1. //
  2. // Gardiens de but

Le troisième œil

Ils s’appellent Ramazan Özcan, Owain Fon Williams ou encore Ögmundur Kristinsson, mais personne ne les connaît. Eux, ce sont les troisièmes gardiens. Et s’ils sont bien sûrs d’une chose, c’est qu’ils ne joueront pas. Mais ils restent pros quand même…

Modififié
3k 11
« Au départ, ma sélection n’était même pas acquise : on était quatre gardiens à l’entraînement en préparation, on avait d’ailleurs assez souffert parce que c’était très physique. Finalement, c’est Pascal Zuberbühler qui est resté à la maison. » Quand il reparle de sa sélection pour l’Euro 96, le Suisse Joël Corminbœuf se souvient de la plupart des détails qui ont entouré son arrivée dans le groupe mené alors par Artur Jorge. Et si d’autres gardiens sont de leur côté aussi certains d’être repris dans le groupe que de ne pas jouer une seule minute du tournoi – salut Ulrich Ramé – d’autres prennent leur sélection comme une surprise et une véritable aubaine. Ce fut le cas pour Sébastien Roth qui était en vacances quand le troisième gardien suisse s’est blessé peu avant l’Euro 2004. « Le soir où on a voulu me contacter, j’étais dans un restaurant à Genève, probablement le seul qui n’avait ni télé ni réseau téléphone, se souvient l’ancien portier du Servette FC. C’est quand je me suis rendu aux WC que j’ai vu une trentaine d’appels en absence et je ne sais combien de textos. La Fédération avait même fait passer un appel à la télévision pour que les gens qui me croisent m’annoncent la nouvelle. J’étais le seul qui n’était pas au courant… mais je mangeais un bon pavé de bœuf (rires) ! »

« On est totalement dans le coup »


Une fois qu’il a rejoint ses compatriotes au stage, le troisième gardien participe à l’entraînement comme le ferait un jeunot qui reçoit sa première chance : en toute discrétion. Mais pour certains, c’est aussi une bonne occasion de se remettre en forme après quelques jours de relâche. « À mon époque, en plus, on n’hésitait pas à prendre une bière ou deux tous les jours, même pendant la saison de football, replace le Belge Frédéric Herpoel, troisième portier à l’Euro 2000. Mais c’est plutôt mentalement qu’il faut 3-4 jours pour se mettre dans le bain quand on a dix jours de repos derrière soi et qu’on arrive avec l’équipe nationale. » Pour Joël Corminbœuf, un élément supplémentaire va venir rehausser sa motivation en 96, puisque c’est le premier Euro qui permet aux 23 joueurs de s’asseoir sur le banc… « Tout le monde était concerné jusqu’au bout, et c’est plus intéressant que de se dire "Je suis troisième, je fais l’entraînement, puis je m’assieds en tribunes." Là, on était totalement dans le coup. »

Des heures sup’


Mais que peut bien faire un gars qui a autant de chances de jouer que d’être reconnu par les spectateurs s’il entre en jeu ? Déjà, il y a la volonté de se montrer pour que les collègues comprennent que vous n’êtes pas là pour rien. Mais ça va bien sûr plus loin que ça… « À mon époque, Wilmots adorait tirer énormément de penaltys ou de coups francs à la fin des entraînements, se rappelle Herpoel. Je trouvais normal de rester dans le but pour lui, que ce soit 30 ou 45 minutes. Parfois, l’entraîneur m’engueulait, de peur qu’on se blesse. (rires) » Évidemment, le troisième joue le coup à fond pour ne pas être le clampin de service. En prépa, Corminbœuf tient d’ailleurs tellement bien son rôle lors d’un amical qu’il joue contre les titulaires que son sélectionneur lui demande de laisser passer quelques ballons pour entretenir la confiance des offensifs. Mais de l’aveu des troisièmes de classe, tout se fait sans la volonté de poignarder le n°1. « Justement, j’essayais d’aider les deux autres gardiens présents, notamment en les relayant dès que je pouvais, place Roth. Et on ne souhaite pas voir l’autre se blesser ou se faire exclure, je vous l’assure. »

Pas ambianceur de service


« J’entends beaucoup de gens dire que le troisième gardien doit juste mettre l’ambiance et bien s’entendre avec tout le monde, mais je trouve ça un peu facile, peste Herpoel. Imaginez que la veille du match, le n°1 se blesse et que le lendemain, le n°2 est exclu après cinq minutes. Eh bien le troisième doit être là ! C’est déjà arrivé à la Belgique en 82… Donc le troisième gardien a pour moi la même importance que tout autre joueur sélectionné. » Du coup, il vit son tournoi en tant que vrai professionnel qui ne peut pas se permettre une chope ou un steak supplémentaire quand ses coéquipiers sont au régime spécial. Cependant, il a la chance de pouvoir profiter sans trop de pression des briefings tactiques, des installations, de l’hôtel, de l’engouement des supporters et de l’ambiance dans le groupe ! « Il y avait vraiment un climat très très décontracté, sourit encore Roth. Dans l’hôtel, on avait billard, ping-pong, baby foot, on jouait aux cartes et de temps en temps, les familles venaient à l’hôtel. » Considéré comme « à part » du groupe par pas mal de fans, le n°21 n’a de toute façon pas intérêt à faire trop le malin. « Vu ma position, j’étais très respectueux de tous les autres joueurs, affirme encore Roth. Je n’étais pas le fanfaron de première à monter sur la table avec la cravate autour de la tête, mais dès qu’il y avait une activité extra sportive, je participais volontiers pour mettre l’ambiance. »

Wembley, Zidane, la foule


Pendant le match, en tant qu’observateur forcé, le troisième gardien profite d’autant plus du spectacle proposé sur la pelouse, mais également en dehors. « On a fait le match d’ouverture à Wembley, s’enthousiasme encore Corminbœuf. C’était exceptionnel, j’étais dans le temple du football ! » Là où Roth se souvient d’avoir « joué » contre Zidane et Beckham, Herpoel préfère souligner la folie d’être dans le bus et de voir défiler les centaines de supporters qui convergent vers le stade. « Être troisième gardien est un poste très difficile parce qu’en tant que remplaçant, on a parfois l’impression qu’on est aussi bon, voire meilleur que celui qui joue… Il faut du talent, de la chance et un contexte favorable pour avoir sa place entre les perches, théorise Corminbœuf. Mais bon, se retrouver en équipe nationale est de toute façon une expérience fantastique. » Le troisième gardien, ce patriote.

Par Émilien Hofman
Modifié

Dans cet article

J'aurais aimé savoir, plus précisément, quels sont les critères qui conduisent à la sélection du troisième gardien? Faut-il un gardien plutôt expérimenté? Un jeune loup à qui apprendre l'exigence des matchs internationaux? Un sparring-partner qui reste après les séances pour aider à l'entraînement des tireurs de péno et de coups francs? Tout à la fois?
jaimelefootenmarchant Niveau : DHR
Note : 1
Avoir 3 gardiens pour jouer 3 matchs, potentiellement 7 est une hérésie. Au pire on verra un joueur de champ occuper les cages, c'est toujours insolite et sympa
Message posté par Etche
J'aurais aimé savoir, plus précisément, quels sont les critères qui conduisent à la sélection du troisième gardien? Faut-il un gardien plutôt expérimenté? Un jeune loup à qui apprendre l'exigence des matchs internationaux? Un sparring-partner qui reste après les séances pour aider à l'entraînement des tireurs de péno et de coups francs? Tout à la fois?


À mon avis, il n'y a pas de "profil type". Tout dépend de celui des deux autres gardiens, de l'état d'esprit du groupe, de la présence ou non de leaders dans celui-ci.
Article très interressant permettant de voir l euro dans l oeil des troisième Gardiens
Message posté par jaimelefootenmarchant
Avoir 3 gardiens pour jouer 3 matchs, potentiellement 7 est une hérésie. Au pire on verra un joueur de champ occuper les cages, c'est toujours insolite et sympa


100% d'accord avec toi. Une hérésie ! D'une, On se rappel que quand Carrasso se blesse à l'entrainement lors du mondial brésilien après le premier match, le sourcil a fait venir Ruffier, il est donc possible de rameuter un autre gardien en cours de compèt, pourquoi ds ce cas là se priver inutilement d'un autre joueur de champs (coucou HBA) ? De 2, lors de ce même mondial, Domenech annonce que Ruffier passe direct gardien n°2 et que Landreau reste n°3. Mais il sert à quoi du coup le gars ????

Un hérésie ...
Message posté par EDHK
100% d'accord avec toi. Une hérésie ! D'une, On se rappel que quand Carrasso se blesse à l'entrainement lors du mondial brésilien après le premier match, le sourcil a fait venir Ruffier, il est donc possible de rameuter un autre gardien en cours de compèt, pourquoi ds ce cas là se priver inutilement d'un autre joueur de champs (coucou HBA) ? De 2, lors de ce même mondial, Domenech annonce que Ruffier passe direct gardien n°2 et que Landreau reste n°3. Mais il sert à quoi du coup le gars ????

Un hérésie ...


Ruffier était là mais Raymond n'avait aucun droit de le faire jouer car il est arrivé en cours de compétition. Et la FIFA a statué que la France n'était pas une exception. Ruffier était dans le bus, mais ça n'a pas fait de lui le numéro 2, sachant qu'il y avait Mandanda en 2010.
En revanche Ruffier était dans les 23 en 2014 parce que Mandanda était absent suite à son choc aux cervicales avec Yatabaré lors du OM-Guingamp de la dernière journée 2013-2014. Ruffier était n°4 et est passé devant Landreau qui prenait alors sa retraite et qui tenait à sa place de numéro 3.
Message posté par Yowie
Ruffier était là mais Raymond n'avait aucun droit de le faire jouer car il est arrivé en cours de compétition. Et la FIFA a statué que la France n'était pas une exception. Ruffier était dans le bus, mais ça n'a pas fait de lui le numéro 2, sachant qu'il y avait Mandanda en 2010.
En revanche Ruffier était dans les 23 en 2014 parce que Mandanda était absent suite à son choc aux cervicales avec Yatabaré lors du OM-Guingamp de la dernière journée 2013-2014. Ruffier était n°4 et est passé devant Landreau qui prenait alors sa retraite et qui tenait à sa place de numéro 3.


Merde t'a raison !! Il pouvait pas faire appel à un gardien local s'il leur en fallait un autre entrainement ? Plus bouche trou tu meurs pour le coup
Message posté par Etche
J'aurais aimé savoir, plus précisément, quels sont les critères qui conduisent à la sélection du troisième gardien? Faut-il un gardien plutôt expérimenté? Un jeune loup à qui apprendre l'exigence des matchs internationaux? Un sparring-partner qui reste après les séances pour aider à l'entraînement des tireurs de péno et de coups francs? Tout à la fois?


Je sais pas trop, mais tu vois, pour moi prendre un jeune en troisième gardien n'a aucun intérêt, le mec va vivre ses premier pas en bleu, va falloir qu'il s'acclimate, que le staff s'occupe de lui, que le n°1 et 2 s'occupe de lui et le guide alors qu'ils auront autre chose à faire...

J'ai un peu l'impression qu'il ferait office d'adjoint à l’entraîneur des gardiens le n°3, donc plutôt prendre un gars avec de l'expérience, du talent aussi (même si hautement improbable, il se peut qu'il soit obligé de jouer).

Et il faut que le gars sache pourquoi il est là et l'accepte, c'est à dire mettre les deux autres dans les meilleurs conditions pour la compétition et faire le match des coiffeurs contre les U19 du coin avec les U19 du coin !
Pierre du Bayern Niveau : CFA2
Qu'en pense Lionel Charbonnier ?
JimPooley Niveau : CFA2
J'arrive même pas à croire que des mecs ont réussi à profiter de cet article pour nous refaire le coup moisi de l'absence de Ben Arfa! Putain, laissez cette chèvre négocier tranquillement son transfert vers un gros club où il va se planter, l'EDF n'a pas et n'aura pas moins de bons résultats sans lui qu'elle n'en a eu avec lui!
Elsass Nation Niveau : Loisir
Message posté par AlexMinot
À mon avis, il n'y a pas de "profil type". Tout dépend de celui des deux autres gardiens, de l'état d'esprit du groupe, de la présence ou non de leaders dans celui-ci.


En tout cas, un profil-type a éviter comme Stephane Ruffier

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Wayne Rooney, juste milieu
3k 11