1. // Poésie

Le vers de la semaine

Dans la nuit de mardi, Quevilly la superbe ridiculise Marseille en prolongations (3-2). Les normands s’enfoncent dans une nuit fantasmagorique et festive sous les bravos, les olas, les hourras. Les olympiens, eux, empruntent des chemins beaucoup moins dorés, essayant de se faire tout petit quand le désastre semble si grand. Une telle caricature du vainqueur et du vaincu méritait bien quelques rimes.

Modififié
6 4


Au bout de la nuit

Quevilly, ville paisible, vieille impassible
Fille de Normandie et du football amateur
Triomphe léger, répétitif et destructeur
Pour l’adversaire d’un soir, Marseille l’inadmissible.

Dès l’entame, Valéro reprend d’une volée
Rémy court après le score, égalise par deux fois
Ayina s’amuse, Bracigliano reste pantois
Devant l’attaquant, sa muse au fond des filets.

La hargne de Beaugrard, les déboulés de Capelle
Le calme de Coulibaly, arrachent d’une semelle
La demie contre Rennes, baroud merveilleux

Vers la ligne de mire, Saint-Denis et ses cieux.
Labrune, le martyr des absences de ses ouailles
Au bout de la nuit, à Marseille la pagaille.

Par Dimitri Laurent


A lire : "Poétiquement incorrect"
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

excellent! très bonne idée!
mais non, mais non, mais non...
Et re-non, bon sang de bois, c'est trop mauvais
a en vomir l enfant mort que j vien d manger
absolument du même avis (à part kukrapok)!
faut arreter les poèmes là. c'est sofoot ici pas marmiton ou le site de femme actuelle bordel*
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 4