Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. // Les belles histoires du mercato
  2. // Épisode 5

Le transfert qui a plombé la carrière de Kévin Anin

Footballeur impressionnant mais dépressif, Kévin Anin a peut-être bien basculé le jour où il n'a pas pu rejoindre Arsenal alors qu'il jouait à Sochaux. En tout cas, depuis cette épisode, rien n'a plus été pareil.

Modififié
Vous avez peut-être assisté à ce moment gênant. C'était en septembre 2013, en plein Canal Football Club. Lors de la messe du dimanche soir, Hervé Mathoux tente une interview à distance avec Kévin Anin, qui sort du coma après un terrible accident de voiture. L'ancien milieu de terrain peine à aligner trois mots. Le malaise s'installe sur le plateau et tout ceux qui assistent au spectacle supplient le présentateur de mettre fin à cet interminable moment. C'est l'épisode final, et douloureux, d'une descente aux enfers qui dure depuis deux saisons. À Sochaux, puis à Nice, Anin enchaîne les prestations convaincantes - comme ce jour où il martyrise le milieu du PSG tout seul au milieu des autres Aiglons niçois - et les disparitions prolongées. Des jours de fugue couverts par ses employeurs, qui essaient tant bien que mal de faire exploser un joueur au potentiel d'international. Mais Anin l'explique un jour dans une interview, il n'a plus la tête au football : « C'est le plus beau métier du monde. Mais il y a plein de choses que je n'aime pas trop. Pas les entraînements, on est obligés. Mais les gens autour, leur hypocrisie, je n'aime pas trop ça. On a beau gagner de l'argent, quand le cœur n'y est plus… On m'avait dit que c'était un monde de pu… C'est vrai. J'y vais à l'entraînement, mais pas tout le temps. Je suis conscient de mon manque de professionnalisme parfois. J'ai des périodes où je vais dire que j'ai hâte d'être au match et d'autres, quand je ne suis pas bien dans ma tête, où tout me saoule. On me dit de faire abstraction de ce qui se passe en dehors du football, de me concentrer sur le terrain. Certaines personnes y arrivent, pas moi » . Et ce qui a tout cassé dans la tête du milieu de terrain, c'est peut-être bien un transfert avorté vers un grand club.

La rencontre avec Wenger


Parce qu'avant, Kévin Anin arrivait à plutôt bien contenir son spleen. En 2009 par exemple, alors que Le Havre repart illico en Ligue 2 après un petit tour discret dans l'élite, il a l'opportunité de signer à Sochaux. Mais sa visite médicale dans le Doubs n'est pas concluante, et Kévin se tourne immédiatement vers un plan B. Il aurait pu l'avoir mauvaise, mais non, il fait sa saison à l'étage inférieur, pour mieux rejoindre les Lionceaux un an plus tard. Où il explose dans un rôle nouveau, en milieu défensif. Le Sochaux de Francis Gillot, avec son 4-4-2 losange, est une des rares équipes qui envoient du jeu en Ligue 1. Maïga-Ideye Brown en attaque, Boudebouz en 10, Marvin Martin en relayeur.. et donc Anin en seul milieu défensif, tranquille. Tout ce petit monde finit cinquième, un peu à la surprise générale. Du coup, l'été est celui de toutes les convoitises. Surtout pour Anin. La rumeur ne sort pas trop dans les journaux, mais elle raconte qu'un homme a été convaincu par ses prestations. Il s'agit d'Arsène Wenger, qui sait qu'il va perdre Nasri et Fàbregas dans la même intersaison. L'Alsacien veut désormais tout miser sur Robin van Persie devant. Alors au milieu, ça sera Alex Song pour balancer des ouvertures, Ramsey ou Wilshere s'il faut conserver. Manque donc un vrai milieu défensif. Les deux hommes se rencontrent. Mais le transfert ne se fait pas. « Wenger le voulait et Kévin voulait aller jouer à Arsenal. Mais Sochaux ne voulait pas trop laisser partir ses joueurs après Brown et Martin » , explique son agent de l'époque. Cet été-là, l'attention médiatique à Sochaux se porte plus sur Modibo Maïga, qui n'a pas peur de s'en prendre aux supporters de sa propre équipe qui le sifflent. Mais le vrai problème, c'est Anin. Et le nouveau coach, Mécha Baždarević, se rend vite compte qu'il ne pourra pas vraiment compter sur le milieu de terrain. De son côté, Wenger profite du dernier jour du mercato pour faire all-in sur Mikel Arteta, qu'il convainc de jouer un cran plus bas qu'à Everton.

Il aurait pu signer à l'OM six mois plus tard


C'est étrangement après ce transfert raté que Kévin Anin enverra sa carrière en l'air. Dans son interview au vitriol, c'était donc les dirigeants de Sochaux qu'il visait ? Arsène Wenger, qui n'a pas tout fait pour le prendre alors qu'Arsenal avait les moyens de faire l'offre impossible à refuser ? Son entourage, qui aurait cru à sa place à la faisabilité du deal ? « Il voulait vraiment y aller, insiste son agent. Derrière, il a pensé différemment. D'ailleurs, six mois plus tard, l'OM le voulait, mais il a préféré aller à Nice, convaincu par son copain Didier Digard. » Aux dernières nouvelles, Kévin Anin est revenu dans la banlieue du Havre où il se reconstruit avec ses proches. Il y a fort à parier qu'il évite de rester devant sa télé le samedi après-midi lorsque les matchs à l'Emirates sont diffusés. Car ça doit sûrement être douloureux de voir Francis Coquelin, chaînon indispensable du vainqueur de la dernière Cup, s'éclater aux côtés de Cazorla, Ramsey, Özil, Alexis Sánchez, Walcott et consorts...

Épisode 1 : Reynald Pedros vers le FC Barcelone

Épisode 2 : Florian Maurice vers le Real Madrid
Épisode 3 : David Jemmali vers l'Inter Milan
Épisode 4 : Éric Sikora vers Liverpool


Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 14:20 Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 162
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
jeudi 16 août Gervinho vers Parme 18 jeudi 16 août Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti jeudi 16 août Une ville anglaise ne veut plus des supporters 4 jeudi 16 août Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 31