Le Tours des miracles

En cas de résultat à Troyes demain, le Tours FC du « prophète » Abraham Guié Guié prendra la tête de la L2. De quoi s'affirmer encore un peu plus comme un légitime candidat à la montée.

0 0
Troyes/Tours, c'est le choc de cette 6ème journée de championnat. Un choc étonnant, entre un promu qui a retrouvé cet été un ancien coach contesté (Jean-Marc Furlan, qui sort de deux méchants revers à Strasbourg et Nantes) et un outsider détonnant, qu'on n'attendait pas forcément si rapidement en haut du classement. Le Tours FC est coleader du championnat, à égalité de points avec Evian Thonon Gaillard (qui joue lundi). Meilleure attaque, meilleure formation à domicile, l'équipe dirigée par Daniel Sanchez propose à coup sûr le jeu le plus séduisant de la Ligue 2, un championnat où l'impact physique et le réalisme prennent souvent le pas sur les intentions offensives et l'audace.



Effectif chamboulé



Réussir à aligner les bons résultats et à produire du jeu dès le début de saison, c'est une vraie performance pour un club qui a été contraint de renouveler aux deux-tiers son effectif par rapport à la saison dernière. Les dirigeants y sont habitués, c'était pareil à l'intersaison précédente. La raison ? Depuis quelque temps, Tours s'est spécialisé dans la révélation de joueurs prometteurs, sans avoir derrière les finances pour les conserver. Les cas les plus emblématiques de ce phénomène sont Laurent Koscielny, parti à Lorient en 2009 et aujourd'hui à Arsenal, et Olivier Giroud, meilleur buteur et élu meilleur joueur de L2 la saison dernière, parti à Montpellier.


Ils sont trois artisans à œuvrer à la perpétuation de cette spécialité maison : Frédéric Sebag à la présidence, Max Marty au poste de manager général (en charge du recrutement) et Daniel Sanchez au tableau noir. Depuis début 2009, il faut aussi compter avec Christophe Bouchet, ex-président de l'OM devenu vice-président en Touraine. Ces quatre-là, chacun à leur poste, réalisent des petits miracles. Seulement 16e budget de Ligue 2, Tours se construit patiemment. Niveau structures, un nouveau centre d'entraînement et un centre de formation vont bientôt voir le jour. Niveau effectif, les joueurs transférés sont toujours compensés par de nouvelles arrivées, avec jusqu'ici un quasi sans faute en matière de recrutement. Enfin niveau jeu, le spectacle est bien souvent au rendez-vous au stade de la Vallée du Cher.



Jin-Hyung Song, l'autre révélation

Le TFC millésime 2010-2011, c'est un savant mélange de joueurs expérimentés (Jérémy Sopalski dans les cages, Karim Saïdi et Romain Sartre en défense, Julien Cardy au milieu, Titi Buengo en attaque), de revanchards (Kevin Lejeune, Bocundji Ca), de jeunes prometteurs (Yohann Thuram, Romain Genevois, Prince Oniangue) et puis surtout de gros coups de poker. Ils sont trois cet été à présenter ce profil. Le premier s'appelle Jin-Hyung Song. Formé au Brésil, révélé au Canada lors du Mondial des 20 ans, passé par l'Australie, le Sud-Coréen a débarqué en France après un essai non concluant au PSV Eindhoven. Il a signé ses débuts d'une magnifique reprise de volée du gauche et s'est adapté étonnamment vite. Le second est un Brésilien de 22 ans, Diego Rigonato, qui évoluait au Honved Budapest en Hongrie. Débarqué en fin de mercato, il pourrait faire ses débuts ce vendredi. Et puis surtout il y a Abraham Gneki Guié Guié. « 3G » ou « le prophète » pour les surnoms. Arrivé lui aussi du Honved avec la difficile tâche de remplacer Olivier Giroud à la pointe de l'attaque, il est devenu un véritable phénomène en l'espace de moins d'un mois, avec des statistiques assez folles : 8 buts en 5 journées, dont deux triplés, sans aucun pénalty ! Pas des buts de raccroc en plus, avec tantôt de l'opportunisme, tantôt de la puissance, tantôt de la subtilité. Son entraîneur a bien été obligé de reconnaître qu'il était étonnamment surpris des fracassants débuts du garçon, âgé de 24 ans, loué pour ses qualités d'enchaînement, de vitesse, d'explosivité et de percussion. Formé chez lui en Côte d'Ivoire, « 3G » a été repéré il y a 4 ans par les Hongrois, qui l'ont d'abord prêté au Jomo Cosmos en Afrique du Sud, avant de l'intégrer à leur effectif, avec lequel il a remporté deux coupes nationales. Appelé pour la première fois en sélection nationale le week-end dernier, il a fait ses débuts avec les Éléphants contre le Rwanda. Le TFC, qui l'a engagé pour 3 ans contre une indemnité d'environ 300 000 euros, semble encore avoir réalisé un très beau coup. Un nouveau miracle.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0