auprès des joueurs ? Ce mec est imposteur, chapeau bas à lui. Rocancourt est un pauvre amateur face à lui.
C'est pas pour m'acharner mais je suis sur que Gignac est le plus GROS casse couille de la bande.
Message posté par Jules12
Sans me prendre pour celui qui comprend tout à l'avance, la direction du club aurait quand même pu comprendre que faire succéder Baup à Gerets et Deschamps avait autant de faire progresser l'OM que d'envoyer la terre percuter la lune.

Le fait qu'il ne soit démis de ses fonctions qu'en décembre 2013 démontre à mon sens que les dirigeants ne perçoivent que la partie la plus avantageuse de la réalité. Leurs 2ème place en juin était un miracle mais pas un exploit. Un miracle quand on se plait encore à imaginer (moi le premier) que cette place en championnat est censée traduire un niveau élevé de performance mais aucunement un exploit tant les lillois, niçois et autres stéphanois ont semblé ne pas vouloir suffisamment cette fameuse place de dauphin.

Sans en remettre une couche sur les transferts anormalement onéreux de cet été, vouloir écrire l'avenir de ce club en débauchant un consultant CFC ressemble un peu trop à une démarche médiatique qui signifiant en substance "On ne sait pas quoi faire alors on prend un nom vaguement connu du championnat plutôt que de prendre le risque de placer un inconnu potentiellement illustre à la tête de l'équipe". En somme, de peur de passer pour des incompétents, ils recrutent des individus connus dans notre championnat sans jamais essayer de prendre un temps d'avance sur la concurrence.

Après quand je dis ça, Baup aurait pu se rendre compte lui même qu'il n'était plus en mesure de gérer ce type de situation et décliner l'offre à l'été 2012, il aurait alors fait preuve d'une noblesse des plus insolites et aurait renvoyé l'équipe dirigeante à son manque de clairvoyance...


Je te rejoins en partie sur ton analyse. Si le choix de Baup après les expériences Gerets et Deschamps n'était pas le meilleur, il pouvait tout de même se justifier dans cette années de transition, c'est-à-dire une réduction de l'effectif, jouer serrer toute une année et croiser les doigts pour que la saison ne soit pas trop dégueulasse. Et là où je suis d'accord avec toi, c'est qu'après cette 2ème place miraculeuse, les dirigeants ont manqué de clairvoyance en maintenant Baup au lieu de s'orienter vers une personne plus expérimentée et qui aurait les compétences pour diriger un effectif plus large, mettre ne place une philosophie de jeu et affronter une campagne européenne.

Maintenant le mal est fait mais tout n'est pas perdu. Je trouve que notre effectif n'est pas si mauvais, peut-être pas aussi bon qu'on a voulu nous le faire croire, mais je pense qu'il y a un réel potentiel.

Bref essayons de terminer cette phase aller par deux victoires et faisons confiance aux dirigeants pour faire le bon choix.
Lamine Turgut Niveau : CFA
Message posté par pompidou


Oui, c'est exactement ça, dans celui d'aujourd'hui André Ayew a d'ailleurs écrit une chronique très intéressante sur la dépréciation du renminbi


Je l'ai aussi lu ...
Mais au style, il le semble que c'est plutôt Jordan qui a écrit cet article ... André ne l'ayant que signé.

Bref .... En littérature comme dans le vestiaire marseillais, l'utilisation de nègres dans le milieu est vraiment une obscure et sombre pratique.

(Oui c'est bon ... c'est de l'humour noir, ok)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
12 32