1. //
  2. //
  3. // Ce qu'il faut retenir

Le titre jusqu'à la mort

Lille, Lyon, Marseille, Rennes et Paris sont encore en course pour le titre. Le championnat de France est une compétition où personne ne s'échappe.

Modififié
0 0
Rennes ne peut plus se planquer

A un moment donné, il va falloir assumer ses ambitions. Les Rennais ne pourront plus se planquer éternellement. En enchaînant leur sixième victoire de suite à la maison en dominant Lens (2-0), Rennes s'est retrouvé maillot jaune pendant 24 heures. Forcément, les ouailles de Frédéric Antonetti ne peuvent plus éluder les questions concernant la fin de saison. Pour une fois, certains cadres se sont découverts. A l'image de Nicolas Douchez qui s'est déclaré ambitieux : « Ce n'est pas parce que l'on n'annonce pas aujourd'hui que l'on joue le titre que nous ne sommes pas fiers de cette place. Il faut en profiter mais restons vigilants et conscients que ce sera compliqué jusqu'au bout. A la base, on n'a pas l'effectif pour jouer le titre mais un groupe pour disputer les places européennes. Or, l'Europe, c'est de la première à la cinquième place. On se permet donc de dire que l'on joue une qualification en Coupe d'Europe » . CQFD.

Lille lâche du lest

Un point en deux matches pour les Dogues. Tout sauf un rythme de champion. Avant de se déplacer au Vélodrome dimanche, les Lillois recevaient Lyon sur leur pelouse de DSR. Malgré un nouveau caramel de Moussa Sow (son dix-septième), les hommes de Rudi Garcia ont été contraints au nul (1-1). Et sans un Landreau des grands soirs, Lyon réalisait le braquo parfait. D'ailleurs, Eden Hazard et Gervinho n'ont pas eu le rendement habituel (en même temps, avec cette pelouse...) et les entrées conjuguées d'Obraniak et De Melo n'ont rien changé. Alors que la France du football voyait le LOSC déjà champion, l'équipe semble craquer au plus mauvais moment...

Ayew le porte-bonheur

Gignac, Lucho, Rémy, Mandanda, Valbuena ou encore Heinze, l'effectif de l'Olympique de Marseille ne manque pas d'internationaux. Des stars en somme. Des mecs aux salaires à six chiffres. Pourtant, le meilleur Olympien depuis l'ouverture de la saison est un type qui évoluait à Arles-Avignon l'an dernier. Oui, en Ligue 2. André Ayew, fils de et frère de, est un joueur atypique. Attaquant, milieu, ailier, le Ghanéen peut se caler partout. Et il le fait bien. Contre Nancy, le numéro 20 de l'OM s'est payé un doublé salvateur et permet à ses potes de rester dans la roue des meilleurs. Un but de crevard et un raid solitaire pour deux pions cruciaux. L'OM enchaine sa quatrième victoire de suite et peut dire merci à son gaucher, injouable sur le synthétique lorrain. Même les blessures de Rémy et Mbia n'ont pas gâché la soirée marseillaise. Quant à Ayew, il ne lui reste plus qu'à claquer un pion au Vélodrome. Auteur de 9 buts depuis ses débuts en Ligue 1 (6 avec l'OM, 3 avec Lorient), le Ghanéen a toujours marqué à l'extérieur.

Bordeaux peut souffler

Entre un stade boudeur, un entraîneur sur l'échafaud et un classement indigne, Bordeaux était au plus mal avant de recevoir Auxerre. Une victoire plus tard (3-0), les Girondins sont un peu mieux mais les maux persistent. Jean Tigana devrait quitter son poste et les joueurs ont rendez-vous avec Nicolas de Tavernost. Bref, le linge sale se lave en famille comme on dit. Même si tout n'a pas été parfait samedi soir, les champions de France 2009 ont sorti un match sérieux, appliqué et consistant. Surtout, Fernando, Plasil et Wendel ont montré la voie à leurs partenaires. Bordeaux n'est pas mort. Pas encore. Auxerre par contre...

Kafumba Coulibaly le sauveur

Stéphane Guivarc'h, Reinaldo, Jay-Jay Okocha ou encore Jérôme Leroy ; ils sont peu nombreux à s'être payé le luxe de nettoyer une lucarne depuis la ligne de touche. Dorénavant, il faut y ajouter Kafumba Coulibaly. Contre Saint-Étienne, l'Ivoirien a inscrit l'un des plus beaux buts de la saison. Une chiquette de l'extérieur du pied droit envoyée depuis la ligne de touche dans la lunette de Janot. Un bijou. Certes le joyau est involontaire (le Niçois voulait centrer), mais il permet aux Azuréens de braquer les Verts chez eux et de repartir avec trois points cruciaux dans la lutte pour le maintien. Surtout que dans le même temps Auxerre, Lens et Monaco ont perdu des points en route. Merci qui ?

Sylvain Armand, la gauche qui gagne

Plus de 300 matches avec Paname, une prolongation en vue, une saison fantastique dans l'axe de la défense, bordel, mais que se passe-t-il avec Sylvain Armand ? Contre Toulouse, le gaucher a encore été très précieux. Mieux, pour la première fois de sa carrière, il a marqué lors de deux matches consécutifs en championnat (il avait déjà claqué à Nice dimanche dernier). Solide et constant, l'ancien Nantais réalise sa meilleure saison dans la capitale. Pas étonnant dès lors de voir l'escouade parisienne toujours en course en championnat.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La quête corse
0 0