1. //
  2. // Ligue 1 – Montpellier champion

Le titre de Montpellier en dix dates

Qui aurait cru, le soir de la débâcle héraultaise face au PSG en septembre 2011, que Louis Nicollin finirait avec une crête orange et bleue sur la tête ? Pas grand monde. Long à se construire, le titre héraultais s’est bâti en dix dates clés.

Modififié
108 11
24 septembre 2011 : Montpellier – PSG (0-3)
Le retour sur terre. Depuis leur retour dans l’élite en 2009/2010, les joueurs de René Girard ont pris la bonne habitude de bien commencer leurs saisons. Après sept journées, le MHSC était 4e il y a deux ans, 9e, à égalité de points avec le cinquième et à trois points du podium la saison passée, et leader devant le Paris Saint-Germain cette année. C’est donc forts d’un bilan de cinq victoires, deux nuls et d’une courte défaite à Lyon (2-1) que les coéquipiers d’Olivier Giroud reçoivent le Paris Saint-Germain, quatrième à égalité avec le second, à la Mosson. Solides lors de leurs sept premières prestations de l’année, les Héraultais implosent à domicile face à un PSG ultra-séduisant, emmené par un Pastore de gala. Score final, 3 à 0 pour les joueurs de la capitale qui s’emparent de la tête du championnat et renvoient les Montpelliérains à la quatrième place. Une démonstration de force se dit-on alors.

21 décembre 2011 : Évian TG – Montpellier (4-2)
Paris champion d’automne. La cinglante défaite face à Paris est la dernière des Héraultais en Ligue 1 jusqu’à la dix-septième journée et un voyage compliqué en terre valenciennoise (1-0). Un nul à domicile face à Toulouse plus tard, les Héraultais, premiers au goal-average devant le Paris Saint-Germain, disputent à distance le titre honorifique de champions d’automne aux joueurs de Kombouaré. En déplacement sur la pelouse du bon promu Évian, les Montpelliérains, qui mènent à deux reprises grâce à leurs deux hommes providentiels, Belhanda et Giroud, craquent défensivement et s’inclinent 4 à 2 au Parc des Sports d’Annecy. Déjà bouillante, la fin de match laisse présager le match retour disputé à la Mosson. Paris termine 2012 en tête, avec 40 points. Costaud.



Janvier 2012 : la Coupe d’Afrique des nations
Le tournant bien négocié. La CAN 2012 aka la fuite des talents. Auteurs d’une excellente première partie de saison, Younès Belhanda, Souleymane Camara et Jamel Saihi rejoignent la Guinée-Équatoriale en compagnie d’Abdelhamid El Kaouatari. Des absences de marque pour un début d’année compliqué à négocier, avec la réception de Lyon et Brest, un déplacement à Nice et deux tours de Coupe de France. Solides et bien aidés par des remplaçants efficaces, les Montpelliérains prennent leur revanche face à l’Olympique Lyonnais (1-0), tapent Nice (1-0) et Brest (1-0). Un trois sur trois acquis sur la plus petite des marges, mais un 100% de succès quand même, qui permet aux Héraultais de suivre le rythme effréné du leader parisien, en attendant la confrontation cruciale du 19 février. En l’absence de Younès Belhanda, rapidement éliminé avec le Maroc, c’est au tour de Rémi Cabella de briller. Jusqu’à la fin de la saison.

19 février 2012 : PSG – Montpellier (2-2)
Ici, c’est Montpellier. Giflé à l’aller sur sa pelouse de La Mosson, le dauphin héraultais est bien décidé à prendre sa revanche chez le leader parisien. Et comme les coéquipiers de Javier Pastore à l’aller, c’est une belle représentation que les Héraultais vont donner au Parc des Princes. Alors certes, le résultat, un match nul 2-2, est moins retentissant que la victoire 3 à 0 des Parisiens au match aller, mais la faculté des coéquipiers de Younès Belhanda, génial ce soir-là, à tenir le ballon et à faire déjouer ceux que les observateurs considèrent comme « le futur champion de France » est un signe fort des ambitions héraultaises en cette fin de saison. Après ce succès, les journées passent, et les joueurs de René Girard, planqués derrière leurs sourires, commencent à l’admettre : ils jouent le titre.



24 mars 2012 : Montpellier – Saint-Étienne (1-0)
La tête pour ne plus la lâcher. Un titre se gagne surtout au mental. Une qualité dont les Héraultais ont fait preuve ce soir de printemps à la Mosson, lors de la réception de Saint-Étienne. Battu à Nancy lors de la 28e journée de championnat, puis éliminés en quarts de finale de la Coupe de France par le GFCO Ajaccio, les joueurs de René Girard entament leur sprint final un samedi face aux Verts, et ont l’occasion de mettre la pression sur le PSG, qui joue le dimanche face à Bordeaux. Manque de bol, les protégés de Christophe Galtier se montrent solides, et le match est compliqué, voire bloqué. Et ce jusqu’à la 89e minute et le but le plus important de la saison d’Olivier Giroud, pas franchement le plus dégueu. Il reste une petite minute à jouer quand le grand gaillard s’envole dans le ciel pour claquer une volée victorieuse de l’entrée de la surface. Un but splendide qui, suite au nul du PSG face à Bordeaux (1-1), offre la tête aux Héraultais à la différence de buts. Jusqu’au bout.

11 avril 2012 : Marseille – Montpellier (1-3)
La soirée de l’étrange. Marseille a une défaite en C1 à préparer, la 30e journée de Ligue 1 des Montpelliérains saute. Nous sommes le mercredi 11 avril 2012 et cela fait plus de dix jours que le PSG a perdu des plumes sur la pelouse de Nancy (2-1). Alors évidemment, tout le monde se demande si, après avoir perdu face à Paris dans le classico, l’OM va jouer le jeu au Vélodrome. La première réponse à cette question est un gros non, à en croire la grosse main de Djimi Traoré dans la surface, qui offre un péno et l’ouverture du score à Younès Belhanda. Mbia a beau égaliser, les Héraultais sont supérieurs et s’imposent 3 à 1, notamment grâce au but de l’année, le ciseau-retourné de Belhanda, qui inscrit un doublé. Les joueurs de René Girard comptent trois points d’avance sur le PSG, il reste sept journées à jouer.



1 mai 2012 : Montpellier – Évian TG (2-2)
Le soir où tout aurait pu basculer. La goutte de sueur coule lentement sur le front de Souleymane Camara tandis que Younès Belhanda et Cédric Mongongu s’envoient des lettres d’amour. On joue le temps additionnel d’un match extrêmement tendu entre ceux qui sont devenus les deux meilleurs ennemis du championnat, le score est de 2 à 2, et le Sénégalais s’apprête à botter un pénalty crucial pour la suite de la saison. Le contexte est compliqué, Montpellier a pas mal ramé pour gratter le point du nul, et ce bon vieux Souley a le temps d’aller pisser et de faire deux tours de terrain avant de défier Andresen. Perturbé, il rate. Les Héraultais, qui avaient cinq points d’avance sur le PSG, voient leurs concurrents revenir à trois petits points. Un stress suffisant pour faire éclater les premières querelles de vestiaires de la saison du côté montpelliérain. Pour Belhanda, Giroud aurait du tirer. Les médias s’emparent de l’affaire, on lit du «  Montpellier va-t-il craquer ? » un peu partout, et les trois dernières journées s’annoncent folle. Putain de promo pour le Multiplex.

13 mai 2012 : Montpellier – Lille (1-0)
Aït-Fana au buzzer. La lucidité d’Olivier Giroud, capable, dans les ultimes minutes d’une rencontre tendue face à Lille, d’aller défier Aurélien Chedjou au duel, de le remporter, de lever la tête, et de servir Karim Aït-Fana sur un plateau. Là, on joue la 94e minute de l’avant-dernière rencontre de l’année, et le temps s’arrête à la Mosson. Dans les tribunes, on sait que Paris a tapé Rennes 3-0 et qu’en cas de match nul, les joueurs de Carlo Ancelotti reviendraient à un petit point de Montpellier. Reviendraient, car Aït-Fana, fraîchement entré en jeu, ne tremble pas. Son plat du pied termine au fond des filets, et la Butte Paillade explose. Montpellier s’impose au bout du suspense et fête « la deuxième place » . Mouais. En tout cas, l’ambiance est belle, les joueurs exultent, les supporteurs aussi, et Louis Nicollin a le mot de la fin : « Maintenant, un nul à Auxerre et hop, branlette espagnole » .



20 mai 2012 : Auxerre – Montpellier (1-2)
Un final incroyable. Les pontes de Canal+ auraient voulu trouver un moyen pour faire plus d’audience qu’ils n’auraient pas trouvé. En colère, les ultras auxerrois jettent tout ce qui leur passe sous la main sur la pelouse : tomates, balles de tennis, fumigènes, cerveaux… Le match est arrêté pendant un total de 41 minutes et le suspense final est haletant. Mené suite à un but d’Olivier Kapo, les Héraultais, pas sereins du tout, se rassurent comme ils peuvent avec l’ouverture du score de Kévin Monnet-Paquet pour Lorient face au Paris Saint-Germain. Utaka égalise, les Parisiens aussi, et au final, les hommes de Carlo Ancelotti, vainqueurs face aux Merlus, regardent le dernier quart d’heure de leurs rivaux à la télé. On pense à un scénario incroyable, façon Premier League, mais John Utaka frappe encore et offre le titre aux Montpelliérains. Branlette espagnole, donc ?

21 mai 2012 : Loulou le punk
Bravo, Loulou ! La victoire de Montpellier, champion de France pour la première fois de son histoire, c’est aussi et surtout une consécration pour Louis Nicollin. Un homme qui a tout donné pour son club et qui en récolte aujourd’hui les fruits. Homme de parole, Loulou, qui avait promis à ses joueurs une crête orange et bleue en cas de sacre national, passe chez le coiffeur. Le pire, c’est que ça lui va bien !



Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Phallus Majestueux le Franc-Maçon Niveau : District
Putaingggggg (au-delà de l'allusion à notre bel accent, je détourne la censure) que c'est bon !!!!!!!!!

La Com' hier m'a foutu le coeur à l'envers (la foule, Stambouli qui chiale à moitié, les fumigènes...). Et m'a bien fait marrer (Giroud qui sait visiblement picoler et chauffer le public quoique son "Aux armes" fut terriblement maladroit, Giroud qui ne lâche ni micro ni Hexagoal, Frêche applaudi et Mandroux huée, Bourquin qui récupère autant qui peut alors que personne ne sait trop qui c'est...).

J'ai fait splash partout pour résumer.
Georges Frêches Niveau : DHR
Huhuhu Non mais Giroud fallait qu'on lui dise que le "Aux Armes" est proscrit a la mosson et que les marseillais on les considere comme des sous hommes méritant de coppuler avec les nimois !
Enfin bon vu qu'il hesitait et inventer les paroles, c'etait mignon car ca respirait surtout le fait qu'il était Pilo complet comme on dit chez la gitanie !
Bon Phallus, l'an prochain on fait combien de moyenne au stade ? vu que la comedie sur deux matchs et une celebration a fait 50 000! va t'on arreter de nous faire chier avec le taux de remplissage?!
PS: par contre j'espere que tu ne chantes pas le "paris paris on t'enucle" que je trouve débile car on supporte sa team on s'enfout d'insulter les autres (bon a part les nimois pour le "qui ne saute pas")
Ryan Joseph Wilson Niveau : DHR
Vous cassez bien l'OM quand même, à chaque fois je trouve, entre hier "la furie offensive de l'OM (LOL)", aujourd'hui, "une défaite en C1 à préparer..." Sympa les types mais malgré cette saison de merde*, n'oubliez pas que c'est le club français à être aller le plus loin en Coupe d'Europe, mais par contre rarement de mots sur la débâcle de Paris en poules d'Europa League... Deux poids, deux mesures des fois ici...
Ryan Joseph Wilson Niveau : DHR
Mais par contre quand c'est pour se plaindre que la France est contre Paris, ça y va... Alors que la haine de l'OM en France n'est pas si loin de la haine de Paris je trouve !!
Georges Frêches Niveau : DHR
Ah mais Ryan c'est pas de la haine classique! c'est de la rivalité sudiste d'une part et c'est surtout le fait que pendant des années et des années, des mecs d'ici, de l'herault supportent l'om et viennent au stade de la Mosson et s'amuse a feter les buts et de marseille et de montpellier. Quand t'es pailladin pur jus, les "suceurs de marseillais" comme ca, ca t'exaspère car toi ton equipe elle a prit un but et t'es degouté et si enfin tu marques le mec est aussi content que toi?! WTF?! Enfin bon y'a une grosse histoire sur ces suceurs de marseillais et apres merde, la rivalité du sud, c'est important la rivalité geographique au foot, ca fait du folklore !
Moi je prefere detester nimes ou l'om que Paris par exemple!
Parole de Parisien: J'étais dégouté pendant 3 jours... Mais faut se rendre à l'évidence, Montpellier a fait une sacré saison... 82 points quand même...

On a quand même vu un grand niveau en Ligue 1 cette année. De très grand match, de très grand joueurs (en devenir pour certain).
C'était une saison magnifique, et personne ne le dit.

Sinon Ryan, la haine contre le PSG est bien réel, mais pour le moment, avec la 2ème place, personne nous rentre dedans, on nous adresses des condoléances plutôt que des brimades. Mais ça va leur passé :D.
Si on avait été champion, je suis près à parier qu'on s'en serai pris plein la gueule.

Enfin bref, vu que j'aime pas l'OM je vais pas me plaindre des piques lancés dans l'article ahah.
Ryan Joseph Wilson Niveau : DHR
@Georges Frêches

Oui oui, ça je comprend totalement et c'est bien normal que tu le prennes comme ça, mais je parlais d'un point de vue général des articles de SoFoot, parce qu'après je lis partout que toute la France est contre Paris etc... Mais je pense qu'au fond la France déteste presque autant Marseille, et on le voit bien sur SoFoot, je vais pas me répéter mais l'OM est le club français qui va le plus loin cette saison en Coupe d'Europe on est d'accord ? Qui fait honte à la France cette saison au niveau européen ?? Lyon, Paris et les autres d'Europa League, mais là par contre un peu de pourrissage sur le coup et plus rien, alors qu'en fin de saison, on se permet encore de cracher sur l'OM, c'est ça que je trouve bof bof quoi quand même !! Après on se plaint de nos équipes sur le plan européen mais si on commence à cracher sur celles qui font de beaux parcours, ça va pas bien faire avancer les choses, malheureusement...
...mais l'OM est quand même le club qui compte le plus de supporters en France. Alors bon, l'anti-OM, ça se remarque surtout un peu cette année, parce que les suceurs se taisent, et que même les ultras critiquent ! Mais ils sont globalement largement moins critiqués à mon avis, grâce à leur popularité et leur palmares.
A la Mosson c'est un bonheur supplémentaire de devenir le premier club du sud l'espace d'un instant.

Montpellierain détestant l'OM, +1000 à Georges Frêches.
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
@Ryan

L'élimination en Ligue Europa et Coupe de la Ligue, le PSG en a mangé dans les journaux et les forums, je ne pense pas qu'il y ai 2 poids 2 mesures.
Petite rectification :

"le but le plus important de la saison d’Olivier Giroud, pas franchement le plus dégueu. Il reste une petite minute à jouer quand le grand gaillard s’envole dans le ciel pour claquer une volée victorieuse de l’entrée de la surface."

C'est pas Giroud qui s'envole dans le ciel, c'est le ballon, et c'est Giroud qui le reprend effectivement d'une (somptueuse) volée victorieuse. Il est bon le Giroud, mais quand même, c'est pas Shaolin SOccer non plus...
 //  13:57  //  Supporter de l'Lyon
quel bullshit le tric de l'anti-parisianisme, lyonnais ou marseillais ambiant...

on le mesure à quoi? au nombre d'articles dans l'équipe? au nombre de post sur les sites spécialisés?

c'est surtout dans la tête de ceux qui veulent bien y croire
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Utaka sort de l'oubli
108 11